Au moins 52 morts et 128 blessés dans de violents combats entre les forces du (GNA) et milices rivales Khalifa Ghweil et Salah Badi dans la capitale Libyenne Tripoli Abu Salim __________________ 26/27_05_2017 .

27-05-2017

 

 

Nibiru

Au moins 52 morts et 128 blessés dans de violents combats entre les forces du (GNA) et milices rivales Khalifa Ghweil et Salah Badi Fajr Libya dans la capitale Libyenne Tripoli Abu Salim ________ 26/27_05_2017 .

’52 dead’ in militia clashes in Libya capital

’52 morts ‘dans les affrontements de la milice en Libye
 
26 05 2017
فيديو : جزء من الاشتباكات بين مليشيات الرئاسي و مليشيات الانقاد بمنطقة ابوسليم في العاصمة #طرابلس

*

Au moins 28 morts dans de violents combats dans la capitale libyenne (PHOTOS, VIDEOS)

– Avec AFP

Au moins 28 morts dans de violents combats dans la capitale libyenne (PHOTOS, VIDEOS)© Anadolou / Getty Images
Tripoli

Lors des affrontements entre milices armées rivales à Tripoli, au moins 28 personnes ont été tuées et plus d’une centaine d’autres blessées.

Le porte-parole du ministère libyen de la Santé, Anwar Frajallah, a fait savoir qu’au moins 28 personnes avaient été tuées et 128 autres, blessés, dans de violents affrontements, le 26 mai, à Tripoli. Ces combats ont opposé des forces loyales au gouvernement d’union nationale (GNA), soutenu par la communauté internationale, à des groupes rivaux au milieu de quartiers résidentiels de la capitale libyenne.

Anwar Frajallah a précisé que le bilan risquait de s’alourdir en raison de l’existence de cas critiques. «Certains hôpitaux n’ont pas été aussi en mesure de communiquer leurs bilans en raison d’un problème de télécommunication», a-t-il ajouté.

Un responsable de la sécurité du GNA, Hachem Bichr, a déploré pour sa part 23 morts et plus de 29 blessés dans les rangs des forces loyales.

Les combats ont commencé à l’aube dans les quartiers d’Abou Slim, Hadhba et Salaheddine dans le sud de Tripoli, où des chars et armes lourdes ont été déployés, selon des témoins.

«Les voix de la raison […] doivent prévaloir dans l’intérêt du pays», a pour sa part réagi l’émissaire de l’ONU en Libye Martin Kobler. «Il faut protéger les civils», a-t-il ajouté dans un communiqué parvenu à l’AFP, en exhortant les groupes rivaux à s’abstenir de recourir à la violence à des fins politiques.

En parallèle, un groupe loyal au GNA s’est emparé d’une prison dans le sud de Tripoli où sont détenus les principaux dignitaires du régime qu’avait mis en place Mouammar Kadhafi. En fin de soirée, le 26 mai, les ministères de l’Intérieur et de la Justice du GNA ont précisé que tous les prisonniers leur avaient été remis.

«Les détenus sont en bonne santé et ils ont été transférés dans un lieu sûr», ont ajouté les deux ministères dans un communiqué conjoint.

Heavy clashes in Libyan Capital Tripoli. Militias once again decide to attack one another, only victims are the civilians 

Heavy clashes in Libyan Capital Tripoli. Militias once again decide to attack one another, only victims are the civilians 

Plus d’une trentaine de personnalités importantes de l’ancien régime sont détenues dans cette prison, parmi lesquelles le dernier Premier ministre de Kadhafi, Baghdadi al-Mahmoudi, et l’ex-chef des services de renseignements, Abdallah Senoussi, tous deux condamnés à mort en 2015.

«Cadeau» de ramadan

En soirée, un calme précaire régnait dans la capitale contrôlées par des dizaines de milices et en proie à une insécurité chronique depuis la chute de Mouammar Kadhafi en 2011. Des groupes hostiles au GNA ont revendiqué, sur leurs pages Facebook, des attaques contre les forces loyales à cet exécutif.

Les combats avaient commencé autour d’un complexe d’une dizaine de villas de luxe qui servaient de quartier général à des milices fidèles à l’ancien chef d’un gouvernement non reconnu, Khalifa Ghweil, écarté du pouvoir après la formation du GNA.

Voir l'image sur TwitterVoir l'image sur TwitterVoir l'image sur Twitter

Clashes continue to intensify in various areas, tanks are already scattered on the streets of  Casualties reported 

Le GNA a accusé Khalifa Ghweil et Salah Badi, chef de milice, d’être responsables des attaques, promettant de riposter «sans merci». Les deux hommes, originaires de la ville de Misrata  étaient des leaders des milices de la coalition Fajr Libya qui avait pris le pouvoir à Tripoli en 2014.

«Ils ont dépassé toutes limites […] Rien ne les arrête. C’est leur cadeau aux citoyens pour le mois de ramadan», a dénoncé le GNA dans un communiqué.

Les forces loyales au GNA avaient réussi à gagner en influence à Tripoli, chassant en mars dernier des groupes rivaux de leurs fiefs, dans le centre de la ville et aux alentours, au prix de violents combats. Depuis, un calme inhabituel régnait dans la capitale, même si plusieurs secteurs restent hors de tout contrôle.

Six ans après la révolte ayant mis fin au gouvernement de Mouammar Kadhafi, la Libye reste engluée dans une interminable crise de transition, victime d’une insécurité persistante, d’une économie en lambeaux et de rivalités politiques incessantes.

دخـــــان كثيـــف الان يتصاعد من غابة النصر بالعاصمة طرابلس

Ajoutée le 26 mai 2017

كشف مصدر محلي أن الاشتباكات المندلعة منذ صباح اليوم الجمعة في منطقة أبو سليم ومشروع الهضبة الخضراء ومنطقة فندق الريكسوس بين المليشيات المسلحة التابعة للمدعو غنيوة الككلي والمدعو هيثم التاجوري من جهة ومليشيا البركي المدعومة من مليشيات مصراته من جهة اخرى، كشف ان الهدف منها السيطرة على منطقة أبو سليم خاصة والسيطرة على العاصمة طرابلس عامة، واستعادة مقر ريكسوس.
يأتي ذلك في أعقاب إعلان الإرهابي صلاح بادي قائد مليشيا مصراته عن انطلاق عملية عسكرية تحت اسم “فخر ليبيا” هدفها ما اسماه بـ “تحرير العاصمة من مليشيات غنيوة الككلي وهيثم التاجوري والسيطرة على كافة المواقع السيادية في طرابلس واسقاط حكومة الوفاق” غير المعتمدة.
وكانت مصادر محلية أكدت اندلاع اشتباكات في العاصمة طرابلس شملت عدة مناطق وأحياء، حيث تصاعدت أعمدة الدخان من المنطقة الواقعة بين ابو سليم والهضبة وغرب عين زارة وباب بن عشير
26-5-2017

Ajoutée le 26 mai 2017
Une source locale a révélé que les affrontements qui font rage depuis vendredi matin dans la région d’ Abu Salim et zone du plateau vert projet Al-Hdbah et zone de l’ hôtel AlRiksos entre milices armées affiliées appelées Ghunaywah alckli ( Alkkly ) et appelées Haitham Eltagoury d’une part et milices El Berki soutenuent par les milices de Misrata d’autre part, a révélé que l’objectif était de contrôler le quartier d’Abu Salim en particulier et de contrôle de la capitale Tripoli en général , et la restauration du siège Rixos.
Cela s’inscrit dans le sillage ( cela fait suite à l’annonce ) par le terroriste Salah Bady commandant de la milice de Misurata lancer une opération militaire sous le nom « Fajr Libye » fier « objectif de libérer la capitale des milices Ghunaywah d’Alkkli  et d’Haitham Eltagoury et de contrôle sur tous les sites souverain à Tripoli et la chute du gouvernement de réconciliation » non pris en charge.
Des sources locales ont confirmé la flambée des affrontements dans la capitale Tripoli inclus plusieurs zones et quartiers, où les colonnes de fumée ont grimpé de la région située entre Abu Salim et plateau Al-Hdbah et à l’Ouest de Ayin Zara et porte Bab Ben Ghashir
26/05/2017

Raconter l’actu

https://francais.rt.com/international/38920-moins-28-morts-dans-violents-combats-tripoli

*

Une partie des affrontements entre les milices Abuslim # Tripoli

26 05 2017

Ajoutée le 27 mai 2017

Vidéo Une partie des affrontements entre les milices Abuslim # Tripoli 26 05 2017

Vidéo: Une partie des affrontements entre les milices présidentielles et les milices Alanakad dans la région de Abu_ Salim # dans la capitale Tripoli 
 
26 05 2017
فيديو : جزء من الاشتباكات بين مليشيات الرئاسي و مليشيات الانقاد بمنطقة ابوسليم في العاصمة #طرابلس

*

’52 dead’ in militia clashes in Libya capital

TRIPOLI: Forces loyal to Libya’s unity government said Saturday that 52 of its fighters were killed as they repelled rival militias in fierce clashes in the capital Tripoli.

Apart from sporadic gunfire in southern Tripoli, calm returned to the city Saturday, the first day of the Muslim holy month of Ramadan.

Among the 52 killed in Friday’s clashes which centered on the southern district of Abu Slim, said Hashem Bichr, a security official of the Government of National Accord, were 17 members of pro-GNA forces who had been « executed ».

There was no immediate confirmation from medical or other independent sources of the death toll, updated from Friday’s health ministry figures of 28 dead and more than 100 wounded that did not give a breakdown of the casualties.

U.N. special envoy Martin Kobler condemned the fighting in which heavy artillery and tanks were used, urging restraint from all sides.

Forces of the U.N.-backed GNA announced on their Facebook page they had defeated rival militias and taken control of a prison holding key leaders of the ousted regime of Moamer Kadhafi including his last premier, Baghdadi al-Mahmudi, and former intelligence chief Abdullah Senussi.

Al-Hadhba jail had been under the control of the Fajr Libya militia coalition, which had seized Tripoli in 2014 and set up a government headed by Khalifa Ghweil.

The Libyan capital has been gripped by a power struggle ever since a NATO-backed uprising toppled Colonel Kadhafi in 2011.

The latest fighting started around a complex of luxury villas that until March served as headquarters of militias loyal to Ghweil, who was ousted when the GNA took office last year but refuses to recognise the new administration.

Loyalist forces seized the villas in four days of intense fighting in March that saw them expand their control over the capital.

Tripoli had been relatively calm since, but dozens of armed groups still operate and several parts of Tripoli remain beyond its control.

Relying on militia support and pitted against a rival administration in eastern Libya, the GNA has struggled to assert its authority.

In a statement Friday, the GNA blamed Ghweil and Salah Badi, another leader of Fajr Libya, for Friday’s violence.

« This is their gift to the people for the month of Ramadan, » it said in a statement.

’52 morts ‘dans les affrontements de la milice en Libye

TRIPOLI: Des forces fidèles au gouvernement d’unité de la Libye ont déclaré samedi que 52 de leurs combattants avaient été tués alors qu’ils repoussaient les milices rivales dans de violents affrontements dans la capitale Tripoli.

Outre les coups sporadiques dans le sud de Tripoli, le calme est revenu à la ville samedi, premier jour du mois sacré musulman du Ramadan.

Parmi les 52 victimes des affrontements de vendredi qui se sont concentrés sur le district sud d’Abu Slim, M. Hashem Bichr, un agent de sécurité du Gouvernement d’Accord national, était composé de 17 membres de forces pro-GNA qui avaient été exécutées.

Il n’y a pas eu de confirmation immédiate des sources médicales ou autres sources indépendantes du bilan des morts, mises à jour par les chiffres du ministère de la Santé de vendredi de 28 morts et plus de 100 blessés qui n’ont pas permis de décrocher les pertes.

L’envoyé spécial de l’ONU, Martin Kobler, a condamné les combats dans lesquels l’artillerie lourde et les chars étaient utilisés, en insistant sur la contrainte de tous les côtés.

Les forces du GNA soutenu par l’ONU ont annoncé sur leur page Facebook qu’ils avaient vaincu les milices rivales et pris le contrôle d’une prison détenant des dirigeants clés du régime évanoui de Moamer Kadhafi, y compris son dernier premier ministre, Baghdadi al-Mahmudi, et l’ancien chef du renseignement, Abdullah Senussi.

La prison d’Al-Hadhba avait été sous le contrôle de la coalition de la milice Fajr Libye, qui avait saisi Tripoli en 2014 et créé un gouvernement dirigé par Khalifa Ghweil.

La capitale libyenne a été saisie par une lutte de pouvoir depuis qu’un soulèvement soutenu par l’OTAN a renversé le Colonel Kadhafi en 2011.

Les derniers combats ont débuté autour d’un complexe de villas de luxe qui, jusqu’en mars, servait de quartier général de milices fidèles à Ghweil, qui a été évincé lorsque le GNA a pris ses fonctions l’année dernière mais refuse de reconnaître la nouvelle administration.

Les forces loyalistes ont saisi les villas en quatre jours de combats intenses en mars qui les ont vu élargir leur contrôle sur la capitale.

Tripoli était relativement calme depuis, mais des dizaines de groupes armés fonctionnent encore et plusieurs parties de Tripoli restent hors de leur contrôle.

S’appuyant sur le soutien de la milice et confronté à une administration rivale dans l’est de la Libye, le GNA a lutté pour faire valoir son autorité.

Dans un communiqué vendredi, le GNA a blâmé Ghweil et Salah Badi, un autre chef de Fajr Libya, pour la violence de vendredi.

« C’est leur cadeau pour les gens pour le mois du Ramadan », at-il déclaré dans un communiqué.

*

***

*

Nibiru_Final_Update.

*

*

Cliquez sur:

Nibiru

pour accéder à tous les Liens

 

*

*

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :