Ma fille Fatima qu’allez vous mettre en place aujourd’hui une opération martyre où  à Damas‎  . ______ 16_04_2017 .

Ma fille Fatima qu’allez vous mettre en place aujourd’hui une opération martyre où  à Damas‎  . ______ 16_04_2017 .

16-04-2017

 

Nibiru    –    SYRIE 

Ma fille Fatima qu’allez vous mettre en place aujourd’hui une opération martyre où  à Damas‎  . ______ 16_04_2017 .

 

*

EI ISIS‎

Ma fille Fatima qu’allez-vous mettre en place aujourd’hui?
une opération martyre
où ?
à Damas‎

My daughter Fatima what are you gonna implement today?
a martyrdom operation
where?
in Damascus

Ma fille Fatima qu’allez vous mettre en place aujourd’hui

une opération martyre où  à Damas‎ 

*

*

*

Nibiru_Final_Update.

*

*

Cliquez sur:

Nibiru

pour accéder à tous les Liens

 

*

*

 

#Urgent L’attaque contre des personnes évacuées près d’#Alep fait au moins 70 victimes .   _________ 15_04_2017 .

15-04-2017

 

Nibiru   –   SYRIE    #Alep

⚡️#Urgent L’attaque contre des personnes évacuées près d’#Alep fait au moins 70 victimes .   _________   15_04_2017  .

 

*

#SYRIE Attentat bus #Kefraya  15 04 2017
Urgent#.. Akhawz_awhita : 100 morts dans le bombardement des déplacés de #Kefraya et #AlFuah

عاجل.. : 100 قتيل في التفجير الذي استهدف النازحين من و

SYRIE

Moment avant et après l’explosion #Rashidin

qui a tué 100 personnes et blessé des centaines 15 04 2017 

*

5 times more children from Assad-loyal families murdered in compared to .

Zero outrage & condemnation.

5 times more children from Assad-loyal families murdered in compared to . Zero outrage & condemnation.

*

#SYRIE Attentat bus #Kefraya  15 04 2017
Urgent#.. Akhawz_awhita : 100 morts dans le bombardement des déplacés de #Kefraya et #AlFuah

عاجل.. : 100 قتيل في التفجير الذي استهدف النازحين من و

AlJazeerah – l’explosion #Rashidin qui a tué 100 personnes

et blessé des centaines 15 04 2017  

il y a 23 minutes

Des images choquantes portées par la caméra alJazerah depuis le site de l’ explosion qui a tué 100 personnes et blessé des centaines d’autobus pour évacuer les quatre villes accord

صور مروعة نقلتها كاميرا الجزيرة من موقع انفجار الذي أودى بحياة 100 شخص ومئات المصابين من مستقلي حافلات إجلاء اتفاق المدن الأربع

*

Au moins 5 autobus ont été complètement détruits dans l’attaque dans le quartier de à . +70 tués

#Urgent

L’attaque contre des personnes évacuées près d’#Alep

fait au moins 70 victimes  15 04 2017 . 

*

🚨 Un attentat a touché des bus de civils syriens fuyant la zone Ouest d’. Au moins 60 morts, des femmes et des enfants…

 

Au moins 5 autobus ont été complètement détruits dans l’attaque dans le quartier de à . +23 tués

*

L’attaque contre des personnes évacuées près d’ fait au moins 70 victimes

Évacuation des civils des villages chiites d'Al-Foua et Kefraya

Alep: l’attaque contre des personnes évacuées fait au moins 70 victimes

© REUTERS/ AMMAR ABDULLAH

INTERNATIONAL

16:34 15.04.2017(mis à jour 17:36 15.04.2017) URL courte
161700118

L’attaque terroriste visant des cars avec des civils évacués des villages chiites d’Al-Foua et Kefraya (province d’Idlib) a fait ce samedi au moins 70 morts et 130 blessés près d’Alep. L’attentat aurait été perpétré par un terroriste-kamikaze.

Le bilan des victimes de l’attentat, contre un convoi de cars, survenu ce samedi à Rachidine (ouest d’Alep) s’est alourdi à 70 morts et au moins 130 blessés, a appris l’agence Sputnik d’une source renseignée.

« Le nombre de victimes n’est pas sous la barre des 70 personnes, au moins 130 personnes ont été blessées. Il est difficile de le préciser, beaucoup de corps et de membres carbonisés ont été projetés autour de cars endommagés », a indiqué l’interlocuteur de l’agence.

Et d’ajouter que de nombreux enfants et femmes figuraient parmi les victimes.

Les images provenant des lieux du drame ne font que confirmer ces informations.

​L’attaque a visé un convoi de cars à bord desquels se trouvaient des civils chiites évacués des villages d’Al-Foua et Kefraya. Près d’Alep, le convoi attendait le feu vert pour transporter les civils vers un camp de réfugiés. Le quartier de Rachidine est contrôlé par l’opposition armée.

​Samedi après-midi, un terroriste-kamikaze s’est fait exploser à bord de son véhicule près du convoi.

Les hommes armés contrôlant le quartier de Rachidine empêchent l’évacuation des blessés vers Alep, a en outre appris Sputnik.

« Les terroristes n’autorisent pas les civils à quitter leur territoire pour Alep et ne laissent pas évacuer les personnes blessées », a indiqué à l’agence une source proche du dossier.

Par le biais de médiateurs, l’armée syrienne avait plus tôt parachevé un accord avec les chefs de plusieurs groupes armés aux termes duquel des combattants des villes de Madaya et de Zabadani pouvaient être évacués en toute sécurité vers la province d’Idlib. En échange, les extrémistes ont autorisé l’évacuation vers Alep de plusieurs milliers d’habitants de villages chiites.

Vendredi, un convoi de 75 cars a transporté vers Alep quelque 5 000 civils.​​

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l’application Telegram sur n’importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

https://fr.sputniknews.com/international/201704151030916891-alep-attaque-victimes/

*

L’attaque terroriste près d’: «Les terroristes ne laissent pas évacuer les blessées»

⚡️ L’attaque contre des personnes évacuées près d’ fait au moins 70 victimeshttps://sptnkne.ws/eeZD  pic.twitter.com/oYEVEwA24c 

⚡️ L’attaque contre des personnes évacuées près d’ fait au moins 70 victimeshttps://sptnkne.ws/eeZD  pic.twitter.com/oYEVEwA24c

*

*

*

*

Nibiru_Final_Update.

*

*

Cliquez sur:

Nibiru

pour accéder à tous les Liens

*

*

 

SYRIE _ Le vice ministre syrien des Affaires étrangères Ayman Soussan _ sur la radio Sputnik le 13 avril .  _______ 13_04_2017 .

SYRIE _ Le vice ministre syrien des Affaires étrangères Ayman Soussan _ sur la radio Sputnik le 13 avril . _______ 13_04_2017 .

15-04-2017

 

Nibiru – SYRIE
SYRIE _ Le vice ministre syrien des Affaires étrangères Ayman Soussan _ sur la radio Sputnik le 13 avril . _______ 13_04_2017 .

 

*

SYRIE

le vice ministre syrien des Affaires étrangères Ayman Soussan,

radio Sputnik le 13 avril 2017   Partie 2. 

*

SYRIE

vice ministre syrien des Affaires étrangères Ayman Soussan,

radio Sputnik 13 04 2017    Partie 1 

*

Un ministre syrien à Trump : Regardez-vous avant de qualifier Bachar el-Assad d’«animal»

Un ministre syrien à Trump : Regardez-vous avant de qualifier Bachar el-Assad d'«animal»© Kevin Lamarque
Le président des Etats-Unis Donald Trump

En pleine crise diplomatique après le bombardement américain de la base d’Al-Chaayrate, le vice-ministre syrien des Affaires étrangères a répondu à Donald Trump, qui avait qualifié son homologue syrien d’«animal».

«Quand on est [soi-même] un animal, on ne doit pas penser que tout le monde est comme soi», a lancé le vice-ministre syrien des Affaires étrangères Ayman Soussan, sur la radio Sputnik le 13 avril.

Le responsable a ensuite souligné que Bachar el-Assad étant «le président d’un Etat souverain élu par son peuple», c’était «le peuple syrien, et non Trump […] qui devrait donner son appréciation».

Le 11 avril, Donald Trump avait déclaré sur la chaîne Fox Business que «si la Russie n’était pas aller soutenir cet animal [Bachar el-Assad], il n’y aurait pas eu de problèmes».

Le même jour, le porte-parole de la Maison Blanche Sean Spicer avait comparé le chef d’Etat syrien au dirigeant du IIIe Reich, précisant : «Une personne aussi abjecte que Hitler n’a pas utilisé de gaz sur son propre peuple de la même façon qu’Assad». Le responsable américain avait ensuite présenté ses excuses aux victimes de l’Holocauste.

Le 7 avril, les Etats-Unis ont bombardé la base aérienne de l’armée syrienne d’Al-Chaayrate, un acte qualifié d’«agression» et de «viol éhonté des principes du droit international» par le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov.

L’administration Trump a de son côté assuré avoir agi en représailles à l’attaque chimique présumée de Khan Cheikhoun, pour laquelle elle accuse l’armée syrienne sans fournir de preuves. Damas, de son côté, a qualifié l’attaque présumée de «fabrication» occidentale servant de prétexte à des frappes américaines contre les forces syriennes.

https://francais.rt.com/international/36886-damas-washington-regardez-vous-avant-dire-bachar-el-assad-animal

*

Le porte-parole de la Maison Blanche s’excuse pour sa comparaison «déplacée» entre Assad et Hitler

Le porte-parole de la Maison Blanche s'excuse pour sa comparaison «déplacée» entre Assad et Hitler© Joshua Roberts Source: Reuters
Sean Spicer

Revenant sur l’attaque chimique imputée par Washington à Bachar el-Assad, le porte-parole de la Maison Blanche Sean Spicer avait estimé que ce dernier avait fait pire qu’Adolf Hitler. Une déclaration qui a soulevé une volée de critiques.

Le 11 avril, le secrétaire de presse de la Maison Blanche Sean Spicer, s’est confondu en excuses après avoir déclaré de façon «totalement inappropriée et déplacée» que le président syrien Bachar el-Assad était pire qu’Adolf Hitler.

En cause, le fait que le président syrien aurait, selon Sean Spicer, utilisé du gaz sarin contre son propre peuple, tandis que le leader du IIIe Reich n’y aurait eu recours que dans les camps de la mort durant l’Holocauste, ce qui serait, visiblement, moins grave.

«Ma référence était totalement inappropriée et insultante envers les victimes de l’Holocauste, un crime qui ne peut être comparé à aucun autre. Je vous demande de m’excuser, c’était une erreur grossière de ma part», a déclaré Sean Spicer dans une interview à CNN.

Sean Spicer apologizes for making « inappropriate, insensitive reference to the Holocaust. » http://apne.ws/2o259Yn 

Spicer apologizes for ‘insensitive’ reference to Holocaust

WASHINGTON (AP) — White House press secretary Sean Spicer is apologizing for making an « insensitive » reference to the Holocaust in earlier comments about Syrian President Bashar A

 » href= »https://twitter.com/intent/retweet?tweet_id=851926796496928768″ data-scribe= »element:retweet »> 247247 Retweets

Quelques heures plus tôt, le porte-parole de la Maison Blanche avait pourtant décidé de sortir l’artillerie lourde. «Pendant la Seconde Guerre mondiale, on n’a pas utilisé d’armes chimiques. Une personne aussi abjecte qu’Hitler n’est même pas tombée aussi bas qu’aller jusqu’à utiliser des armes chimiques», avait-il déclaré lors de son point presse quotidien à la Maison Blanche, ajoutant : «La Russie doit se demander si [la Syrie] est un pays avec lequel elle veut s’aligner.»

Invité quelques minutes plus tard par une journaliste à préciser son parallèle avec le chef du IIIe Reich, Sean Spicer a ajouté : «En ce qui concerne le gaz sarin : Hitler n’a pas utilisé de gaz sur son propre peuple comme Assad  […] Je sais qu’il en a usé dans les camps de l’Holocauste. Mais je parle de la façon dont Assad y a eu recours, allant dans les villes et visant des innocents, au milieu des villes…»

Un peu plus tard, le porte-parole, rapidement accusé d’avoir oublié les millions de morts, y compris allemands, des chambres à gaz, avait déclaré dans un communiqué : «Je n’ai aucunement tenté de minimiser la nature terrible de l’Holocauste. J’ai essayé de créer un contraste avec la tactique consistant à utiliser des avions pour larguer des armes chimiques sur des populations.»

«Toute attaque visant des innocents est répréhensible et inexcusable», avait-il assuré.

La veille, Sean Spicer avait pourtant éludé la question d’un journaliste qui cherchait à savoir si le président Donald Trump considérait Bachar el-Assad comme un criminel de guerre. «C’est aux tribunaux de décider», avait-il ainsi affirmé.

La 10 avril, il avait aussi créé la confusion en déclarant que Donald Trump serait prêt à agir militairement si le régime syrien usait aussi de barils explosifs. La Maison Blanche était ensuite revenue sur ses propos.

Berlin condamne la comparaison Hitler/el-Assad

Le 11 avril en début d’après-midi, la chancellerie allemande a dénoncé la comparaison faite par le porte-parole de la Maison Blanche entre le président syrien et Adolf Hitler, a rapporté l’AFP.

«Chaque comparaison de situations actuelles avec les crimes du national-socialisme ne mène à rien de bon», a déclaré le porte-parole d’Angela Merkel, Steffen Seibert, lors d’une conférence de presse.

*

Jean-Marc Ayrault «indigné» par la présence d’un vice-ministre syrien à un colloque à Paris

– Avec AFP

 Jean-Marc Ayrault «indigné» par la présence d'un vice-ministre syrien à un colloque à Paris© Christof STACHE Source: AFP
jean-Marc Ayrault 

Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault a dénoncé la réception à Paris, lors d’un colloque organisé, entre autres, par Thierry Mariani le 11 avril, d’un vice-ministre syrien, Ayman Soussan.

«Après l’ignoble attaque chimique, des députés LR [Les Républicains] invitent un vice-ministre d’Assad, à Paris, au centre culturel russe. Je suis indigné !», a tweeté le chef de la diplomatie française. Référence implicite de Jean-Marc Ayrault à l’attaque chimique présumée du 4 avril, imputée sans preuves au régime syrien par Washington et de nombreuses chancelleries occidentales.

Après l’ignoble attaque chimique, des députés LR invitent un vice-ministre d’al Assad, à Paris, au centre culturel russe. Je suis indigné !

Un colloque intitulé «La Syrie, un drame qui ne peut plus durer» a été co-organisé par les députés LR Thierry Mariani, Nicolas Dhuicq et le député socialiste Gérard Bapt (président du groupe d’amitié France-Syrie à l’Assemblée), le 11 avril. Ayman Soussan, ministre-adjoint des Affaires étrangères syrien, a participé à l’événement.

«Le colloque était prévu depuis deux mois dans une salle de l’Assemblée. Mais après l’annulation la semaine dernière d’une réunion à Bruxelles avec le vice-ministre, j’ai senti qu’il y avait un risque d’annulation du colloque à l’Assemblée. C’est pourquoi il s’est tenu au centre culturel russe de Paris», a confié Thierry Mariani à l’AFP.

Une après-midi d’échange géopolitique et humanitaire sur la  au Centre culturel de . @SOSCdOrient@AEDenFrance @ThierryMARIANI

Quelques jours plus tôt, le Parlement européen fermait ses portes à un haut responsable syrien

La semaine dernière, le président du Parlement européen, Antonio Tajani, avait jugé «inopportune» l’organisation dans les locaux du Parlement européen d’une conférence sur la Syrie à l’initiative de l’eurodéputé espagnol Javier Couso Permuy (Gauche unitaire européenne), à laquelle devait participer un responsable syrien.

Dans un message consulté par l’AFP, Antonio Tajani avait déclaré «qu’à la suite de l’usage récent d’armes chimiques et des développements» en Syrie, il avait décidé de ne pas autoriser la tenue de cet événement dans les locaux du Parlement.

Le 5 avril, au lendemain de l’attaque chimique présumée de Khan Cheikhoun dans la province d’Idleb, la Russie avait annoncé qu’elle continuerait à aider Damas dans sa lutte contre le terrorisme. Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, avait en outre confirmé que la contamination avait pour origine un dépôt d’armes chimiques rebelle. Moscou a appelé à l’organisation d’une enquête indépendante sur ce drame, et dénoncé les accusations occidentales contre l’armée syrienne.

Lire aussi : Elections présidentielles : comment les candidats voient-ils la relation franco-russe ?

https://francais.rt.com/france/36753-jean-marc-ayrault-indigne-par-vice-ministre-syrie-colloque-paris

*

*

*

Nibiru_Final_Update.

*

*

Cliquez sur:

Nibiru

pour accéder à tous les Liens

*

*

 

Ahmed Kadhaf Al-Dam appelle « Trump » via « Facebook » pour construire une alliance avec la Russie .  _________________ ______________ 13_04_2017 .

Ahmed Kadhaf Al-Dam appelle « Trump » via « Facebook » pour construire une alliance avec la Russie . _________________ ______________ 13_04_2017 .

12-04-2017

 

Nibiru  –  LIBYE  –  SYRIE

Ahmed Kadhaf Al-Dam appelle « Trump » via « Facebook » pour construire une alliance avec la Russie . _________________ 13_04_2017 .

 

*

In the Name of Allah, The Most Gracious

To the President of the United States, Mr. Donald J. Trump

Accueil Presse arabe

Ahmed Kadhaf Al-Dam appelle « Trump » via « Facebook » pour former une alliance avec la Russie

أحمد قذاف الدم يدعو « ترامب » عبر « فيس بوك » لبناء تحالف مع روسيا

Jeudi 13 avril 2017 06:24 m
أحمد قذاف الدم يدعو "ترامب" عبر "فيس بوك" لبناء تحالف مع روسيا Ahmed Kadhaf Al-Dam 

*

بسم الله الرحمن الرحيم

رسالة الي الرئيس دونالد ترامب

السيد الرئيس : لقد كنا ولا زلنا نري فيك مرحلة جديدة في تاريخ الولايات المتحدة .. التي صنعناها جميعاً شعوب الأرض .. الافارقة والعرب والاوروبيين واللاتينيين والاسيويين .. ووصلت بقيمها أن تتربع علي عرش العلوم .. ومثال رائع للتعايش .

وككل الامبراطوريات عبر التاريخ .. تنجر بل وتنزلق نحو نهايتها .. وتنساق نحو روح الطغيان .. كما يقول القران  » كلا إن الإنسان ليطغى أن رآه استغنى » وأصبحت الولايات المتحدة تدس أنفها في امور أمم أخري .. مباشرة تاره .. وتاره اخري تجر من انفها لصراع لا يعنيها .. وانما تستخدم كما يحدث في صراع الشرق الاوسط .. أو في معارك لم تعد واجبة لدعم اوروبا .. خاصة بعد سقوط الخط الاحمر .. وتم استنزاف امريكا .. وتساقط جنودها .. في كل مكان .. دفاعاً عن الباطل .. من بغداد الي طرابلس .

ولذا ما أريد قوله اليوم أنكم يا سيادة الرئيس : وحسبما تابعت مع حملتكم التي ايدناها .. لأنكم شخصتم الواقع وانحزتم الي امريكا .. وبذلك تعيدون صياغة حلمها الجديد .
 وتصبح صورتها التي تشوهت عبر عقود .. من لغة الصواريخ وحاملات الطائرات .. التي لا تنشر قيماً ولا مباديء ولا سلام .. فالمسيح لم يكن يحمل سكيناً ولا بندقية .

سيادة الرئيس : إن انطلاقتكم يتم التآمر عليها .. واليوم يسعون لردكم للمربع الاول.. لصالح حلف لم يعد صالحاً لهذه الحقبه .. وما سوريا إلا فخ نصب بعناية .. وجركم لمواجهة مع روسيا الجديدة .. التي لم تعد حلفاً للشيطان .. وإنما دولة كبري تساهم في السلام.. ولا مبرر لحالة العداء والصدام معها .. واعادتها لحلفها القديم مع الصين .. وكوريا والكثير من الدول العربية والاسلامية والافريقية .. التي ستتحالف معها إذا ما انتكست سياساتكم مرة أخري .. بل قد ينجر العالم من خلال بعض المراهقين السياسيين إلي حرب مدمرة لن تستثني أحداً ولن ينتصر فيها أحدوستكون الطامة الكبري .

سيادة الرئيس ما أدعوا اليه اليوم هو ان تخرج أمريكا من القوقعة المتهالكة .. وأن تبني إستراتيجية جديدة بالتحالف مع روسيا .. والعمل معاً من اجل السلام والاستقرار .. بدئاً من العراق وسوريا واليمن وليبيا وبعدها مشكلة الصراع علي فلسطين ..وكل ذلك بعيداً عن كل المتطفلين الصغار .. في أوروبا والشرق الاوسط .. وسيكون هذا الحلف الجديد صمام أمان .. وبذلك تخلقون واقعاً جديداً مزدهراً لكل شعوب الأرض .. وستكتبون لكم مكاناً في التاريخ .

وإلا علي الأرض السلام .. والسلام علي من أتبع الهدي .

أحمد قذاف الدم
 المبعوث الخاص للزعيم القذافي

2017/4/13

L’image contient peut-être : texte
L’image contient peut-être : texte

*

Appelle Al-Dam Ahmed Kadhafi pour « Trump » par « Facebook » pour construire une alliance avec la Russie

Jeudi, 13 Avril, 2017 18:24

appelle le sang Ahmed Kadhafi pour « Trump » par « Facebook » pour construire une alliance avec la RussieAl-Dam Ahmed Kadhaf

Haitham Salama a écrit

Visage Ahmed Gadaffi Aldam, coordonnateur des anciennes relations libyennes, une lettre au président américain Donald Trump, par le biais de sa page sur les réseaux sociaux site « Facebook », qui appelle à la construction d’une nouvelle alliance stratégique avec la Russie, et de travailler ensemble pour la paix et la stabilité.

Le  Kadhaf Aldam en disant: « Monsieur le Président: Nous avons été et voir encore en vous une nouvelle étape dans l’histoire des États-Unis .. nous avons créé tous les peuples de la terre .. Africains, les Arabes, les Européens, les Latinos et les Asiatiques .. et a atteint ses valeurs qui se trouve sur le trône de la science .. Un exemple d’une coexistence merveilleuse ».

Il a ajouté: « Les empires entiers à travers l’histoire .. traînés dans et glisser vers le bas vers la fin .. et la dérive vers l’esprit de la tyrannie .. Comme le Coran dit: » Tant l’homme de noyer qui l’a vu limogé « et est devenu aux Etats-Unis fourrer son nez dans les affaires des autres nations .. directement parfois .. et parfois glisser de son nez au conflit ne se soucie pas .. mais utilisé comme il arrive dans le conflit du Moyen-Orient .. ou dans les batailles ne sont plus en raison du soutien de l’Europe .. surtout après la chute de la ligne rouge .. il drainait l’Amérique .. et la perte de ses soldats .. partout. . pour la défense de mensonge .. de Bagdad à Tripoli « .

Il a poursuivi: « Alors, ce que je veux dire aujourd’hui que vous, Monsieur le Président: Comme vous continuez votre campagne, que nous avons soutenu .. parce que vous réalité Chkstm Anhzatm en Amérique .. Ainsi Taidon la rédaction du nouveau rêve et devenir l’image ternie par des décennies .. langue de fusée et porte-avions .. qui ne publient pas les valeurs ni les principes ni la paix .. Christ ne portait un couteau et une arme à feu ».

Et a continué: « Monsieur le Président: Antlaguetkm conspire contre .. Et aujourd’hui, à la recherche de votre réponse à la case .. en faveur de l’alliance n’est plus valable pour cette époque .. La Syrie est seulement un piège soigneusement .. et Jrkm pour faire face à la nouvelle Russie .. qui n’est plus une alliance de Satan .. mais un contributeur majeur à la paix .. aucune justification à l’état d’hostilité et de confrontation avec eux .. et retourner l’ancienne alliance avec la Chine, la Corée et de nombreux pays arabes, islamiques et africains .. qui a ensuite allié avec eux si elles ont rechuté vos politiques à nouveau .. mais a traîné le monde à travers certains adolescents politiques à une guerre dévastatrice ne dispense personne et ne prévaudra pas où l’on sera un grand désastre ».

Il a expliqué: « Monsieur le Président, ce que j’espère que lui aujourd’hui est que l’Amérique hors de sa coquille en ruine .. et construire une nouvelle alliance stratégique avec la Russie .. et de travailler ensemble pour la paix et la stabilité .. à partir de l’Irak, la Syrie, le Yémen, la Libye, puis le problème du conflit sur la Palestine .. et tout ce qui loin de tous les jeunes pirates .. en Europe et au Moyen-Orient .. ce sera une nouvelle soupape de sécurité alliance .. et créent ainsi une nouvelle réalité prospère pour tous les peuples de la terre .. et Cetkhtbaun vous une place dans l’histoire et que la paix sur la terre .. et la paix soit sur ceux qui suivent des directives « .

Ahmed Kadhaf Al-Dam appelle « Trump » via « Facebook » pour former une alliance avec la Russie

Dans le Ahmed Kadhaf Al-Dam, ancien libyennes relations Coordinator, lettre au président Donald Trump, par l’intermédiaire de son sur le site de réseautage social Facebook, l’invite à construire la nouvelle alliance stratégique avec la Russie et de travailler ensemble pour la paix et la stabilité.

Kozav ajouté Al-Dam, disant : « Monsieur le Président : nous voyons encore en vous une nouvelle étape dans l’histoire des États-Unis. Nous avons fait tous les peuples de la terre. Africains et arabes et européens et Latino et asiatique. Les valeurs atteintes perché sur un trône de la science. Et un excellent exemple de coexistence ».

Il a dit : « comme tous les empires à travers l’histoire. Déplacé et glissement vers sa fin. Et dérive vers l’esprit de la tyrannie. Comme le Coran ne dit « aucun homme pour l’éclipse qui a vu lui supprimés » United States est devenu s’immiscer dans les questions des autres Nations. Parfois, tout droit. Et à d’autres moments de son nez au conflit porté. Mais l’utilisation se produit également dans le conflit du Moyen-Orient. Ou les batailles ne sont plus en raison de la prise en charge de l’Europe. Surtout après la chute de la ligne rouge. La vidange a été l’Amérique. Et les soldats tombant. Dans le monde. Pour la défense du mensonge. De Bagdad à Tripoli.

Il poursuit : « et donc ce que je veux dire aujourd’hui que vous, Monsieur le Président : que vous poursuivez votre campagne, qui l’ont soutenue. Parce que vous en fait un diagnostic et se rangèrent Amérique. Si vous répétera son rêve et devient une nouvelle formulation comme un coups de boutoir au cours des dernières décennies. De la langue des porte-avions et des missiles. Vous ne validez précieux, aucun principe, aucune paix. Jésus n’était pas transporter un couteau et un pistolet. »

Il poursuit : « Sir : antalaktkm il y a conspiration. Aujourd’hui votre réponse pour la première case. Pour l’Alliance n’est plus valable pour cette époque. Et seul piège à la Syrie de tangage avec soin. Et descendre la piste pour rencontrer la nouvelle Russie. Ce n’est plus une Alliance de Satan. Mais grande puissance contribuant à la paix. Et il n’y a pas de justification à l’hostilité et l’affrontement avec eux. Retour à la Chine ancienne et de la Corée avec la prise de serment et beaucoup d’arabes et islamiques et africains pays. Qui fera équipe avec lui si je retourne à nouveau de vos stratégies. Mais jeune monde par le biais de certains adolescents de politiciens guerre dévastatrice ne sera pas inclusive et celui qui va gagner et être bombe. »

Il a dit : « Monsieur le Président, ce qui j’ai prier aujourd’hui consiste à sortir l’Amérique la coquille délabrée. Et d’adopter une nouvelle stratégie en alliance avec la Russie. Et travailler ensemble pour la paix et la stabilité. À partir d’Irak et Syrie, l’Yémen et la Libye et puis le problème du conflit sur la Palestine. Et tout cela loin de tous les jeunes pirates. En Europe et au Moyen-Orient. La nouvelle Alliance sera la soupape de sécurité. Ainsi, en créant un nouveau prospère pour tous les peuples de la terre. Et vous écrivez une place dans l’histoire, ou la paix sur terre. Et que la paix soit sur ceux qui suivent les conseils «.

sang Ahmed obusierAhmed Kadhaf Al-Dam
  Ahmed message sang obusier TrumpMessage de Ahmed Kadhaf Al-Dam à  Trump
Un message Ahmed Gadaffi sangUn message Ahmed Gadaffi Al-Dam

*

الرئيسية أخبار عربية

أحمد قذاف الدم يدعو « ترامب » عبر « فيس بوك » لبناء تحالف مع روسيا

الخميس، 13 أبريل 2017 06:24 م

أحمد قذاف الدم يدعو "ترامب" عبر "فيس بوك" لبناء تحالف مع روسياأحمد قذاف الدم

أحمد قذاف الدم يدعو « ترامب » عبر « فيس بوك » لبناء تحالف مع روسيا

الخميس، 13 أبريل 2017 06:24 م

أحمد قذاف الدم يدعو "ترامب" عبر "فيس بوك" لبناء تحالف مع روسياأحمد قذاف الدم

كتب هيثم سلامة

وجه أحمد قذاف الدم، منسق العلاقات الليبية الأسبق، رسالة إلى الرئيس الأمريكى دونالد ترامب، عبر صفحته على موقع التواصل الاجتماعى « فيس بوك »، يدعوه من خلالها لبناء استراتيجية جديدة بالتحالف مع روسيا، والعمل معًا من أجل السلام والاستقرار.

وأضاف قذاف الدم، قائلًا : « السيد الرئيس: لقد كنا ولا زلنا نرى فيك مرحلة جديدة فى تاريخ الولايات المتحدة.. التى صنعناها جميعاً شعوب الأرض .. الأفارقة والعرب والآوروبيين واللاتينيين والآسيويين .. ووصلت بقيمها أن تتربع على عرش العلوم .. ومثال رائع للتعايش ».

وأشار قائلاً : « وككل الإمبراطوريات عبر التاريخ .. تنجر بل وتنزلق نحو نهايتها.. وتنساق نحو روح الطغيان.. كما يقول القرآن  » كلا إن الإنسان ليطغى أن رآه استغنى » وأصبحت الولايات المتحدة تدس أنفها فى أمور أمم أخرى.. مباشرة تارة .. وتاره أخرى تجر من أنفها لصراع لا يعنيها.. وإنما تستخدم كما يحدث فى صراع الشرق الأوسط.. أو فى معارك لم تعد واجبة لدعم آوروبا.. خاصة بعد سقوط الخط الأحمر.. وتم استنزاف أمريكا.. وتساقط جنودها.. فى كل مكان.. دفاعاً عن الباطل.. من بغداد إلى طرابلس ».

وتابع: « ولذا ما أريد قوله اليوم أنكم يا سيادة الرئيس : وحسبما تابعت مع حملتكم التى أيدناها .. لأنكم شخصتم الواقع وانحزتم إلى أمريكا .. وبذلك تعيدون صياغة حلمها الجديد وتصبح صورتها التى تشوهت عبر عقود.. من لغة الصواريخ وحاملات الطائرات.. التى لا تنشر قيماً ولا مبادىء ولا سلام .. فالمسيح لم يكن يحمل سكيناً ولا بندقية ».

واستطرد: « سيادة الرئيس : انطلاقتكم يتم التآمر عليها.. واليوم يسعون لردكم للمربع الأول.. لصالح حلف لم يعد صالحًا لهذه الحقبة.. وما سوريا إلا فخ نصب بعناية.. وجركم لمواجهة مع روسيا الجديدة.. التى لم تعد حلفًا للشيطان.. وإنما دولة كبرى تساهم فى السلام.. ولا مبرر لحالة العداء والصدام معها.. وإعادتها لحلفها القديم مع الصين وكوريا والكثير من الدول العربية والإسلامية والأفريقية .. التى ستتحالف معها إذا ما انتكست سياساتكم مرة أخرى.. بل قد ينجر العالم من خلال بعض المراهقين السياسيين إلى حرب مدمرة لن تستثنى أحداً ولن ينتصر فيها أحد وستكون الطامة الكبرى ».

وأوضح : « سيادة الرئيس ما أدعوا إليه اليوم هو أن تخرج أمريكا من القوقعة المتهالكة.. وأن تبنى استراتيجية جديدة بالتحالف مع روسيا.. والعمل معًا من أجل السلام والاستقرار.. بدئاً من العراق وسوريا واليمن وليبيا وبعدها مشكلة الصراع على فلسطين.. وكل ذلك بعيدًا عن كل المتطفلين الصغار.. فى أوروبا والشرق الأوسط .. وسيكون هذا الحلف الجديد صمام أمان .. وبذلك تخلقون واقعًا جديدًا مزدهرًا لكل شعوب الأرض .. وستكتبون لكم مكانًا فى التاريخ وإلا على الأرض السلام .. والسلام على من أتبع الهدى » .

أحمد قذاف الدمأحمد قذاف الدم
رسالة أحمد قذاف الدم إلى ترامبرسالة أحمد قذاف الدم إلى ترامب
رسالة أحمد قذاف الدمرسالة أحمد قذاف الدم
Visage Ahmed Gadaffi sang, coordonnateur des relations avec la Libye, une lettre au président américain Donald Trump, à travers sa page sur le site de réseautage social Facebook, appelle à partir de laquelle construire une nouvelle alliance stratégique avec la Russie, et de travailler ensemble pour la paix …
YOUM7.COM

http://m.youm7.com/story/2017/4/13/%D8%A3%D8%AD%D9%85%D8%AF-%D9%82%D8%B0%D8%A7%D9%81-%D8%A7%D9%84%D8%AF%D9%85-%D9%8A%D8%AF%D8%B9%D9%88-%D8%AA%D8%B1%D8%A7%D9%85%D8%A8-%D8%B9%D8%A8%D8%B1-%D9%81%D9%8A%D8%B3-%D8%A8%D9%88%D9%83-%D9%84%D8%A8%D9%86%D8%A7%D8%A1-%D8%AA%D8%AD%D8%A7%D9%84%D9%81/3189349

*

بسم الله الرحمن الرحيم

رسالة الي الرئيس دونالد ترامب

السيد الرئيس : لقد كنا ولا زلنا نري فيك مرحلة جديدة في تاريخ الولايات المتحدة .. التي صنعناها جميعاً شعوب الأرض .. الافارقة والعرب والاوروبيين واللاتينيين والاسيويين .. ووصلت بقيمها أن تتربع علي عرش العلوم .. ومثال رائع للتعايش .

وككل الامبراطوريات عبر التاريخ .. تنجر بل وتنزلق نحو نهايتها .. وتنساق نحو روح الطغيان .. كما يقول القران  » كلا إن الإنسان ليطغى أن رآه استغنى » وأصبحت الولايات المتحدة تدس أنفها في امور أمم أخري .. مباشرة تاره .. وتاره اخري تجر من انفها لصراع لا يعنيها .. وانما تستخدم كما يحدث في صراع الشرق الاوسط .. أو في معارك لم تعد واجبة لدعم اوروبا .. خاصة بعد سقوط الخط الاحمر .. وتم استنزاف امريكا .. وتساقط جنودها .. في كل مكان .. دفاعاً عن الباطل .. من بغداد الي طرابلس .

ولذا ما أريد قوله اليوم أنكم يا سيادة الرئيس : وحسبما تابعت مع حملتكم التي ايدناها .. لأنكم شخصتم الواقع وانحزتم الي امريكا .. وبذلك تعيدون صياغة حلمها الجديد .
وتصبح صورتها التي تشوهت عبر عقود .. من لغة الصواريخ وحاملات الطائرات .. التي لا تنشر قيماً ولا مباديء ولا سلام .. فالمسيح لم يكن يحمل سكيناً ولا بندقية .

سيادة الرئيس : إن انطلاقتكم يتم التآمر عليها .. واليوم يسعون لردكم للمربع الاول.. لصالح حلف لم يعد صالحاً لهذه الحقبه .. وما سوريا إلا فخ نصب بعناية .. وجركم لمواجهة مع روسيا الجديدة .. التي لم تعد حلفاً للشيطان .. وإنما دولة كبري تساهم في السلام.. ولا مبرر لحالة العداء والصدام معها .. واعادتها لحلفها القديم مع الصين .. وكوريا والكثير من الدول العربية والاسلامية والافريقية .. التي ستتحالف معها إذا ما انتكست سياساتكم مرة أخري .. بل قد ينجر العالم من خلال بعض المراهقين السياسيين إلي حرب مدمرة لن تستثني أحداً ولن ينتصر فيها أحدوستكون الطامة الكبري .

سيادة الرئيس ما أدعوا اليه اليوم هو ان تخرج أمريكا من القوقعة المتهالكة .. وأن تبني إستراتيجية جديدة بالتحالف مع روسيا .. والعمل معاً من اجل السلام والاستقرار .. بدئاً من العراق وسوريا واليمن وليبيا وبعدها مشكلة الصراع علي فلسطين ..وكل ذلك بعيداً عن كل المتطفلين الصغار .. في أوروبا والشرق الاوسط .. وسيكون هذا الحلف الجديد صمام أمان .. وبذلك تخلقون واقعاً جديداً مزدهراً لكل شعوب الأرض .. وستكتبون لكم مكاناً في التاريخ .

وإلا علي الأرض السلام .. والسلام علي من أتبع الهدي .

أحمد قذاف الدم
المبعوث الخاص للزعيم القذافي

2017/4/13

Au nom de Dieu le Miséricordieux 

Lettre au Président Donald Trump , 

Monsieur le Président: Nous avons été et je vois encore en vous une nouvelle étape dans l’ histoire des États-Unis .. nous avons créé tous les peuples de la terre .. Africains, les Arabes, les Européens, les Latinos et les Asiatiques .. et atteint ses valeurs qui se trouve sur le trône de la science .. Par exemple , merveilleuse coexistence. 

Les empires entiers à travers l’ histoire .. traînés dans et glisser vers le bas vers la fin .. et la dérive vers l’ esprit de la tyrannie .. Comme le Coran dit , « Tant l’homme se noient en qui l’a vu limogé » et est devenu le États-Unis fourrer son nez dans des choses d’ autres nations .. directement Ouattara .. et d’ autres fois mené de son nez le conflit ne se soucie pas .. mais utilisé comme il se passe dans le conflit du Moyen – Orient .. ou dans les batailles sont plus en raison de soutenir l’ Europe .. surtout après la chute de la ligne rouge .. il drainait l’ Amérique .. la perte de ses soldats .. partout .. dans la défense du mensonge .. de Bagdad à Tripoli. 

Donc ce que je veux à dire aujourd’hui que vous, Monsieur le Président: Comme vous continuez votre campagne , que nous avons soutenue .. parce que vous Chkstm réalité Anhzatm en Amérique .. Ainsi Taidon la rédaction du nouveau rêve. 
Et son image ternie par des décennies .. grâce à la langue des missiles et des porte-avions .. qui ne publient pas les valeurs ni les principes ni la paix .. Christ ne portait un couteau et un pistolet. 

Monsieur le Président: Le Antlaguetkm conspire contre .. Aujourd’hui , la recherche de votre réponse à la case départ .. en faveur de l’ alliance est plus valable pour cette époque .. La Syrie estseulement un piège en place soigneusement .. et Jrkm pour faire face à la nouvelle Russie .. qui estplus une alliance de Satan .. mais l’ Etat unecontribution majeure à la paix .. aucune justification à l’ état d’ hostilité et de la confrontation avec elle .. et apporter ce retour à l’ ancienne alliance avec laChine .. la Corée et la plupart des les pays arabes, islamiques et africains .. qui a ensuite allié avec eux si elles ont rechuté vos politiques une fois de plus .. mais a traîné le monde à travers certains adolescents politiques à une guerre destructrice quin’exclure personne et ne gagnera pas la catastrophe majeure Ohdocetkon. 

Monsieur le Président , ce que je l’ espère pour lui aujourd’hui est que l’ Amérique de sa coquille enruine .. et construire une nouvelle alliance stratégique avec la Russie .. et de travailler ensemble pour la paix et la stabilité .. à partir de l’Irak, la Syrie, le Yémen, la Libye , puis le problème du conflit sur la Palestine ..okl si loin de tout .. jeunes pirates en Europe et au Moyen – Orient .. ce sera une nouvelle valve de sécurité alliance .. et donc sont la création d’ une nouvelle réalité prospère pour tous les peuples de la terre .. et vous Cetkhtbaun une place dans l’ histoire. 

Dans le cas contraire , la paix sur la terre .. et la paix soient sur ceux qui suivent des conseils. 

Ahmed obusier sang 
envoyé spécial du chef Kadhafi 

13/04/2017

*

*

*

Nibiru_Final_Update.

*

*

Cliquez sur:

Nibiru

pour accéder à tous les Liens

*

*

 

Le président de la Syrie répondant aux journalistes de l’AFP _ Bachar el-Assad: l’attaque chimique est « une fabrication à 100% »  .   ______ 13_04_2017 .

Le président de la Syrie répondant aux journalistes de l’AFP _ Bachar el-Assad: l’attaque chimique est « une fabrication à 100% » . ______ 13_04_2017 .

12-04-2017

 

Nibiru  –   SYRIE

Le président de la Syrie répondant aux journalistes de l’AFP _ Bachar el-Assad: l’attaque chimique est « une fabrication à 100% » . ______ 13_04_2017 .

 

*

Bachar el-Assad : l’attaque chimique présumée de Khan Cheikhoun est «une fabrication à 100%»

Bachar el-Assad : l'attaque chimique présumée de Khan Cheikhoun est «une fabrication à 100%»© HANDOUT / SYRIAN PRESIDENCY PRESS OFFICE / AFP
Le président de la Syrie, Bachar el-Assad, répondant aux journalistes de l’AFP

Le dirigeant syrien a accusé Washington de ne pas réellement œuvrer à une solution en Syrie et d’être complice des terroristes. Il s’est dit prêt à ouvrir une enquête internationale sur l’attaque chimique présumée.

Le président de la Syrie, Bachar el Assad, répondant aux journalistes de l’AFP 12 04 2017 

Khan Cheikhoun, une «fabrication» occidentale selon Damas

«Il s’agit pour nous d’une fabrication à 100% […] Notre impression est que l’Occident, principalement les Etats-Unis, est complice des terroristes et qu’il a monté toute cette histoire pour servir de prétexte à l’attaque [de la base syrienne d’Al-Chaayrate]», a déclaré Bachar el-Assad dans un entretien à l’AFP réalisé le 12 avril et diffusé le lendemain.

Assad: l’attaque chimique est « une fabrication à 100% »

Ajoutée le 13 avr. 2017

Le président Bachar al-Assad a affirmé que l’attaque chimique présumée sur une ville rebelle de Syrie était totalement fabriquée, dans un entretien exclusif accordé mercredi 12 avril 2017 à l’AFP à Damas. SONORE.

Assad: l’attaque chimique, « prétexte » à l’attaque américaine

Ajoutée le 13 avr. 2017

Le président Bachar al-Assad a affirmé que l’attaque chimique présumée sur une ville rebelle de Syrie a servi de « prétexte » pour justifier les frappes américaines contre l’armée syrienne, dans un entretien exclusif accordé mercredi à l’AFP à Damas. SONORE.

Le président syrien a poursuivi : «Nous ne possédons pas d’armes chimiques […] Il y a plusieurs années, en 2013, nous avons renoncé à tout notre arsenal […] Et même si nous possédions de telles armes, nous ne les aurions jamais utilisées.»

«Les seules informations dont dispose le monde [sur l’attaque chimique présumée] jusqu’à présent sont celles publiées par la branche d’Al-Qaïda», Fateh al-Cham, qui contrôle en majorité la ville de Khan Cheikhoun, a-t-il poursuivi.

Nous ne pouvons permettre une enquête que si elle est impartiale

Le chef d’Etat s’est ensuite dit prêt à l’ouverture d’une enquête internationale sur l’attaque présumée, à condition que celle-ci soit indépendante.

«Nous allons œuvrer [avec la Russie] en vue d’une enquête internationale. Mais elle doit être impartiale. Nous ne pouvons permettre une enquête que si, et seulement si, elle est impartiale et en nous assurant que des pays impartiaux y prendront part pour être sûrs qu’elle ne sera pas utilisée à des fins politiques», a déclaré Bachar el-Assad.

Le bombardement d’Al-Chaayrate, inefficace

Il a ensuite évoqué la frappé américaine contre la base d’Al-Chaayrate, après laquelle Washington avait prétendu avoir détruit 20% des capacités aériennes des forces syriennes.

«Notre puissance de feu, notre capacité à attaquer les terroristes n’a pas été affectée par cette frappe», a rétorqué Bachar el-Assad.

 

Pour Assad, Washington n’est « pas sérieux »

Ajoutée le 13 avr. 2017

Le président syrien Bachar al-Assad a affirmé que les Etats-Unis n’étaient pas « sérieux » dans la recherche d’une solution politique en Syrie, les accusant d’utiliser le processus politique de Genève pour venir en aide aux rebelles qui perdent du terrain face au régime.

Washington «pas sérieux» dans sa recherche de solution en Syrie

«Les Etats-Unis ne sont pas sérieux [dans la recherche] d’une solution politique quelconque. Ils veulent utiliser le processus politique comme un parapluie pour les terroristes», a également lancé le dirigeant syrien.

Questionné sur la possibilité d’une seconde frappe américaine, Bachar el-Assad a déclaré s’y préparer.

«Tant que les Etats-Unis resteront gouvernés par ce rassemblement du complexe militaro-industriel, d’entreprises financières et bancaires, ce qu’on peut appeler l’état profond qui œuvre dans l’intérêt de ces groupes, bien sûr que cela peut se reproduire n’importe quand et n’importe où, et pas seulement en Syrie», a-t-il affirmé.

«La situation humanitaire en Syrie, l’effusion quotidienne du sang, l’endurance, les souffrances ressenties dans chaque foyer en Syrie. C’est la seule chose pénible et fatigante, si on peut parler de « fatigue ». Mais si vous vouliez parler de la guerre, de la politique, des rapports avec l’Occident, non, je ne suis pas du tout fatigué, car nous défendons notre pays, et on ne se lassera jamais de le défendre», a-t-il conclu.
L’interview de Bachar el-Assad à l’AFP survient dans un contexte particulièrement tendu, Washington ayant bombardé la base aérienne syrienne d’Al-Chaayrate le 7 avril. L’administration Trump a indiqué avoir agi en représailles à l’attaque chimique présumée de Khan Cheikhoun, que Washington impute à l’armée syrienne, sans fournir de preuves.

Lire aussi : La Syrie demande l’ouverture d’une enquête impartiale sur l’utilisation d’armes chimiques

https://francais.rt.com/international/36834-bachar-el-assad-entretien-afp

*

*

*

*

*

Nibiru_Final_Update.

*

*

Cliquez sur:

Nibiru

pour accéder à tous les Liens

*

*

 

⚡️ #Urgent Le Pentagone n’a aucune preuve de l’existence d’armes chimiques sur la base de Shayrat 08_04_2017 . ______ Frappes US en Syrie _ Dans la nuit du 6 au 7 avril, 59 missiles Tomahawk ont été tirés par les navires américains _ neuf civils dont quatre enfants sont morts aux abords de la base. L’armée syrienne a également précisé que dix soldats syriens avaient été tués dans les frappes, _______ 07_04_2017 .

07-04-2017

 

 

Nibiru  – SYRIE

⚡️ #Urgent Le Pentagone n’a aucune preuve de l’existence d’armes chimiques sur la base de Shayrat 08_04_2017 . ______  

Frappes US en Syrie _ Dans la nuit du 6 au 7 avril. 59 missiles Tomahawk ont été tirés par les navires américains _ neuf civils dont quatre enfants sont morts aux abords de la base. L’armée syrienne a également précisé que dix soldats syriens avaient été tués dans les frappes _______ 07_04_2017 .

Le Daily Mail retire un article sur le plan US d’organiser une attaque chimique en Syrie

Urgent: Pas de preuve de la présence du sarin dans la base syrienne attaquée

*

⚡️ #Urgent 

Le Pentagone n’a aucune preuve de l’existence d’armes chimiques sur la base de Shayrat

Les conséquences des frappes aériennes US contre la base militaire Shayrat en Syrie

Le Pentagone n’a aucune preuve de l’existence d’armes chimiques sur la base de Shayrat

© Sputnik. Mikhail Voskresenskiy

INTERNATIONAL

15:08 08.04.2017(mis à jour 15:54 08.04.2017) URL courte
201819300

Ni le Pentagone ni le Département d’État américain n’ont fourni de preuve de l’existence d’armes chimiques sur la base aérienne syrienne de Shayrat au lendemain de la frappe effectuée par les navires de la marine US contre cet aérodrome, a déclaré samedi le major-général Igor Konachenko, porte-parole du ministère russe de la Défense.

« Une journée après le tir de missiles effectué par des navires américains contre l’aérodrome de Shayrat, ni le Pentagone ni le Département d’État n’ont présenté de preuve de l’existence d’armes chimiques sur cette base aérienne », a déclaré aux journalistes M. Konashenkov le samedi 8 avril.

Le major-général a noté que l’aéroport avait été visité par des dizaines de représentants des médias, des autorités locales, des sapeurs-pompiers, de la police, sans parler des militaires de l’armée syrienne.

« Néanmoins, personne n’a découvert de « stocks » et surtout de munitions « chimiques » », a souligné le porte-parole.

M. Konachenkov a par ailleurs fait savoir que toutes les personnes qui étaient présentes sur la base ne portaient pas de masques à gaz et se sentaient tout à fait normal.

Ainsi, une question se pose, estime M. Konachenkov: « Qu’est-ce qui a été glissé et une nouvelle fois à l’oreille du Président américain sous couvert de « preuve » de l’existence d’armes chimiques dans un État détesté par Washington, et qui l’a fait?»

 

Igor Konachenkov a souligné que « tout membre de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC), respectée même par les États-Unis, sait qu’il est impossible de cacher les restes d’agents chimiques ou de leurs précurseurs sur les lieux de stockage même après des mois ou des années. »

Selon M. Konachenkov, cette situation « ressemble par trop au tube rempli de poudre blanche de Colin Powell ou aux rapports du Premier ministre britannique au sujet de la présence présumée d’armes chimiques en Irak ».

.

Dans la nuit de jeudi à vendredi, 59 missiles américains Tomahawk ont été tirés depuis des destroyers de l’US Navy dans l’est de la Méditerranée, touchant plusieurs cibles sur la base aérienne de Shayrat, dans la région d’Homs (ouest de la Syrie). Neuf personnes auraient été tuées, dont quatre enfants, selon Damas, et d’importantes destructions ont été constatées. Selon le ministère russe de la Défense, quatre militaires syriens ont été tués et deux sont portés disparus.D’après l’information du ministère de la Défense russe, quatre soldats syriens ont été tués, deux sont portés disparus et six ont perdu la vie en combattant un incendie.

Par ailleurs, le ministère russe a indiqué que la frappe avait détruit un entrepôt logistique, un bâtiment de formation, un réfectoire, six avions MiG-23 en réparation et un radar.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l’application Telegram sur n’importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

https://fr.sputniknews.com/international/201704081030804136-usa-syrie-preuve-armes-chimique/

*

 

– SYRIE

Frappes US en Syrie _ Dans la nuit du 6 au 7 avril. 59 missiles Tomahawk ont été tirés par les navires américains _ neuf civils dont quatre enfants sont morts aux abords de la base. L’armée syrienne a également précisé que dix soldats syriens avaient été tués dans les frappes _______ 07_04_2017 .

Le Daily Mail retire un article sur le plan US d’organiser une attaque chimique en Syrie

Urgent: Pas de preuve de la présence du sarin dans la base syrienne attaquée

*

*

  1. Le Pentagone déclare avoir préalablement informé la Russie de l’ heure et le lieu du bombardement.
  2. Les troupes russes stationnées dans cette base, ont reçu des instructions pour quitter les lieux avec leur matériel, en revanche l’ OTAN n’ a pas été informée…

*

🎥 #SputnikVidéo Trump annonce qu’il avait ordonné de frapper la base en Syrie 

 

🎥 #SputnikVidéo Trump annonce qu’il avait ordonné de frapper la base en Syrie 
https://sptnkne.ws/ebeZ

*

Des frappes US en Syrie «à la limite du conflit militaire avec la Russie»

«Des frappes US en Syrie à la limite du conflit militaire avec la Russie»

Des frappes US en Syrie «à la limite du conflit militaire avec la Russie»

© Sputnik. Dmitry Astakhov

INTERNATIONAL

18:12 07.04.2017(mis à jour 18:17 07.04.2017) URL courte
343330

Les États-Unis ont effectué des frappes aériennes en Syrie « à la limite du conflit militaire avec la Russie », c’est ainsi que le Premier ministre russe Dmitri Medvedev a qualifié l’acte de Washington, soulignant que cela avait été fait en violation du droit international et des procédures intérieures américaines.

Dmitri Medvedev, Premier ministre russe, a critiqué sur sa page Facebook la décision de l’administration du Président américain Donald Trump de bombarder le territoire syrien.

« En dépit de belles paroles sur la lutte conjointe contre Daech, le principal ennemi, l’administration de Trump a prouvé qu’elle allait mener un combat contre le gouvernement légitime syrien. En contradiction avec les normes du droit international, sans approbation de l’Onu. Avec la violation de ses propres procédures établissant la nécessité d’avertir le Congrès sur une opération militaire qui n’est pas liée avec les attaques aux États-Unis », a-t-il écrit ce vendredi, ajoutant que cet incident se situait « à la limite du conflit militaire avec la Russie ».

 

Дмитрий Медведев

il y a 2 heures

— English text below —

Все. Остатки предвыборного тумана рассеялись. Вместо растиражированного тезиса о совместной борьбе с главным врагом – ИГИЛ («Исламским государством») администрация Трампа доказала, что будет яростно вести борьбу с законным правительством Сирии. В жестком противоречии с нормами международного права, без одобрения ООН. С нарушением собственных процедур, устанавливающих необходимость предварительного уведомления Конгресса о военной операции, которая не связана с нападением на США. На грани боевых столкновений с Россией.
Никто не преувеличивает ценности предвыборных обещаний, но все же есть пределы приличия. За ними – абсолютное недоверие. Что совсем печально для наших вконец испорченных отношений. И конечно, отрадно для террористов.
И ещё. Своей военной акцией администрация президента США доказала и свою несамостоятельность, свою крайнюю зависимость от мнения вашингтонского истеблишмента, который резко критиковал в инаугурационной речи новый президент. Сразу после его избрания я заметил, что все будет зависеть от того, как быстро сломает предвыборные установки Трампа существующая машина власти. Ей понадобилось два с половиной месяца …

That’s it. The last remaining election fog has lifted. Instead of an overworked statement about a joint fight against the biggest enemy, ISIS (the Islamic State), the Trump administration proved that it will fiercely fight the legitimate Syrian government, in a tough contradiction with international law and without UN approval, in violation of its own procedures stipulating that the Congress must first be notified of any military operation unrelated to aggression against the US. On the verge of a military clash with Russia.
Nobody is overestimating the value of pre-election promises but there must be limits of decency.
Beyond that is absolute mistrust. Which is really sad for our now completely ruined relations. And which is good news for terrorists.
One more thing. This military action is a clear indication of the US President’s extreme dependency on the opinion of the Washington establishment, the one that the new president strongly criticised in his inauguration speech. Soon after his victory, I noted that everything would depend on how soon Trump’s election promises would be broken by the existing power machine. It took only two and a half months

_

D’après M. Medvedev, « les restes du brouillard de la campagne électorale se sont définitivement dissipés ».

« Personne n’exagère les valeurs des promesses électorales mais il y a tout de même des limites à la décence. Après vient l’incrédulité totale, ce qui est très triste pour nos relations détériorées. Et, bien sûr, c’est réjouissant pour les terroristes », a-t-il assuré.

Suite à l’attaque chimique de mardi à Khan Cheikhoun, attribuée par l’Occident aux forces armées syriennes, le Président américain Donald Trump a ordonné une frappe ciblée contre la base aérienne syrienne de Shayrat. Vendredi matin, une soixantaine de missiles de croisière Tomahawk ont été tirés par les navires américains USS Porter et USS Ross, qui se trouvaient en Méditerranée, faisant selon Damas neuf morts, dont quatre enfants, et causant d’importantes destructions.En réaction à l’attaque américaine, la Russie a suspendu son accord avec Washington sur la prévention des incidents et la sécurité des vols lors des opérations en Syrie, signé en octobre 2015 quelques semaines après le début de l’intervention russe dans le pays.

Le ministère russe de la Défense a pour sa part affirmé que les frappes américaines contre la base de Shayrat avaient été « planifiées depuis longtemps », l’attaque chimique de Khan Cheikhoun n’étant qu’un prétexte.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l’application Telegram sur n’importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

https://fr.sputniknews.com/international/201704071030795115-syrie-medvedev-frappes-USA-Trump/

*

Dans la nuit du 6 au 7 avril, 59 missiles Tomahawk ont été tirés par les navires américains USS Porter et USS Ross stationnés en Méditerranée orientale.

Selon l’agence gouvernementale syrienne Sana, neuf civils dont quatre enfants sont morts aux abords de la base. L’armée syrienne a également précisé que dix soldats syriens avaient été tués dans les frappes, ce qui porterait le nombre de victimes à 19 au total.

*

Avec 23 missiles au but pour 59 tirés, la frappe US a été d’une «faible efficacité» selon Moscou

Avec 23 missiles au but pour 59 tirés, la frappe US a été d'une «faible efficacité» selon MoscouSource: Sputnik
La base aérienne en Syrie frappée par les Etats-Unis

Le ministère de la Défense russe a affirmé que l’attaque américaine sur l’aérodrome syrien avait été d’une «faible efficacité» au vu du nombre de missiles qui avaient raté leur cible. Ce qui est advenu des autres projectiles reste inconnu.

La major-général Igor Konachenkov, porte-parole du ministère de la Défense russe, est revenu lors d’une conférence de presse sur la frappe américaine sur la base d’al-Chaayrate. Le ministère a décrit le bombardement comme ayant été d’une «faible efficacité».

«Le 7 avril, entre 3h42 et 3h56 heure de Moscou, deux destroyers de la marine américaine (USS Porter et USS Ross) ont tiré 59 missiles de croisière Tomahawk sur l’aérodrome d’al-Chaayrate dans la province de Homs en Syrie. Selon nos sources, seuls 23 d’entre eux ont atteint la base aérienne syrienne», a déclaré le major-général, tout en assurant ne pas savoir où ont explosé les autres projectiles.

Le bombardement a néanmoins détruit un dépôt de matériel, une structure d’entraînement, un réfectoire, six avions MIG-23 en cours de maintenance dans des hangars et une station radar. Le bilan des tués 10 soldats ainsi que neuf civils dont des enfants a fait savoir la Syrie.

La piste d’atterrissage et les avions stationnés sur les parkings n’ont pas été endommagés, a indiqué le ministère.

«Nous considérons les actions américaines comme une violation criante du Mémorandum sur la compréhension et la prévention des incidents de vol et de la sûreté aérienne que nous avons signé pour l’espace aérien syrien en 2015», a fait savoir Igor Konachenkov.

Les justifications américaines pour cette frappe sont «sans fondement» a assuré le ministère, qui a ajouté que des «mesures seraient prises pour renforcer et améliorer l’efficacité du système de défense antiaérien syrien dans un proche avenir».

Lire aussi : La scène internationale en ébullition après les frappes américaines en Syrie

Une attaque préparée de longue date ?

Selon Igor Konachenkov, les frappes américaines étaient planifiées bien à l’avance. «Une telle frappe requiert des préparatifs complexes en termes de renseignement, d’organisation et de logistique concernant le lancement des missiles», a-t-il souligné. 

Le porte-parole du ministère de la Défense a également noté que l’attaque chimique présumée n’était qu’un prétexte pour cette attaque américaine. «La manifestation de la force militaire n’a été influencée que par des facteurs politiques internes», a-t-il ajouté.

Les défenses antiaériennes syriennes seront «renforcées»

Les défenses antiaériennes de l’armée syrienne seront «renforcées» à la suite des frappes américaines contre la base syrienne d’Al-Chaayrate, a annoncé également le porte-parole de l’armée russe.

«Afin de protéger les infrastructures syriennes les plus sensibles, une série de mesures seront prises au plus vite pour renforcer et améliorer l’efficacité du système de défense antiaérienne des forces armées syriennes», a déclaré le porte-parole de l’armée russe Igor Konachenkov.

Lire aussi : Premières images de la base syrienne d’Al-Chaayrate après les frappes américaines (VIDEO)

*

Le Daily Mail retire un article sur le plan US d’organiser une attaque chimique en Syrie

Le Daily Mail retire un article sur le plan US d’organiser une attaque chimique en Syrie

Le Daily Mail retire un article sur le plan US d’organiser une attaque chimique en Syrie

© Sputnik. Mikhail Voskresenskiy

International

16:37 07.04.2017(mis à jour 16:41 07.04.2017) URL courte
379490

Le Daily Mail britannique retire de son site l’article intitulé «Les États-Unis ont soutenu le projet d’effectuer une attaque chimique en Syrie et d’en rejeter la responsabilité sur le gouvernement d’Assad» datant le 29 janvier 2013. S’agit-il d’une coïncidence? Sputnik attend la réponse du journal en question pour en connaître les causes.

En janvier 2013, le quotidien britannique Daily Mail publie un article de la journaliste Louise Boyle qui évoque le sujet du projet américain portant sur l’organisation d’une attaque chimique en Syrie ayant pour objectif de «faire accuser le gouvernement de Bashar al-Assad». Cependant sur fond d’escalade du conflit actuel, l’article a été retiré du site. Sputnik s’est adressé à la direction du Daily Mail afin de savoir quand cet article avait été supprimé et pour quelle raison. Pour l’instant, aucune réponse n’été donnée.Selon les propos publiés il y a quatre ans, ce projet américain devait servir de prétexte pour renforcer les opérations militaires sur le territoire syrien effectuées par la coalition internationale.

« Les fuites des messages électroniques prouvent, au préalable, que la Maison-Blanche avait donné son accord à la réalisation de l’attaque chimique en Syrie qui pourrait servir de cause pour accuser le régime d’Assad, puis renforcer les opérations militaires internationales dans un pays affaibli », était-il écrit dans l’article de 2013.

De même, le rapport publié contenait la correspondance entre deux personnalités haut placées de la compagnie Britam Defence qui révélait que « le schéma approuvé par Washington » supposait que « le Qatar financerait l’utilisation des armes chimiques par des forces de l’opposition syrienne »

En plus, l’auteur de l’article a indiqué que cette correspondance avait été rendue publique par un hacker malaisien qui avait pu avoir accès aux résumés ainsi qu’aux copies des passeports de ses dirigeants via un serveur non-sécurisé de la compagnie.Dans la nuit de jeudi à vendredi, 59 missiles «Tomahawk» ont été tirés depuis des destroyers de l’U.S. Navy dans l’est de la Méditerranée, touchant plusieurs cibles sur la base aérienne de Shayrat, dans la région d’Homs, dans l’ouest de la Syrie.

Commentant ce bombardement, Igor Konachenkov, porte-parole du ministère russe de la Défense, a déclaré que « chaque spécialiste comprenait que la décision de porter les frappes aériennes contre la Syrie avait été prise par Washington bien avant les événements dans la localité de Khan Cheikhoun, ceux-ci n’étant qu’un prétexte formel. Cette démonstration de force militaire était dictée uniquement par des raisons de politique intérieure ».

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l’application Telegram sur n’importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

https://fr.sputniknews.com/international/201704071030793345-syrie-attaque-chimique-daily-mail-article-USA/

*

Moscou: les frappes longuement planifiées, l’attaque chimique n’était qu’un prétexte

Urgent:

Ministère russe de la Défense

Moscou: les frappes longuement planifiées, l’attaque chimique n’était qu’un prétexte

© Sputnik. Natalia Seliverstova

Russie

11:40 07.04.2017(mis à jour 12:58 07.04.2017) URL courte
Frappes US contre la base de Shayrat en Syrie (22)
9170151082

Les frappes américaines contre la base aérienne syrienne de Shayrat, dans la région d’Homs, avaient été longuement planifiées. L’attaque chimique perpétrée mardi n’était qu’un prétexte, a annoncé le ministère russe de la Défense.

Le ministère russe de la Défense est persuadé que les bombardements américains contre la base aérienne syrienne de Shayrat, dans la région d’Homs, ont été préparés de longue date.

« Il est évident que les frappes des missiles de croisière américains contre une base aérienne syrienne ont été préparées bien avant les événements d’aujourd’hui. Afin de préparer un tel bombardement il faut réaliser plusieurs mesures de renseignement, de planification, de préparation des missions de vol et de mise des missiles en alerte en vue du tir », a expliqué  le porte-parole du ministère russe de la Défense Igor Konachenkov.

Selon M. Konachenkov, « chaque spécialiste comprend que la décision de porter les frappes aériennes contre la Syrie a été prise par Washington bien avant les évènements dans la localité de Khan Cheikhoun, ceux-ci n’étant qu’un prétexte formel. Cette démonstration de force militaire est dictée uniquement par des raisons de politique intérieure », a-t-il ajouté.

Igor Konachenkov a en outre annoncé que les terroristes de Daech et d’al-Nosra avaient procédé à une vaste offensive contre les positions de l’armée syrienne peu après les bombardements contre la base syrienne.

« Nous espérons que ces actions ne sont pas coordonnées avec la partie américaine ».

Les frappes aériennes américaines ont détruit six avions syriens MiG-23 en réparation, une station radar, un entrepôt d’équipement matériel et technique, un bâtiment scolaire et une cantine.

« Selon les systèmes russes de contrôle objectif, 23 missiles ont atteint la base aérienne syrienne. On ignore le lieu de chute des 36 autres projectiles », a-t-il informé.

Cette démarche de la partie américaine est perçue comme une « violation flagrante du mémorandum russo-américain signé en 2015 sur la prévention des incidents et la garantie de la sécurité des vols au cours de l’opération en Syrie. Le ministère russe de la Défense suspend la coopération avec le Pentagone dans le cadre du mémorandum », a conclu Igor Konachenkov.

Dans la nuit de jeudi à vendredi, 59 missiles «Tomahawk» ont été tirés depuis des destroyers de l’U.S. Navy dans l’est de la Méditerranée, touchant plusieurs cibles sur la base aérienne de Shayrat, dans la région d’Homs, dans l’ouest de la Syrie.Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l’application Telegram sur n’importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

https://fr.sputniknews.com/russie/201704071030785321-russie-ministere-defense-frappe-americaine-syrie/

*

Premières images de la base syrienne d’Al-Chaayrate après les frappes américaines (VIDEO)

Premières images de la base syrienne d'Al-Chaayrate après les frappes américaines (VIDEO)© Rossiya24

Après les bombardements américains sur la base militaire d’Al-Chaayrate, en Syrie, qui ont fait 19 morts selon Damas, les premières images du site sont apparues en ligne, montrant des colonnes de fumée dans le ciel et le déploiement des secours.

Des images sont apparues sur les réseaux sociaux montrant la base syrienne d’Al-Chaayrate, près de Homs, peu de temps après le raid aérien mené par les Etats-Unis.

First look at the HAS damaged by the US Tomahawk missile strike on the Shayrat Airbase, Homs Syria today

Une vidéo montre des images tournées depuis un véhicule de secouristes qui longe la base militaire d’Al-Chaayrate, tandis que des colonnes de fumée sont visibles dans le ciel.

 Shayrat Airbase, Homs Countryside after being targeted by US Tomahawk missiles this morning

Le journaliste russe Evgueni Podljubni, de la chaine Rossiya 24, a constaté que plusieurs avions étaient restés intacts dans leur hangar à l’issue du bombardement.

Un autre journaliste russe a quant à lui pris en photo un hangar dévasté dans lequel des débris d’appareils jonchent le sol.

 

La vidéo diffusée par la chaîne d’Etat Alikhbaria montre les missiles américains au moment où ils s’abattent sur la base militaire syrienne.

Dans la nuit du 6 au 7 avril, 59 missiles Tomahawk ont été tirés par les navires américains USS Porter et USS Ross stationnés en Méditerranée orientale.

Selon l’agence gouvernementale syrienne Sana, neuf civils dont quatre enfants sont morts aux abords de la base. L’armée syrienne a également précisé que dix soldats syriens avaient été tués dans les frappes, ce qui porterait le nombre de victimes à 19 au total.

Washington a affirmé que les frappes ne visaient pas les civils, mais «des avions, des abris de bombardiers, des zones de stockage pétrolier et de matériel militaire, des stocks de munitions, des systèmes de défense aérienne et des radars».

Les Etats-Unis ont également assuré que Moscou, principal allié de Damas, avait été averti de l’opération, ce qu’a démenti le président de la Commission de la défense et de la sécurité du Conseil de la Fédération de Russie, Victor Ozerov.

La Russie a qualifié les bombardements d’«acte d’agression usant d’un prétexte artificiel contre un pays souverain et membre de l’ONU».

Lire aussi : Syrie : Moscou suspend son accord avec Washington sur la prévention d’incidents aériens

*

_

https://francais.rt.com/international/36538-premieres-images-base-syrienne-al-chaayrate-apres-frappes-americaines

*‎

Premières images des bombardements américains sur la base aérienne Syrienne

‎Premières images des bombardements américains sur la base de capillaires syrien‎
لقراءة تفاصيل الخبر: https://sptnkne.ws/ea8r

SPUTNIK ©

لكافة التفاصيل حول الموضوع، تابع الرابط: http://bit.ly/2njNrUW

#سبوتنيك #سوريا

الصور الأولية للقصف الأمريكي على قاعدة الشعيرات السوريةلقراءة تفاصيل الخبر: https://sptnkne.ws/ea8r—SPUTNIK ©—لكافة التفاصيل حول الموضوع، تابع الرابط: http://bit.ly/2njNrUW—#سبوتنيك #سوريا

Posted by Sputnik Arabic on Friday, April 7, 2017

 L’image contient peut-être : plein airL’image contient peut-être : plein airL’image contient peut-être : plein airL’image contient peut-être : ciel, plein air et natureL’image contient peut-être : plein airAucun texte alternatif disponible.L’image contient peut-être : ciel, océan, plage, nature et plein airL’image contient peut-être : ciel, plein air et natureAucun texte alternatif disponible.L’image contient peut-être : ciel, plein air et natureL’image contient peut-être : plein airL’image contient peut-être : plein air

*

Les États-Unis frappent une base aérienne en Syrie

  • Les États-Unis frappent une base aérienne en Syrie

11/14

FRANCE 24Il y a 8 heures
Donald Trump a affirmé qu' »il est dans l’intérêt vital de la sécurité nationale des Etats-Unis de prévenir et d’empêcher la prolifération et l’usage d’armes chimiques », soulignant « que des années de tentatives de faire changer Assad ont échoué, et échoué dramatiquement ».Les États-Unis ont lancé des dizaines de missiles Tomahawk sur un terrain d’aviation en Syrie, en réation à l’attaque chimique attribuée au régime de Bachar al-Assad, ont annoncé des responsables américains dans la nuit de jeudi à vendredi.Un missile Tomahawk lors d’un exercice militaire le 20 septembre 2016.© Jaret MORRIS, US NAVY, AFP Un missile Tomahawk lors d’un exercice militaire le 20 septembre 2016.
Les États-Unis sont officiellement passés à l’attaque en Syrie. Dans la nuit de jeudi à vendredi 7 avril, Washington a mené des frappes avec « 59 missiles » sur la base aérienne de Shayrat, qui est « associée au programme » syrien d’armes chimiques, en riposte au bombardement de mardi attribué au régime syrien.
Le raid de mardi avait visé la ville rebelle de Khan Cheikhoun, dans le nord-ouest de la Syrie, et fait au moins 86 morts, dont 27 enfants. Selon un haut responsable de la Maison Blanche sous couvert d’anonymat, le régime Assad a utilisé un agent neurotoxique qui a les caractéristiques du sarin lors de ces attaques.
Ces frappes américaines sur une base militaire en Syrie ont fait des « morts », a annoncé à l’AFP le gouverneur de Homs, la province où elle est située. « Il y a des martyrs, mais nous n’avons pas encore de bilan ni pour les martyrs ni pour les blessés », a affirmé Talal Barazi par téléphone. « Il y a des blessés qui sont atteints de brûlures (…) Il y a des incendies que nous tentons de maîtriser. Ca va prendre un peu de temps pour évaluer les dégâts », a-t-il ajouté.
Trump appelle les « nations civilisées » à faire cesser le bain de sang
Donald Trump a donné une brève allocution télévisée peu après avoir ordonné cette frappe punitive. Le visage et le ton très grave, il a accusé « le dictateur syrien Bachar al-Assad (d’avoir) lancé une horrible attaque avec des armes chimiques contre des civils innocents (…) en utilisant un agent neurotoxique mortel ». Le président américain a par ailleurs appelé toutes les « nations civilisées » à oeuvrer pour faire cesser le bain de sang en Syrie et le terrorisme.Donald Trump a affirmé qu' »il est dans l’intérêt vital de la sécurité nationale des Etats-Unis de prévenir et d’empêcher la prolifération et l’usage d’armes chimiques », soulignant « que des années de tentatives de faire changer Assad ont échoué, et échoué dramatiquement ».
Sean SpicerCompte certifié @PressSec 13 hil y a 13 heures

. « Tonight, I ordered a targeted military strike on the airfield in Syria from where the chemical attack was launched. » (1/2)

https://twitter.com/PressSec/status/850166948960903168
Sean SpicerCompte certifié @PressSec 12 hil y a 12 heures

(2/2) It is in the vital national security interest of the United States to prevent and deter the spread or use of deadly chemical weapons.

https://twitter.com/PressSec/status/850167075943448576
https://twitter.com/PressSec/status/850167075943448576
Ce dernier a en outre affirmé que la Russie avait manqué à ses responsabilités en Syrie. Le Pentagone a indiqué que la Russie avait été prévenue à l’avance de la frappe américaine, pour éviter que ne soient touchés des militaires russes présents sur la base syrienne.
La télévision d’État syrienne parle d’une « agression »
En réaction à ces frappes, la télévision d’État syrienne a parlé vendredi d' »agression », évoquant plus d’une cible. « Agression américaine visant des cibles militaires syriennes avec plusieurs missiles », a alerté la chaîne sitôt après l’annonce américaine.
L’opposition syrienne s’est de son côté félicitée de la frappe américaine et a appelé à la poursuite des bombardements jusqu’à « neutraliser la capacité » du régime à lancer des raids contre ses adversaires, a déclaré un porte-parole.
Avechttp://www.msn.com/fr-fr/actualite/monde/les-%c3%a9tats-unis-frappent-une-base-a%c3%a9rienne-en-syrie/ar-BBzvmFP?li=BBwlBpb&ocid=spartandhp

*

Défense russe : Damas a frappé un entrepôt d’armes chimiques des rebelles dans la province d’Idlib ___ #Syrian military Source about #Khan_Sheikhoun The #Syrian_Army has never used & will never use #chemical weapons. _ 04_04_2017 .     

*

*

*

Nibiru_Final_Update.

*

*

Cliquez sur:

Nibiru

pour accéder à tous les Liens

 

*

*

 

Frappes US en Syrie _ Dans la nuit du 6 au 7 avril, 59 missiles Tomahawk ont été tirés par les navires américains _ neuf civils dont quatre enfants sont morts aux abords de la base. L’armée syrienne a également précisé que dix soldats syriens avaient été tués dans les frappes, _______ 07_04_2017 .

07-04-2017

 

 

Nibiru  – SYRIE

Frappes US en Syrie _ Dans la nuit du 6 au 7 avril. 59 missiles Tomahawk ont été tirés par les navires américains _ neuf civils dont quatre enfants sont morts aux abords de la base. L’armée syrienne a également précisé que dix soldats syriens avaient été tués dans les frappes _______ 07_04_2017 .

Le Daily Mail retire un article sur le plan US d’organiser une attaque chimique en Syrie

Urgent: Pas de preuve de la présence du sarin dans la base syrienne attaquée

 

*

  1. Le Pentagone déclare avoir préalablement informé la Russie de l’ heure et le lieu du bombardement.
  2. Les troupes russes stationnées dans cette base, ont reçu des instructions pour quitter les lieux avec leur matériel, en revanche l’ OTAN n’ a pas été informée…

*

🎥 #SputnikVidéo Trump annonce qu’il avait ordonné de frapper la base en Syrie 

 

🎥 #SputnikVidéo Trump annonce qu’il avait ordonné de frapper la base en Syrie 
https://sptnkne.ws/ebeZ

*

Des frappes US en Syrie «à la limite du conflit militaire avec la Russie»

«Des frappes US en Syrie à la limite du conflit militaire avec la Russie»

Des frappes US en Syrie «à la limite du conflit militaire avec la Russie»

© Sputnik. Dmitry Astakhov

INTERNATIONAL

18:12 07.04.2017(mis à jour 18:17 07.04.2017) URL courte
343330

Les États-Unis ont effectué des frappes aériennes en Syrie « à la limite du conflit militaire avec la Russie », c’est ainsi que le Premier ministre russe Dmitri Medvedev a qualifié l’acte de Washington, soulignant que cela avait été fait en violation du droit international et des procédures intérieures américaines.

Dmitri Medvedev, Premier ministre russe, a critiqué sur sa page Facebook la décision de l’administration du Président américain Donald Trump de bombarder le territoire syrien.

« En dépit de belles paroles sur la lutte conjointe contre Daech, le principal ennemi, l’administration de Trump a prouvé qu’elle allait mener un combat contre le gouvernement légitime syrien. En contradiction avec les normes du droit international, sans approbation de l’Onu. Avec la violation de ses propres procédures établissant la nécessité d’avertir le Congrès sur une opération militaire qui n’est pas liée avec les attaques aux États-Unis », a-t-il écrit ce vendredi, ajoutant que cet incident se situait « à la limite du conflit militaire avec la Russie ».

 

Дмитрий Медведев

il y a 2 heures

— English text below —

Все. Остатки предвыборного тумана рассеялись. Вместо растиражированного тезиса о совместной борьбе с главным врагом – ИГИЛ («Исламским государством») администрация Трампа доказала, что будет яростно вести борьбу с законным правительством Сирии. В жестком противоречии с нормами международного права, без одобрения ООН. С нарушением собственных процедур, устанавливающих необходимость предварительного уведомления Конгресса о военной операции, которая не связана с нападением на США. На грани боевых столкновений с Россией.
Никто не преувеличивает ценности предвыборных обещаний, но все же есть пределы приличия. За ними – абсолютное недоверие. Что совсем печально для наших вконец испорченных отношений. И конечно, отрадно для террористов.
И ещё. Своей военной акцией администрация президента США доказала и свою несамостоятельность, свою крайнюю зависимость от мнения вашингтонского истеблишмента, который резко критиковал в инаугурационной речи новый президент. Сразу после его избрания я заметил, что все будет зависеть от того, как быстро сломает предвыборные установки Трампа существующая машина власти. Ей понадобилось два с половиной месяца …

That’s it. The last remaining election fog has lifted. Instead of an overworked statement about a joint fight against the biggest enemy, ISIS (the Islamic State), the Trump administration proved that it will fiercely fight the legitimate Syrian government, in a tough contradiction with international law and without UN approval, in violation of its own procedures stipulating that the Congress must first be notified of any military operation unrelated to aggression against the US. On the verge of a military clash with Russia.
Nobody is overestimating the value of pre-election promises but there must be limits of decency.
Beyond that is absolute mistrust. Which is really sad for our now completely ruined relations. And which is good news for terrorists.
One more thing. This military action is a clear indication of the US President’s extreme dependency on the opinion of the Washington establishment, the one that the new president strongly criticised in his inauguration speech. Soon after his victory, I noted that everything would depend on how soon Trump’s election promises would be broken by the existing power machine. It took only two and a half months

_

D’après M. Medvedev, « les restes du brouillard de la campagne électorale se sont définitivement dissipés ».

« Personne n’exagère les valeurs des promesses électorales mais il y a tout de même des limites à la décence. Après vient l’incrédulité totale, ce qui est très triste pour nos relations détériorées. Et, bien sûr, c’est réjouissant pour les terroristes », a-t-il assuré.

Suite à l’attaque chimique de mardi à Khan Cheikhoun, attribuée par l’Occident aux forces armées syriennes, le Président américain Donald Trump a ordonné une frappe ciblée contre la base aérienne syrienne de Shayrat. Vendredi matin, une soixantaine de missiles de croisière Tomahawk ont été tirés par les navires américains USS Porter et USS Ross, qui se trouvaient en Méditerranée, faisant selon Damas neuf morts, dont quatre enfants, et causant d’importantes destructions.En réaction à l’attaque américaine, la Russie a suspendu son accord avec Washington sur la prévention des incidents et la sécurité des vols lors des opérations en Syrie, signé en octobre 2015 quelques semaines après le début de l’intervention russe dans le pays.

Le ministère russe de la Défense a pour sa part affirmé que les frappes américaines contre la base de Shayrat avaient été « planifiées depuis longtemps », l’attaque chimique de Khan Cheikhoun n’étant qu’un prétexte.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l’application Telegram sur n’importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

https://fr.sputniknews.com/international/201704071030795115-syrie-medvedev-frappes-USA-Trump/

*

Dans la nuit du 6 au 7 avril, 59 missiles Tomahawk ont été tirés par les navires américains USS Porter et USS Ross stationnés en Méditerranée orientale.

Selon l’agence gouvernementale syrienne Sana, neuf civils dont quatre enfants sont morts aux abords de la base. L’armée syrienne a également précisé que dix soldats syriens avaient été tués dans les frappes, ce qui porterait le nombre de victimes à 19 au total.

*

Avec 23 missiles au but pour 59 tirés, la frappe US a été d’une «faible efficacité» selon Moscou

Avec 23 missiles au but pour 59 tirés, la frappe US a été d'une «faible efficacité» selon MoscouSource: Sputnik
La base aérienne en Syrie frappée par les Etats-Unis

Le ministère de la Défense russe a affirmé que l’attaque américaine sur l’aérodrome syrien avait été d’une «faible efficacité» au vu du nombre de missiles qui avaient raté leur cible. Ce qui est advenu des autres projectiles reste inconnu.

La major-général Igor Konachenkov, porte-parole du ministère de la Défense russe, est revenu lors d’une conférence de presse sur la frappe américaine sur la base d’al-Chaayrate. Le ministère a décrit le bombardement comme ayant été d’une «faible efficacité».

«Le 7 avril, entre 3h42 et 3h56 heure de Moscou, deux destroyers de la marine américaine (USS Porter et USS Ross) ont tiré 59 missiles de croisière Tomahawk sur l’aérodrome d’al-Chaayrate dans la province de Homs en Syrie. Selon nos sources, seuls 23 d’entre eux ont atteint la base aérienne syrienne», a déclaré le major-général, tout en assurant ne pas savoir où ont explosé les autres projectiles.

Le bombardement a néanmoins détruit un dépôt de matériel, une structure d’entraînement, un réfectoire, six avions MIG-23 en cours de maintenance dans des hangars et une station radar. Le bilan des tués 10 soldats ainsi que neuf civils dont des enfants a fait savoir la Syrie.

La piste d’atterrissage et les avions stationnés sur les parkings n’ont pas été endommagés, a indiqué le ministère.

«Nous considérons les actions américaines comme une violation criante du Mémorandum sur la compréhension et la prévention des incidents de vol et de la sûreté aérienne que nous avons signé pour l’espace aérien syrien en 2015», a fait savoir Igor Konachenkov.

Les justifications américaines pour cette frappe sont «sans fondement» a assuré le ministère, qui a ajouté que des «mesures seraient prises pour renforcer et améliorer l’efficacité du système de défense antiaérien syrien dans un proche avenir».

Lire aussi : La scène internationale en ébullition après les frappes américaines en Syrie

Une attaque préparée de longue date ?

Selon Igor Konachenkov, les frappes américaines étaient planifiées bien à l’avance. «Une telle frappe requiert des préparatifs complexes en termes de renseignement, d’organisation et de logistique concernant le lancement des missiles», a-t-il souligné. 

Le porte-parole du ministère de la Défense a également noté que l’attaque chimique présumée n’était qu’un prétexte pour cette attaque américaine. «La manifestation de la force militaire n’a été influencée que par des facteurs politiques internes», a-t-il ajouté.

Les défenses antiaériennes syriennes seront «renforcées»

Les défenses antiaériennes de l’armée syrienne seront «renforcées» à la suite des frappes américaines contre la base syrienne d’Al-Chaayrate, a annoncé également le porte-parole de l’armée russe.

«Afin de protéger les infrastructures syriennes les plus sensibles, une série de mesures seront prises au plus vite pour renforcer et améliorer l’efficacité du système de défense antiaérienne des forces armées syriennes», a déclaré le porte-parole de l’armée russe Igor Konachenkov.

Lire aussi : Premières images de la base syrienne d’Al-Chaayrate après les frappes américaines (VIDEO)

*

Le Daily Mail retire un article sur le plan US d’organiser une attaque chimique en Syrie

Le Daily Mail retire un article sur le plan US d’organiser une attaque chimique en Syrie

Le Daily Mail retire un article sur le plan US d’organiser une attaque chimique en Syrie

© Sputnik. Mikhail Voskresenskiy

International

16:37 07.04.2017(mis à jour 16:41 07.04.2017) URL courte
379490

Le Daily Mail britannique retire de son site l’article intitulé «Les États-Unis ont soutenu le projet d’effectuer une attaque chimique en Syrie et d’en rejeter la responsabilité sur le gouvernement d’Assad» datant le 29 janvier 2013. S’agit-il d’une coïncidence? Sputnik attend la réponse du journal en question pour en connaître les causes.

En janvier 2013, le quotidien britannique Daily Mail publie un article de la journaliste Louise Boyle qui évoque le sujet du projet américain portant sur l’organisation d’une attaque chimique en Syrie ayant pour objectif de «faire accuser le gouvernement de Bashar al-Assad». Cependant sur fond d’escalade du conflit actuel, l’article a été retiré du site. Sputnik s’est adressé à la direction du Daily Mail afin de savoir quand cet article avait été supprimé et pour quelle raison. Pour l’instant, aucune réponse n’été donnée.Selon les propos publiés il y a quatre ans, ce projet américain devait servir de prétexte pour renforcer les opérations militaires sur le territoire syrien effectuées par la coalition internationale.

« Les fuites des messages électroniques prouvent, au préalable, que la Maison-Blanche avait donné son accord à la réalisation de l’attaque chimique en Syrie qui pourrait servir de cause pour accuser le régime d’Assad, puis renforcer les opérations militaires internationales dans un pays affaibli », était-il écrit dans l’article de 2013.

De même, le rapport publié contenait la correspondance entre deux personnalités haut placées de la compagnie Britam Defence qui révélait que « le schéma approuvé par Washington » supposait que « le Qatar financerait l’utilisation des armes chimiques par des forces de l’opposition syrienne »

En plus, l’auteur de l’article a indiqué que cette correspondance avait été rendue publique par un hacker malaisien qui avait pu avoir accès aux résumés ainsi qu’aux copies des passeports de ses dirigeants via un serveur non-sécurisé de la compagnie.Dans la nuit de jeudi à vendredi, 59 missiles «Tomahawk» ont été tirés depuis des destroyers de l’U.S. Navy dans l’est de la Méditerranée, touchant plusieurs cibles sur la base aérienne de Shayrat, dans la région d’Homs, dans l’ouest de la Syrie.

Commentant ce bombardement, Igor Konachenkov, porte-parole du ministère russe de la Défense, a déclaré que « chaque spécialiste comprenait que la décision de porter les frappes aériennes contre la Syrie avait été prise par Washington bien avant les événements dans la localité de Khan Cheikhoun, ceux-ci n’étant qu’un prétexte formel. Cette démonstration de force militaire était dictée uniquement par des raisons de politique intérieure ».

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l’application Telegram sur n’importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

https://fr.sputniknews.com/international/201704071030793345-syrie-attaque-chimique-daily-mail-article-USA/

*

Moscou: les frappes longuement planifiées, l’attaque chimique n’était qu’un prétexte

Urgent:

Ministère russe de la Défense

Moscou: les frappes longuement planifiées, l’attaque chimique n’était qu’un prétexte

© Sputnik. Natalia Seliverstova

Russie

11:40 07.04.2017(mis à jour 12:58 07.04.2017) URL courte
Frappes US contre la base de Shayrat en Syrie (22)
9170151082

Les frappes américaines contre la base aérienne syrienne de Shayrat, dans la région d’Homs, avaient été longuement planifiées. L’attaque chimique perpétrée mardi n’était qu’un prétexte, a annoncé le ministère russe de la Défense.

Le ministère russe de la Défense est persuadé que les bombardements américains contre la base aérienne syrienne de Shayrat, dans la région d’Homs, ont été préparés de longue date.

« Il est évident que les frappes des missiles de croisière américains contre une base aérienne syrienne ont été préparées bien avant les événements d’aujourd’hui. Afin de préparer un tel bombardement il faut réaliser plusieurs mesures de renseignement, de planification, de préparation des missions de vol et de mise des missiles en alerte en vue du tir », a expliqué  le porte-parole du ministère russe de la Défense Igor Konachenkov.

Selon M. Konachenkov, « chaque spécialiste comprend que la décision de porter les frappes aériennes contre la Syrie a été prise par Washington bien avant les évènements dans la localité de Khan Cheikhoun, ceux-ci n’étant qu’un prétexte formel. Cette démonstration de force militaire est dictée uniquement par des raisons de politique intérieure », a-t-il ajouté.

Igor Konachenkov a en outre annoncé que les terroristes de Daech et d’al-Nosra avaient procédé à une vaste offensive contre les positions de l’armée syrienne peu après les bombardements contre la base syrienne.

« Nous espérons que ces actions ne sont pas coordonnées avec la partie américaine ».

Les frappes aériennes américaines ont détruit six avions syriens MiG-23 en réparation, une station radar, un entrepôt d’équipement matériel et technique, un bâtiment scolaire et une cantine.

« Selon les systèmes russes de contrôle objectif, 23 missiles ont atteint la base aérienne syrienne. On ignore le lieu de chute des 36 autres projectiles », a-t-il informé.

Cette démarche de la partie américaine est perçue comme une « violation flagrante du mémorandum russo-américain signé en 2015 sur la prévention des incidents et la garantie de la sécurité des vols au cours de l’opération en Syrie. Le ministère russe de la Défense suspend la coopération avec le Pentagone dans le cadre du mémorandum », a conclu Igor Konachenkov.

Dans la nuit de jeudi à vendredi, 59 missiles «Tomahawk» ont été tirés depuis des destroyers de l’U.S. Navy dans l’est de la Méditerranée, touchant plusieurs cibles sur la base aérienne de Shayrat, dans la région d’Homs, dans l’ouest de la Syrie.Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l’application Telegram sur n’importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

https://fr.sputniknews.com/russie/201704071030785321-russie-ministere-defense-frappe-americaine-syrie/

*

Premières images de la base syrienne d’Al-Chaayrate après les frappes américaines (VIDEO)

Premières images de la base syrienne d'Al-Chaayrate après les frappes américaines (VIDEO)© Rossiya24

Après les bombardements américains sur la base militaire d’Al-Chaayrate, en Syrie, qui ont fait 19 morts selon Damas, les premières images du site sont apparues en ligne, montrant des colonnes de fumée dans le ciel et le déploiement des secours.

Des images sont apparues sur les réseaux sociaux montrant la base syrienne d’Al-Chaayrate, près de Homs, peu de temps après le raid aérien mené par les Etats-Unis.

First look at the HAS damaged by the US Tomahawk missile strike on the Shayrat Airbase, Homs Syria today

Une vidéo montre des images tournées depuis un véhicule de secouristes qui longe la base militaire d’Al-Chaayrate, tandis que des colonnes de fumée sont visibles dans le ciel.

 Shayrat Airbase, Homs Countryside after being targeted by US Tomahawk missiles this morning

Le journaliste russe Evgueni Podljubni, de la chaine Rossiya 24, a constaté que plusieurs avions étaient restés intacts dans leur hangar à l’issue du bombardement.

Un autre journaliste russe a quant à lui pris en photo un hangar dévasté dans lequel des débris d’appareils jonchent le sol.

 

La vidéo diffusée par la chaîne d’Etat Alikhbaria montre les missiles américains au moment où ils s’abattent sur la base militaire syrienne.

Dans la nuit du 6 au 7 avril, 59 missiles Tomahawk ont été tirés par les navires américains USS Porter et USS Ross stationnés en Méditerranée orientale.

Selon l’agence gouvernementale syrienne Sana, neuf civils dont quatre enfants sont morts aux abords de la base. L’armée syrienne a également précisé que dix soldats syriens avaient été tués dans les frappes, ce qui porterait le nombre de victimes à 19 au total.

Washington a affirmé que les frappes ne visaient pas les civils, mais «des avions, des abris de bombardiers, des zones de stockage pétrolier et de matériel militaire, des stocks de munitions, des systèmes de défense aérienne et des radars».

Les Etats-Unis ont également assuré que Moscou, principal allié de Damas, avait été averti de l’opération, ce qu’a démenti le président de la Commission de la défense et de la sécurité du Conseil de la Fédération de Russie, Victor Ozerov.

La Russie a qualifié les bombardements d’«acte d’agression usant d’un prétexte artificiel contre un pays souverain et membre de l’ONU».

Lire aussi : Syrie : Moscou suspend son accord avec Washington sur la prévention d’incidents aériens

*

_

https://francais.rt.com/international/36538-premieres-images-base-syrienne-al-chaayrate-apres-frappes-americaines

*‎

Premières images des bombardements américains sur la base aérienne Syrienne

‎Premières images des bombardements américains sur la base de capillaires syrien‎
لقراءة تفاصيل الخبر: https://sptnkne.ws/ea8r

SPUTNIK ©

لكافة التفاصيل حول الموضوع، تابع الرابط: http://bit.ly/2njNrUW

#سبوتنيك #سوريا

الصور الأولية للقصف الأمريكي على قاعدة الشعيرات السوريةلقراءة تفاصيل الخبر: https://sptnkne.ws/ea8r—SPUTNIK ©—لكافة التفاصيل حول الموضوع، تابع الرابط: http://bit.ly/2njNrUW—#سبوتنيك #سوريا

Posted by Sputnik Arabic on Friday, April 7, 2017

 L’image contient peut-être : plein airL’image contient peut-être : plein airL’image contient peut-être : plein airL’image contient peut-être : ciel, plein air et natureL’image contient peut-être : plein airAucun texte alternatif disponible.L’image contient peut-être : ciel, océan, plage, nature et plein airL’image contient peut-être : ciel, plein air et natureAucun texte alternatif disponible.L’image contient peut-être : ciel, plein air et natureL’image contient peut-être : plein airL’image contient peut-être : plein air

*

Les États-Unis frappent une base aérienne en Syrie

  • Les États-Unis frappent une base aérienne en Syrie

11/14

FRANCE 24Il y a 8 heures
Donald Trump a affirmé qu' »il est dans l’intérêt vital de la sécurité nationale des Etats-Unis de prévenir et d’empêcher la prolifération et l’usage d’armes chimiques », soulignant « que des années de tentatives de faire changer Assad ont échoué, et échoué dramatiquement ».Les États-Unis ont lancé des dizaines de missiles Tomahawk sur un terrain d’aviation en Syrie, en réation à l’attaque chimique attribuée au régime de Bachar al-Assad, ont annoncé des responsables américains dans la nuit de jeudi à vendredi.Un missile Tomahawk lors d’un exercice militaire le 20 septembre 2016.© Jaret MORRIS, US NAVY, AFP Un missile Tomahawk lors d’un exercice militaire le 20 septembre 2016.
Les États-Unis sont officiellement passés à l’attaque en Syrie. Dans la nuit de jeudi à vendredi 7 avril, Washington a mené des frappes avec « 59 missiles » sur la base aérienne de Shayrat, qui est « associée au programme » syrien d’armes chimiques, en riposte au bombardement de mardi attribué au régime syrien.
Le raid de mardi avait visé la ville rebelle de Khan Cheikhoun, dans le nord-ouest de la Syrie, et fait au moins 86 morts, dont 27 enfants. Selon un haut responsable de la Maison Blanche sous couvert d’anonymat, le régime Assad a utilisé un agent neurotoxique qui a les caractéristiques du sarin lors de ces attaques.
Ces frappes américaines sur une base militaire en Syrie ont fait des « morts », a annoncé à l’AFP le gouverneur de Homs, la province où elle est située. « Il y a des martyrs, mais nous n’avons pas encore de bilan ni pour les martyrs ni pour les blessés », a affirmé Talal Barazi par téléphone. « Il y a des blessés qui sont atteints de brûlures (…) Il y a des incendies que nous tentons de maîtriser. Ca va prendre un peu de temps pour évaluer les dégâts », a-t-il ajouté.
Trump appelle les « nations civilisées » à faire cesser le bain de sang
Donald Trump a donné une brève allocution télévisée peu après avoir ordonné cette frappe punitive. Le visage et le ton très grave, il a accusé « le dictateur syrien Bachar al-Assad (d’avoir) lancé une horrible attaque avec des armes chimiques contre des civils innocents (…) en utilisant un agent neurotoxique mortel ». Le président américain a par ailleurs appelé toutes les « nations civilisées » à oeuvrer pour faire cesser le bain de sang en Syrie et le terrorisme.Donald Trump a affirmé qu' »il est dans l’intérêt vital de la sécurité nationale des Etats-Unis de prévenir et d’empêcher la prolifération et l’usage d’armes chimiques », soulignant « que des années de tentatives de faire changer Assad ont échoué, et échoué dramatiquement ».
Sean SpicerCompte certifié @PressSec 13 hil y a 13 heures

. « Tonight, I ordered a targeted military strike on the airfield in Syria from where the chemical attack was launched. » (1/2)

https://twitter.com/PressSec/status/850166948960903168
Sean SpicerCompte certifié @PressSec 12 hil y a 12 heures

(2/2) It is in the vital national security interest of the United States to prevent and deter the spread or use of deadly chemical weapons.

https://twitter.com/PressSec/status/850167075943448576
https://twitter.com/PressSec/status/850167075943448576
Ce dernier a en outre affirmé que la Russie avait manqué à ses responsabilités en Syrie. Le Pentagone a indiqué que la Russie avait été prévenue à l’avance de la frappe américaine, pour éviter que ne soient touchés des militaires russes présents sur la base syrienne.
La télévision d’État syrienne parle d’une « agression »
En réaction à ces frappes, la télévision d’État syrienne a parlé vendredi d' »agression », évoquant plus d’une cible. « Agression américaine visant des cibles militaires syriennes avec plusieurs missiles », a alerté la chaîne sitôt après l’annonce américaine.
L’opposition syrienne s’est de son côté félicitée de la frappe américaine et a appelé à la poursuite des bombardements jusqu’à « neutraliser la capacité » du régime à lancer des raids contre ses adversaires, a déclaré un porte-parole.
Avechttp://www.msn.com/fr-fr/actualite/monde/les-%c3%a9tats-unis-frappent-une-base-a%c3%a9rienne-en-syrie/ar-BBzvmFP?li=BBwlBpb&ocid=spartandhp

*

Défense russe : Damas a frappé un entrepôt d’armes chimiques des rebelles dans la province d’Idlib ___ #Syrian military Source about #Khan_Sheikhoun The #Syrian_Army has never used & will never use #chemical weapons. _ 04_04_2017 .     

*

*

*

Nibiru_Final_Update.

*

*

Cliquez sur:

Nibiru

pour accéder à tous les Liens

 

*

*

 

Défense russe : Damas a frappé un entrepôt d’armes chimiques des rebelles dans la province d’Idlib ___ #Syrian military Source about #Khan_Sheikhoun The #Syrian_Army has never used & will never use #chemical weapons. _ 04_04_2017 .

04-04-2017

 

Nibiru

Défense russe : Damas a frappé un entrepôt d’armes chimiques des rebelles dans la province d’Idlib ___ #Syrian military Source about #Khan_Sheikhoun The #Syrian_Army has never used & will never use #chemical weapons. _ 04_04_2017 .

A qui profite le crime?

Gérard Bapt:

« Le régime n’avait aucun intérêt à provoquer ce scandale contre lui-même, la veille d’une réunion à Bruxelles, ou justement il était question d’associer des éléments du régime pour discussion. […] Dans la communauté internationale, la crainte était que le régime syrien ne se voit légitimé. » 

Qu’elle serait la motivation de Bachar el-Assad de mener une attaque pareille contre des enfants

Qui a été à l’origine de cette attaque ?  

il faut se poser la question de la motivation de Bachar el-Assad à mener une attaque pareille 

Moscou et Damas démentent être à l’origine de l’attaque chimique à Idlib en Syrie

Attaque chimique à Idlib: Moscou dénonce l’intox propagée par Reuters

Pas d’armes chimiques, pas d’attaques: Damas rejette les accusations

military Source about
The has never used & will never use weapons

*

: Réunion d’urgence de Conseil de sécurité après l’incident chimique en

il y a 2 heures

Suite au blocage russe et chinois, les Etats-Unis menacent de mener leur «propre action» en Syrie

A qui profite le crime?

Pour le député socialiste Gérard Bapt, Président du Groupe d’Amitié France-Syrie de l’Assemblée Nationale, 

Gérard Bapt:

« Le régime n’avait aucun intérêt à provoquer ce scandale contre lui-même, la veille d’une réunion à Bruxelles, ou justement il était question d’associer des éléments du régime pour discussion. […] Dans la communauté internationale, la crainte était que le régime syrien ne se voit légitimé. » 

 » … théoriquement il y aurait même à mon avis plus d’armes chimiques du côté des rebelles que du côté du régime. » 

Khan Cheikhoun, énième provocation ?

Khan Cheikhoun

Khan Cheikhoun, énième provocation ?

© AFP 2017 Omar haj kadour

INTERNATIONAL

19:40 05.04.2017(mis à jour 20:02 05.04.2017) URL courte
Maxime Perrotin
131409250

Les chancelleries occidentales ont vivement réagi suite à l’attaque chimique supposée dans la province rebelle d’Idlib. Toutes accusent Damas, appelant à une réaction internationale et réunissant d’urgence le Conseil de Sécurité de l’ONU. Pourtant, la date de ce drame soulève quelques questions. Première d’entre elles, à qui profite le crime ?

Le Conseil de sécurité de l’ONU s’est à nouveau réuni cet après-midi, à la demande des États-Unis, de la France et de la Grande-Bretagne, suite à l’attaque présumée chimique qui aurait tué — dans la matinée du 4 avril — des dizaines de personnes à Khan Cheikhoun, une localité située à mi-parcours entre Homs et Idleb, du même nom que cette province rebelle vers laquelle les djihadistes d’Alep avaient été évacués fin 2016.

 

En effet, malgré le démenti catégorique de l’armée syrienne d’avoir eu recours à toute substance chimique, Damas a immédiatement été pointée du doigt par les chancelleries occidentales qui entendaient soumettre un projet de résolution afin de diligenter une enquête conjointe des Nations Unies et de l’OIAC (Organisation pour l’interdiction des armes chimiques).Pour le député socialiste Gérard Bapt, Président du Groupe d’Amitié France-Syrie de l’Assemblée Nationale, « on est encore une fois dans la précipitation, avant d’avoir pu analyser froidement les choses ». S’il n’a rien contre l’idée même d’une enquête internationale, il espère néanmoins que celle-ci s’avérera équilibrée et objective:

« J’espère que cette initiative ne va pas être orientée, comme elle l’est presque à chaque fois — même si on ne le dit pas — contre un seul camp. »Une objectivité qui ne semble pas à l’ordre du jour. Hormis l’emballement quasi immédiat des médias et de la classe politique européenne, qui ont rivalisé d’imagination dans les superlatifs afin d’accabler Damas, la résolution américaine semblait-elle aussi tirer ses conclusions et ce avant même que l’enquête n’ait débuté. Un manque d’impartialité flagrant du texte qui a provoqué son rejet par la Russie. Un texte que Maria Zakharova a présenté comme « catégoriquement inacceptable » lors d’une conférence de presse, expliquant que le « défaut » du texte est « d’anticiper les résultats de l’enquête et de désigner des coupables. »

 

Face à l’horreur de ce drame, que nous ne remettrons pas en cause, une question subsiste pourtant, une question toute simple voire « élémentaire », mais que personne ne semble pourtant se poser dans notre classe médiatique — que ce soit aujourd’hui ou depuis le début même de ce conflit, il y a plus de 6 ans — est cette question est la suivante: à qui profite le crime?En effet, lorsqu’on regarde les dernières dates clefs du conflit syrien, on ne peut être qu’interpellé: l’attaque survient exactement une semaine après la fin d’un cinquième round de négociations entre l’opposition et le gouvernement syrien à Genève, lui-même rendu possible par la conférence Astana III, qui s’est déroulé il y a deux semaines. Les deux premières conférences dans la capitale Kazakhe ayant permis — sans le concours des occidentaux — d’établir et de consolider un fragile cessez-le-feu, en vigueur depuis la fin décembre en Syrie. Une question que semble justement s’être posée le député Gérard Bapt:

« Le régime n’avait aucun intérêt à provoquer ce scandale contre lui-même, la veille d’une réunion à Bruxelles, ou justement il était question d’associer des éléments du régime pour discussion. […] Dans la communauté internationale, la crainte était que le régime syrien ne se voit légitimé. »

 

Car, toujours la tête dans notre calendrier, on notera que l’attaque survient pile au moment où se tient à Bruxelles un sommet, organisé sous la présidence conjointe de l’Union européenne (UE) et des Nations unies, et réunissant depuis mardi 70 pays et organisations internationales afin de parler de la Syrie de demain.« Je pense que ça tombe à point nommé, non pas pour le régime, mais contre lui. » Notre député rappelant par la même occasion la prise de distance des États-Unis, avec le dossier syrien: « Les déclarations américaines ont été très claires aussi récemment, comme quoi la chute du régime n’était plus la priorité. Donc en fait tous ceux qui veulent la chute du régime: les Français et surtout les pays du Golfe et la Turquie sont bien embêtés, car il n’est plus question de renverser le régime. »

D’autant plus que cette attaque n’est pas sans rappeler celle de la Ghouta, qui avait bien failli provoquer l’intervention militaire des États-Unis et de ses alliés de l’OTAN, au premier rang desquels la France. Une attaque survenue deux mois après que Barack Obama n’ait défini sa fameuse « ligne rouge » à ne pas franchir, l’utilisation d’armes chimiques.

En somme, alors qu’on assistait à une désescalade, pourquoi Bachar al Assad qui avait tendance à se faire oublier ces dernières semaines aurait eu-il subitement envie de refaire la Une de tous les journaux?

Autre facteur qui plaide en faveur de Damas, le gouvernement syrien a détruit ses stocks d’armes chimiques après l’attaque de la Ghouta. Une destruction assurée par des observateurs internationaux de l’OIAC. Le 18 août 2014, Barack Obama lui-même s’était félicité, dans un communiqué, de la destruction en Méditerranée par « des prof6essionnels civils et militaires en utilisant un mécanisme américain unique en son genre » des armes chimiques possédées par Damas.

 

La Ghouta, une attaque qui avait choqué l’opinion publique internationale, lorsque le 21 août 2013, plusieurs centaines de personnes trouvaient la mort dans les faubourgs de Damas. Un point de non-retour qui devait justifier le déclenchement d’une nouvelle guerre de l’OTAN. Pourtant l’attaque — malgré les affirmations occidentales — s’avéra avoir été menée depuis des positions rebelles… et ce n’est ni la diplomatie damascène ou moscovite qui le dit, mais un rapport du prestigieux Massachusetts Institute of Technology (MIT).En revanche, les principaux responsables politiques français continuent de brandir le rapport final de l’ONU. Un rapport des inspecteurs onusiens, qui comme le soulignait Le Point début 2014, confirmait certes l’existence de « preuves flagrantes et convaincantes de l’utilisation d’armes chimiques contre des civils, dont des enfants » mais se gardait d’accuser le gouvernement syrien ou les rebelles, faute d’être mandatés pour cela.

 

Gérard Bapt rappelle d’ailleurs qu’« une commission américaine qui avait enquêté après la Ghouta avait elle-même certifié que les stocks d’armes chimiques étaient — avant la destruction par le régime — répartis « équitablement » des deux côtés. Il y avait autant de stocks d’armes chimiques chez les rebelles qu’au niveau du régime et que si le régime a vraiment détruit en grande partie ses stocks comme on l’avait dit, théoriquement il y aurait même à mon avis plus d’armes chimiques du côté des rebelles que du côté du régime. »La problématique de ces arsenaux d’armes chimiques, détenus par de tels acteurs non-étatiques en Syrie fut d’ailleurs un point soulevé par Bahram Ghassemi, porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères « ignorer la nécessité de procéder au désarmement chimique des groupes armés terroristes nuit au processus de désarmement de la Syrie. »

Loin de cet esprit critique, la version occidentale des faits est visiblement toujours défendue, trois ans après, par François Hollande. Celui-ci ayant déclaré pas plus tard qu’hier dans une communiqué: 
« Comme à la Ghouta le 21 août 2013 Bachar al-Assad s’en prend à des civils en utilisant des moyens bannis par la communauté internationale. Une fois encore le régime syrien va nier l’évidence de sa responsabilité dans ce massacre ».

En somme, le théâtre syrien nous offre décidément de bien curieuses coïncidences, qui risquent fort de se répéter pour le grand malheur des Syriens, tant qu’une majorité d’acteurs occidentaux, à commencer par les journalistes, continueront à verser sans recul dans le pathos.

https://fr.sputniknews.com/international/201704051030766683-khan-cheikhoun/

Défense russe : Damas a frappé un entrepôt d’armes chimiques des rebelles dans la province d’Idlib

Défense russe : Damas a frappé un entrepôt d'armes chimiques des rebelles dans la province d’Idlib© Capture d’écran d’une vidéo de Ruptly
Photo d’illustration

Le porte-parole de la Défense russe a déclaré que l’aviation syrienne avait détruit un entrepôt où l’opposition dite «modérée» gardait des stocks d’armes chimiques dont certaines devaient être envoyées en Irak. Les rebelles réfutent cette version.

La communauté internationale accuse Damas d’avoir utilisé des armes chimiques pour frapper le village de Khan Cheikhoun, tuant 72 personnes selon le controversé Observatoire syrien des droits de l’homme(OSDH). Face à ces accusations, la Défense russe s’est dite prête à présenter des preuves irréfutables que l’aviation syrienne avait en réalité visé un entrepôt où les rebelles stockaient des matériaux chimiques.

«D’après les données du contrôle russe de l’espace aérien en Syrie, le 4 avril de 11h30 à 12h30 [heure locale], l’aviation syrienne a frappé un entrepôt d’armes chimiques et d’équipement militaire des terroristes, situé dans l’est du village rebelle de Khan Cheikhoun», a déclaré le porte-parole de la Défense russe, Igor Konachenkov.

«Dans cet entrepôt se trouvaient des ateliers pour la production de bombes chargées d’explosifs toxiques. Depuis ce grand atelier, les terroristes envoyaient des munitions contenant des substances chimiques en Irak. Leur utilisation a été prouvée maintes fois par les organisations internationales, ainsi que par les autorités irakiennes», a-t-il poursuivi. Ces mêmes munitions chimiques avaient été utilisées par des rebelles lors de l’attaque chimique d’Alep en 2016, a fait savoir le porte-parole de la Défense russe, qui avait participé à l’enquête de l’année dernière.

 : une équipe d’experts russes examine le stock d’armes chimiques découvert à , + D’INFOS SUR https://francais.rt.com/international/28978-experts-russes-examinent-stock-armes-chimiques-alep 

Hasan Haj Ali, commandant du groupe rebelle de l’Armée de libération d’Idlib a nié la version russe. D’après lui, aucune position militaire n’aurait été touchée ce jour-là.

«Tout le monde a vu l’avion lorsqu’il bombardait avec du gaz», a-t-il affirmé à l’agence Reuters.

«De même, tous les civils dans la zone savent qu’il n’y a pas de positions militaire là bas, ni de fabrique [d’armes]. Les différentes factions de l’opposition ne sont pas capables de fabriquer ces substances», a-t-il assuré.

Le 4 avril, l’OSDH a annoncé qu’au moins 58 personnes, dont onze enfants, avaient été tuées dans la province d’Idlib lors de frappes aériennes. Dans la matinée du 5 avril, le bilan s’est alourdi à 72 personnes. Témoins et médecins déclarent avoir vu de l’écume sortir de la bouche des victimes, caractéristique d’une intoxication chimique. Le communiqué russe confirme que ces civils ont été victimes des mêmes symptômes que ceux observés après l’attaque chimique d’Alep.

Lire aussi : Moscou présente de nouvelles preuves de l’utilisation de gaz moutarde contre les civils à Alep

Si le principal groupe de l’opposition syrienne, la Coalition nationale syrienne, a accusé Bachar el-Assad d’être responsable de ces morts, Damas réfute toute utilisation d’armes toxiques. Le gouvernement syrien précise que ces déclarations concernant les frappes opérées dans la province d’Idlib font partie d’«une campagne de propagande des rebelles contre l’armée syrienne».

«Nous récusons totalement toute utilisation de matériau chimique ou toxique à Khan Cheikhoun. L’armée n’en a jamais utilisé et n’en utilisera nulle part», lit-on dans le communiqué de l’armée syrienne.

Quelques heures après l’attaque, l’agence britannique Reuters avait accusé l’armée russe et syrienne, en se basant sur les déclarations de l’OSDH : «des avions appartenant à la Russie ou au gouvernement syrien ont largué des munitions chimiques sur le village de Khan Cheikhoun dans la province d’Idlib», écrivait l’agence.

Lire aussi : L’«OSDH» : un seul individu, dans une maison en brique, quelque part au Royaume-Uni

«Les avions russes n’ont mené aucune frappe dans la zone de Khan Cheikhoun, dans la province d’Idlib. En annonçant l’implication d’avions russes dans un bombardement à l’arme chimique de Khan Cheikhoun, l’agence britannique Reuters a réussi à déformer les premières informations propagées par sa source, l’Observatoire syrien des droits de l’homme, qui n’avait rien dit à ce sujet», a précisé Igor Konachenkov.

La  a fait savoir qu' »aucune frappe aérienne n’a été menée par l’aviation russe » dans la province d’https://francais.rt.com/international/36225-moscou-damas-dementent–attaque-gaz-syrie 

L’agence britannique n’a pas été la seule a accuser Bachar el-Assad d’avoir procédé à une attaque chimique. «Aujourd’hui, les nouvelles [en provenance de Syrie] sont horribles. De toute évidence, la responsabilité principale repose sur le régime syrien», a déclaré la chef de la diplomatie européenne Federica Mogherini. Le ministre britannique des Affaires étrangères, Boris Johnson, a qualifié quant à lui d’«horribles» les rapports faisant état d’«une attaque à l’arme chimique» en Syrie, y voyant «toutes les caractéristiques d’une attaque du régime de Bachar el-Assad».

 

«Ce sont les rebelles eux-mêmes qui ont vraiment profité de l’attaque chimique en Syrie»

«Ce sont les rebelles eux-mêmes qui ont vraiment profité de l'attaque chimique en Syrie»© Bassam Khabieh Source: Reuters

Dans le contexte actuel, il faut se poser la question de la motivation de Bachar el-Assad à mener une attaque pareille au moment où il obtient des victoires à travers le pays, juge le spécialiste en sécurité Charles Shoebridge.

RT : Le gouvernement syrien est accusé d’avoir utilisé des gaz de combat contre des cibles de l’opposition en Syrie dans la matinée du 4 avril, causant des dizaines de morts. Damas a démenti et l’ONU a déclaré avoir ouvert une enquête à ce sujet. Qu’en pensez-vous ?

Charles Shoebridge (D. S.) : Il y a deux questions majeures. D’abord, s’agit-il d’une attaque chimique ? Et bien que les informations divergent en ce moment, tout bien considéré, nous pouvons affirmer avec un certain degré de certitude que des agents chimiques ont été utilisés. Ensuite, si ces agents ont effectivement été utilisés, qui a été à l’origine de cette attaque ? C’est la question la plus pertinente. C’est la question à laquelle nous faisons face depuis cinq ou six ans, avec des allégations similaires. Rappelez-vous qu’en 2013, une grande attaque avec l’utilisation de sarin s’était produite – c’est d’ailleurs le gaz qui, d’après de nombreuses allégations, a été utilisé cette fois-ci également – où plus de cent personnes ont été tuées. Beaucoup de gens à l’Ouest, tout comme un certain nombre de gouvernements occidentaux, avaient accusé Bachar el-Assad d’en être responsable. Si on compare cela à la situation d’aujourd’hui, on peut constater qu’il existe un schéma, ces incidents ayant lieu dans des moments critiques pour la perspective géopolitique. Quand on prend en considération l’incident à la Ghouta, cela a eu lieu précisément au moment de l’arrivée des inspecteurs en armes à Damas.

L’année dernière, avant une grande conférence à Londres, où l’opposition syrienne rencontrait ses donateurs, tels que le Royaume-Uni, la France et d’autres, des allégations d’attaques chimiques avaient eu lieu. Aujourd’hui, il y a ce grand incident présumé, et une fois de plus – ce n’est probablement pas une coïncidence – demain commence une conférence très importante à Bruxelles entre l’ONU et l’UE.

D’un point de vue militaire cette attaque ne donne que très peu de bénéfice

RT : Mais qui alors pourrait être derrière ces attaques ?

C. S. : Dans le contexte actuel, en dépit de toute évidence qui puisse apparaître, parfois susceptible de faire l’objet de manipulations, il faut se poser la question de la motivation de Bachar el-Assad à faire une chose pareille, à ce moment particulier quand il obtient des victoires à travers le pays. Quelle serait alors sa motivation pour provoquer la condamnation de la communauté internationale à ce moment précis ?

RT : Ce genre d’attaque peut-il être un avantage stratégique militaire pour son auteur ?

C. S. : D’un point de vue militaire, cette attaque ne donne que très peu de bénéfice. Les gaz qui seraient utilisés en Syrie ont une toxicité basse et sont [peu efficaces] par rapports à d’autres armes telles que les explosifs conventionnels, les balles…

Ceux qui ont vraiment profité de cette attaque ce sont les rebelles eux-mêmes, car ils ont obtenu un grand avantage géopolitique au moment où ils luttent de manière stratégique, comme de manière géopolitique. Néanmoins, seule une enquête indépendante établira les faits sur le terrain, qui permettrait de tirer une conclusion définitive.

Lire aussi : Syrie : défaite «occidentale», succès russe

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cette section sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

https://francais.rt.com/opinions/36302-ceux-qui-ont-vraiment-profite-attaque-chimique-syrie-rebelles

*

Attaque chimique à Idlib: Moscou dénonce l’intox propagée par Reuters

Le ministère russe de la Défense

Attaque chimique à Idlib: Moscou dénonce l’intox propagée par Reuters

© Sputnik. Natalya Seliverstova

INTERNATIONAL

16:31 04.04.2017(mis à jour 16:45 04.04.2017) URL courte
335914

Moscou a pointé du doigt les récentes accusations de l’agence Reuters sur l’attaque chimique perpétrée dans la province syrienne d’Idlib. Selon le ministère russe de la Défense, le média britannique «déforme les premières informations propagées par la source».

Le ministère russe de la Défense a annoncé mardi n’avoir porté aucune frappe aérienne dans la zone du village de Khan Cheikhoun, dans la province d’Idlib, où une attaque « chimique » aurait été perpétrée selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH).

« Les avions russes n’ont mené aucune frappe dans la zone de Khan Cheikhoun, dans la province d’Idlib. En annonçant l’implication des avions russes dans le bombardement de Khan Cheikhoun avec des armes chimiques, l’agence britannique Reuters a réussi à déformer les premières informations propagées par la source — l’Observatoire syrien des droits de l’homme, qui n’avait rien dit à ce sujet », a déclaré le ministère russe de la Défense.

Auparavant, l’agence Reuters, citant l’Observatoire syrien des droits de l’homme, a rapporté que « des avions appartenant au gouvernement russe ou syrien » ont attaqué avec des armes chimiques la ville de Khan Cheikhoun, dans la province d’Idlib. Pourtant, dans son message d’origine, l’OSDH a seulement supposé l’existence des frappes aériennes sans indiquer leur appartenance.

 

Mardi matin, l’Observatoire syrien des droits de l’homme a annoncé qu’au moins 58 personnes, dont onze enfants, avaient été tuées dans la province d’Idlib (nord-ouest de la Syrie) dans des frappes aériennes.

 

Damas a également rejeté les accusations concernant l’attaque. Selon une source au sein des forces armées syriennes, Damas ne détient pas d’armes chimiques, et les déclarations au sujet de l’attaque perpétrée dans la province d’Idlib pourraient faire partie d’une « campagne de propagande contre l’armée syrienne ».Rappelons que l’un des premiers cas d’utilisation des armes chimiques par Daech en Syrie remonte au printemps 2013. Une attaque terroriste au sarin a fait de nombreux morts en été 2013 dans la Ghouta orientale. Plusieurs pays ont alors essayé de rejeter la responsabilité sur le président syrien Bachar el-Assad. Les terroristes de Daech ont notamment utilisé des obus chargés de gaz toxique au cours d’une attaque contre une base aérienne de la province syrienne de Deir ez-Zor, en avril 2016, ce qui a provoqué de graves problèmes respiratoires chez les militaires touchés.

La Russie a plusieurs fois appelé la communauté internationale à coordonner ses efforts en vue de mettre fin au terrorisme chimique. Moscou a proposé d’adopter une résolution spéciale du Conseil de sécurité de l’Onu. Malheureusement, les partis pris politiques et la position anti-Assad ont empêché d’adopter cette résolution et d’écarter cette menace.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l’application Telegram sur n’importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

https://fr.sputniknews.com/international/201704041030749532-idlib-reuters-intox/

Pas d’armes chimiques, pas d’attaques: Damas rejette les accusations

Syrie

Pas d’armes chimiques, pas d’attaques: Damas rejette les accusations

© REUTERS/ Ali Hashisho

INTERNATIONAL

14:24 04.04.2017(mis à jour 15:03 04.04.2017) URL courte
261692261

Damas ne détient pas d’armes chimiques, et les déclarations au sujet de l’attaque perpétrée dans la province d’Idlib pourraient faire partie d’une campagne de propagande contre l’armée syrienne, a déclaré à Sputnik une source au sein des forces armées syriennes.

L’opposition syrienne a accusé mardi le gouvernement de Bachar el-Assad d’avoir mené à Khan Cheikhoun, dans la province d’Idlib, une attaque « chimique » qui a fait au moins 80 morts et près de 200 blessés. Damas a pour sa part démenti toutes les accusations en raison de leur caractère non fondé.

« L’armée syrienne ne détient pas d’armes chimiques, et elle n’a pas porté de frappes contre la ville de Khan Cheikhoun, dans la province d’Idlib. Toutes les déclarations faites par des groupes terroristes ne correspondent pas à la réalité. C’est la justification de lourdes pertes au cours de la récente offensive de l’armée syrienne dans le quartier nord de Hama », a déclaré à Sputnik une source au sein des forces armées syriennes.

« Il n’est pas exclu qu’ils aient eux-mêmes procédé à l’attaque, dans le but de lancer une campagne de propagande contre l’armée syrienne », a ajouté la source.

 

Moscou a aussi déclaré ne pas être concerné par les accusations. Selon le ministère russe de la Défense, « aucune frappe aérienne n’a été menée par l’aviation russe dans les environs de Khan Cheikhoun, dans la province d’Idlib ».L’ONG Human Rights Watch a publié en février dernier un rapport dans lequel elle avait aussi accusé les troupes syriennes d’avoir utilisé à au moins huit reprises en 2016 des armes chimiques en Syrie, notamment dans les zones d’Alep contrôlées par l’opposition. De son côté, le ministère russe de la Défense juge dénuées de tout professionnalisme ces tentatives visant à rejeter la responsabilité sur le gouvernement d’Assad.

 

Rappelons que l’un des premiers cas d’utilisation des armes chimiques par Daech en Syrie remonte au printemps 2013. Une attaque terroriste au sarin a fait de nombreux morts en été 2013 à la Ghouta orientale. Plusieurs pays ont alors essayé de rejeter la responsabilité sur le président syrien Bachar el-Assad. Les terroristes de Daech ont notamment utilisé des obus chargés de gaz toxique au cours d’une attaque contre une base aérienne de la province syrienne de Deir ez-Zor, en avril 2016, ce qui a provoqué de graves problèmes respiratoires chez les militaires touchés.La Russie a plusieurs fois appelé la communauté internationale à coordonner ses efforts en vue de mettre fin au terrorisme chimique. Moscou a proposé d’adopter une résolution spéciale du Conseil de sécurité de l’Onu. Malheureusement, les partis pris politiques et la position anti-Assad ont empêché d’adopter cette résolution et d’écarter cette menace.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l’application Telegram sur n’importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

https://fr.sputniknews.com/international/201704041030747435-damas-armes-chimiques-dementi/

military Source about
The has never used & will never use weapons

# Russie : ministère russe de la Défense nie que les bombardiers russes ont attaqué la ville de Khan Sheikhun en Syrie

United Networks Syrie Nouvelles / FSNN

2 h · 

Des sources bien informées confirment la contrebande de matériaux utilisés dans la fabrication d’ armes chimiques , y compris le matériel #chlore de # la Turquie à la campagne # Idlib au nord.

source militaire syrienne: l’armée n’a pas utilisé les armes chimiques ne seront pas utilisées à l’avenir

source militaire syrienne a déclaré à l’agence de nouvelles Reuters dément au sujet de l’attentat contre des armes chimiques sur Khan Shaikhoun Brive Idlib, et confirme que l’armée syrienne n’a pas déjà utilisé des armes chimiques et ne sera pas l’avenir Astkhaddmhat.

source militaire syrienne a nié mardi le débit des médias pour l’armée syrienne visant des armes chimiques Khan Shaikhoun Brive Idlib.

L’agence de nouvelles Reuters, citant une source militaire syrienne en disant que l’armée n’a pas fait usage d’armes chimiques, soulignant que « n’a pas été utilisé dans le passé ne sera pas utilisé à l’avenir. »

L’opposition Observatoire syrien a déclaré que le raid aérien ciblé un gaz poison Khan Shaikhoun la Syrie au nord-ouest a causé la mort de dizaines de civils, y compris les enfants de l’asphyxie.

Pour sa part, la coalition de l’opposition syrienne, le Conseil de sécurité de l’ONU a demandé dans un communiqué que « une enquête immédiate, accusant la force aérienne de l’armée syrienne pour lancer ces raids. »

Et la circulation des militants de l’opposition sur les sites de réseaux sociaux montrant des images des travailleurs de sauvetage qui portent des masques et travaillant sur les embruns blessés Almamddan sur les conduites d’eau au sol.

Le corps de Sham à libération contrôlée, qui comprend le Fatah al-Sham avant « Front de la première victoire » avec des factions fidèles à la province d’Idlib et souvent soumis à des raids en Syrie et la Russie et la coalition internationale dirigée par Washington visant à des dirigeants appartenant à Daesh et la victoire dans la province.

 

*

Moscou et Damas démentent être à l’origine de l’attaque chimique à Idlib en Syrie

Moscou et Damas démentent être à l'origine de l'attaque chimique à Idlib en Syrie © Mohamed Al-Bakour Source: AFP
Des enfants qui auraient été victimes d’une attaque au gaz en Syrie

Des rebelles syriens prétendent que l’armée arabe syrienne a utilisé des gaz de combat contre des cibles de l’opposition en Syrie dans la matinée du 4 avril, causant des dizaines de morts. Mais Damas nie toute implication dans cette attaque.

Une source militaire syrienne a démenti auprès de l’agence Reuters la «propagande rebelle» selon laquelle Damas aurait mené une attaque au gaz de combat dans la province d’Idlib le 4 avril au matin, tuant au moins 58 civils d’après l’Observatoire Syrien des Droits de l’Homme.

: Activists release pictures showing alleged chemical attack by Bashar al-Assad forces in Idlib, Khan Sheikhan town, .

L’armée «n’a pas et n’en a pas utilisé [d’armes chimiques], ni dans le passé et ni dans l’avenir, parce qu’en premier lieu, nous n’en possédons pas», a déclaré cette source.

Bien que n’étant pas concernée par ces accusations, la Russie a fait savoir par son ministre de la Défense Sergueï Choïgou, qu’«aucune frappe aérienne n’a été menée par l’aviation russe dans les environs de Khan Cheikhoun», dans la province d’Idlib.

Cette région est un fief rebelle et djihadiste du nord-ouest.

Au moins onze enfants figureraient parmi les personnes tuées dans l’attaque qui a frappé Khan Cheikhoun.

Une vidéo diffusée par des militants montre un petit garçon respirant avec difficulté, pouvant à peine ouvrir les yeux, de la mousse sortant de sa bouche.

Hospitals overcrowded with civilians suffocating to death in ’s Idlib — Footage shows desperate attempt to save a child by medics.

Hospitals overcrowded with civilians suffocating to death in ’s Idlib — Footage shows desperate attempt to save a child by medics.

    •  
Une vidéo diffusée par des militants montre secouant tournant brutalement la tête d’un des petits enfants qui auraient succombé dans une attaque gaz!!
rural Chemical attack by air raids on more than 30 Martyrs most of them are children!!

Un correspondant de l’AFP présent dans un hôpital de Khan Cheikhoun a vu de la mousse sortir de la bouche de patients. Beaucoup ont été aspergés d’eau par les médecins qui tentaient de les réanimer.

Condamnations internationales

La France a demandé la convocation d’une réunion d’urgence du Conseil de sécurité de l’ONU après une «nouvelle attaque chimique particulièrement grave» en Syrie, a annoncé mardi le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Marc Ayrault.

Dans un communiqué, le ministre condamne un «acte ignoble». «Les première informations font état d’un grand nombre de morts, y compris des enfants», a-t-il précisé, en expliquant avoir «demandé la convocation d’une réunion d’urgence du Conseil de sécurité».

«L’utilisation d’armes chimiques constitue une violation inacceptable de la Convention sur l’Interdiction des Armes chimiques (CIAC) et un nouveau témoignage de la barbarie dont le peuple syrien est victime depuis tant d’années», a ajouté le chef de la diplomatie française.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a lui déclaré à son homologue russe Vladimir Poutine, lors d’un entretien téléphonique, que l’attaque «chimique» dans la matinée en Syrie était «inhumaine» et menaçait le processus de paix.

«Indiquant que ce type d’attaques inhumaines étaient inacceptables, le président Erdogan a souligné que celles-ci pouvaient risquer de gâcher tous les efforts fournis dans le cadre du processus d’Astana» visant à une fin du conflit, ont indiqué sous anonymat ces responsables au sein de la présidence turque.
Plus de détails à venir…

https://francais.rt.com/international/36225-moscou-damas-dementent–attaque-gaz-syrie

 

*

embed] [/embed]

*

*

*

*

Nibiru_Final_Update.

*

*

Cliquez sur:

Nibiru

pour accéder à tous les Liens

*

*

 

Coalition Américaine a Tué 300 Civils Syriens en 11 Frappes Examinées – Amnesty International – Coalition Plus de 1.000 Civils Tués depuis Début des Opérations -_ 26_10_2016.

25-10-2016

 

Nibiru    –    SYRIE

Coalition Américaine a Tué 300 Civils Syriens en 11 Frappes Examinées – Amnesty International – Coalition Plus de 1.000 Civils Tués depuis Début des Opérations -_ 26_10_2016.

 

*

Amnesty International 

USA must come clean about civilian deaths caused by Coalition air strikes in Syria

Amnesty International 

États-Unis doivent faire la lumière sur la mort de civils causées par les frappes aériennes de la Coalition en Syrie

26 Octobre 2016

l’Observatoire Syrien des Droits de l’Homme et le Centre Violations Documentation de Surveillance indique que le nombre total de civils tués par les forces de la Coalition en Syrie depuis que les opérations ont commencé pourrait être aussi élevé que 600 ou plus de 1.000.

 

IRAQ

60 civilians killed, 200 injured as US-led coalition strikes Mosul residential areas – Russian MoD

 

*

US-led coalition killed 300 Syrian civilians in 11 probed strikes – Amnesty

A U.S. Air Force crew chief signals the pilot of an F-16 Flying Falcon as it taxis for a mission at Bagram air field in Afghanistan August 11, 2016. REUTERS/Josh Smith

(RT) – Around 300 civilians were killed in eleven airstrikes conducted by the US-led coalition in Syria, which Amnesty International investigated for its latest report. Amnesty says the US must come clean about the civilian toll of its fight against Islamic State.

Amnesty suspects that US Central Command (CENTCOM), which directs coalition airstrikes in Syria, “may have… carried out unlawful attacks” in Syria, failing to take necessary measures to prevent civilian killings.

“We fear the US-led coalition is significantly underestimating the harm caused to civilians in its operations in Syria,” said Lynn Maalouf, Deputy Director for Research at Amnesty International’s Beirut regional office.

“It’s high time the US authorities came clean about the full extent of the civilian damage caused by coalition attacks in Syria. Independent and impartial investigations must be carried out into any potential violations of international humanitarian law and the findings should be made public.”

Amnesty investigated evidence, including eyewitness accounts, reports by human rights organizations and the media, photographs and video footage as well as satellite imagery, related to 11 suspected coalition attacks in Syria. The group estimates that the attacks have claimed as many as 300 civilian lives. So far none of these deaths has been acknowledged by CENTCOM.

The report published on Wednesday added that the total civilian death toll from coalition action “could be as high as 600 or more than 1,000” since the operation against Islamic State (IS, formerly ISIS, ISIL) started in Syria in 2014.

One of the strikes investigated by Amnesty took place in the early hours of December 7, 2015. The attacks hit two houses in the village of Ayn al-Khan, near al-Hawl in al-Hasakah governorate in northern Syria, killing 40 civilians, including 19 children, and injuring at least 30 others, the report said.

According to an eyewitness account, an initial night strike was followed by a second attack from a helicopter gunship, which hit first responders trying to dig out survivors.

“At this point I had a two-month-old baby boy in my arms whom I had rescued. The hit caused me to fall and drop him… I fell into the hole made by the air strike. That was what saved me… My mother, aunt, wife and children – a daughter who was four years old and a son who was two and a half were all killed. The woman and her son who I’d rescued were killed. Everyone but me was killed,” the survivor said.

The strike is believed to have targeted IS fighters. But local Kurdish militia reportedly warned the coalition that there were civilians in the area.

Amnesty said CENTCOM’s failure to acknowledge civilian deaths in Syria, as well as the poor record of investigating such incidents in Afghanistan and Iraq, poses grave concerns over the toll which the civilian population of Mosul, Iraq is likely to face from the ongoing operation to take the city from IS. The US-led coalition is providing air support for the offensive.

“Given the likely increase in air strikes by the US-led Coalition as part of the Iraqi offensive to recapture Mosul, it is even more pressing that CENTCOM be fully transparent about the impact of their military actions on civilians. And it is crucial that they adhere scrupulously to international humanitarian law, including by taking all feasible precautions to spare civilians and to minimize harm to civilian homes and infrastructure,” said Maalouf.

A similar operation to capture Manbij, Syria, which is far smaller than Mosul, killed more than 200 civilians, Amnesty estimated.

Last week, Amnesty International blasted Russia for civilian deaths in Aleppo. The Syrian city is divided between government forces and various armed groups, including the Al-Qaeda offshoot Al-Nusra Front. Russia says that the militants use civilians as human shields and would not allow them to leave the city, derailing several attempts by Russia to open humanitarian corridors out of the city.

US-led coalition killed 300 Syrian civilians in 11 probed strikes – Amnesty

*

coalition américaine a tué 300 civils syriens en 11 frappes sondées – Amnesty

Un chef d’équipe US Air Force signale le pilote d’un vol Falcon F-16 comme taxis pour une mission au terrain d’aviation de Bagram en Afghanistan 11 Août 2016. REUTERS / Josh Smith

( RT ) – Près de 300 civils ont été tués dans onze frappes aériennes menées par la coalition menée par les USA en Syrie, dont Amnesty International a enquêté pour son dernier rapport.Amnesty dit aux États – Unis doit faire la lumière sur le bilan civil de son combat contre l’ Etat islamique.

Amnesty soupçonne que US Central Command (CENTCOM), qui dirige les frappes aériennes de la coalition en Syrie, « peut-être … mené des attaques illégales » en Syrie, à défaut de prendre des mesures nécessaires pour prévenir les massacres de civils.

«Nous craignons que la coalition menée par les USA sous-estime de manière significative les dommages causés aux civils dans ses opérations en Syrie », a déclaré Lynn Maalouf, directeur adjoint de la recherche à Beyrouth le bureau régional d’Amnesty International.

«Il est grand temps que les autorités américaines se sont propres sur l’étendue des dommages civils causés par les attaques de la coalition en Syrie. Des enquêtes indépendantes et impartiales doivent être menées sur des violations potentielles du droit international humanitaire et les résultats devraient être rendus publics. « 

Amnesty a enquêté sur des preuves, y compris des témoignages, les rapports des organisations des droits humains et les médias, des photographies et des séquences vidéo ainsi que des images satellitaires, liées à 11 attaques de la coalition présumés en Syrie. Le groupe estime que les attaques ont coûté moins de 300 vies civiles. Jusqu’à présent, aucun de ces décès a été reconnu par CENTCOM.

Le rapport publié  mercredi a ajouté que le nombre de victimes civiles totale de l’ action de lacoalition « pourrait être aussi élevé que 600 ou plus de 1.000 » depuis l’opération contre l’ Etat islamique (IS, anciennement ISIS, ISIL) a commencé en Syrie en 2014.

Une des grèves étudiés par Amnesty a eu lieu dans les premières heures du 7 Décembre 2015. Les attaques a frappé deux maisons dans le village de Ayn al-Khan, près de al-Hawl dans al-Hasakah gouvernorat dans le nord de la Syrie, tuant 40 civils, dont 19 enfants, et en blessant au moins 30 autres, selon le rapport.

Selon un témoin oculaire, une frappe initiale de nuit a été suivie d’une deuxième attaque d’un hélicoptère de combat, qui a frappé les premiers intervenants en essayant de creuser des survivants.

« A ce stade, j’ai eu un petit garçon de deux mois, dans mes bras que je l’avais sauvé. Le coup m’a fait tomber et tomber lui … Je suis tombé dans le trou fait par la grève de l’air. Voilà ce que m’a sauvé … Ma mère, ma tante, femme et enfants – une fille qui était âgée de quatre ans et un fils qui avait deux ans et demi ont tous été tués. La femme et son fils qui je l’avais sauvé ont été tués. Tout le monde, mais moi a été tué « , a déclaré le survivant.

La grève est soupçonné d’avoir ciblé IS combattants. Mais la milice kurde locale aurait averti la coalition qu’il y avait des civils dans la région.

Amnesty a déclaré l’échec de CENTCOM à reconnaître la mort de civils en Syrie, ainsi que le piètre bilan des enquêtes sur ces incidents en Afghanistan et en Irak, pose de graves inquiétudes sur le péage dont la population civile de Mossoul, en Irak est susceptible de faire face à partir de l’opération en cours à prendre la ville de IS. La coalition américaine apporte un soutien aérien pour l’offensive.

«Compte tenu de l’augmentation probable des frappes aériennes par la Coalition menée par les USA dans le cadre de l’offensive irakienne à reprendre Mossoul, il est encore plus urgent que CENTCOM soit totalement transparente sur l’impact de leurs actions militaires sur les civils. Et il est crucial qu’ils respectent scrupuleusement le droit international humanitaire, y compris en prenant toutes les précautions possibles pour épargner les civils et de minimiser les dommages causés aux habitations et aux infrastructures civiles », a déclaré Maalouf.

Une opération similaire pour capturer Manbij, la Syrie, qui est beaucoup plus petite que Mossoul, a tué plus de 200 civils, Amnesty estime.

La semaine dernière, Amnesty International a fustigé la Russie pour la mort de civils à Alep. La ville syrienne est divisée entre les forces gouvernementales et divers groupes armés, y compris le rejeton Al-Qaïda Al-Nusra avant. La Russie affirme que les militants utilisent des civils comme boucliers humains et ne leur permettre de quitter la ville, faisant dérailler plusieurs tentatives de la Russie d’ouvrir des couloirs humanitaires hors de la ville.

US-led coalition killed 300 Syrian civilians in 11 probed strikes – Amnesty

* 

Amnesty International 

USA must come clean about civilian deaths caused by Coalition air strikes in Syria

26 October 2016, 01:01 UTC

US-led Coalition forces carrying out air strikes in Syria must conduct thorough investigations into reports of civilian casualties from its operations and disclose their findings, said Amnesty International. Eleven Coalition attacks examined by the organization appear to have killed some 300 civilians during two years of strikes targeting the armed group calling itself Islamic State (IS).

So far the US authorities have provided no response to a memorandum Amnesty International sent to the US Department of Defense on 28 September 2016 to raise questions about the conduct of Coalition forces in Syria. The memorandum compiles and analyzes information from 
various sources, including eyewitnesses to attacks, which suggests that US Central Command (CENTCOM), which directs Coalition forces in Syria, may have failed to take necessary precautions to spare civilians and carried out unlawful attacks that have killed and injured civilians.

It’s high time the US authorities came clean about the full extent of the civilian damage caused by Coalition attacks in Syria
Lynn Maalouf, Deputy Director for Research at Amnesty International’s Beirut regional office

“We fear the US-led Coalition is significantly underestimating the harm caused to civilians in its operations in Syria,” said Lynn Maalouf Deputy Director for Research at Amnesty International’s Beirut regional office.

“Analysis of available evidence suggests that in each of these cases, Coalition forces failed to take adequate precautions to minimize harm to civilians and damage to civilian objects. Some of these attacks may constitute disproportionate or otherwise indiscriminate attacks.

“It’s high time the US authorities came clean about the full extent of the civilian damage caused by Coalition attacks in Syria. Independent and impartial investigations must be carried out into any potential violations of international humanitarian law and the findings should be made public.”

Amnesty International has reviewed publicly available information from local human rights organizations and monitoring groups as well as media reports, and where feasible it has interviewed eyewitnesses, carried out analysis of satellite imagery, photographs and video evidence, to piece together as much detail as possible about the circumstances of 11 US-led Coalition attacks in which evidence suggests as many as 300 civilians were killed. To date CENTCOM has only acknowledged one single such death in these attacks.

https://hannahwaller.carto.com/viz/22bcb532-93ff-40b6-b7fd-ff413068c77f/embed_map

Research and documentation by leading human rights and monitoring organizations including the Syrian Network for Human Rights, Airwars, the Syrian Observatory for Human Rights and the Violations Documentation Center indicates that the total number of civilians killed by Coalition forces in Syria since operations began could be as high as 600 or more than 1,000.

Civilian casualties

Among the most recent incidents highlighted in the memorandum are three US-led Coalition attacks in June and July 2016 on the Manbij area of Aleppo governorate, in northern Syria. Together the three attacks are suspected to have killed more than 100 civilians in the villages of al-Tukhar, al-Hadhadh and al-Ghandoura.

The attack on al-Tukhar on 19 July is believed to have caused the greatest loss of civilian life of any single US-led Coalition attack. At least 73 civilians were killed, including 27 children, and some 30 were injured.

CENTCOM is investigating the attack. In its memorandum to the US authorities Amnesty International asked serious questions about who the intended targets were and the measures taken to verify intelligence or check whether civilians were present in the vicinity.

My mother, aunt, wife and children – a daughter who was four years old and a son who was two and a half were all killed. The woman and her son who I’d rescued were killed. Everyone but me was killed
Survivor of attack at Ayn al-Khan

Air strikes just over a week later on 28 July killed at least 28 civilians, including seven children, in al-Ghandoura village 25km north west of Manbij. The strikes hit a public market which appears in a video clip that Amnesty International was able to geo-locate in al Ghandoura’s main street. The video-clip and other photographs show the bodies of many of the children killed.

syrie-1

Strike location (highlighted in red) in al-Ghandoura,near Manbij, Aleppo governorate © DigitalGlobe/Google Earth. Graphic produced by Amnesty International

A US-led Coalition attack which struck two houses where civilians were sheltering in the village of Ayn al-Khan, near al-Hawl in al-Hasakah governorate in northern Syria in the early hours of 7 December 2015, killed 40 civilians, including 19 children, and injured at least 30 others according to local human rights organizations. One media report suggests an unknown number of IS fighters were also killed in the attack.

Amnesty International was able to speak to one survivor from the attack who described how he was awoken by a huge explosion and ran out to dig through the rubble for survivors.

“The house shook and began to crumble. The windows shattered…I ran outside and saw my neighbour’s house completely destroyed. I could hear people calling out from beneath the rubble,” he said.

As he helped to dig out survivors a helicopter gunship launched a second attack.

“At this point I had a two-month-old baby boy in my arms whom I had rescued. The hit caused me to fall and drop him… I fell into the hole made by the air strike. That was what saved me… My mother, aunt, wife and children – a daughter who was four years old and a son who was two and a half were all killed. The woman and her son who I’d rescued were killed. Everyone but me was killed,” he said.

He also said that a commander from the Kurdish People’s Protection Unit (YPG) forces who villagers spoke to after the attack told them the YPG had warned Coalition forces of civilians in in the area.

The attack is believed to have been targeting a group of IS fighters who had moved into a house on the edge of the village five days earlier and were later joined by more fighters.

Despite evidence indicating multiple civilian casualties were caused, CENTCOM has not acknowledged responsibility, although it admits it carried out air strikes in the vicinity at around the same time. It is unclear whether the investigation promptly set up by CENTCOM has reached any findings.

In another attack on 11 August 2015 an air strike hit a building in Atmeh in Aleppo governorate which was being used by an armed group to produce mortars, but also destroyed two adjacent civilian homes, killing eight civilians. Six children aged between four and 17 years old were killed. There are conflicting reports about whether or not 10 fighters were also killed in the attack. CENTCOM has admitted carrying out the strike but denied there were any civilian casualties.

Satellite images obtained and reviewed by Amnesty International indicate that the two civilian houses were completely destroyed in addition to the building being used by the armed group.

syrie-2

Before and after images of attack on Atmeh in Idleb governorate, 11 August 2015 ©DigitalGlobe/Google Earth. Graphic produced by Amnesty International

Talha al-Amouri an eye-witness told Amnesty International that his sister-in-law, mother of five of the children killed, was eight months’ pregnant at the time of the attack and had a stillbirth as a consequence of it. He said he and his brother had gone to a nearby shop a short distance away and returned to find children buried beneath the rubble.

“How could they have known that there was an ammunitions factory but not that there were homes with civilians nearby?” he said.

Although this attack was directed at a legitimate military target it also destroyed neighbouring homes and killed eight civilians and therefore may amount to a disproportionate attack.

syrie-3
Attack in Atmeh ©DigitalGlobe. Screenshot via YouTube/Hadi Alabdallah. Graphic produced by Amnesty International

“Due to the presence of populated civilian homes adjacent to the target, it should have been clear that the attack would pose a significant risk to civilians, including from secondary explosions. The US authorities should have taken steps to minimize that risk, including by issuing a warning, if feasible, or delaying the attack until civilians could be adequately protected, or cancelling it if it was likely to be disproportionate,” said Lynn Maalouf.

As the military campaign to re-take the city of Mosul in northern Iraq from IS enters its second week, fears for civilians there are running high. US-led Coalition forces are providing air and ground support for the operation.

“Given the likely increase in air strikes by the US-led Coalition as part of the Iraqi offensive to recapture Mosul, it is even more pressing that CENTCOM be fully transparent about the impact of their military actions on civilians. And it is crucial that they adhere scrupulously to international humanitarian law, including by taking all feasible precautions to spare civilians and to minimize harm to civilian homes and infrastructure,” said Lynn Maalouf.

More than 200 Syrian civilians are believed to have been killed in Coalition attacks during the campaign in Syria to oust IS from Manbij, which is far smaller than Mosul.

Amnesty International’s previous research on Pakistan and Afghanistan has also found that the US military has failed to effectively investigate possible violations of international humanitarian law and to acknowledge responsibility for civilian casualties.

The failure to adequately and transparently investigate reports of civilian casualties and of violations of international humanitarian law falls short of international standards and contrasts starkly with commitments by President Barack Obama in a July 2016 Executive Order to address civilian casualties from US military operations. The lack of acknowledgment, apology or compensation is also at odds with this Executive Order, which committed the USA to strengthening post-strike investigations and offering condolence and compensation.

Background

Amnesty International has researched and published findings on violations of international humanitarian law and human rights violations, including war crimes and crimes against humanity, committed by several parties to the conflict in Syria, namely: the Syrian government and its allies (including Russia), who are responsible for the vast majority of violations; the group calling itself Islamic State; the predominantly Kurdish forces of the Autonomous Administration; and several armed opposition groups.

Syria: Alarm over reports of high civilian death toll from US-led airstrikes on Manbij

US-led coalition forces carrying out airstrikes in Syria must redouble efforts to prevent civilian deaths and investigate possible violations of international humanitarian law, Amnesty International urged amid growing reports that scores of men, women and children were killed in their homes in al-Tukhar village, near Manbij, on 18-19 July.

https://www.amnesty.org/en/latest/news/2016/10/usa-must-come-clean-about-civilian-deaths-caused-by-coalition-air-strikes-in-syria/

* 

Amnesty International 

États-Unis doivent faire la lumière sur la mort de civils causées par les frappes aériennes de la coalition en Syrie

26 Octobre 2016, 01:01 UTC

US-led forces de la coalition effectuant des frappes aériennes en Syrie doivent mener des enquêtes approfondies sur les rapports des victimes civiles de ses opérations et de communiquer leurs résultats, a déclaré Amnesty International. Attaques Onze Coalition examinés par l’organisation semblent avoir tué quelque 300 civils pendant deux ans grèves ciblant le groupe armé se faisant appeler Etat islamique (IS).

Jusqu’à présent , les autorités américaines ont fourni aucune réponse à un mémorandum d’ Amnesty International envoyée au Département américain de la Défense , le 28 Septembre 2016 pour soulever des questions sur la conduite des forces de la coalition en Syrie. Le mémorandum compile et analyse des informations de 
diverses sources, y compris des témoins oculaires à des attaques, ce qui suggère que le Commandement central américain (CENTCOM), qui dirige les forces de la Coalition en Syrie, pourrait avoir omis de prendre les précautions nécessaires pour épargner les civils et mené des attaques illégales qui ont tué et les civils blessés.

Il est grand temps que les autorités américaines se sont propres sur l’étendue des dommages civils causés par les attaques de la coalition en Syrie
Lynn Maalouf, directeur adjoint de la recherche à Beyrouth bureau régional d’Amnesty International

«Nous craignons que la Coalition menée par les USA sous-estime de manière significative les dommages causés aux civils dans ses opérations en Syrie», a déclaré le directeur adjoint Lynn Maalouf de recherche à Beyrouth le bureau régional d’Amnesty International.

« L’analyse des données disponibles suggèrent que, dans chacun de ces cas, les forces de la coalition ont omis de prendre les précautions nécessaires pour minimiser les dommages causés aux civils et les dommages aux biens de caractère civil. Certaines de ces attaques peuvent constituer des attaques disproportionnées ou autrement aveugles.

«Il est grand temps que les autorités américaines se sont propres sur l’étendue des dommages civils causés par les attaques de la coalition en Syrie. Des enquêtes indépendantes et impartiales doivent être menées sur des violations potentielles du droit international humanitaire et les résultats devraient être rendus publics. « 

Amnesty International a examiné les informations publiquement disponibles auprès des organisations locales des droits humains et des groupes de surveillance, ainsi que les rapports des médias, et lorsque cela est possible , il a interrogé des témoins oculaires, effectué une analyse du satellite imageur y, photographies et des preuves vidéo, de rassembler autant de détails que possible sur les circonstances de 11 attaques de la coalition sous commandement américain dans lequel la preuve suggère que près de 300 civils ont été tués. À ce jour CENTCOM a seulement reconnu une seule comme la mort dans ces attaques.

https://hannahwaller.carto.com/viz/22bcb532-93ff-40b6-b7fd-ff413068c77f/embed_map

Recherche et documentation en menant des droits humains et organisations, y compris le Réseau syrien pour les droits de l’homme, Airwars, l’Observatoire syrien des droits de l’homme et le Centre Violations Documentation de surveillance indique que le nombre total de civils tués par les forces de la coalition en Syrie depuis que les opérations ont commencé pourrait être aussi élevé que 600 ou plus de 1.000.

Pertes civiles

Parmi les incidents les plus récents mis en évidence dans le mémorandum sont trois attaques de la coalition sous commandement américain en Juin et Juillet 2016 la région d’Alep Manbij gouvernorat, dans le nord de la Syrie.Ensemble, les trois attaques sont soupçonnés d’avoir tué plus de 100 civils dans les villages de al-Tukhar, al-Hadhadh et al-Ghandoura.

L’ attaque contre al-Tukhar le 19 Juillet est soupçonné d’avoir causé la plus grande perte de vie civile de toute seule attaque Coalition menée par les USA. Au moins 73 civils ont été tués, dont 27 enfants, et environ 30 ont été blessées.

CENTCOM enquête sur l’attaque. Dans son mémorandum aux autorités américaines Amnesty International a posé des questions sérieuses au sujet de qui les cibles visées étaient et les mesures prises pour vérifier l’intelligence ou vérifier si des civils étaient présents dans les environs.

Ma mère, ma tante, femme et enfants – une fille qui était âgée de quatre ans et un fils qui avait deux ans et demi ont tous été tués. La femme et son fils qui je l’avais sauvé ont été tués. Tout le monde, mais moi a été tué
Survivant d’attaque à Ayn al-Khan

 Air frappe un peu plus d’une semaine plus tard, le 28 Juillet tué au moins 28 civils, dont sept enfants, dans al-Ghandoura 25km village au nord-ouest de Manbij. Les grèves ont frappé un marché public qui apparaît dans un clip vidéo que Amnesty International a pu géo-localiser dans la rue principale d’al Ghandoura. Le clip vidéo et d’autres photographies montrent les corps de plusieurs des enfants tués. 

syrie-1
Lieu d’exercice (en rouge) dans al-Ghandoura, près de Manbij, Alep gouvernorat © DigitalGlobe / Google Earth.Graphique produit par Amnesty International

Une Coalition attaque menée par les USA qui a frappé deux maisons où des civils ont été trouvé refuge dans le village de Ayn al-Khan, près de al-Hawl dans al-Hasakah gouvernorat dans le nord de la Syrie dans les premières heures du 7 Décembre 2015, tué 40 civils, dont 19 les enfants, et blessé au moins 30 autres selon des organisations locales de défense des droits. Un rapport des médias suggère un nombre inconnu de combattants IS ont également été tués dans l’attaque.

Amnesty International a pu parler à un survivant de l’attaque qui a décrit comment il a été réveillé par une énorme explosion et a manqué de creuser à travers les décombres pour les survivants.

« La maison a tremblé et a commencé à se désagréger. Les fenêtres brisées … J’ai couru dehors et a vu la maison de mon voisin complètement détruite. Je pouvais entendre les gens crier de sous les décombres « , at-il dit.

Comme il a aidé à creuser les survivants d’un hélicoptère de combat a lancé une deuxième attaque.

« A ce stade, j’ai eu un petit garçon de deux mois, dans mes bras que je l’avais sauvé. Le coup m’a fait tomber et tomber lui … Je suis tombé dans le trou fait par la grève de l’air. Voilà ce que m’a sauvé … Ma mère, ma tante, femme et enfants – une fille qui était âgée de quatre ans et un fils qui avait deux ans et demi ont tous été tués. La femme et son fils qui je l’avais sauvé ont été tués. Tout le monde, mais moi a été tué « , at-il dit.

Il a également dit que le commandant des forces kurdes Protection Unité populaire (YPG) qui villageois parlaient après l’attaque leur a dit le GPJ avait mis en garde les forces de la coalition des civils dans la région.

L’attaque est soupçonné d’avoir été le ciblage d’un groupe de combattants IS qui avait déménagé dans une maison sur le bord du village cinq jours plus tôt et ont ensuite été rejoints par d’autres combattants.

En dépit des preuves indiquant de multiples victimes civiles ont été causés, CENTCOM n’a pas reconnu sa responsabilité, même si elle admet qu’il effectue des frappes aériennes dans les environs à la même époque. On ne sait pas si l’enquête rapidement mis en place par CENTCOM a atteint des conclusions.

Dans une autre attaque le 11 Août 2015, un raid aérien a frappé un bâtiment dans Atmeh à Alep gouvernorat qui a été utilisé par un groupe armé pour produire des mortiers, mais a également détruit deux maisons civiles adjacentes, tuant huit civils. Six enfants âgés entre quatre et 17 ans ont été tués. Il existe des rapports contradictoires quant à savoir si ou non 10 combattants ont également été tués dans l’attaque. CENTCOM a admis la réalisation de la grève, mais a nié qu’il y avait des victimes civiles.

Les images satellites obtenues et examinées par Amnesty International indiquent que les deux maisons civiles ont été complètement détruits en plus du bâtiment utilisé par le groupe armé.

syrie-2

Avant et après les images d’attaque sur Atmeh dans Idlib gouvernorat, dont 11 Août ici à 2015 © DigitalGlobe / Google Earth. Graphique produit par Amnesty International

Talha al-Amouri un témoin oculaire a déclaré à Amnesty International que sa soeur-frère, mère de cinq enfants tués, était enceinte de huit mois au moment de l’attaque et a eu un enfant mort-né à la suite de celui-ci. Il a dit que lui et son frère était allé à un magasin de proximité à une courte distance et est retourné à trouver des enfants enfouis sous les décombres.

« Comment ont-ils pu savoir qu’il y avait une usine de munitions, mais pas qu’il y avait des maisons avec des civils à proximité?» Dit-il.

Bien que cette attaque était dirigée à un militaire légitime cibler également détruit des maisons voisines et tué huit civils et peut donc constituer une attaque disproportionnée.

syrie-3

Attaque en Atmeh © DigitalGlobe. Capture d’écran via YouTube / Hadi Alabdallah. Graphique produit par Amnesty International

« En raison de la présence d’habitations civiles peuplées adjacentes à la cible, il aurait dû être clair que l’attaque constituerait un risque important pour les civils, y compris des explosions secondaires. Les autorités américaines auraient dû prendre des mesures pour minimiser ce risque, y compris en donnant un avertissement, si possible, ou de retarder l’attaque jusqu’à ce que des civils pourraient être protégés de manière adéquate, ou l’annuler si elle était susceptible d’être disproportionnée », a déclaré Lynn Maalouf.

Alors que la campagne militaire de re-prendre la ville de Mossoul dans le nord de l’Irak de l’IS entre dans sa deuxième semaine, les craintes pour les civils y sont en cours d’exécution élevé. forces de la coalition sous commandement américain fournissent l’air et au sol pour l’opération.

«Compte tenu de l’augmentation probable des frappes aériennes par la Coalition menée par les USA dans le cadre de l’offensive irakienne à reprendre Mossoul, il est encore plus urgent que CENTCOM soit totalement transparente sur l’impact de leurs actions militaires sur les civils. Et il est crucial qu’ils respectent scrupuleusement le droit international humanitaire, y compris en prenant toutes les précautions possibles pour épargner les civils et de minimiser les dommages causés aux habitations et aux infrastructures civiles », a déclaré Lynn Maalouf.

Plus de 200 civils syriens auraient été tués dans des attaques de la coalition pendant la campagne en Syrie pour évincer IS de Manbij, qui est beaucoup plus petite que Mossoul.

des recherches antérieures d’Amnesty International sur le Pakistan et l’Afghanistan a également constaté que l’armée américaine n’a pas réussi à enquêter efficacement sur de possibles violations du droit international humanitaire et de reconnaître la responsabilité des victimes civiles.

L’absence d’enquête adéquate et transparente des rapports de victimes civiles et de violations du droit international humanitaire en deçà des normes internationales et contraste fortement avec les engagements pris par le président Barack Obama dans un décret exécutif Juillet 2016 pour traiter les victimes civiles des opérations militaires américaines. Le manque de reconnaissance, des excuses ou une compensation est également en contradiction avec ce décret, qui engage les États-Unis à renforcer les enquêtes post-grève et offrant condoléances et de compensation. 

Contexte

Amnesty International a fait des recherches et publié des conclusions sur les violations des violations du droit international humanitaire et les droits de l’ homme, y compris les crimes de guerre et crimes contre l’ humanité commis par plusieurs parties au conflit en Syrie, à savoir: le gouvernement syrien et ses alliés ( y compris la Russie), qui sont responsables de la grande majorité des violations; le groupe se faisant appeler Etat islamique; les prédominance des forces kurdes de l’administration autonome; et plusieurs groupes d’opposition armés .

Syrie: alarme sur des rapports de grande nombre de victimes civiles de frappes aériennes américaines dirigées sur Manbij

US-led forces de la coalition effectuant des frappes aériennes en Syrie doivent redoubler d’efforts pour prévenir la mort de civils et enquêter sur d’éventuelles violations du droit international humanitaire, Amnesty International a demandé au milieu des rapports de plus en plus que les scores des hommes, des femmes et des enfants ont été tués dans leurs maisons dans le village d’al-Tukhar , près de Manbij, les 18-19 Juillet.

https://www.amnesty.org/en/latest/news/2016/10/usa-must-come-clean-about-civilian-deaths-caused-by-coalition-air-strikes-in-syria/

*

IRAQ

60 civilians killed, 200 injured as US-led coalition strikes Mosul residential areas – Russian MoD

(RT) – Over 60 civilians have been killed and at least 200 injured during three days of US-led coalition airstrikes on residential areas in Mosul, the Russian military reported.

“There were numerous attacks of the US-led coalition targeting residential areas, schools, and other civilian objects both in Mosul and in other parts of the Iraqi Nineveh Governorate,” Gen. Sergey Rudskoy, head of Operations in the Russian General Staff, told journalists on Tuesday.

“We are closely monitoring the situation around Mosul. So far we see no substantial progress in liberating this city from the terrorists of ISIS,” he added, referring to the terrorist organization Islamic State by its former name.

According to the Russian military, among the civilian objects hit by US-led coalition airstrikes was a school for girls in southern Mosul, which was attacked last Friday.

Meanwhile, the International Committee of the Red Cross reiterated its call not to target civilians and civilian infrastructure in Mosul. The aid organization earlier warned that the offensive may force hundreds of thousands of refugees to flee the city, overstretching Iraq’s already-challenged ability to shelter them.

The general described the situation around the Iraqi city on the sidelines of a report about Russia’s action in Syria, where Moscow and Damascus continue a pause in the offensive in Aleppo, which is divided between the Syrian Army and various armed groups, including the terrorist organization Al-Nusra Front.

Rudskoy said that Russia has not conducted sorties over and around Aleppo since last Tuesday and intends to continue holding off the warplanes. Fighting on the ground in the city resumed on Sunday, after a three-day unilateral ceasefire was derailed by insurgents, who prevented civilians from fleeing the battered city.

Iraq’s Mosul is being besieged by a ragtag coalition of uneasy allies, which includes Iraqi government forces, Shiite militias, Kurdish troops, and the Turkish Army. The US-led coalition is providing air support for the operation, which was launched a week ago.

IS fighters have since launched a number of raids on their opponents’ communications, distracting the attacking forces from Mosul. No fighting inside the city has been reported yet, although several neighborhoods were seized during the offensive.

60 civilians killed, 200 injured as US-led coalition strikes Mosul residential areas – Russian MoD

*

IRAK

60 civils tués, 200 blessés à la coalition menée par les USA frappe les zones résidentielles Mossoul – MoD Russe

( RT ) – Plus de 60 civils ont été tués et au moins 200 blessés pendant trois jours de frappes aériennes de la coalition dirigées sur des zones résidentielles à Mossoul, l’armée russe a rapporté.

«Il y avait de nombreuses attaques de la coalition menée par les USA ciblant les zones, les écoles, et d’autres objets résidentiels civils tant à Mossoul et dans d’autres parties du gouvernorat de Ninive irakienne », a déclaré le général Sergey Rudskoy, de la tête des opérations dans l’état-major général russe, journalistes mardi.

« Nous suivons de près la situation autour de Mossoul. Jusqu’à présent, nous ne voyons pas des progrès substantiels dans la libération de cette ville des terroristes d’ISIS « , at-il ajouté, se référant à l’organisation terroriste Etat islamique par son ancien nom.

Selon les militaires russes, parmi les objets civils touchés par des frappes aériennes de la coalition sous commandement américain était une école pour filles dans le sud de Mossoul, qui a été attaqué vendredi dernier.

Pendant ce temps, le Comité international de la Croix-Rouge a réitéré son appel à ne pas cibler les civils et les infrastructures civiles à Mossoul. L’organisation de l’aide plus tôt averti que l’offensive peut forcer des centaines de milliers de réfugiés à fuir la ville, surexploiter la capacité déjà contestée de l’Irak pour les abriter.

Le général a décrit la situation dans la ville irakienne en marge d’un rapport sur l’action de la Russie en Syrie, où Moscou et Damas continuent une pause dans l’offensive à Alep, qui est divisé entre l’armée syrienne et divers groupes armés, y compris l’organisation terroriste Al-Nusra avant.

Rudskoy a déclaré que la Russie n’a pas mené sorties au-dessus et autour d’Alep depuis mardi dernier et a l’intention de continuer à tenir hors des avions de combat. Se battre sur le terrain dans la ville a repris le dimanche, après une trêve unilatérale de trois jours a déraillé par les insurgés, qui ont empêché les civils de fuir la ville meurtrie.

Mossoul en Irak est assiégée par une coalition hétéroclite d’alliés inquiets, qui comprend les forces irakiennes gouvernementales, les milices chiites, les troupes kurdes et l’armée turque.La coalition américaine apporte un soutien aérien pour l’opération, qui a été lancé il y a une semaine.

IS combattants ont depuis lancé un certain nombre de raids sur les communications de leurs adversaires, distraire les forces d’attaque de Mossoul. Aucun combat intérieur de la ville n’a encore été signalé, bien que plusieurs quartiers ont été saisis lors de l’offensive.

60 civilians killed, 200 injured as US-led coalition strikes Mosul residential areas – Russian MoD

*

Nibiru_Final_Update.

*

*

Cliquez sur:

Nibiru

pour accéder à tous les Liens

*

*

 

# Syrie – Firil Centre | Hillary Clinton est responsable de l’utilisation du gaz sarin dans le Ghouta oriental. _ 24_10_2016.

24-10-2016

 

Nibiru    –    SYRIE

Firil Centre | Hillary Clinton est responsable de l’utilisation du gaz sarin dans le Ghouta oriental. _ 24_10_2016.

 

FIRIL CENTER FOR STUDIES F.C.F.S BERLIN

Rapport Complet

See Link:

http://firil.net/?p=2824 

 

*

Firil Centre | Hillary Clinton est responsable de l’utilisation du gaz sarin dans le Ghouta oriental

مركز فيريل| هيلاري كلينتون هي المسؤولة عن استخدام غاز السارين في الغوطة الشرقية

24-10-2016   23:10

مركز فيريل| هيلاري كلينتون هي المسؤولة عن استخدام غاز السارين في الغوطة الشرقية

أعد « مركز فيريل » للدراسات، ومقره في مدينة « برلين » الألمانية، دراسة عن حقيقة الجهة التي استخدمت غاز السارين في الغوطة الشرقية في صيف العام (2013) …

حيث استهل الدراسة باستعراض التقارير والأبحاث التي أكدت أن المجموعات الارهابية المسلحة هي المسؤولة عن استخدام غاز السارين في الغوطة الشرقية، وأن ذلك جرى بتخطيط من « المخابرات المركزية الأميركية CIA »، وبإشراف مباشر من وزيرة الخارجية الأمريكية آنذاك (هيلاري كلينتون).

وتعرضت الدراسة لبحث أجراه الصحفي الأميركي الشهير (سيمور هيرش) ونشر في أيلول الماضي، وكان من أهم نتائجه، اتهام (هيلاري كلينتون) بأنها وراء استخدام « غاز السارين » في الغوطة الشرقية، حيث أشار (هيرش) إلى حصول عملية سرية منذ صيف (2012) حتى ربيع (2013) تمّ فيها تهريب غاز السارين، من مخازن ليبية عن طريق « المخابرات المركزية الأميركية »، ثم سُلّم للإرهابيين الذين قاموا بالهجوم الكيميائي في الغوطة الشرقية، واتُهم الجيش السوري بالمسؤولية عن ذلك، كذريعة للتدخل العسكري الأميركي، ولفت (هيرش) إلى أن وزيرة الخارجية (هيلاري كلينتون) قامت وقتها بجولات مكوكية على عدة عواصم، ولعبت القنصلية الأميركية في بنغازي دوراً كبيراً في اتمام العملية، حيث أكد (هيرش) في مقابلة تلفزيونية، أن (كلينتون) هي المسؤول المباشر عن قتل مئات الأطفال بالغاز السام في الغوطة الشرقية وأضاف شارحاً العملية: بدعم من السعودية وتركيا، أعطت المخابرات الأميركية غاز السارين للمخابرات التركية، وهي التي أوصلته لعناصر من « جبهة النصرة »، التي يعتبرونها « معارضة معتدلة » لتقصف به المدنيين بتاريخ 21/8/2013،

ثم بدأت وسائل الإعلام الغربية بشن هجوم إعلامي فوري ضد الحكومة السورية، متهمين الجيش السوري بأنه هو الذي استخدمه، وبدأ حديث الرئيس الأميركي عن تجاوز « لخطوط الحمراء » رغم صدور تقرير من « المخابرات العسكرية الأميركية »، يؤكد أنّ المجموعات المسلحة ذات التوجه الاسلامي هي المسؤولة عن الهجوم.

كما أشار (مركز فيريل) إلى أن الكاتب والصحفي الألماني (كريستوف ليمان) قد نشر في تشرين الأول (2013) بحثاً كبيراً بعنوان « كبار المسؤولين في السعودية والولايات المتحدة الأمريكية هم المسؤولون عن استخدام الأسلحة الكيميائية في سورية »، خلُص فيه إلى أنّ كافة الأدلة تشير إلى أن رئيس هيئة الأركان المشتركة الأميركية (مارتن ديمبسي) ومدير « وكالة المخابرات المركزية » (جون برينان) ورئيس الاستخبارات السعودية (بندر بن سلطان) هم الذين دبروا العملية بمعرفة البيت الأبيض والرئيس (باراك أوباما) بالإضافة لإشارته إلى تقرير حزب الشعب الجمهوري التركي الذي اتهم حكومة (أردوغان) بتسليم غاز السارين للإرهابيين في سورية.
من جهته، لاحظ (مركز فيريل) في دراسته عن الموضوع، أنه بتاريخ 11/9/2012، وبعد اتمام خطة نقل « غاز السارين » من مخازن الجيش الليبي، إلى « المخابرات التركية »، والتي تمت في القنصلية الأميركية في « بنغازي »، حدث هجوم على القنصلية، حيث قالت وسائل الإعلام الأميركية أنه أدى لمصرع السفير الأمريكي (Christopher Stevens) وثلاثة آخرين، ولدى بحث المركز عن الثلاثة الآخرين، تبين أنهم مدير المعلومات الخارجية (Sean Smith) الذي قُتل مع السفير في هجوم (11) أيلول، أما الآخران فقد قُتِلا في اليوم التالي، وفي مكان يبعد عن القنصلية بمسافة (1,6) كلم، وهما ضابطان في المخابرات المركزية الأميركية: الأول: هو الضابط (Glen Doherty) خدم في البحرية الأميركية حتى عام (2005) ثم تركها ليعمل لحساب شركة أمنية أميركية خاصّة فتنقل بين أفغانستان والعراق وأخيراً ليبيا، ثم تعاقد كمقاول مع وزارة الخارجية الأمريكية في ليبيا وقال في مقابلة مع محطة (ايه بي سي نيوز) قبل مصرعه بأشهر: أعمل في ليبيا لكشف الصواريخ المحمولة على الكتف وتدميرها.
الضابط الثاني: اسمه الكامل (Tyrone “Rone” Snowden Woods) الذي خدم أيضاً في البحرية الأميركية، في أفغانستان والعراق، بعدها توظف في وزارة الخارجية كمسؤول أمني، ثم تعاقد كمقاول مع وزارة الخارجية الأمريكية في ليبيا، واللافت أنه خدم في « سان دييغو » لمدة عام كامل في مركز خدمة طبية اسعافي، وتدرّب على الاسعافات من الإصابة بالغازات السامة.
وفي السياق ذاته، قدم مفتش الأمم المتحدة السابق للأسلحة (Richard Lloyd) والأستاذ في « معهد ماساتشوستس » البرفسور (Theodore Postol) بحثاً كبيراً، حول الربط بين هجوم « بنغازي »، واستخدام الأسلحة الكيميائية في الغوطة الشرقية، حيث أكدا في البحث، أن السفير الأميركي في « بنغازي » كان على علم بقيام « المخابرات الأميركية » بنقل الأسلحة الكيميائية للمخابرات التركية، لاستخدامها في سورية، إذ اجتمع مع ضباط في « المخابرات المركزية »، وكان موجوداً أثناء تحميل غاز السارين عبر شركة النقل.
رابط الموضوع على مركز فيريل:
http://firil.net/?p=2824

Ferrell Centre | Hillary Clinton est responsable de l’utilisation du gaz sarin dans le Ghouta orientale

Ferrell Centre | Hillary Clinton est responsable de l’utilisation du gaz sarin dans le Ghouta orientale
Des études préparées « Ferrell Center », basé dans la ville allemande « Berlin », une étude du fait que le gaz sarin utilisé dans la Ghouta orientale à l’été de l’année (2013) …
Où il a commencé l’étude a examiné les rapports et les recherches montrent que les groupes terroristes armés sont responsables de l’utilisation du gaz sarin dans le Ghouta orientale, et qu’il y avait la planification de la « CIA CIA », et sous la supervision directe du Secrétaire d’Etat à l’époque (Hillary Clinton).
Et il a exposé l’étude pour discuter de la célèbre journaliste américaine menée (Seymour Hersh) et publié Septembre dernier, et ce fut le résultat le plus important, accusant (Hillary Clinton) d’être derrière l’utilisation de « gaz sarin » dans la Ghouta orientale, à l’endroit indiqué (Hirsch) pour obtenir une opération secrète depuis l’été (2012 ) jusqu’à ce que la contrebande du printemps (2013) sarin a été faite, dans les magasins libyens par « CIA », puis remis aux terroristes qui ont perpétré l’attaque chimique dans la Ghouta orientale, a accusé l’armée syrienne de la responsabilité pour cela, comme un prétexte à une intervention militaire des Etats-Unis, et a attiré (Hirsch) que le secrétaire d’État (Hillary Clinton) a son temps la navette à plusieurs capitales, et a joué le consulat américain à Benghazi un rôle important dans l’achèvement du processus, où (Hirsch) dans une interview télévisée, que le (Clinton) est directement responsable de la mort de centaines d’enfants avec des gaz toxiques dans Est Ghouta Il a expliqué le processus: le soutien de l’Arabie Saoudite et la Turquie, ont donné le renseignement américain sarin renseignement turc, qui l’a conduit à des éléments de la «victoire avant», qu’ils considèrent comme « opposition modérée » de bombarder les civils sur 21/8/2013,
Ensuite, les médias occidentaux ont commencé à lancer l’attaque médiatique immédiate contre le gouvernement syrien, accusant l’armée syrienne qu’il est celui qui l’a utilisé, et a commencé à parler du président américain pour dépassé les «lignes rouges» en dépit d’un rapport de l ‘ «intelligence militaire américaine», il confirme que les groupes armés orientés musulmans sont responsables pour l’attaque.
Il a également noté (Ferrell Center) à l’écrivain et journaliste allemand (Christoph Lehmann) a été publié en Octobre (2013) , une recherche d’ envergure intitulée «hauts fonctionnaires en Arabie Saoudite et aux Etats-Unis sont responsables de l’ utilisation des armes chimiques en Syrie» , conclut que tous des éléments de preuve indiquent que le président des chefs américains conjoints de personnel (Martin Dempsey) et directeur de la « CIA » (John Brennan) et chef du renseignement saoudien (Bandar bin Sultan) sont les ceux qui a orchestré l’ opération en sachant la Maison blanche et le président (Barack Obama) , en plus de faire référence à la populaire républicain turc de l ‘ rapport Parti qui a accusé le gouvernement de (Erdogan) pour livrer le gaz sarin aux terroristes en Syrie.
pour sa part, noté (Ferrell Center) dans son étude sur le sujet, que le 09.11.2012, après l’ achèvement du transfert de « gaz sarin » dans les magasins de l’ armée libyenne l’ intention de  » l’ intelligence turc « , qui a dans le consulat américain à la  » Benghazi « , il y avait une attaque contre le consulat, où les médias américains ont déclaré qui a conduit à la mort de l’ ambassadeur des États – Unis (Christopher Stevens) et trois autres, et le centre de recherche pour la trois autres, il est révélé que ils sont responsable de l’ information externe (Sean Smith ) , qui a été tué dans une attaque avec l’ ambassadeur (11) de Septembre, tandis que les deux autres ont été tués le lendemain, dans un endroit loin de la consulat a la distance de 1,6 kilomètres, les deux officiers de la CIA: le premier est l’ agent (Glen Doherty) servi dans US Navy jusqu’à l’ année (2005) et a ensuite quitté pour travailler pour une entreprise de sécurité privée américaine être transportés entre l’ Afghanistan et l’ Irak , et enfin la Libye, puis engagé comme un entrepreneur avec le département d’ Etat américain en Libye, a déclaré dans une interview avec la station de (ABC Nouvelles) avant mois tués plus tard : je travaille en Libye pour détecter épaule – tiré des missiles et détruit. l’
agent II: nom complet (Tyrone « Rone » Snowden Woods) qui a également servi dans la marine américaine, en Afghanistan et en Irak, puis employer dans l’ administrateur de la sécurité du Département d’ Etat, puis embauché comme un entrepreneur avec le département d’ Etat américain en Libye, et frappant servi dans le « San Diego » pendant toute une année dans le centre ambulatoire de service médical, et formés pour aider l’incidence des gaz toxiques.
dans le même contexte, les anciennes armes des inspecteurs des Nations Unies (Richard Lloyd) et un professeur à la « MIT » professeur (Theodore Postol) grande recherche , à propos du lien entre l’ attaque « Benghazi », l’utilisation d’ armes chimiques dans la Ghouta orientale, comme l’a confirmé dans la recherche, l’ambassadeur américain à « Benghazi » était au courant du fait que « le renseignement américain » pour transférer des armes chimiques à l’ intelligence turque, pour être utilisé en Syrie, comme il a rencontré des officiers dans la « CIA », et était présent lors du gaz sarin charge par l’ entreprise de transport.
lien vers elle sur le Centre Ferrell: Http://firil.net/?p=2824
sur le Centre Ferrell: Http://firil.net/?p=2824

Le Centre à Firiel | Hillary Clinton est responsable de l’utilisation du gaz sarin dans la ghouta orientale
Je reviens de  » Centre à Ariel  » D’études, dont le siège est dans la ville de Berlin  » en allemand, une étude sur le fait de savoir qui ont utilisé du gaz sarin dans la Ghouta Orientale à l’été de l’année (2013)…
Où l’étude a lancé l’examen des rapports et de la recherche qui a confirmé que les groupes terroristes armés est responsable de l’utilisation du gaz sarin dans la Ghouta Orientale, et que cela a été planifié de « la CIA américaine cia », sous la supervision directe de La Ministre des affaires étrangères des États-Unis à l’époque (Hillary Clinton).
L’étude et de recherche par le journaliste américain célèbre Seymour Hersh) et de la diffusion en septembre dernier, les résultats de l’accusation, Hillary Clinton) qu’elle est derrière l’utilisation du gaz sarin  » dans la Ghouta Orientale, Où il a fait le Hirsch) au processus de famille depuis l’été (2012) Jusqu’au printemps (2013) ont été où il y a un trafic de gaz sarin, de magasins libyen grâce à « la CIA américaine », puis expo. Les terroristes qui ont déjà une attaque chimique dans la Ghouta Orientale, ont été accusés par l’armée syrienne, la responsabilité, comme prétexte pour une intervention militaire américain, il a hirsch) que le ministre des affaires étrangères (Hillary Clinton) a fait son temps. À côté de la navette sur plusieurs capitales, et le consulat américain à Benghazi jouent un rôle important dans la phase de la procédure, Hirsch) dans une interview à la télévision, que (Clinton) est directement responsable de la mort des centaines d’enfants Gaz toxiques dans la Ghouta Orientale et expliquant le processus : avec l’appui de l’Arabie Saoudite et la Turquie, a donné des renseignements américains du gaz sarin de renseignement turc, et c’est elle qui l’a emmené des éléments du Front Al-Nosra « , qu’ils considèrent comme des  » L’opposition modérée  » pour bombarder par des civils, en date du 21/8/2013,
Puis j’ai commencé des médias occidentaux sur l’attaque de l’information immédiate contre le gouvernement syrien, accusés de l’armée syrienne que c’était lui qui l’a utilisé, et a commencé à parler du président américain de dépasser  » lignes rouges  » en dépit de la publication du rapport  » Renseignement militaire américaine « , souligne que les groupes armés à l’orientation islamique est responsable de l’attaque.
Comme l’a indiqué dans le centre (Ariel) Jusqu’à ce que l’écrivain et journaliste allemand (Christophe Lyman) avait été publié en octobre (2013) recherche un grand intitulé  » des hauts responsables en Arabie Saoudite et les États-Unis des Amérique sont responsables de l’utilisation d’armes chimiques en Syrie « , la conclusion, à que tous les éléments de preuve indiquant que le chef d’état-Major Américain (Martin Dempsey) et le directeur « la CIA » (John Brennan et chef du renseignement saoudien (Bandar Ben Sultan) sont ceux qui ont de l’opération par la maison blanche et le président (Barack Obama) en plus d’avoir fait référence au rapport du parti républicain du peuple turc Qui leur gouvernement (Erdogan) la livraison de gaz sarin des terroristes en Syrie.
De son côté, a noté que le centre à Ariel) dans son étude sur la question, c’est la date de 11/9/2012, et après le plan de transport de gaz sarin  » magasins de l’armée libyenne, à  » la cia turc « , et qui a été au consulat. Les Américains à Benghazi « , qui s’est passé l’attaque contre le consulat, où elle a dit des médias américains, il a entraîné la mort de l’ambassadeur des États-Unis (Christopher Stevens), trois autres, lors de l’examen du centre sur la trois. Les autres, il s’est avéré que le directeur de l’information des affaires étrangères (Sean Smith) qui a été tué avec l’ambassadeur lors d’une attaque (11) en septembre, les deux autres ont été tués. Le lendemain, et dans un endroit loin Le Consulat de la culture (1,6) km, deux agents de la CIA. Américaine : la première : C’est l’officier (Glen pelleteuses) a servi dans la marine américaine jusqu’en 2005) puis laisser travailler Pour le compte de la compagnie de sécurité américaine privée sont moins entre l’Afghanistan et l’Iraq enfin de la Libye, puis entrepreneur sous contrat avec le ministère des affaires étrangères des États-Unis en Libye a déclaré dans une interview avec la station (ABC) avant sa mort. Qu’un mois : je travaille en Libye pour détecter les missiles mobiles sur l’épaule, et leur destruction.
L’Officier II : son nom complet (tyrone « Rone » Snowden Woods) qui a servi aussi. Dans la Marine Américaine, en Afghanistan et en Irak, ensuite engagé au ministère des affaires étrangères en tant qu’administrateur de la sécurité, puis entrepreneur sous contrat avec le ministère des affaires étrangères Américaine en Libye, et de penser qu’il a servi à San Diego.  » pendant toute une année dans un centre de service médical ambulatoire, et formés à la trousse de l’infection des gaz toxiques.
Dans le même contexte, un inspecteur de l’organisation des Nations Unies précédent des armes (Richard Lloyd) et professeur dans le Massachusetts Institute of « le professeur ( Theodore Postol ) recherche, sur les liens entre l’ attaque de Benghazi », et l’utilisation des armes Produits chimiques dans la Ghouta Orientale, dans la recherche, l’ambassadeur américain à Benghazi  » était au courant du fait que  » les services de renseignement américains  » le transfert d’armes chimiques de renseignement turc, pour utilisation en Syrie, Car il s’est réuni avec des officiers dans « de la cia », il était là. Pendant le téléchargement du gaz sarin via une société de transport.
Un lien sur le centre à Firiel :
http://firil.net/?p=2824 

 

 

*

Nibiru_Final_Update.

*

*

Cliquez sur:

Nibiru

pour accéder à tous les Liens

*

*