« Le kwassa-kwassa pêche peu – il amène du Comorien ! » Macron « cynique » Etel (Morbihan) 1er juin 2017 _ « M. Macron – les kwassa-kwassa ont fait plus de 10 000 morts » _ 02_06_2017 .

02-06-2017

 

 

Nibiru     Note: republié car est disparu du site!!! 

« Le kwassa-kwassa pêche peu – il amène du Comorien ! » Macron « cynique » Etel (Morbihan) 1er juin 2017 _ « M. Macron – les kwassa-kwassa ont fait plus de 10 000 morts » _ 02_06_2017 .

VIDEO. « Le kwassa-kwassa pêche peu, il amène du Comorien ! » : la plaisanterie douteuse d’Emmanuel Macron

Le président de la République visitait jeudi le Centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage atlantique d’Etel (Morbihan).

Macron sur les Kwassa Kwassa :  une profanation 

« M. Macron, les kwassa-kwassa ont fait plus de 10 000 morts »

Dans une lettre ouverte, le président de la Fondation des Comores s’indigne de la « cynique blague » du chef de l’Etat et rappelle la responsabilité de la France dans le drame de l’archipel. Par Hachim Saïd Hassane

« Naufrages de kwassas-kwassas: entre 7000 et 10.000 Comoriens morts entre 1995 et 2012. (Estimation rapport Sénat juillet 2012) » rappelle également Nassira El Moaddem, directrice du BondyBlog.

 Il y a une forme de mépris de classe dans cette équipe. Quand on représente la France, on ne parle pas comme ça !

Le trésorier du FN dénonce les propos «racistes» d’Emmanuel Macron sur les «kwassa-kwassa»

*

Macron, jeudi 1er juin 2017 à Etel (Morbihan).

« Le kwassa-kwassa pêche peu ! Il amène du Comorien ! »

01 06 2017 

 

Ajoutée le 20 juil. 2017

Macron « Le kwassa-kwassa pêche peu ! Il amène du Comorien ! » 01 06 201
Honte la façon dont Macron traite les gens « Le kwassa-kwassa pêche peu ! Il amène du Comorien ! » 02 06 2017
(republié supprimé de y.t)
Ajoutée le 02 juin 2017

*

Mauvaise blague de Macron sur les kwassa kwassa

 

Ajoutée le 14 juin 2017

Emmanuel Macron fait une plaisanterie sur kwassa kwassa
En déplacement en Bretagne, Emmanuel Macron fait Une plaisanterie au sujet des kwassa kwassa.
L’archipel des Comores est constitué de quatre îles (Grande-Comore, Mohéli, Anjouan et Mayotte) à l’entrée du canal du Mozambique au nord-ouest de Madagascar et face au Mozambique.
Les drames de l’immigration touchent la France. Entre le département de Mayotte et l’île comorienne d’Anjouan ; les traversées clandestines sont régulièrement meurtrières.

*

Le Kwassa-Kwassa amène Du malheur, Mr Macron !

 

Le Kwassa-Kwassa amène Du malheur, Mr Macron !

Le Kwassa-Kwassa amène Du malheur, Mr Macron

*

Je n’ai pas aimé du tout l’histoire des Kwassa kwassa. Elle vient après le «paye toi un costard» et les «illettrées de Gad».

En réponse à 

Il y a une forme de mépris de classe dans cette équipe. Quand on représente la France, on ne parle pas comme ça !

Macron sur les Kwassa Kwassa : Nos morts en mer :

une profanation de plus 

Réaction d’Ahmed Ali Amir sur la vidéo de Macron sur les Kwassa Kwassa : Nos morts en mer : une profanation de plus

 

F.I

VIDEO. « Le kwassa-kwassa pêche peu, il amène du Comorien ! » : la plaisanterie douteuse d’Emmanuel Macron

Le président de la République visitait jeudi le Centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage atlantique d’Etel (Morbihan).

Emmanuel Macron et le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, jeudi 1er juin 2017 à Etel (Morbihan).
Emmanuel Macron et le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, jeudi 1er juin 2017 à Etel (Morbihan). (DAMIEN MEYER / AFP)
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le 02/06/2017 | 22:53

Une blague douteuse, et un long moment de gène. En visite dans le Morbihan jeudi 1er juin, Emmanuel Macron a fait de l’humour au sujet des kwassa-kwassa, qui « pêchent peu », mais « amènent du Comorien ».

Ces embarcations de fortune sont utilisées par les passeurs pour emmener illégalement des migrants comoriens jusqu’aux côtes de Mayotte dans des conditions précaires. Début mai 2016, cinq personnes dont deux enfants avaient péri lors de cette traversée.

La scène a été repérée par l’émission « Quotidien ». Elle a été tournée au Centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage atlantique (CROSS) d’Etel, que le président visitait accompagné des ministres de l’Europe et des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian (PS), et des Transports, Elisabeth Borne.

Les propos du chef de l’Etat ont suscité l’indignation de nombreux internautes sur Twitter.

http://www.francetvinfo.fr/politique/emmanuel-macron/video-le-kwassa-kwassa-peche-peu-il-amene-du-comorien-la-plaisanterie-douteuse-d-emmanuel-macron_2219365.html

Cinq morts dans le naufrage d’un kwassa-kwassa causé par un bateau des douanes au large de Mayotte

Cinq personnes, dont deux enfants, sort mortes et deux autres portées disparues dans la nuit de dimanche à lundi dans le naufrage d’une barque de migrants comoriens au large de Mayotte. Ce naufrage a été causé par une manœuvre du bateau des douanes françaises.

© ALI Chamsudine
© ALI CHAMSUDINE
  • La1ère.fr avec AFP
  • Publié le 02/05/2016 à 11:57
Dans l’embarcation, se trouvaient au moins 17 personnes, a indiqué le procureur de la république de Mayotte Joël Garrigue. Selon un premier bilan, cinq corps ont été repêchés après le naufrage, deux personnes sont portées disparues et dix personnes ont pu être récupérées vivantes. De source proche de l’enquête, les personnes décédées sont trois femmes et deux fillettes.

« Le kwassa-kwassa pêche peu, il amène du Comorien ! »: la blague maladroite de Macron

 03/06/2017 à 11h03
Emmanuel Macron et le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, jeudi 1er juin 2017 à Etel (Morbihan).

En déplacement en Bretagne jeudi, Emmanuel Macron a évoqué, au détour d’une plaisanterie malavisée, les kwassas-kwassas, ces embarcations de fortune utilisées par les passeurs pour amener des migrants comoriens vers Mayotte. L’entourage du président reconnaît une plaisanterie « pas très heureuse ».

« M. Macron, les kwassa-kwassa ont fait plus de 10 000 morts »

Dans une lettre ouverte, le président de la Fondation des Comores s’indigne de la « cynique blague » du chef de l’Etat et rappelle la responsabilité de la France dans le drame de l’archipel.

S’abonner dès 1 € Réagir Ajouter

image: http://s2.lemde.fr/image/2017/06/07/768×0/5139871_3_678a_un-pecheur-comorien-a-bord-de-son_c8ebd5d67268c75a0fa8dd0658a8a466.jpgUn pêcheur comorien à bord de son kwassa-kwassa, à une quarantaine de kilomètres de Moroni.

Monsieur le Président,

Sourire en coin, vos propos le 1er juin dans le Morbihan au sujet des « kwassa-kwassa [bateau long à fond plat] qui pêchent plus du comorien que du poisson » ont indigné les Comoriens et plus largement tous les humanistes de la terre.

Lire aussi :   « Kwassa-kwassa » : les Comoriens exigent des excuses de Macron, qui prône « l’apaisement »

Depuis l’instauration en janvier 1995 du visa Balladur, qui a supprimé la liberté de circuler entre Mayotte et le reste de l’archipel des Comores et qui est quasiment impossible à obtenir pour n’importe quel Comorien, plus de 10 000 personnes [entre 7 000 et 10 000 selon un rapport sénatorial établi en 2012] ont péri lorsque les frêles kwassa-kwassa ont chaviré au milieu de l’océan Indien.

Décompte macabre

Au palmarès macabre du nombre de migrants morts noyés, le bras de mer qui sépare les trois îles sœurs (Anjouan, Grande-Comore et Moheli) de Mayotte, restée française, le dispute à la Méditerranée. Et la responsabilité du pays dont vous avez la charge depuis le 7 mai est immense dans ce tragique décompte.

Lire aussi :   Migrants : plus de 10 000 morts en Méditerranée depuis 2014, selon l’ONU

Vous vous êtes entretenu hier par téléphone avec votre homologue comorien Assoumani Azali afin de « travailler dans un esprit d’apaisement et de confiance mutuelle » et on ne peut que s’en féliciter. Car vous dirigez aujourd’hui un pays où vivent plus de 200 000 Comoriens, alors que la population de mon archipel ne compte que 800 000 habitants.

Contrairement à vos prédécesseurs à l’Elysée, vous n’étiez pas né lorsque les Comores ont accédé à leur souveraineté le 6 juillet 1975. Vous ne faites donc pas partie de ceux qui, consciemment, ont transformé un archipel jadis uni par la langue, l’Histoire, la religion et la culture, en un pays aujourd’hui découpé et fragmenté.

Relation étroite et de confiance

Oui, la France est en partie responsable du drame qui se joue aujourd’hui dans le canal du Mozambique. Les accords signés le 15 juin 1973 entre le gouvernement français et le territoire des Comores précisaient que l’application de l’indépendance se ferait sur l’ensemble de l’archipel et donc avec les quatre îles qui le composent. Le but de ces accords était alors de donner aux Comores une forme de souveraineté « associée » avec la France, basée sur une relation étroite et de confiance entre les deux pays.

Deux ans plus tard, le 6 juillet 1975, Ahmed Abdallah, président du Conseil de gouvernement, a finalement déclaré cette indépendance, mais de façon unilatérale et immédiate. Mayotte, qui s’était alors prononcée un an plus tôt par référendum pour rester au sein de la République française, est donc restée dans le giron du pays colonial qui souhaitait la conserver pour des raisons notamment géostratégiques.

Lire aussi :   Des propos de Macron sur Mayotte et les Comoriens suscitent de vives réactions

Cette île, devenue département français en 2011, a ensuite été l’objet d’un contentieux, non seulement avec l’Etat comorien mais aussi avec l’ONU et l’Union africaine. Personne ne peut oublier que, pour sa politique comorienne, la France a été régulièrement condamnée par l’Assemblée générale des Nations unies.

Monsieur, le Président, vous avez été élu parce que vous incarnez une certaine jeunesse, un autre avenir pour la France et une autre façon de faire de la politique. Les Comores et les Comoriens de France, qui ont participé massivement à votre élection, sont donc en droit d’attendre de votre part une analyse censée, faite de pudeur et de respect. Et oublier au plus vite cette cynique blague sur un bateau qui fait chaque année des milliers de morts.

Hachim Saïd Hassane est président de la Fondation des Comores et ancien candidat à la présidentielle comorienne.

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/06/07/m-macron-les-kwassa-kwassa-ont-fait-plus-de-10-000-morts_5139872_3212.html#fdAC9Ak6UM68GTam.99

Le Kwassa-Kwassa amène Du malheur, Mr Macron !

 

Le Kwassa-Kwassa amène Du malheur, Mr Macron !

Le Kwassa-Kwassa amène Du malheur, Mr Macron !

Le président Français aurait mieux fait de se taire au lieu de se moquer «  Du Comorien ». Lors d’une visite cette semaine au Centre régional de surveillance et de sauvetage atlantique (Cross) …

via : comoresdroit.centerblog.net

Le président Français aurait mieux fait de se taire au lieu de se moquer «  Du Comorien ». Lors d’une visite cette semaine au Centre régional de surveillance et de sauvetage atlantique (Cross) d’Etel (Morbihan), le President français a dérapé, gravement. Au cours  de cette visite, l’un d’entre eux évoque différents types d’embarcations: «Il y a des tapouilles et des kwassa-kwassa». «Ah non, c’est à Mayotte le kwassa-kwassa», relève alors Emmanuel Macron. «Mais le kwassa-kwassa pêche peu, il amène du Comorien, c’est différent», plaisante-t-il. Cette plaisanterie d’Emmanuel Macron est choquante et inadmissible. Ainsi la mort continue  » Du Comorien »  au large de l’ile de Mayotte dans les embarcations de fortune, n’émeut pas le président français. Et pourtant, les gouvernements français successifs portent une lourde responsabilité dans ces drames à répétition qui endeuillent régulièrement les familles comoriennes et françaises en raison de son entêtement à vouloir arrêter la circulation millénaire entre les iles, des habitants de cet archipel unis par les liens familiaux et culturels. «  Le Kwassa-Kwassa qui amène du Comorien »  est un problème créée par le Gouvernement français. En janvier 1995, le visa d’entrée à Mayotte imposé aux Comoriens par l’ancien Premier Ministre français, Edouard Balladur, qui était en campagne pour l’élection présidentielle de 1995 est entré en vigueur. L’introduction de ce visa Balladur a interdit de fait la libre circulation des personnes entre l’île de Mayotte et le reste de l’archipel des Comores. Ce sinistre visa a fête cette année ses 22 ans d’existence. Ce visa divise un archipel,  un peuple, des familles et cause surtout la mort de plusieurs milliers de personnes. Tous les mois, des dizaines de personnes qui veulent se rendre à Mayotte en contournant ce visa, difficile à obtenir,  périssent dans le chavirement de leur bateau de fortune :Le Kwassa-Kwassa.   L’instauration de ce visa participait à la lutte contre ce que les français appellent « l’immigration clandestine ». Et pourtant, cette lutte engagée depuis près de deux décennies par le gouvernement français à Mayotte contre les mouvements de population entre Anjouan et Mayotte demeure un échec cuisant, un non-sens qui n’a fait que favoriser « l’immigration dite clandestine » et engendrer la mort de plusieurs milliers de personnes. Les chiffres parlent d’eux même : la population de Mayotte est passée de 130.000 habitants en 1997 à près 212 600 en 2012. Cette population a ainsi augmenté de 26 200 habitants depuis 2007, soit 5 240 habitants de plus en moyenne chaque année. Elle a presque triplé depuis 1985. Depuis l’instauration de ce visa, la plupart des autres habitants de l’archipel qui arrivent à Mayotte, ne retournent plus dans leur île d’origine comme auparavant.  Ce visa Balladur est soutenu par toute la classe politique mahoraise et les gouvernements successifs français. Certains élus français ont eu le courage de critiquer ce visa de la mort. Le député Noël Mamère, avait dénoncé  dans un long article rédigé sur sonblog derue89.com  le visa Balladur. « La France de Hollande, barricadée à Mayotte, bafoue le droit international en continuant d’appliquer dans toute sa dureté les règles découlant du visa Balladur. Depuis 1994, plus de 8 000 morts ont ainsi été dénombrés dans le bras de mer de 70 km de large qui sépare l’île d’Anjouan de Mayotte », a rappelé Noël Mamère en octobre 2013. « Les flux migratoires ne sont pas des invasions, mais des mouvements de population normaux dans un monde ouvert », a précisé encore sur son blog le maire de Bègles en Gironde. La délégation de la commission des lois du Senat français qui s’était rendue à Mayotte en mars 2012 avait dans ses conclusions, constaté l’échec de la politique de la reconduite à la frontière pratiquée à Mayotte et avait préconisé la révision pure et simple du « visa Balladur » qui limite la circulation des personnes entre Mayotte et les trois autres iles de l’archipel des Comores. Mais Alain CHRISTNACHT, Conseiller d’État français chargé par le gouvernent français d’évaluer et de faire des propositions sur les règles applicables à l’entrée et le séjour des étrangers à Mayotte a suggéré le maintien de ce visa en septembre 2012. Il avait affirmé après sa visite dans l’archipel que l’abrogation du visa Balladur n’était pas la solution pour lutter contre l’immigration clandestine dans l’ile de Mayotte. Une suggestion reprise par le Président Hollande lors de sa visite aux Comores au mois d’aout 2014 qui a évoqué  « l’impossibilité de faciliter la liberté de circulation entre Mayotte et les autres iles de l’archipel ». Lors de sa campagne électorale, le Président français Emmanuel Macron avait tenu un discours pragmatique lors de la sa dernière visite à Mayotte le 25 mars 2017.  » Marine Le Pen vous a menti « , a déclaré Emmanuel Macron lors de sa courte escale à Mayotte, promettant au contraire de «tenir le langage de responsabilité de la République». La présidente du FN «a promis qu’il n’y aurait plus d’immigration légale ou illégale, plus de passeurs. Ce qui est impossible. C’est un mensonge éhonté», a déclaré le candidat d’En Marche ! à Dzaoudzi. «Qui peut vous promettre qu’il n’y aura pas demain des kwassa kwassa, personne !», a-t-il développé. «Qui peut vous promettre sérieusement qu’il n’y aura plus d’immigration clandestine, personne». «Je suis venu vous tenir le langage de responsabilité de la République», a-t-il assuré, proposant «une stratégie de développement des Comores». «C’est le seul moyen d’endiguer cette immigration». Mais, ça c’était avant qu’il soit élu Président de la République,source : Comores droit UN OEIL SUR LES COMORES

Le trésorier du FN dénonce les propos «racistes» d’Emmanuel Macron sur les «kwassa-kwassa»

Le trésorier du FN dénonce les propos «racistes» d'Emmanuel Macron sur les «kwassa-kwassa»© Thomas Samson Source: AFP
Le trésorier du Front national, Wallerand de Saint Just

Wallerand de Saint-Just a taclé le président de la République, qualifiant de «raciste» la boutade du chef de l’Etat sur les migrants comoriens. «Si c’était moi qui avais dit ça, je serais en prison depuis longtemps et pour longtemps», a-t-il estimé.

Interrogé le 7 juin par France bleu sur les propos polémiques de certains candidats du Front national (FN) épinglées par le site Buzzfeed, le trésorier du parti, Wallerand de Saint-Just, a répondu que des sanctions pourraient être décidées par le FN après les élections législatives.

Wallerand de Saint-Just a néanmoins haussé le ton par la suite, en revenant sur la phrase polémique d’Emmanuel Macron sur les «kwassa-kwassa». Le trésorier du FN a fait part de son indignation, qualifiant de «raciste» la mauvaise plaisanterie du président de la République.

« La phrase de  sur les kwassa-kwassa est raciste et intolérable. Si je l’avais prononcée, je serais déjà en prison. » @FrancebleuParis

«Il y en a un qu’il faudrait qu’on sanctionne véritablement, c’est monsieur Macron, président de la République, parce que, sa phrase raciste « Les bateaux apportent du Comorien », personne ne dit rien», s’est-t-il indigné, ajoutant avec colère : «Il n’est pas concevable qu’un président de la République s’exprime ainsi.»

Le cadre du Front national a également insinué qu’il y aurait inégalité de traitement entre les militants du FN et Emmanuel Macron. «Si c’était moi qui avais dit ça, je serais en prison depuis longtemps et pour longtemps», a-t-il ainsi déclaré.

Macron prône l’apaisement avec son homologue comorien après ses propos sur les kwassa-kwassa https://francais.rt.com/international/39279-macron-prone-apaisement-avec-son-homologue-comorien 

Le président de la République Emmanuel Macron avait tenu le 1er juin des propos jugés déplacés lors d’une plaisanterie au sujet des «kwassa-kwassa», des embarcations utilisées pour transporter des migrants comoriens dans des conditions précaires.

La boutade du chef de l’Etat avait suscité des réactions indignées d’une partie de la presse et du milieu politique français. L’ancienne ministre écologiste Cécile Duflot avait par exemple déclaré sur Twitter : «Si Sarkozy président avait prononcé cette phrase face caméra, le tollé aurait été gigantesque. « Du » Comorien. 12 000 morts. Et là… insensé.»

Selon le président de la Fondation des Comores, les naufrages de «kwassa-kwassa» ont fait plus de 10 000 morts depuis 1995.

Lire aussi : Les Comores exigent des excuses après les propos «choquants» d’Emmanuel Macron

https://francais.rt.com/france/39370-macron-devrait-etre-sanctionne-apres-propos-kwassas-kwassas-selon-tresorier-fn

[Tribune] Les «kwassa-kwassa» ou la persistance du refoulé raciste – par Fatima Ousseni

*

*

*

***

*

Nibiru_Final_Update.

*

*

Cliquez sur:

Nibiru

pour accéder à tous les Liens

 

*

*