Alliance Patriote et Républicaine _ Déclaration conjointe de Marine Le Pen et Nicolas Dupont-Aignan ___________ 29_04_2017 .

28-04-2017

 

 

Nibiru 

Alliance Patriote et Républicaine Déclaration conjointe de Marine Le Pen et Nicolas Dupont-Aignan ___________ 29_04_2017 .

Election présidentielle – second tour – 2017

Marine LE PEN Nicolas DUPONT-AIGNAN

Alliance patriote et républicaine Paris,

*

Marine Le Pen nommera Nicolas Dupont-Aignan Premier ministre si elle est élue

Marine Le Pen nommera Nicolas Dupont-Aignan Premier ministre si elle est élue 

DECLARATION CONJOINTE

« ALLIANCE PATRIOTE ET RÉPUBLICAINE »

M Le Pen N Dupont Aignan 29 04 2017 

*

DIRECT. Présidentielle : Marine Le Pen nommera Nicolas Dupont-Aignan Premier ministre si elle est élue

Le fondateur de Debout la France a apporté son soutien à Marine Le Pen pour le second tour de la présidentielle, hier soir, sur France 2.

Nicolas Dupont-Aignan et Marine Le Pen, samedi 29 avril 2017 à Paris, lors de leur déclaration commune sur un accord de gouvernement entre Debout la France et le FN. 

Déclaration commune de Marine Le Pen et Nicolas Dupont-Aignan

.@MLP_officiel : « Si je suis élue, je nommerai Nicolas Dupont-Aignan comme Premier Ministre de mon gouvernement. »            
📃 Retrouvez notre déclaration, avec @dupontaignan, pour une Alliance patriote et républicaine : https://www.marine2017.fr/wp-content/uploads/2017/04/3-pages-nda-marine.pdf 

//platform.twitter.com/widgets.js

Election présidentielle – second tour – 2017

Marine LE PEN Nicolas DUPONT-AIGNAN

Alliance patriote et républicaine Paris,

le 28 avril 2017

La campagne du 1er tour de l’élection présidentielle a confirmé les périls, les difficultés et les défis que doit affronter notre pays. La France et les Français sont à la croisée des chemins, menacés de disparition en tant que peuple uni et nation libre.

Après avoir ruiné notre économie, affaibli nos institutions et mis en danger jusqu’à la sécurité physique de nos compatriotes, la coalition des responsables de l’abaissement de notre pays a tenté et tente toujours de confisquer notre démocratie. Ils veulent garder le contrôle sur l’avenir de la France et des Français à travers la candidature d’Emmanuel Macron.

En effet, derrière l’illusion du renouvellement des visages, Emmanuel Macron incarne en tous points la poursuite des politiques qui ont affaibli notre pays, notamment sous le quinquennat de François Hollande dont il est l’héritier direct. Au-delà de son statut de favori de la pensée unique, Emmanuel Macron imposera sans complexe aux Français les règles les plus inhumaines de la mondialisation sauvage, renvoyant notre devise nationale au rang de slogan publicitaire.

Nous avons donc un devoir historique de mettre en échec ce « système » néfaste et de convaincre les Français de choisir une autre voie, celle d’un projet politique patriote et républicain, fidèle aux promesses de notre nation enracinée dans un territoire et ancrée dans le cœur d’un peuple fier de ses valeurs.

Or, pour vaincre le projet de soumission d’Emmanuel Macron, il faut convaincre les Français d’avoir confiance dans une alternative crédible.

Au terme du premier tour, les Français ont placé Marine le Pen en position d’incarner la France et de présider notre pays si une majorité des électeurs lui accorde sa confiance au second tour.

Le projet incarné par Nicolas Dupont-Aignan a, quant à lui, déjoué tous les pronostics et recueilli le soutien de près de 2 millions d’électeurs.

Ces deux projets étaient différents, portés par deux personnalités différentes, soutenus par des mouvements politiques différents, mais avaient en commun de défendre avant toute chose l’intérêt supé- rieur de la France et des Français. C’est l’alliance de ces deux projets sur la base du seul intérêt supérieur de la nation qui peut aujourd’hui créer la dynamique nécessaire à la victoire. Chacun doit donc prendre ses responsabilités et être à la hauteur des attentes des Français.

Pour réussir, une telle alliance doit se conclure sur des engagements clairs de part et d’autre capables de clarifier et d’enrichir le projet présidentiel de Marine le Pen. Ces engagements répondent à des aspirations et des interrogations légitimes d’une majorité de Français qui ne souhaitent pas confier notre pays à Emmanuel Macron. Six engagements précis concrétisent ainsi l’alliance entre Marine le Pen et Nicolas Dupont-Aignan.

• Un patriotisme économique incitatif qui encourage les entrepreneurs à investir en France, protège notre économie et nos emplois de la concurrence déloyale, libère les énergies des lourdeurs bureaucratiques inutiles, défend nos PME, TPE, artisans et commerçants plutôt que de favoriser toujours les multinationales. Ce patriotisme économique doit être fondé des bases équitables qui protègent nos propres exportations et n’affaiblissent pas le pouvoir d’achat des familles. Aussi il est très clair que la contribution sociale à l’importation proposée par Marine le Pen ne concerne que les produits qui concurrencent déloyalement la production française (dumping social, fiscal et environnemental), dans la mesure où il est prévu que cette taxe sera de 3% en moyenne, nulle pour les produits respectant parfaitement la loyauté du commerce, plus élevée à mesure que cette concurrence apparaît déloyale.

Il est aussi important de favoriser activement le « produire en France », notamment par un système de bonus fiscal sur les investissements réalisés en France et de malus sur les délocalisations proposé par Nicolas Dupont-Aignan.

• Un patriotisme humaniste qui défend l’intérêt des Français sans faire peser sur l’école et les enfants les querelles politiques. Ainsi, le délai de carence concernant la gratuité de l’accès aux services publics pour les étrangers arrivant légalement sur le territoire national ne concernera pas l’école. En revanche, la scolarisation des enfants ne doit plus être un obstacle aux renvois des familles entrées clandestinement dans notre pays et qui ne sont pas éligibles au droit d’asile.

• Un patriotisme pragmatique, qui privilégie les décisions de bon sens. Ainsi, la transition de la monnaie unique à la monnaie commune européenne n’est pas un préalable à toute politique économique, le calendrier sera adapté aux priorités et défis immédiats que le gouvernement de la France devra relever. Tout sera fait pour organiser sereinement la transition de la monnaie unique vers une monnaie commune et la mise en œuvre concertée du droit pour chaque pays de gérer sa monnaie et sa banque centrale.

• Un patriotisme juste, qui lutte contre les abus pour mieux donner une place à chacun, notamment aux personnes en situation de handicap et à leur famille. Aussi, le projet prévoira une part fiscale complète pour chaque enfant en situation de handicap et précisera que la revalorisation de l’AHH sera à hauteur de 200 euros pour garantir que leur revenu se hisse au dessus du seuil de pauvreté.

• Un patriotisme éthique, qui renouvelle profondément les pratiques politiques. Dès les premières semaines du quinquennat, une grande loi d’éthique mettra notamment en place la lutte contre les conflits d’intérêts, notamment s’agissant des rapports entre la haute fonction publique et la grande finance, et l’exigence d’un casier judiciaire vierge pour tout candidat à une élection.

• Un patriotisme démocratique, qui non seulement respecte mais promeut le pluralisme politique, reconnaît le vote blanc, garantit l’indépendance et l’impartialité de la justice et défend la liberté de travail des journalistes, qui devra passer par un renforcement législatif et constitutionnel de ces principes fondateurs par référendum.

Seule une alliance politique solide et pluraliste de deux mouvements indépendants pourra garantir ces engagements et apporter aux Français les gages de confiance qu’ils attendent pour se rassembler derrière la candidature de Marine le Pen au second tour de l’élection présidentielle.

Chacun a son histoire, son expérience, sa vision, ses principes ; les bases de ce contrat d’alliance permettront d’en faire une richesse pour tous et de construire une majorité ouverte capable de réussir le quinquennat.

Ce contrat d’alliance de gouvernement sera la clé pour dépasser les clivages et les doutes qui donnent au « système » et à Emmanuel Macron les armes de sa survie au détriment de l’intérêt national.

Sur la base de ces engagements, nous pouvons sauver notre pays en renversant les pièges tendus par le système pour le plus grand malheur des Français.

Le seul et unique objectif de cette alliance est de donner aux Français la force d’être à la hauteur de notre histoire, d’espérer un bel avenir pour nos enfants et de sauver, tout simplement, notre pays.

Marine LE PEN Nicolas DUPONT-AIGNAN

*

Marine Le Pen nommera Nicolas Dupont-Aignan Premier ministre si elle est élue

Marine Le Pen nommera Nicolas Dupont-Aignan Premier ministre si elle est élue© Georges Gobet / Alain Jocard pour AFP ; Lionel Bonaventure pour Reuters Source: AFP

Dans une allocution télévisée, la candidate FN et le président de Debout la France ont annoncé leur alliance pour le second tour. Remerciant Nicolas Dupont-Aignan, Marine Le Pen s’est engagée à le nommer Premier ministre si elle accédait à l’Elysée.

«J’ai lancé un appel à tous les patriotes. Certaines voix individuelles se sont fait entendre avec courage. Hier, Nicolas Dupont-Aignan a répondu à cet appel, qui scelle pour cette élection et pour l’avenir une grande alliance patriote», a déclaré Marine Le Pen dans une allocution télévisée aux côtés du leader de Debout la France, Nicolas Dupont-Aignan, qui lui a apporté son soutien pour le second tour.

«Nicolas Dupont-Aignan a démontré son esprit d’indépendance et sa capacité si rare aujourd’hui à dire non. Son parcours politique témoigne de sa droiture. Je suis heureuse et fière de cette alliance entre nos deux familles politiques. Elle permet à nos deux partis de conserver son indépendance. C’est ensemble, unis, que nous allons mener campagne pour rassembler et dimanche prochain remporter l’élection», a poursuivi la candidate du FN.

Nous faisons passer l’intérêt de la France avant des intérêts personnels ou partisans

Marine le Pen: « Élue Pdt de la République, je nommerai NDA Premier ministre et constituerai un gouvernement d’union nationale » @France2tv

«Présidente de la République, je nommerai Nicolas Dupont-Aignan Premier ministre de la France», a-t-elle finalement annoncé, confirmant l’objet de l’accord passé entre les deux partis.

«C’est un jour historique», a pour sa part déclaré Nicolas Dupont-Aignan, «car nous faisons passer l’intérêt de la France avant des intérêts personnels ou partisans. «J’ai décidé de prendre mes responsabilités en bâtissant un projet commun avec Marine Le Pen au service des Français», a-t-il poursuivi.

Nicolas Dupont-Aignan dément rallier pleinement les idées du FN, prônant l’«intérêt national» avant tout

Mais pas question pour le président de Debout la France de se rallier pleinement aux idées du Front national : «Il ne s’agit en aucun cas d’un ralliement de ma part au Front national. Mon mouvement, Debout la France, demeure et demeurera. Ceux qui me connaissent savent que je suis un homme libre».

«J’ai estimé qu’il était de l’intérêt national de m’unir avec Marine Le Pen pour redresser le pays. Il s’agit d’une alliance de deux personnalités qui aiment la France et les Français, qui assument leurs différences», a assuré Nicolas Dupont-Aignan. «Allons-nous, par lâcheté, laisser élire monsieur [Emmanuel] Macron, qui poursuivra, puissance 10, la politique de Monsieur [François] Hollande ?», s’est-il demandé.

«Il faut s’interroger sur la folie qui consiste à confier la cinquième puissance mondiale à un banquier aventurier qui ne connaît pas son pays», a ajouté Nicolas Dupont-Aignan. «J’ai décidé d’oser devant l’histoire bâtir un vrai accord de gouvernement pour une France que j’ai toujours voulue, tout au long de mon parcours politique, libre, forte», a-t-il conclu.

Rappelons que le soir du premier tour, Nicolas Dupont-Aignan avait obtenu 4,7% des suffrages. Marine Le Pen elle, avait atteint le score de 21,3%. Son rival à la course à l’Elysée Emmanuel Macron était arrivé en tête du premier tour avec 24,01%.

Cette alliance s’avère historique. En effet, jamais dans la Ve république, un parti républicain ne s’était associé au Front national lors d’élections. En 2002, lorsque Jean-Marie Le Pen avait accédé au second tour de la présidentielle, seul Bruno Mégret, président de son parti Mouvement national républicain (MNR) qui avait quitté quelques années plus tôt le FN, avait apporté son soutien au candidat frontiste.

https://francais.rt.com/france/37705-marine-pen-nommera-nicolas-dupont-premier-ministre-si-elue

*

Pour une nouvelle souveraineté industrielle. Nos emplois de demain. Rejoignez MLP et Dupont-Aignan.

*

*

*

*

*

Nibiru_Final_Update.

*

*

Cliquez sur:

Nibiru

pour accéder à tous les Liens

 

*

*