Ahmed Kadhaf Al-Dam: l’Assassinat de Kadhafi Crime de Guerre. _ 19_10_2016.

19-10-2016

 

Nibiru

Ahmed Kadhaf Al-Dam: l’Assassinat de Kadhafi Crime de Guerre. _ 19_10_2016.

Ahmed Kadhaf Al-Dam – L’Express  17 Sep 2014.

« Je sais, de mes agents sur le terrain, que des blindés et des munitions sont depuis peu débarqués d’avions ukrainiens sur la base militaire d’Al-Khoulab, dans le sud du pays. C’est le ministère de la Défense libyen, dirigé par Khaled al-Sharif, ex-membre d’Al-Qaeda en Afghanistan dans les années 2000, qui organise ces livraisons secrètes. Ces armes vont directement aux milices isla – mistes de Benghazi et de l’Est libyen. »

 

*

Ahmed Kadhaf Al-Dam: l’Assassinat de Kadhafi Crime de Guerre 

أحمد قذاف الدم: إغتيال القذافي جريمة حرب

Oct 19, 2016

Ahmed Kadhaf Al-Dam: l’assassinat de Kadhafi crime de guerre

19 octobre 2016
Le Caire – Afrique du portail de nouvelles

Ahmed dit Kadhaf Al-Dam ancien envoyé du défunt dirigeant libyen Mouammar Kadhafi, que ce dernier avait été bombardé par les forces de l’OTAN Occidentaux qui l’ont remis avec des plaies profondes asphyxié et inconscient à des bandes criminelles.

Il a ajouté en disant que «Ceci est un crime de guerre ne sera pas oubliée par Il a fini par l’histoire.». 

Ahmed Kadhaf Al-Dam dans une interview avec le journal français « Jeune Afrique » que « l’assassinat de (Kadhafi) était par les pays occidentaux  » le président Poutine et M. Mahmoud Jibril, et nous portons la responsabilité exclusive des pays de l’Alliance l’OTAN  avec CNN l’édifice. »

Ancien coordinateur des relations égypto-libyennes et a déclaré que le dernier contact avec lui, le colonel Mouammar Kadhafi Me « promet à la veille de son départ de Syrte le 27 Août. »

Il a dit: « Il était Mouammar Kadhafi a été connu pour avoir été suivi son repaire par les forces de l’OTAN .. mais il était toujours optimiste .. et après deux mois .. dans le 20 d’Octobre de 2011 .. a procédé à changer sa place avec ses troupes après la prière de l’aube. . dès qu’il a quitté son refuge a été ciblé est cortège:.. beaucoup de blessés et des morts parmi les gardiens de la révolution est tombé, il jetait un grand nombre de bombes chimiques asphyxiants perdu 70 leur prise de conscience des gens, puis de les tuer tous avant qu’il ne puisse se réveiller dans un crime documenté par la Croix-Rouge internationale, qui est présent en cause du tribunal CPI comme un crime de guerre « .

En réponse à une question sur le lieu de sépulture du colonel Mouammar Kadhafi, Ahmed Kadhaf AlDam a déclaré le comme «une question y répondre Misurata, » comme il le dit.

 

أحمد قذاف الدم: إغتيال القذافي جريمة حرب

Oct 19, 2016
القاهرة – بوابة افريقيا الإخبارية

قال أحمد قذّاف الدّم المبعوث السابق للزعيم الليبي الراحل معمّر القذّافي ،بأنّ هذا الأخير قد تم قصفه من قبل قوات حلف الناتو الغربية التى سلمته وهو مثخن بالجراح ومغمي عليه إلى عصابات إجرامية.

مضيفًا بالقول بأن « هذه جريمة حرب لن ينساها التاريخ. انتهى الأمر ». 

وأكد قذّاف الدّم في حوار له مع صحيفة « جون أفريك » الفرنسية بأن « أغتياله (القذافي) تم بواسطة دول غربية صرحا بذلك لــ CNN الرئيس بوتين والسيد محمود جبريل ،ونحمل المسئولية لدول الحلف دون غيره »

وقال المنسق السابق للعلاقات المصرية الليبية بأن آخر اتصال له مع العقيد معمر القذافي ي »عود إلى عشية رحيله من سرت  فى الـ 27 من أغسطس »

مضيفا بالقول: « كان معمر القذافي قد عرف أنه تم رصد مخبأه من قبل قوات حلف الناتو .. لكنه كان لا يزال متفائلاً .. وبعد مرور شهرين .. فى الـ 20 من أكتوبر عام 2011 .. شرع فى تغيير مكانه مع قواته بعد صلاة الفجر. وبمجرد خروجه من ملجأه تم استهدافه هو وموكبه : سقط العديد من الجرحى والقتلى من الحرس الثوري. وتم إلقاء العديد من القنابل الكيماوية الخانقة. وفقد 70 شخصا وعيهم ثم تم قتلهم جميعا قبل حتى أن يفيقوا في جريمة وثقها الصليب الأحمر الدولي وهي قضية موجودة في محكمة الجنايات الدولية كجريمة حرب ».

وإجابة عن سؤال حول مكان دفن العقيد معمر القذافي ،قال قذّاف الدّم بأنه « سؤال تجيب عليه مصراته » وفق تعبيره.

 

أحمد قذاف الدم: إغتيال القذافي جريمة حرب

Ahmed Kadhaf Aldam: L’assassinat de Kadhafi est un crime de guerre 
أحمد قذاف الدم: إغتيال القذافي جريمة حرب Oct 19, 2016 طباعة المقال Tweet القاهرة – بوابة افريقيا الإخبارية قال أحمد قذّاف الدّم المبعوث السابق للزعيم الليبي الراحل معمّر…

*

Jeune Afrique

Interview avec Ahmed Kadhaf Al-Dam

Note*:

Pour certains Libyens Ahmed Kadhaf a Trahi

Autre parti – son départ et reddition étaient stratégiques et planifiés avec le Guide Mouammar Al-Kadhafi afin de trouver des appuis extérieurs

#الادمن_رمز_القائد

L’image contient peut-être : 1 personne

Pour rencontrer le traître client Ould égyptien Ahmed Juma avec des stations françaises.
Q: / Que ne savez – vous que les
derniers jours ? Du colonel Mouammar Kadhafi

C .akhr me contacter avec lui à la
veille de son départ de Syrte .. dans les 27 Août
était Muammar Kadhafi a été connu pour avoir été suivi son
repaire par les forces de l’ OTAN , mais il était
toujours optimiste et après deux mois dans le
20 d’Octobre de 2011 a commencé à changer
sa place avec ses troupes après la prière de l’ aube , et que dès que
il a quitté son refuge a été ciblé est cortège
: un grand nombre de la blessés et le coup morts de les
gardiens de la révolution. Il jetait de nombreuses bombes
étouffantes chimique. Et perdu 70 conscience des gens ,
puis les tuer tous avant qu’il ne puisse se réveiller dans un
crime documenté par la Croix – Rouge internationale , qui est la
question de la Cour pénale internationale
comme un crime de guerre.

Q: Savez – vous où il ? A été enterré
.
A: La question que vous y répondre Misurata.

Q: savez – vous qui a été assassiné?
.
a: bombardé par les forces de l’ OTAN de l’ Ouest ,
qui lui a remis un plaies d’épaississant et inconsciente par
ces crimes de gangs criminels de
guerre ne seront pas être oublié par l’ histoire. Je me suis retrouvé soit
son assassinat par monument des nations de l’ Ouest afin
de CNN le président Poutine et M. Mahmoud
Jibril et maintenir la responsabilité des pays de l’ OTAN
sans l’ autre.
.
Puis soulevé une bannière avec une image de saignement Afrique
et la Libye , qui saignent en raison de l’ étoile qui Grzha
où l’ OTAN « logo de l’ OTAN..


Q: qu’est-ce que vous pensez que le
British qui ont reconnu que les raisons avancées par chacun des l’
ancien Premier ministre britannique David
Cameron et l’ ancien président français Nicolas
Sarkozy avait pas de raisons pour justifier une intervention?
.
a: Je tiens à rendre hommage au parlement britannique sur la
détection de ces faits est que ce ne sont pas par
nouveau pour nous, parce que nous savions
tous qu’il ya longtemps les
États- nations et les pays membres de la
sécurité du Conseil , qui comprennent les États-
Unis, qui ont reconnu que cette intervention était une grave erreur sur les lèvres du
président Obama doit offrir ses excuses à la sang des
innocents versé vain.
compensation et de fournir des dommages le retour massif de la
richesse libyenne des monuments.
.
un tiers des libyens ont fui à l’ étranger ont été
détruit les infrastructures et le pillage des ressources et de la richesse de l’ or
de la campagne comme ainsi que la destruction des bâtiments et Maximisation des
documents importants. les pays voisins ont
vu de fortes turbulences, surtout Mali
, le Niger, le Tchad, l’ Algérie, la Tunisie et l’ Egypte,
qui souffre toute la journée les conséquences de cette
invasion féroce. Il est le droit des Africains qui
ils exigent aussi que corrige ces
erreurs lourdes et ne pas répéter les erreurs et tient
dans la langue de mépris pour les peuple libyen et a également
dit le Christ , la paix soit sur lui « la chose gâté
réparé.

Tribunaux Q / français
récemment ont reçu le code de l’ ancien Premier ministre libyen
Shukri Ghanem, qui a été retrouvé noyé à Vienne en
2012, il a été codifié par les montants que les détails
obtenus par Nicolas Sarkozy pour financer
sa campagne en 2007. ce qu’ils ont appris de cette
affaire?
.
c / it ‘s un particulier , la France ne fait pas partie de seulement la question du
français. ni est Li Bai dans la forme d’ une
ou l’ autre dans le passé ou à l’ heure actuelle. la
seule information que je possède sont les mêmes que
révélée par les médias français.
quels intérêts vraiment ma préoccupation est les conséquences des actions de Nicolas
Sarkozy en 2011, où
il est enflammé le terrorisme et la crise des migrants à travers la mer
Méditerranée et provoqué le déplacement de nombreux
Libyens. et attendre pour la France de reconnaître qu’il a
commis de telles erreurs du procès. de M.
Sarkozy sur la loi et ici nous voulons une enquête
transparente sur la mort de M. Shukri Ghanem.

Q / Est -ce que cela semble suffisant pour vous de présenter des excuses à
ces pays afin que la Libye soit en mesure de sortir de l’
creuset du chaos?
.
c / quand l’ Ouest offrira une excuses pour ses actions en
Libye serait prêt à lancer un
dialogue national et combine toutes les parties. Et sachez
notre peuple que nous sommes toutes les victimes , par
conséquent , nous demandons le dialogue , tous sous le
blanc drapeau à nouveau et immobile compris les deux avec l’
injection du sang des Libyens et l’ unité de la Libye , un nouveau bâtiment
où il n’y a pas d’ exclusion ou une injustice couverte par ce mouvement
et gagner la nation.

Q / nous signalons expressément que Alqmafen
retourné à scène politique libyenne. Que pensez – vous pensez de
cela?
.
C / Alqmafen représentent une véritable force sur le
terrain , y compris un des éléments tribaux
et l’ élite militaire, écrivains, politiciens
et intellectuels. Stabilité reviendra si elles ne l’ ont pas
partisans de la Révolution Fateh devient une partie de la procédure de la
politique actuelle et certainement , ils sont des partenaires dans la
patrie et leur droit d’être un parti , nous ne
savons pas encore la masse du procès ou
exclure de ??!

Q / Que proposez-vous à cet égard?
.
c / la Jamahiriya lutte nationale
avant, qui est où je suis devenu la
politique officielle, une approche loin de la passé. Ce qui est basé
notre programme sur la réinstallation des personnes déplacées dans
leur pays, et la libération des prisonniers, re – élite
intellectuelle, et d’ organiser des élections libres sous les auspices de l’
Organisation des Nations Unies et la mise en place du Gouvernement de . Neutralité
.
Nous pourrions aussi référendum pour décider du type de
et de la nature du nouveau système , l’ hymne national et de la
connaissance privée. Ceci est une solution durable
que sur l’horizon et une
générale d’ amnistie et le retour de l’ armée nationale et la police a
, le pouvoir judiciaire et la collecte des armes.

Q / Certains vous appellent à votre environnement
titre de «président», avez – vous des ambitions de
politique en Libye demain?
.
C / Notre État que le navire , qui est nous chancelle tout
et portant tous les Libyens bataille en
raison aujourd’hui.
.
doit sauver le pays avant de parler
des ambitions personnelles pour cette tâche ,
je mettrai toute la politique
et militaire et mon expérience et mes compétences dans les relations internationales
et mes relations excellente tribalisme dans le pays de services
jusqu’à ce que nous sommes – construire il .
.
et déjà fourni beaucoup à ce pays , comme je l’ ai
fait une erreur parfois, mais cela est les
fonctionnaires Boushima. Nous faisons tous des erreurs
et infecte vécu ma vie un soldat de la nation qui n’aspire
à est que Let ‘s quittent cette génération pour exprimer
lui – même et son ambition a été reconnu coupable de rôle.

Q / Vous dites que l’ Qoamkm militaire de
70 mille hommes , et ce nombre est incroyable, où sont
? Stationnait tous ces chiffres
.
C / en Tunisie et en Égypte , principalement à la
maison et quand vous savez que les troupes
0,2011 Anzawa armé sous sa bannière plus
de 150.000 combattants , ce chiffre est très modeste

Q / Pourquoi vous publiez pas ce grand nombre
.
c / vraisemblablement nous ont fait un tel sacrifice, de sorte
que assure nous sommes notre inclusion dans le
dialogue du national? Nos soldats ne sont pas pour la location,
nous sommes révolutionnaires dans la première place et nous devons
savoir ce encore et qui ne dérive pas du sang
sans sens ou pour servir les Etats stratégies
ne pas veulent le bien de la nation.

Q / Vous sentez-vous nécessaire d’entrer est passe à l’
échelle internationale en Libye?
.
C / Absolument! Il ne faut pas l’ ingérence étrangère , car il
sera une étape de provocation par les Libyens ,
les gens qui ne connaissent pas Daesh ni
al – Qaïda et l’ extrémisme seulement après l’ OTAN de l ‘ intervention
et nous sommes enfin un peuple
et frères et notre patrimoine, coutumes et traditions Maihl
seul problème du monde nous les mains.

Q / Taatokhon prudence vos relations avec les
partis dominants en Libye aujourd’hui. Est – ce que vous voyez
que Khalifa Haftar , qui bénéficie du soutien de nombreux
de les anciens officiers de la Libye
armée, est le stade de l’ homme maintenant?
.
C / Nous reconnaissons le Parlement , qui a été fondée en
Tobrouk dans l’ est du pays , l’ un des Akhtar Brigade
# Khalifh_hfter La brigade Hfter cherchait à la
fois de rassembler les forces
armé d’ une étape positive.
.
mais nous devons fixer notre attention sur la mise en place du
gouvernement de non neutre – partisane
approuvée par toutes les parties au peuple libyen et non
compromis avec le consentement du parlement actuel.

Q / Si vous êtes insatisfait avec les décisions que
Taken Hfter, pourquoi ne proposez – vous pas le soutenir
officiellement?
.
c / c’est une question de renseignement a refusé de commenter.

Q / Qu’en est- Saif al – Islam , qui aime
son xanthane de la liberté? Il peut
? Être soutenu
.
C / Je pense qu’il peut contribuer au processus est en
cours et le retour de la paix en Libye et il est le devoir et le
droit.

Q / Do Taatmnon re – établir le système du
vieux?
.
C / Of Bien sûr que non , même si nos adversaires ont commencé
hier regretter la chute et de mordre les doigts
regrettons que nous sommes à la recherche d’établir un nouveau système pour
le bénéfice de tous les Libyens Vmuammr
Kadhafi était un leader exceptionnel et la Libye aujourd’hui est pas la
Libye hier et il ‘s jusqu’à Libyens à la fin.
# Altarej_ln_arahm_alkhounh_walamlae_manma_valo
# Aladinm_rmz_alqaid

L’image contient peut-être : 1 personne

لقاء مع الخائن العميل ولد المصرية أحمد جمعة مع احدى المحطات الفرنسية .
ﺱ: / ﻣﺎ ﺍﻟﺬﻱ ﺗﻌﺮﻓﺔ ﺃﻥ ﺍﻷﻳﺎﻡ ﺍﻷﺧﻴﺮﺓ
ﻟﻠﻌﻘﻴﺪ ﻣﻌﻤﺮ ﺍﻟﻘﺬﺍﻓﻲ ؟

ﺝ .ﺁﺧﺮ ﺍﺗﺼﺎﻝ ﻟﻰ ﻣﻌﻪ ﻳﻌﻮﺩ ﺇﻟﻰ ﻋﺸﻴﺔ
ﺭﺣﻴﻠﻪ ﻣﻦ ﺳﺮﺕ .. ﻓﻰ ﺍﻟـ 27 ﻣﻦ ﺃﻏﺴﻄﺲ
ﻛﺎﻥ ﻣﻌﻤﺮ ﺍﻟﻘﺬﺍﻓﻲ ﻗﺪ ﻋﺮﻑ ﺃﻧﻪ ﺗﻢ ﺭﺻﺪ
ﻣﺨﺒﺄﻩ ﻣﻦ ﻗﺒﻞ ﻗﻮﺍﺕ ﺣﻠﻒ ﺍﻟﻨﺎﺗﻮ ﻟﻜﻨﻪ ﻛﺎﻥ
ﻻ ﻳﺰﺍﻝ ﻣﺘﻔﺎﺋﻼً ﻭﺑﻌﺪ ﻣﺮﻭﺭ ﺷﻬﺮﻳﻦ ﻓﻰ ﺍﻟـ
20 ﻣﻦ ﺃﻛﺘﻮﺑﺮ ﻋﺎﻡ 2011 ﺷﺮﻉ ﻓﻰ ﺗﻐﻴﻴﺮ
ﻣﻜﺎﻧﻪ ﻣﻊ ﻗﻮﺍﺗﻪ ﺑﻌﺪ ﺻﻼﺓ ﺍﻟﻔﺠﺮ ﻭﺑﻤﺠﺮﺩ
ﺧﺮﻭﺟﻪ ﻣﻦ ﻣﻠﺠﺄﻩ ﺗﻢ ﺍﺳﺘﻬﺪﺍﻓﻪ ﻫﻮ ﻭﻣﻮﻛﺒﻪ
: ﺳﻘﻂ ﺍﻟﻌﺪﻳﺪ ﻣﻦ ﺍﻟﺠﺮﺣﻰ ﻭﺍﻟﻘﺘﻠﻰ ﻣﻦ
ﺍﻟﺤﺮﺱ ﺍﻟﺜﻮﺭﻱ. ﻭﺗﻢ ﺇﻟﻘﺎﺀ ﺍﻟﻌﺪﻳﺪ ﻣﻦ ﺍﻟﻘﻨﺎﺑﻞ
ﺍﻟﻜﻴﻤﺎﻭﻳﺔ ﺍﻟﺨﺎﻧﻘﺔ. ﻭﻓﻘﺪ 70 ﺷﺨﺼﺎ ﻭﻋﻴﻬﻢ
ﺛﻢ ﺗﻢ ﻗﺘﻠﻬﻢ ﺟﻤﻴﻌﺎ ﻗﺒﻞ ﺣﺘﻰ ﺃﻥ ﻳﻔﻴﻘﻮﺍ ﻓﻲ
ﺟﺮﻳﻤﺔ ﻭﺛﻘﻬﺎ ﺍﻟﺼﻠﻴﺐ ﺍﻷﺣﻤﺮ ﺍﻟﺪﻭﻟﻲ ﻭﻫﻲ
ﻗﻀﻴﺔ ﻣﻮﺟﻮﺩﺓ ﻓﻲ ﻣﺤﻜﻤﺔ ﺍﻟﺠﻨﺎﻳﺎﺕ ﺍﻟﺪﻭﻟﻴﺔ
ﻛﺠﺮﻳﻤﺔ ﺣﺮﺏ .

ﺱ : ﻫﻞ ﺗﻌﻠﻤﻮﻥ ﺃﻳﻦ ﺗﻢ ﺩﻓﻨﻪ ؟
.
ﺝ : ﺳﺆﺍﻝ ﺗﺠﻴﺐ ﻋﻠﻴﻪ ﻣﺼﺮﺍﺗﻪ.

ﺱ : ﻫﻞ ﺗﻌﻠﻤﻮﻥ ﻣﻦ ﺍﻟﺬﻯ ﺍﻏﺘﺎﻟﻪ ؟
.
ﺝ : ﻗﺼﻔﻪ ﻣﻦ ﻗﺒﻞ ﻗﻮﺍﺕ ﺣﻠﻒ ﺍﻟﻨﺎﺗﻮ ﺍﻟﻐﺮﺑﻴﺔ
ﺍﻟﺘﻰ ﺳﻠﻤﺘﻪ ﻭﻫﻮ ﻣﺜﺨﻦ ﺑﺎﻟﺠﺮﺍﺡ ﻭﻣﻐﻤﻲ
ﻋﻠﻴﻪ ﺇﻟﻰ ﻋﺼﺎﺑﺎﺕ ﺇﺟﺮﺍﻣﻴﺔ ﻫﺬﻩ ﺟﺮﻳﻤﺔ
ﺣﺮﺏ ﻟﻦ ﻳﻨﺴﺎﻫﺎ ﺍﻟﺘﺎﺭﻳﺦ. ﺍﻧﺘﻬﻰ ﺍﻷﻣﺮ ﺍﻣﺎ
ﺃﻏﺘﻴﺎﻟﻪ ﺗﻢ ﺑﻮﺍﺳﻄﺔ ﺩﻭﻝ ﻏﺮﺑﻴﺔ ﺻﺮﺣﺎ ﺑﺬﻟﻚ
ﻟــ CNN ﺍﻟﺮﺋﻴﺲ ﺑﻮﺗﻴﻦ ﻭﺍﻟﺴﻴﺪ ﻣﺤﻤﻮﺩ
ﺟﺒﺮﻳﻞ ﻭﻧﺤﻤﻞ ﺍﻟﻤﺴﺌﻮﻟﻴﺔ ﻟﺪﻭﻝ ﺍﻟﺤﻠﻒ
ﺩﻭﻥ ﻏﻴﺮﻩ .
.
ﺛﻢ ﺭﻓﻊ ﻻﻓﺘﺔ ﻋﻠﻴﻬﺎ ﺻﻮﺭﺓ ﺃﻓﺮﻳﻘﻴﺎ ﺍﻟﺪﺍﻣﻴﺔ
ﻭﻟﻴﺒﻴﺎ ﺍﻟﺘﻰ ﺗﻨﺰﻑ ﺑﺴﺒﺐ ﺍﻟﻨﺠﻤﺔ ﺍﻟﺘﻰ ﻏﺮﺯﻫﺎ
ﻓﻴﻬﺎ ﺣﻠﻒ ﺍﻟﻨﺎﺗﻮ » . ﺷﻌﺎﺭ ﺣﻠﻒ ﺍﻟﻨﺎﺗﻮ .


ﺱ : ﻣﺎ ﺭﺃﻳﻚ ﻓﻰ ﺗﻘﺮﻳﺮ ﺍﻟﺒﺮﻟﻤﺎﻥ ﺍﻟﺒﺮﻳﻄﺎﻧﻰ
ﺍﻟﺬﻯ ﺃﻗﺮ ﺑﺄﻥ ﺍﻷﺳﺒﺎﺏ ﺍﻟﺘﻰ ﺳﺎﻗﻬﺎ ﻛﻞ ﻣﻦ
ﺭﺋﻴﺲ ﺍﻟﻮﺯﺭﺍﺀ ﺍﻟﺒﺮﻳﻄﺎﻧﻰ ﺍﻟﺴﺎﺑﻖ ﺩﺍﻓﻴﺪ
ﻛﺎﻣﻴﺮﻭﻥ ﻭ ﺍﻟﺮﺋﻴﺲ ﺍﻟﻔﺮﻧﺴﻲ ﺍﻟﺴﺎﺑﻖ ﻧﻴﻜﻮﻻ
ﺳﺎﺭﻛﻮﺯﻯ ﻟﻢ ﺗﻜﻦ ﺃﺳﺒﺎﺏ ﺗﺒﺮﺭ ﻫﺬﺍ ﺍﻟﺘﺪﺧﻞ ؟
.
ﺝ : ﺃﺭﻳﺪ ﺃﻥ ﺃﺷﻴﺪ ﺑﺎﻟﺒﺮﻟﻤﺎﻥ ﺍﻟﺒﺮﻳﻄﺎﻧﻰ ﻋﻠﻰ
ﻛﺸﻔﻪ ﻟﻬﺬﻩ ﺍﻟﺤﻘﺎﺋﻖ ﻏﻴﺮ ﺃﻧﻬﺎ ﻟﻴﺴﺖ
ﺑﺠﺪﻳﺪﺓ ﺑﺎﻟﻨﺴﺒﺔ ﻟﻨﺎ، ﻷﻧﻨﺎ ﻛﻨﺎ ﻧﻌﻠﻢ ﻛﻞ ﺫﻟﻚ
ﻣﻨﺬ ﺯﻣﻦ ﺑﻌﻴﺪ ﻓﺎﻷﻣﻢ ﺍﻟﻤﺘﺤﺪﺓ ﻭﺍﻟﺪﻭﻝ
ﺍﻷﻋﻀﺎﺀ ﺑﻤﺠﻠﺲ ﺍﻷﻣﻦ ﺍﻟﺘﻰ ﻣﻦ ﺑﻴﻨﻬﺎ
ﺍﻟﻮﻻﻳﺎﺕ ﺍﻟﻤﺘﺤﺪﺓ ﻭﺍﻟﺘﻰ ﺃﻋﺘﺮﻓﺖ ﺑﺄﻥ ﻫﺬﺍ
ﺍﻟﺘﺪﺧﻞ ﻛﺎﻥ ﺧﻄﺄ ﺟﺴﻴﻤﺎً ﻋﻠﻰ ﻟﺴﺎﻥ ﺍﻟﺮﺋﻴﺲ
ﺃﻭﺑﺎﻣﺎ ﻳﺠﺐ ﻋﻠﻴﻬﺎ ﺃﻥ ﺗﻘﺪﻡ ﺍﻋﺘﺬﺍﺭﺍﺗﻬﺎ ﻟﺪﻣﺎﺀ
ﺍﻷﺑﺮﻳﺎﺀ ﺍﻟﺘﻰ ﺃﺭﻳﻘﺖ ﻫﺒﺎﺀﺍ.
ﻭﺗﻘﺪﻡ ﺍﻟﺘﻌﻮﻳﺾ ﻋﻦ ﺍﻟﺪﻣﺎﺭ ﺍﻟﻬﺎﺋﻞ ﻭﺗﻌﻴﺪ
ﺛﺮﻭﺍﺕ ﺍﻟﻠﻴﺒﻴﻴﻦ ﻭﺃﺛﺎﺭﻫﻢ .
.
ﺇﻥ ﺛﻠﺚ ﺍﻟﺸﻌﺐ ﺍﻟﻠﻴﺒﻲ ﻧﺰﺡ ﻟﻠﺨﺎﺭﺝ ﻭﺗﻢ ﺗﺪﻣﻴﺮ
ﺍﻟﺒﻨﻴﺔ ﺍﻟﺘﺤﺘﻴﺔ ﻭﻧﻬﺐ ﺍﻟﻤﻮﺍﺭﺩ ﻭﺍﻟﺜﺮﻭﺓ ﺍﻟﺬﻫﺒﻴﺔ
ﻟﻠﺒﻼﺩ ﻋﻼﻭﺓ ﻋﻠﻰ ﺗﺪﻣﻴﺮ ﺍﻟﻤﺒﺎﻧﻰ ﻭﺍﻻﺁﺛﺎﺭ
ﻭﺍﻟﻮﺛﺎﺋﻖ ﺍﻟﻬﺎﻣﺔ. ﻛﻤﺎ ﺃﻥ ﺍﻟﺒﻠﺪﺍﻥ ﺍﻟﻤﺠﺎﻭﺭﺓ
ﺷﻬﺪﺕ ﺇﺿﻄﺮﺍﺑﺎﺕ ﻗﻮﻳﺔ، ﻻﺳﻴﻤﺎ ﻣﺎﻟﻰ
ﻭﺍﻟﻨﻴﺠﺮ ﻭﺍﻟﺘﺸﺎﺩ ﻭﺍﻟﺠﺰﺍﺋﺮ ﻭﺗﻮﻧﺲ ﻭﻣﺼﺮ،
ﺍﻟﺘﻰ ﺗﻌﺎﻧﻰ ﺟﻤﻴﻌﻬﺎ ﺍﻟﻴﻮﻡ ﻣﻦ ﺗﺒﻌﺎﺕ ﻫﺬﺍ
ﺍﻟﻐﺰﻭ ﺍﻟﺸﺮﺱ. ﻭﻣﻦ ﺣﻖ ﺍﻷﻓﺎﺭﻗﺔ ﺃﻥ
ﻳﻄﺎﻟﺒﻮﺍ ﻫﻢ ﺃﻳﻀﺎ ﺑﺘﺼﺤﻴﺢ ﻫﺬﻩ ﺍﻷﺧﻄﺎﺀ
ﺍﻟﻔﺎﺩﺣﺔ ﻭﻟﻴﺲ ﺑﺘﻜﺮﺍﺭ ﺍﻷﺧﻄﺎﺀ ﻭ ﺍﻷﺳﺘﻤﺮﺍﺭ
ﻓﻲ ﻟﻐﺔ ﺍﻷﺣﺘﻘﺎﺭ ﻟﻠﺸﻌﺐ ﺍﻟﻠﻴﺒﻲ ﻭﻛﻤﺎ ﻗﺎﻝ
ﺍﻟﻤﺴﻴﺢ ﻋﻠﻴﻪ ﺍﻟﺴﻼﻡ  » ﻣﻦ ﺃﻓﺴﺪ ﺷﻴﺌﺎً ﻋﻠﻴﻪ
ﺃﺻﻼﺣﻪ.

ﺱ / ﻟﻘﺪ ﺗﻠﻘﻰ ﺍﻟﻘﻀﺎﺀ ﺍﻟﻔﺮﻧﺴﻲ ﻣﺆﺧﺮﺍ
ﻣﺪﻭﻧﺔ ﻟﺮﺋﻴﺲ ﺍﻟﻮﺯﺭﺍﺀ ﺍﻟﻠﻴﺒﻲ ﺍﻟﺴﺎﺑﻖ ﺷﻜﺮﻱ
ﻏﺎﻧﻢ، ﺍﻟﺬﻯ ﻋﺜﺮ ﻋﻠﻴﻪ ﻏﺮﻳﻘﺎ ﻓﻰ ﻓﻴﻴﻨﺎ ﻓﻰ
2012، ﻛﺎﻥ ﻣﺪﻭﻧﺎ ﻋﻠﻴﻬﺎ ﺗﻔﺎﺻﻴﻞ ﺍﻟﻤﺒﺎﻟﻎ ﺍﻟﺘﻰ
ﺣﺼﻞ ﻋﻠﻴﻬﺎ ﻧﻴﻜﻮﻻ ﺳﺎﺭﻛﻮﺯﻯ ﻟﺘﻤﻮﻳﻞ ﺣﻤﻠﺘﻪ
ﻟﻌﺎﻡ .2007 ﻣﺎ ﺍﻟﺬﻯ ﺗﻌﻠﻤﻮﻧﻪ ﻋﻦ ﻫﺬﻩ
ﺍﻟﻘﻀﻴﺔ ؟
.
ﺝ / ﺇﻧﻬﺎ ﻗﻀﻴﺔ ﺧﺎﺻﺔ ﺑﻔﺮﻧﺴﺎ ﻭﻻ ﺗﺨﺺ ﺇﻻ
ﺍﻟﻔﺮﻧﺴﻴﻴﻦ. ﻭﻻ ﺩﺧﻞ ﻟﻰ ﺑﺄﻯ ﺷﻜﻞ ﻓﻴﻬﺎ
ﺳﻮﺍﺀ ﻓﻰ ﺍﻟﻤﺎﺿﻲ ﺃﻭ ﻓﻰ ﺍﻟﻮﻗﺖ ﺍﻟﺤﺎﺿﺮ.
ﻭﺍﻟﻤﻌﻠﻮﻣﺎﺕ ﺍﻟﻮﺣﻴﺪﺓ ﺍﻟﺘﻰ ﺃﻣﺘﻠﻜﻬﺎ ﻫﻰ ﺫﺍﺗﻬﺎ
ﺍﻟﺘﻰ ﺃﻓﺼﺤﺖ ﻋﻨﻬﺎ ﻭﺳﺎﺋﻞ ﺍﻹﻋﻼﻡ ﺍﻟﻔﺮﻧﺴﻴﺔ.
ﻣﺎ ﻳﺜﻴﺮ ﻗﻠﻘﻰ ﺣﻘﺎ ﻫﻰ ﻋﻮﺍﻗﺐ ﺃﻓﻌﺎﻝ ﻧﻴﻜﻮﻻ
ﺳﺎﺭﻛﻮﺯﻱ ﻓﻰ 2011، ﺣﻴﺚ ﺃﻧﻪ ﻫﻮ ﻣﻦ
ﺃﺷﻌﻞ ﺍﻹﺭﻫﺎﺏ ﻭﺃﺯﻣﺔ ﺍﻟﻤﻬﺎﺟﺮﻳﻦ ﻋﺒﺮ ﺍﻟﺒﺤﺮ
ﺍﻟﻤﺘﻮﺳﻂ ﻭﺗﺴﺒﺐ ﻓﻰ ﻧﺰﻭﺡ ﺍﻟﻌﺪﻳﺪ ﻣﻦ
ﺍﻟﻠﻴﺒﻴﻴﻦ. ﻭﻧﻨﺘﻈﺮ ﻣﻦ ﻓﺮﻧﺴﺎ ﺃﻥ ﺗﻌﺘﺮﻑ ﺑﺄﻧﻬﺎ
ﺍﺭﺗﻜﺒﺖ ﻣﺜﻞ ﻫﺬﻩ ﺍﻷﺧﻄﺎﺀ. ﻭﻣﺤﺎﻛﻤﺔ ﺍﻟﺴﻴﺪ
ﺳﺎﺭﻛﻮﺯﻱ ﻋﻠﻰ ﻫﺬﺍ ﺍﻟﻔﻌﻞ ﻭﻫﻨﺎ ﻧﺮﻳﺪ
ﺗﺤﻘﻴﻘﺎً ﺷﻔﺎﻓﺎً ﻓﻲ ﻭﻓﺎﺓ ﺍﻟﺴﻴﺪ ﺷﻜﺮﻱ ﻏﺎﻧﻢ.

ﺱ / ﻫﻞ ﻳﺒﺪﻭ ﻛﺎﻓﻴﺎً ﺑﺎﻟﻨﺴﺒﺔ ﻟﻚ ﺃﻥ ﺗﻌﺘﺬﺭ
ﻫﺬﻩ ﺍﻟﺪﻭﻝ ﺣﺘﻰ ﺗﺘﻤﻜﻦ ﻟﻴﺒﻴﺎ ﻣﻦ ﺍﻟﺨﺮﻭﺝ ﻣﻦ
ﺑﻮﺗﻘﺔ ﺍﻟﻔﻮﺿﻰ ؟
.
ﺝ / ﻋﻨﺪﻣﺎ ﺳﻴﻘﺪﻡ ﺍﻟﻐﺮﺏ ﺍﻋﺘﺬﺍﺭﺍ ﻋﻠﻰ ﺃﻓﻌﺎﻟﻪ
ﺳﺘﻜﻮﻥ ﻟﻴﺒﻴﺎ ﻋﻠﻰ ﺍﺳﺘﻌﺪﺍﺩ ﻹﻃﻼﻕ ﺣﻮﺍﺭ
ﻭﻃﻨﻰ ﻳﺠﻤﻊ ﻛﺎﻓﺔ ﺍﻷﻃﺮﺍﻑ. ﻭﺳﻴﻌﺮﻑ
ﺷﻌﺒﻨﺎ ﺑﺄﻧﻨﺎ ﺟﻤﻴﻌﺎً ﺿﺤﺎﻳﺎ ﻭﻟﺬﻟﻚ ﻧﺤﻦ
ﻧﻄﺮﺡ ﺣﻮﺍﺭﺍً ﺍﻟﺠﻤﻴﻊ ﺗﺤﺖ ﺭﺍﻳﻪ ﺑﻴﻀﺎﺀ
ﻭﺣﺮﺍﻙ ﺟﺪﻳﺪ ﻳﻀﻢ ﺍﻟﺠﻤﻴﻊ ﻓﻜﻞ ﻣﻦ ﻣﻊ
ﺣﻘﻦ ﺩﻣﺎﺀ ﺍﻟﻠﻴﺒﻴﻴﻦ ﻭﻭﺣﺪﺓ ﻟﻴﺒﻴﺎ ﻭﺑﻨﺎﺀ ﺟﺪﻳﺪ
ﻟﻴﺲ ﻓﻴﻪ ﺃﻗﺼﺎﺀ ﺃﻭ ﻏﺒﻦ ﻳﺸﻤﻠﻪ ﻫﺬﺍ ﺍﻟﺤﺮﺍﻙ
ﻭﻳﻨﺘﺼﺮ ﺍﻟﻮﻃﻦ .

ﺱ / ﺃﺻﺒﺤﻨﺎ ﻧﺸﻴﺮ ﺻﺮﺍﺣﺔ ﺇﻟﻰ ﺃﻥ ﺍﻟﻘﺬﺍﻓﻴﻮﻥ
ﻋﺎﺩﻭﺍ ﺇﻟﻰ ﺍﻟﺴﺎﺣﺔ ﺍﻟﺴﻴﺎﺳﻴﺔ ﺍﻟﻠﻴﺒﻴﺔ. ﻣﺎ ﺭﺃﻳﻜﻢ
ﺑﻬﺬﺍ ؟
.
ﺝ / ﺍﻟﻘﺬﺍﻓﻴﻮﻥ ﻳﻤﺜﻠﻮﻥ ﻗﻮﺓ ﺣﻘﻴﻘﻴﺔ ﻋﻠﻰ
ﺃﺭﺽ ﺍﻟﻮﺍﻗﻊ ﻣﻦ ﺑﻴﻨﻬﻢ ﻋﻨﺎﺻﺮ ﻗﺒﻠﻴﺔ
ﻭﻋﺴﻜﺮﻳﻴﻦ ﻭﻧﺨﺒﺔ ﻭﻛﺘﺎﺏ ﻭﺳﻴﺎﺳﻴﻴﻦ
ﻭﻣﺜﻘﻔﻴﻦ. ﻭﻟﻦ ﻳﻌﻮﺩ ﺍﻹﺳﺘﻘﺮﺍﺭ ﺇﺫﺍ ﻣﺎ ﻟﻢ
ﻳﺼﺒﺢ ﺃﻧﺼﺎﺭ ﺛﻮﺭﺓ ﺍﻟﻔﺎﺗﺢ ﺟﺰﺀﺍ ﻣﻦ ﺍﻟﻌﻤﻠﻴﺔ
ﺍﻟﺴﻴﺎﺳﻴﺔ ﺍﻟﺤﺎﻟﻴﺔ ﻭﺃﻛﻴﺪ ﻫﻢ ﺷﺮﻛﺎﺀ ﻓﻲ
ﺍﻟﻮﻃﻦ ﻭﻣﻦ ﺣﻘﻬﻢ ﺃﻥ ﻳﻜﻮﻧﻮﺍ ﻃﺮﻓﺎً ﻭﻻ
ﻧﺪﺭﻱ ﺑﻌﺪ ﻫﺬﺍ ﺍﻟﺪﻣﺎﺭ ﻣﻦ ﻳﺤﺎﻛﻢ ﻣﻦ ﺃﻭ
ﻳﻘﺼﻲ ﻣﻦ ؟؟!

ﺱ / ﻭﻣﺎ ﺍﻟﺬﻯ ﺗﻘﺘﺮﺣﻮﻧﻪ ﺑﻬﺬﺍ ﺍﻟﺼﺪﺩ ؟
.
ﺝ / ﺇﻥ ﺟﺒﻬﺔ ﺍﻟﻨﻀﺎﻝ ﺍﻟﻮﻃﻨﻲ ﺍﻟﻠﻴﺒﻲ ، ﺍﻟﺘﻰ
ﺃﺗﻮﻟﻰ ﻓﻴﻬﺎ ﻣﻨﺼﺐ ﺍﻟﻤﺴﺆﻭﻝ ﺍﻟﺴﻴﺎﺳﻲ،
ﺗﻘﺘﺮﺡ ﻧﻬﺠﺎ ﺑﻌﻴﺪﺍ ﻋﻦ ﺍﻟﻤﺎﺿﻲ. ﺣﻴﺚ ﻳﺮﺗﻜﺰ
ﺑﺮﻧﺎﻣﺠﻨﺎ ﻋﻠﻰ ﺇﻋﺎﺩﺓ ﺗﻮﻃﻴﻦ ﺍﻟﻨﺎﺯﺣﻴﻦ ﺇﻟﻰ
ﺑﻼﺩﻫﻢ، ﻭﺗﺤﺮﻳﺮ ﺍﻟﺴﺠﻨﺎﺀ، ﻭﺇﻋﺎﺩﺓ ﺍﻟﻨﺨﺒﺔ
ﺍﻟﻔﻜﺮﻳﺔ، ﻭﺗﻨﻈﻴﻢ ﺍﻧﺘﺨﺎﺑﺎﺕ ﺣﺮﺓ ﺗﺤﺖ ﺭﻋﺎﻳﺔ
ﺍﻷﻣﻢ ﺍﻟﻤﺘﺤﺪﺓ ﻭﺇﺭﺳﺎﺀ ﺣﻜﻮﻣﺔ ﺣﻴﺎﺩﻳﺔ .
.
ﻧﺮﻳﺪ ﺃﻥ ﻧﺠﺮﻯ ﻛﺬﻟﻚ ﺍﺳﺘﻔﺘﺎﺀ ﻟﺘﻘﺮﻳﺮ ﻧﻮﻉ
ﻭﻃﺒﻴﻌﺔ ﺍﻟﻨﻈﺎﻡ ﺍﻟﺠﺪﻳﺪ ﻭﻧﺸﻴﺪﻩ ﺍﻟﻮﻃﻨﻰ
ﻭﻋﻠﻤﻪ ﺍﻟﺨﺎﺹ. ﻫﺬﺍ ﻫﻮ ﺍﻟﺤﻞ ﺍﻟﻤﺴﺘﺪﺍﻡ
ﺍﻟﻮﺣﻴﺪ ﺍﻟﺬﻯ ﻳﻠﻮﺡ ﻓﻰ ﺍﻷﻓﻖ ﻭﻋﻔﻮﺍً ﻋﺎﻣﺎً
ﻭﻋﻮﺩﺓ ﺍﻟﺠﻴﺶ ﺍﻟﻮﻃﻨﻲ ﻭﺍﻟﺸﺮﻃﺔ
ﻭﺍﻟﻘﻀﺎﺀ ﻭﺟﻤﻊ ﺍﻟﺴﻼﺡ .

ﺱ / ﺍﻟﺒﻌﺾ ﻳﻄﻠﻘﻮﻥ ﻋﻠﻴﻚ ﻓﻰ ﻣﺤﻴﻄﻚ
ﻟﻘﺐ « ﺍﻟﺮﺋﻴﺲ »، ﻓﻬﻞ ﻟﺪﻳﻜﻢ ﻃﻤﻮﺣﺎﺕ
ﺳﻴﺎﺳﻴﺔ ﻓﻰ ﻟﻴﺒﻴﺎ ﺍﻟﻐﺪ ؟
.
ﺝ / ﺇﻥ ﺩﻭﻟﺘﻨﺎ ﻛﺎﻟﺴﻔﻴﻨﺔ ﺍﻟﺘﻰ ﺗﺘﺮﻧﺢ ﺑﻨﺎ ﺟﻤﻴﻌﺎ
ﻭﺗﺤﻤﻞ ﻋﻠﻰ ﻣﺘﻨﻬﺎ ﺟﻤﻴﻊ ﺍﻟﻠﻴﺒﻴﻴﻦ ﺍﻟﻤﻌﺮﻛﺔ
ﻭﺍﺟﺒﺔ ﺍﻟﻴﻮﻡ .
.
ﻳﺠﺐ ﺃﻥ ﻧﻨﻘﺬ ﺍﻟﺒﻠﺪ ﻗﺒﻞ ﺃﻥ ﻧﺘﺤﺪﺙ ﻋﻦ ﺃﻯ
ﻃﻤﻮﺣﺎﺕ ﺷﺨﺼﻴﺔ ﻣﻦ ﺃﺟﻞ ﻫﺬﻩ ﺍﻟﻤﻬﻤﺔ
ﺳﺄﺿﻊ ﻛﻞ ﺗﺠﺮﺑﺘﻰ ﺍﻟﺴﻴﺎﺳﻴﺔ ﻭﺍﻟﻌﺴﻜﺮﻳﺔ
ﻭﺧﺒﺮﺗﻰ ﻭﻣﻬﺎﺭﺗﻰ ﻓﻰ ﺍﻟﻌﻼﻗﺎﺕ ﺍﻟﺪﻭﻟﻴﺔ
ﻭﻋﻼﻗﺎﺗﻰ ﺍﻟﻘﺒﻠﻴﺔ ﺍﻟﻤﻤﺘﺎﺯﺓ ﻓﻰ ﺧﺪﻣﺔ ﺍﻟﺒﻠﺪ
ﺣﺘﻰ ﻧﻌﻴﺪ ﺑﻨﺎﺋﻪ.
.
ﻭﺳﺒﻖ ﻭﺃﻥ ﻗﺪﻣﺖ ﺍﻟﻜﺜﻴﺮ ﻟﻬﺬﺍ ﺍﻟﺒﻠﺪ ﻛﻤﺎ ﺃﻧﻨﻰ
ﺃﺧﻄﺄﺕ ﻓﻰ ﺑﻌﺾ ﺍﻷﺣﻴﺎﻥ، ﻟﻜﻦ ﻫﺬﻩ ﻫﻰ
ﺷﻴﻤﺔ ﺍﻟﻤﺴﺆﻭﻟﻴﻦ. ﺟﻤﻴﻌﻨﺎ ﻳﺨﻄﺊ ﻭﻳﺼﻴﺐ
ﻋﺸﺖ ﺣﻴﺎﺗﻲ ﺟﻨﺪﻳﺎً ﻷﻣﺔ ﻭﻻ ﺃﻃﻤﺢ ﻓﻲ ﻏﻴﺮ
ﺫﻟﻚ ﻭﻟﻨﺘﺮﻙ ﻫﺬﺍ ﺍﻟﺠﻴﻞ ﺃﻥ ﻳﻌﺒﺮ ﻋﻦ ﻧﻔﺴﻪ
ﻭﻃﻤﻮﺣﻪ ﻟﻘﺪ ﺃﺩﻳﻨﺎ ﺩﻭﺭﻧﺎ.

ﺱ/ ﺗﻘﻮﻟﻮﻥ ﺃﻥ ﻗﻮﺍﻣﻜﻢ ﺍﻟﻌﺴﻜﺮﻱ ﻳﺒﻠﻎ
70 ﺃﻟﻒ ﺭﺟﻞ ﻭﻫﺬﺍ ﺭﻗﻢ ﻻ ﻳﺼﺪﻕ، ﺃﻳﻦ
ﺗﺘﻤﺮﻛﺰ ﻛﻞ ﻫﺬﻩ ﺍﻷﻋﺪﺍﺩ ؟
.
ﺝ / ﻓﻰ ﺗﻮﻧﺲ ﻭﻣﺼﺮ ﺑﺸﻜﻞ ﺭﺋﻴﺴﻲ ﻭﻓﻲ
ﺍﻟﺪﺍﺧﻞ ﻭﻋﻨﺪﻣﺎ ﺗﻌﺮﻑ ﺃﻥ ﺍﻟﻘﻮﺍﺕ
ﺍﻟﻤﺴﻠﺤﺔ.2011 ﻳﻨﻈﻮﻱ ﺗﺤﺖ ﻟﻮﺍﺀﻫﺎ ﺃﻛﺜﺮ
ﻣﻦ 150 ﺍﻟﻒ ﻣﻘﺎﺗﻞ ﻓﻬﺬﺍ ﺍﻟﺮﻗﻢ ﻣﺘﻮﺍﺿﻊ ﺟﺪﺍً

ﺱ/ ﻟﻤﺎﺫﺍ ﻻ ﺗﻨﺸﺮﻭﻥ ﻫﺬﺍ ﺍﻟﻌﺪﺩ ﺍﻟﻀﺨﻢ ؟
.
ﺝ / ﻓﺮﺿﺎً ﺃﻧﻨﺎ ﺑﺬﻟﻨﺎ ﻣﺜﻞ ﻫﺬﻩ ﺍﻟﺘﻀﺤﻴﺔ ، ﻣﺎ
ﺍﻟﺬﻯ ﻳﻀﻤﻦ ﻟﻨﺎ ﺃﻥ ﻳﺘﻢ ﺇﺩﺭﺍﺟﻨﺎ ﻓﻰ ﺍﻟﺤﻮﺍﺭ
ﺍﻟﻮﻃﻨﻰ ؟ ﺇﻥ ﺟﻨﻮﺩﻧﺎ ﻟﻴﺴﻮﺍ ﻟﻠﺘﺄﺟﻴﺮ، ﻧﺤﻦ
ﺛﻮﺍﺭ ﻓﻰ ﺍﻟﻤﻘﺎﻡ ﺍﻷﻭﻝ ﻭﻻﺑﺪ ﺃﻥ ﻧﻌﺮﻑ ﻣﺎﺫﺍ
ﺑﻌﺪ ﻭﺃﻥ ﻻ ﻧﻨﺴﺎﻕ ﻟﺴﻔﻚ ﺍﻟﺪﻣﺎﺀ ﺩﻭﻥ
ﻣﻌﻨﻰ ﺃﻭ ﻟﺨﺪﻣﺔ ﺃﺳﺘﺮﺍﺗﻴﺠﻴﺎﺕ ﺩﻭﻝ ﻻﺗﺮﻳﺪ
ﺍﻟﺨﻴﺮ ﻟﻠﻮﻃﻦ .

ﺱ / ﻫﻞ ﺗﺮﻭﻥ ﺿﺮﻭﺭﻳﺎ ﺃﻥ ﻳﺤﺪﺙ ﺗﺪﺧﻞ
ﺩﻭﻟﻰ ﻓﻰ ﻟﻴﺒﻴﺎ ؟
.
ﺝ / ﺇﻃﻼﻗﺎ ! ﻻ ﻧﺤﺘﺎﺝ ﻟﺘﺪﺧﻞ ﺃﺟﻨﺒﻲ ﻷﻧﻬﺎ
ﺳﺘﻜﻮﻥ ﺧﻄﻮﺓ ﺍﺳﺘﻔﺰﺍﺯﻳﺔ ﻟﻠﺸﻌﺐ ﺍﻟﻠﻴﺒﻲ
ﻫﺬﺍ ﺍﻟﺸﻌﺐ ﺍﻟﺬﻯ ﻟﻢ ﻳﻌﺮﻑ ﺩﺍﻋﺶ ﻭﻻ
ﺍﻟﻘﺎﻋﺪﺓ ﻭﺍﻟﺘﻄﺮﻑ ﺇﻻ ﺑﻌﺪ ﺗﺪﺧﻞ ﺣﻠﻒ ﺍﻟﻨﺎﺗﻮ
ﻭﻧﺤﻦ ﻓﻲ ﺍﻟﻨﻬﺎﻳﺔ ﺷﻌﺐ ﻭﺍﺣﺪ ﻭﺃﺧﻮﺓ
ﻭﻟﺪﻳﻨﺎ ﻣﻦ ﺍﻟﺘﺮﺍﺙ ﻭﺍﻷﻋﺮﺍﻑ ﻭﺍﻟﺘﻘﺎﻟﻴﺪ ﻣﺎﻳﺤﻞ
ﻣﺸﻜﻠﺔ ﺍﻟﻌﺎﻟﻢ ﻓﻘﻂ ﺃﺭﻓﻌﻮﺍ ﺃﻳﺪﻳﻜﻢ ﻋﻨﺎ .

ﺱ / ﺗﺘﻮﺧﻮﻥ ﺍﻟﺤﺬﺭ ﻓﻰ ﺗﻌﺎﻣﻠﻜﻢ ﻣﻊ
ﺍﻟﻄﺮﻓﻴﻦ ﺍﻟﺴﺎﺋﺪﻳﻦ ﻓﻰ ﻟﻴﺒﻴﺎ ﺍﻵﻥ. ﻫﻞ ﺗﺮﻭﻥ
ﺃﻥ ﺧﻠﻴﻔﺔ ﺣﻔﺘﺮ ﺍﻟﺬﻯ ﻳﺤﻈﻰ ﺑﺪﻋﻢ ﺍﻟﻌﺪﻳﺪ
ﻣﻦ ﺍﻟﻀﺒﺎﻁ ﺍﻟﺴﺎﺑﻘﻴﻦ ﺑﺎﻟﺠﻴﺶ ﺍﻟﻠﻴﺒﻲ، ﻫﻮ
ﺭﺟﻞ ﺍﻟﻤﺮﺣﻠﺔ ﺍﻵﻥ ؟
.
ﺝ /ﻧﺤﻦ ﻧﻌﺘﺮﻑ ﺑﺎﻟﺒﺮﻟﻤﺎﻥ ﺍﻟﺬﻯ ﺗﺄﺳﺲ ﻓﻲ
ﻃﺒﺮﻕ ﻓﻰ ﺷﺮﻕ ﺍﻟﺒﻼﺩ ﻭﻫﻮ ﻣﻦ ﺃﺧﺘﺎﺭ ﺍﻟﻠﻮﺍﺀ
#ﺧﻠﻴﻔﺔ_ﺣﻔﺘﺮ ﻛﻤﺎ ﺃﻥ ﺍﻟﻠﻮﺍﺀ ﺣﻔﺘﺮ ﺳﻌﻰ ﻓﻰ
ﺍﻟﻮﻗﺖ ﺫﺍﺗﻪ ﺇﻟﻰ ﺟﻤﻊ ﺍﻟﻘﻮﺍﺕ ﺍﻟﻤﺴﻠﺤﺔ
ﻭﻫﻰ ﺧﻄﻮﺓ ﺇﻳﺠﺎﺑﻴﺔ.
.
ﻟﻜﻦ ﻳﺠﺐ ﺃﻥ ﻧﺼﺐ ﺇﻫﺘﻤﺎﻣﻨﺎ ﻋﻠﻰ ﺗﺄﺳﻴﺲ
ﺣﻜﻮﻣﺔ ﺣﻴﺎﺩﻳﺔ ﻏﻴﺮ ﻣﻨﺤﺎﺯﺓ ﺗﺤﻈﻰ ﺑﻤﻮﺍﻓﻘﺔ
ﻛﻞ ﺃﻃﺮﺍﻑ ﺍﻟﺸﻌﺐ ﺍﻟﻠﻴﺒﻲ ﻭﻟﻴﺴﺖ ﺗﻮﺍﻓﻘﻴﺔ
ﻭﺑﻤﻮﺍﻓﻘﺔ ﺍﻟﺒﺮﻟﻤﺎﻥ ﺍﻟﺤﺎﻟﻰ.

ﺱ/ ﺇﺫﺍ ﻛﻨﺘﻢ ﺭﺍﺿﻴﻦ ﻋﻦ ﺍﻟﻘﺮﺍﺭﺕ ﺍﻟﺘﻰ
ﺃﺗﺨﺬﻫﺎ ﺣﻔﺘﺮ، ﻓﻠﻤﺎﺫﺍ ﻻ ﺗﻘﺪﻣﻮﻥ ﻟﻪ ﺩﻋﻤﺎ
ﺭﺳﻤﻴﺎ ؟
.
ﺝ / ﻫﺬﺍ ﺳﺆﺍﻝ ﻣﺨﺎﺑﺮﺍﺗﻰ ﺍﻣﺘﻨﻊ ﻋﻦ ﺍﻟﺘﻌﻠﻴﻖ.

ﺱ / ﻣﺎﺫﺍ ﻋﻦ ﺳﻴﻒ ﺍﻹﺳﻼﻡ ﺍﻟﺬﻯ ﻳﺤﻈﻰ
ﺑﺤﺮﻳﺘﻪ ﻓﻰ ﺯﻧﺘﺎﻥ ؟ ﻭﻣﻦ ﻳﻤﻜﻦ ﺃﻥ
ﻳﺴﺎﻧﺪﻩ ؟
.
ﺝ / ﺃﺭﻯ ﺃﻧﻪ ﻳﻤﻜﻦ ﺃﻥ ﻳﺴﺎﻫﻢ ﻓﻰ ﺍﻟﻌﻤﻠﻴﺔ
ﺍﻟﺠﺎﺭﻳﺔ ﻭﻋﻮﺩﺓ ﺍﻟﺴﻠﻢ ﺍﻟﻰ ﻟﻴﺒﻴﺎ ﻭﺫﻟﻚ ﻭﺍﺟﺐ
ﻭﺣﻖ .

ﺱ / ﻫﻞ ﺗﺘﻤﻨﻮﻥ ﺇﻋﺎﺩﺓ ﺇﺭﺳﺎﺀ ﺍﻟﻨﻈﺎﻡ
ﺍﻟﻘﺪﻳﻢ؟
.
ﺝ / ﺑﺎﻟﻄﺒﻊ ﻻ ﺣﺘﻰ ﻭﺇﻥ ﺑﺪﺃ ﺧﺼﻮﻣﻨﺎ ﺑﺎﻷﻣﺲ
ﻳﺄﺳﻔﻮﻥ ﻋﻠﻰ ﺳﻘﻮﻃﻪ ﻭﻳﻌﻀﻮﻥ ﺃﺻﺎﺑﻊ
ﺍﻟﻨﺪﻡ ﻧﺤﻦ ﻧﺴﻌﻰ ﻟﺘﺄﺳﻴﺲ ﻧﻈﺎﻣﺎ ﺟﺪﻳﺪﺍ
ﻳﻌﻮﺩ ﺑﺎﻟﻨﻔﻊ ﻋﻠﻰ ﺟﻤﻴﻊ ﺍﻟﻠﻴﺒﻴﻴﻦ ﻓﻤﻌﻤﺮ
ﻗﺬﺍﻓﻲ ﻛﺎﻥ ﻗﺎﺋﺪﺍ ﺍﺳﺘﺜﻨﺎﺋﻴﺎ ﻭﻟﻴﺒﻴﺎ ﺍﻟﻴﻮﻡ ﻟﻴﺴﺖ
ﻟﻴﺒﻴﺎ ﺑﺎﻷﻣﺲ ﻭﺍﻷﻣﺮ ﻳﻌﻮﺩ ﻓﻲ ﺍﻟﻨﻬﺎﻳﺔ ﻟﻠﻴﺒﻴﻴﻦ.
#التاريخ_لن_يرحم_الخونة_والعملاء_مهما_فعلوا
#الادمن_رمز_القائد

L’image contient peut-être : 1 personne

*

Libye – France : un cousin de Kadhafi accuse Sarkozy d’avoir perçu des fonds du « Guide » en 2007

17 septembre 2014 à 14h41

Par Jeune Afrique
    

Dans un entretien publié mercredi par « L’Express », l’ancien diplomate Ahmed Kadhaf al-Dam, un cousin de l’ancien « Guide » libyen Mouammar Kadhafi, affirme que Nicolas Sarkozy a bel et bien bénéficié de fonds libyens pour financer sa campagne présidentielle de 2007. Pour les proches de l’ancien président français, ce nouveau témoignage à charge n’a aucune crédibilité.

Une semaine après l’annonce de son prochain retour à la vie politique, Nicolas Sarkozy est une nouvelle fois accusé d’avoir bénéficié du soutien financier de l’ancien raïs libyen, Mouammar Kadhafi, lors de sa campagne présidentielle de 2007.

Cette fois, c’est le témoignage d’Ahmed Kadhaf al-Dam qui vient conforter les soupçons pesant sur Nicolas Sarkozy. Dans cette interview, publiée mercredi 17 septembre par l’hebdomadaire L’Express, cet ancien haut dignitaire libyen revient, entre autres, sur une conversation qu’il aurait eue avec son cousin, Mouammar Kadhafi.

>> Lire aussi Nicolas Sarkozy : enregistrements secrets, écoutes… Le fantôme de Kadhafi pourrait-il réapparaître ?

« Nous devons aider Sarkozy à devenir président »

« En octobre 2005, à Tripoli. Nicolas Sarkozy, ministre de l’Intérieur, avait débarqué en visite officielle pour nous vendre des armes et du matériel de surveillance. Il avait retrouvé Kadhafi sous la tente pour discuter en tête à tête. Quand il est reparti à l’aéroport, j’ai rejoint Muammar. Nous sommes sortis nous promener dans le jardin et il m’a parlé de Nicolas Sarkozy », explique Ahmed Kadhaf al-Dam.

« Moummar m’expliquait que nous ne pourrions jamais construire une puissance africaine autonome si nous n’instaurions pas d’excellentes relations avec la France. Il me disait ceci : Nous devons aider Sarkozy à devenir président. Il nous faut un ami à l’Élysée’ », rapporte-t-il. « Mouammar parlait d’un soutien financier. Il parlait en même temps d’un soutien politique et d’un soutien médiatique. Il était prêt à engager tous les moyens pour que Sarkozy soit élu. » S’il avoue ne pas savoir les montants qui auraient été versés à l’ex-président français, Ahmed Kadhaf al-Dam assure que d’autres sources libyennes confidentielles lui ont confirmé ces « financements secrets ».

Aucune preuve

« Kadhafi avait mis en place un comité spécial, composé de trois personnes chargées de faciliter le processus. Il y avait le Premier ministre, Baghdadi al-Mahmoudi ; le chef du renseignement extérieur, Moussa Koussa ; et enfin notre ministre des Affaires étrangères de l’époque, Abderrahmane Chalgham », ajoutet-t-il. Des accusations qui ne sont accompagnées d’aucune preuve, mais qui concordent avec d’autres témoignages d’anciens hauts responsables du régime de Kadhafi. En 2011, par exemple, Baghdadi Ali al-Mahmoudi, l’ancien Premier ministre libyen, avait lui-même indiqué qu’ »un financement [avait] bien été reçu par M. Sarkozy ».

Pour le clan Sarkozy qui n’accorde aucune crédibilité aux propos d’Ahmed Kadhaf al-Dam, « il s’agit, une fois de plus, d’un témoignage fantaisiste », rapporte L’Express. Ces nouvelles allégations vont-elles ternir le retour de l’ex-président, annoncé comme imminent par ses proches ?

>> Lire aussi : Exclusif : Financement présumé de Sarkozy par Kadhafi : demande d’entraide financière de la France au Mali.

*

Sarkozy et la Libye: « Des dizaines de millions d’euros en plusieurs versements »

Propos recueillis par Michel Despratx et Geoffrey Le Guilcher, publié le 17/09/2014 à 09:50 , mis à jour à 12:47

http://www.lexpress.fr/

Selon Ahmed Kadhaf al-Dam, c’est un « comité spécial », sous l’autorité directe de son cousin Muammar Kadhafi, qui aurait été chargé d’aider le candidat Sarkozy.

Des juges enquêtent en France pour savoir si Kadhafi a financé Nicolas Sarkozy pour sa campagne électorale de 2007. L’a-t-il fait?

Ahmed Khadaf al-Dam: Il l’a fait. Mais, sachez-le, la corruption d’un futur président ou d’un parti politique étranger n’a rien d’exceptionnel. Beaucoup de pays y ont recours; pas seulement la Libye. C’est une façon de contrôler l’avenir.

Je l’ai appris de la bouche du colonel lui-même.

Nicolas Sarkozy, lui, conteste ces accusations. Comment avez-vous été informé de ce supposé financement politique?

« Aucune crédibilité », selon l’entourage de SarkozyInterrogé dès juillet dernier sur ces accusations, l’entourage de Nicolas Sarkozy livrait par SMS la réponse suivante : « Il s’agit, une fois de plus, d’un témoignage fantaisiste, sans aucune crédibilité. » Le « une fois de plus » fait référence aux précédents témoignages recueillis dans cette affaire. L’ancien président a toujours contesté avoir bénéficié de fonds libyens.

Quand?

En octobre 2005, à Tripoli. Nicolas Sarkozy, ministre de l’Intérieur, avait débarqué en visite officielle pour nous vendre des armes et du matériel de surveillance. Il avait retrouvé Kadhafi sous la tente pour discuter en tête à tête. Quand il est reparti à l’aéroport, j’ai rejoint Muammar. Nous sommes sortis nous promener dans le jardin et il m’a parlé de Nicolas Sarkozy.

Que vous a dit le colonel Kadhafi sur Nicolas Sarkozy?

Il m’a expliqué que Sarkozy lui avait déclaré son intention de se présenter à l’élection présidentielle.

C’est curieux, parce que Nicolas Sarkozy a annoncé sa candidature un an plus tard, en novembre 2006…

Comme je vous le dis, Muammar me l’a révélée en 2005. Il était enchanté du dialogue avec votre futur président. Il admirait son enthousiasme, son ambition. La Libye, à l’époque, se battait depuis longtemps pour construire une nouvelle entité politique : les « Etats-Unis d’Afrique ». Muammar m’expliquait que nous ne pourrions jamais construire une puissance africaine autonome si nous n’instaurions pas d’excellentes relations avec la France. Il me disait ceci : « Nous devons aider Sarkozy à devenir président. Il nous faut un ami à l’Elysée. »

Kadhafi aurait chargé, entre autres, son ministre des Affaires étrangères, Abderrahmane Chalgham, de "faciliter" le versement de "dizaines de millions" d'euros à Nicolas Sarkozy.

Kadhafi aurait chargé, entre autres, son ministre des Affaires étrangères, Abderrahmane Chalgham, de « faciliter » le versement de « dizaines de millions » d’euros à Nicolas Sarkozy.

AFP PHOTO / Abdelhak Senna

Comment comptait-il l’aider?

De toutes les manières possibles, afin qu’il puisse gagner cette élection.

A-t-il parlé d’argent?

Oui. Muammar parlait d’un soutien financier. Il parlait en même temps d’un soutien politique et d’un soutien médiatique. Il était prêt à engager tous les moyens pour que Sarkozy soit élu.

Un « soutien financier » de combien?

Muammar ne m’a rien dit sur les montants au cours de cette conversation.

Avez-vous connu ces montants par la suite?

Pas dans la précision. Mais il s’agit de dizaines de millions d’euros, distribués en plusieurs versements à partir de 2005-2006.

Avez-vous eu confirmation par d’autres sources?

Après ma discussion avec Muammar, plusieurs sources m’ont confirmé ces financements secrets.

Combien de sources?

Vous pouvez les compter sur les doigts d’une main. Il s’agit de hauts responsables de l’appareil d’Etat et de dirigeants des services secrets libyens. Je ne citerai pas leurs noms.

Kadhafi aurait également demandé à son chef du renseignement extérieur, Moussa Koussa, et à son Premier ministre, Baghdadi al-Mahmoudi (photo), de "faciliter" le versement de "dizaines de millions" d'euros à Nicolas Sarkozy.

Kadhafi aurait également demandé à son chef du renseignement extérieur, Moussa Koussa, et à son Premier ministre, Baghdadi al-Mahmoudi (photo), de « faciliter » le versement de « dizaines de millions » d’euros à Nicolas Sarkozy.

AFP PHOTO / FETHI BELAID

Pourquoi?

Parce que ces hommes sont aujourd’hui exilés à l’étranger et ils ne veulent pas subir le même sort que notre ancien et dernier Premier ministre, Baghdadi al-Mahmoudi. En 2011, ce dernier se trouvait réfugié en Tunisie et il avait commencé à parler de l’argent donné par Kadhafi à Nicolas Sarkozy. Le nouveau régime de Tripoli, ami de la France de Sarkozy, avait aussitôt réagi. Il avait manoeuvré et payé des millions pour que la Tunisie extrade cet encombrant témoin. Baghdadi al-Mahmoudi a fini prisonnier en Libye et réduit au silence.

Savez-vous qui s’occupait des transactions que vous évoquez?

Kadhafi avait mis en place un comité spécial, composé de trois personnes chargées de faciliter le processus. Il y avait le Premier ministre dont je viens de vous parler, Baghdadi al-Mahmoudi; le chef du renseignement extérieur, Moussa Koussa; et enfin notre ministre des Affaires étrangères de l’époque, Abderrahmane Chalgham [NDLR: en février 2011, ambassadeur de la Libye à l’ONU, il dénonce la répression du régime et le Conseil national de transition le maintient dans ses fonctions] (1).

Pourquoi ces trois hommes?

Ils étaient concernés par les affaires étrangères et par l’entente francolibyenne. Kadhafi accordait de l’importance à ce projet de financer l’élection de Nicolas Sarkozy. Il fallait le confier à des personnalités de premier plan.

Bashir Saleh, ancien directeur du cabinet de Kadhafi et gestionnaire du fonds libyen d’investissement pour l’Afrique, le LAP, a été présenté comme l’un des principaux acteurs de ce financement supposé. Selon vous, quel rôle a-t-il pu jouer?

Tout ce que je sais de Bashir Saleh dans cette histoire, c’est qu’il était très informé. En tant que directeur du cabinet de Muammar, il connaissait les sommes exactes qui ont été versées aux Français. Il était au courant de toutes les démarches du comité spécial. Les notes que rédigeait ce comité pour informer Muammar passaient par lui. Cependant, jamais il n’a été décideur au sein de ce comité, dont les véritables têtes étaient Moussa Koussa et notre Premier ministre, Baghdadi al-Mahmoudi.

Muammar Kadhafi (ici avec Hosni Moubarak) avait en Ahmed Kadhaf al-Dam (au centre) une "confiance absolue pour toutes les affaires".

Muammar Kadhafi (ici avec Hosni Moubarak) avait en Ahmed Kadhaf al-Dam (au centre) une « confiance absolue pour toutes les affaires ».

© Coll. part.

Savez-vous comment travaillait ce « comité spécial » chargé d’après vous du financement de la campagne électorale française de 2007?

Al-Mahmoudi, Koussa et Chalgham s’occupaient d’examiner les demandes de Sarkozy et de son équipe. Ils rencontraient les émissaires français puis transmettaient chaque demande au colonel. Ce dernier disait oui ou non. L’ordre final de délivrer l’argent devait toujours sortir du bureau du colonel. Après le feu vert, le comité spécial gérait les procédures de versement.

Comment s’effectuaient les versements dont vous parlez?

Plusieurs fois, des Libyens appointés par le comité spécial se sont rendus au guichet d’une banque européenne où nous avions des fonds. Ils y retiraient plusieurs millions d’euros en liquide. Ces retraits s’effectuaient sans encombre : personne ne demandait des comptes à des diplomates ou à des personnalités du régime qui retiraient de l’argent. Une fois, notre Premier ministre, Baghdadi al-Mahmoudi, a lui-même emmené une délégation dans une capi – tale européenne, et ce sont ses émissaires qui ont retiré le cash. Ils ont rempli une valise, ils ont retrouvé dans un hôtel des émissaires de M. Sarkozy, et ces derniers sont repartis en traînant la valise.

Existe-t-il des preuves de ces transactions?

Plusieurs remises de cash ont fait l’objet d’enregistrements audio, ou vidéo, dans lesquels on entend les propos échangés. Imaginez les archives de l’Etat libyen : quarante-trois ans de relations avec le monde, d’enregistrements audio et vidéo de conversations secrètes entre Kadhafi et plusieurs dirigeants de la planète. En 2011, les avions français les ont bombardées. Quantité de preuves ont été détruites. Certaines ont été volées et sorties du pays par des insurgés protégés par l’Otan et par les troupes de Sarkozy. Mais d’autres ont pu être sauvées par des fidèles et cachées en lieu sûr.

Connaissez-vous le document libyen publié par Mediapart, qui affirme que Kadhafi a financé la campagne de Sarkozy pour 50 millions d’euros?

Oui. Je l’ai vu.

Ahmed Kadhaf al-Dam, avec le roi du Maroc, Mohammed VI.

Ahmed Kadhaf al-Dam, avec le roi du Maroc, Mohammed VI.

© Coll. part.

Que pouvez-vous en dire?

Ce document est un faux. Dès que j’en ai eu connaissance, j’ai demandé à de hauts responsables des services de renseignement et des Affaires étrangères qui nous sont restés fidèles de l’examiner et de m’informer sur son authenticité. Après recherches et examen, on m’a informé que ce document est un faux. La procédure qu’il décrit n’est pas celle qu’ils ont l’habitude d’utiliser. (2)

Quelles sont ces sources qui vous ont informé?

Je ne peux pas dire leurs noms. Certains travaillent toujours dans l’administration libyenne, ils sont soumis au devoir de réserve.

Selon vous, quel était le « deal » entre Nicolas Sarkozy et Muammar Kadhafi?

Sarkozy avait promis à Muammar que, s’il devenait président, il l’aiderait à réaliser son rêve panafricain. Muammar préparait les « Etats-Unis d’Afrique », union économique, monétaire et politique que viendrait soutenir un « plan Marshall » pour l’Afrique : 100 milliards de dollars de commandes à l’Europe pour équiper et développer le continent, avec la part du lion pour les entreprises françaises. Assuré du soutien de Sarkozy, Kadhafi a accéléré son programme. Il s’est lancé dans un voyage de 30 000 kilomètres en voiture pour rencontrer les dirigeants du continent et les emmener dans son projet panafricain.

En mai 2007, Sarkozy devient président, l’idylle franco-libyenne s’épanouit avec la libération des infirmières bulgares, la signature, à Tripoli, de contrats commerciaux et, enfin, notre grande visite de décembre à Paris, où nous plantons la tente bédouine dans les jardins de l’hôtel de Marigny. Mais là, sans qu’on le voie venir, Sarkozy nous enfonce un couteau dans le dos.

C’est-à-dire?

Souvenez-vous. Le jour où nous débarquons à Paris, Rama Yade déclare aux journaux que la France n’est pas « un paillasson sur lequel Kadhafi peut venir s’essuyer les pieds du sang de ses forfaits ». Quand Muammar s’est fait rapporter la tirade, j’étais avec lui, sous la tente. Il était vert de rage. « Sarkozy est un traître ! Je viens en ami, il me trahit ! Les Français, décidément, ne changeront pas ! » La presse française a commenté que Rama Yade avait agi d’elle-même. Mais je vous pose la question : la petite Rama Yade avait-elle le pouvoir de menacer ainsi 12 milliards d’euros de contrats pour les entreprises françaises ? En politique, c’est impossible.

Ahmed Kadhaf al-Dam avec président du Conseil italien, Silvio Berlusconi.

Ahmed Kadhaf al-Dam avec président du Conseil italien, Silvio Berlusconi.

© Coll. part.

Cinq mois plus tôt, en juillet, Rama Yade accompagnait Sarkozy dans son voyage à Tripoli pour signer des contrats franco-libyens. Tout le monde se souvient d’elle, qui plaisantait et riait avec Kadhafi. D’elle, aussi, qui n’a pas prononcé un seul mot sur les droits de l’homme en Libye, alors même qu’elle était secrétaire d’Etat aux Droits de l’homme! Donc, Muammar a compris que Sarkozy le trahissait, puis il a dit ceci : « On termine cette visite officielle, comme prévu, puis on rentre en Libye. Mais la France, c’est fini. »

D’autres dignitaires du régime kadhafiste, à savoir l’ex-Premier ministre Baghdadi al-Mahmoudi, l’ancien interprète personnel de KadhafiMoftah Missouri, notamment, ont déjà fait état d’un financement par la Libye de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007. Pourquoi sortez-vous du bois seulement maintenant?

Tout simplement parce que vous me le demandez. Pour moi, cette question n’est pas essentielle pour la population libyenne et l’avenir de mon pays.

Seriez-vous prêt à en témoigner devant la justice française?

Non. Ce n’est pas mon affaire. Si des hommes doivent témoigner, ce sont ceux qui ont donné l’argent. Je pense qu’ils le feront dans un proche avenir.

Aujourd’hui, la Libye vous recherche. Elle vous accuse d’avoir détourné de l’argent.

Je réfute cette accusation. Mon avocat français a lu le dossier d’accusation. Il est vide ! Je n’ai pas de sang sur les mains. Je suis le premier à avoir démissionné, je n’ai pas pris part à la répression. Mais le gouvernement libyen est prêt à tout pour me récupérer. Il a proposé aux Egyptiens de m’acheter 2 milliards de dollars. Le Livre Guinness des records a écrit qu’il s’agissait de la plus grosse rançon jamais proposée dans l’Histoire! Si le gouvernement de Tripoli veut m’emprisonner, c’est parce qu’il craint que je ne prenne part à la future lutte politique en Libye.

Alain Juppé a lui aussi rencontré Ahmed Kadhaf al-Dam par le passé.

Alain Juppé a lui aussi rencontré Ahmed Kadhaf al-Dam par le passé.

© Coll. part.

Comment vous, ancien kadhafiste, pourriez-vous jouer demain le moindre rôle en Libye?

En proposant un scénario de réconciliation. Regardez ce qui se passe : la Libye est en guerre. C’est non pas une guerre entre milices et forces gouvernementales, mais entre émirs fondamentalistes, qui veulent mettre la main sur Tripoli et Benghazi. Les islamistes ont perdu les dernières élections au Parlement, alors ils ont pris les armes pour continuer à arracher des morceaux du gâteau.

A Benghazi, où les islamistes d’Ansar al-Charia font la loi, des chancelleries occidentales, y compris le consulat français, sont frappées par des attentats. 3000 personnes ont été tuées. Plus de 16000 prisonniers politiques sont en détention sans jugement et, pour la moitié d’entre eux, leurs familles ignorent s’ils sont vivants ou morts. Le même scénario est en train de se répéter à Tripoli, qui se vide lentement de ses habitants.

Cette guerre va s’éterniser si on ne constitue pas, en Libye, un gouvernement national et une armée capable de désarmer les milices. Il existe un moyen, aujourd’hui, de rassembler les Libyens. Il faut passer par une entité qui survivra, chez nous, à toutes les aventures politiques : les tribus. Il y en a une centaine. Leurs chefs sont écoutés et ils ont derrière eux la majorité de la population du pays. Je les reçois ici, au Caire, et nous avons créé, le 25 mai dernier, un Conseil suprême des tribus, dont voici le programme : désarmer les milices; les remplacer par une police et une armée; faire rentrer au pays les 2,5 millions de Libyens réfugiés à l’étranger; instaurer un dialogue national pour fixer une nouvelle Constitution. Pour ce dialogue, nous n’excluons personne, même ceux qui ont fait appel à des forces étrangères pour détruire la Libye.

Discutez-vous, en ce moment, avec la France?

Il le faudrait. Mais la France continue de mener une politique agressive à l’égard de la Libye. Elle essaie d’imposer ses hommes à Tripoli ; elle reçoit au Quai d’Orsay des anciens combattants d’Afghanistan qui ont été prisonniers à Guantanamo et qui ambitionnent aujourd’hui de gouverner le pays.

Au lieu d’aider à installer une démocratie, elle envoie à Misrata ou à Benghazi des délégations d’hommes d’affaires qui viennent disputer des miettes de contrats aux Britanniques et aux Américains, comme si le seul problème de la France en Libye était de signer des contrats commerciaux. Cela ne mènera nulle part.

Qu’attendez-vous de la France?

Qu’elle soutienne notre plan de dialogue et de réconciliation. S’il échoue, même vos villes souffriront de l’installation en Libye d’un foyer permanent de combattants islamistes. La menace est sérieuse : à l’instant où je vous parle, des émirs font entrer en Libye des djihadistes aguerris en Syrie et en Afghanistan. Je sais, de mes agents sur le terrain, que des blindés et des munitions sont depuis peu débarqués d’avions ukrainiens sur la base militaire d’Al-Khoulab, dans le sud du pays. C’est le ministère de la Défense libyen, dirigé par Khaled al-Sharif, ex-membre d’Al-Qaeda en Afghanistan dans les années 2000, qui organise ces livraisons secrètes. Ces armes vont directement aux milices isla – mistes de Benghazi et de l’Est libyen.

Le président algérien, Abdelaziz Bouteflika avec Ahmed Kadhaf al-Dam.

Le président algérien, Abdelaziz Bouteflika avec Ahmed Kadhaf al-Dam.

© Coll. part.

La France, dites-vous, a détruit votre Etat. Vous lui demandez de jouer un rôle dans la Libye de demain. Est-ce bien cohérent?

La France n’est pas une seule personne, c’est une nation. Celui qui a détruit la Libye, c’est Sarkozy. Il n’a rien écouté quand, avec Muammar, nous lui avons expliqué que les islamistes n’étaient pas les héros démocrates d’un printemps arabe : il les a financés, il les a équipés militairement, puis a lancé sur la Libye une offensive qui a tué des dizaines de milliers de soldats et 4000civils, a provoqué l’exil de millions de Libyens, a transformé la région en foyer djihadiste. Le peuple libyen ne lui pardonne pas ce désastre et ces morts. M.Sarkozy a une double responsabilité : morale et pénale. Al’heure où je vous parle, un groupe d’avocats internationaux réunit les éléments qui permettront d’instruire une plainte contre lui.

Auprès de quel tribunal?

Devant la Cour pénale internationale, à La Haye, qui juge les individus ayant commis des crimes de guerre, des crimes contre l’humanité ou des crimes d’agression.

Qui est à l’origine de cette plainte?

Notre Conseil suprême des tribus, et des familles libyennes qui ont perdu des parents et des enfants dans les bombardements. Nous sommes en train de réunir des milliers de signatures en faveur de cette plainte. Je dois vous annoncer aussi que, contre Nicolas Sarkozy, les membres encore vivants de la famille Kadhafi vont porter plainte au pénal pour assassinat.

Quand sera déposée cette plainte?

Bientôt. Les avocats sont en train de préparer le dossier d’accusation.

(1) Les auteurs de cet entretien ont vainement cherché à faire réagir Abderrahmane Chalgham, désormais installé à l’étranger. Moussa Koussa, qui vit lui aussi hors de Libye, n’a pu être joint. En 2012, lors de la publication d’un document par Mediapart, il avait déclaré, au sujet du supposé soutien financier libyen à Nicolas Sarkzy : « Il est clair que tout ce qui se dit est sans fondement. La question ne mérite pas que l’on s’y arrête. » Le troisième homme, Baghdadi al-Mahmoudi, parle, lui, d’un financement.

(2) Interrogé au sujet de ces déclarations de Ahmed Khadaf al-Dam, Mediapart répond : « Après deux années d’enquête, la justice n’a pas trouvé un seul élément concret qui est venu contredire l’authenticité du document, laquelle a par ailleurs été confirmée par le diplomate et ancien traducteur de Kadhafi, Moftah Missouri. »

*

14691997_977886695654739_3102958361206124775_o-ii

*

Nibiru_Final_Update.

*

*

Cliquez sur:

Nibiru

pour accéder à tous les Liens

*

*

 

Publicités

Une réflexion sur “Ahmed Kadhaf Al-Dam: l’Assassinat de Kadhafi Crime de Guerre. _ 19_10_2016.

  1. les européens les états unis sont dans un monde confortable… plus pour longtemps malheureusement, ils devront payer de leurs manque consternant d’empathie. A quand un rassemblement non pas Place de la Fontaine ou pour Charlie mais dans toutes les capitales dans le monde au moyen d’internet, que les peuples se s’indignent une bonne fois pour toute contre les marchands d’armes et les trahisons de chefs d’etats tel que celle de Sarkozy.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s