Hillary soutenus ‘Rebelles’ Forcer des Prisonniers à se livrer au Cannibalisme – HILLARY’S LIBYAN JIHADI ATROCITIES – _ 09_10_2016.

08-10-2016

 

Nibiru   

CLINTON CRIMES LIBYE

Hillary soutenus ‘Rebelles’ Forcer des Prisonniers à se livrer au Cannibalisme – HILLARY’S LIBYAN JIHADI ATROCITIES – _ 09_10_2016.

 

Hillary a repoussé la proposition de Kadhafi à abdiquer

En 2011, l’administration Obama a rejeté une offre de Mouammar Kadhafi à engager des négociations à abdiquer,

Au lieu de cela les États-Unis ont décidé de fournir des armes aux «rebelles» constitués de milices libyennes locales Al-Qaida Daesh à éliminer les Libyens et détruire la Libye dans l’intérêt des US

*


Rebelles Soutenus Hillary Forcer Prisonniers Cannibalisme

Hillary Rebelles soutenus Forcer des Prisonniers à se livrer à Cannibalisme
Hillary Backed Rebels Force Prisoners To Engage In Cannibalism

The Alex Jones Channel 

Ajoutée le 6 oct. 2016

Il est venu que les «rebelles» qui ont été soutenus par Hillary Clinton ont forcé certains de leurs prisonniers à se livrer au cannibalisme. 

Ajoutée le 6 oct. 2016

It has come out that « rebels » that were backed by Hillary Clinton have forced some of their prisoners to engage in cannibalism.

Help us spread the word about the liberty movement, we’re reaching millions help us reach millions more. Share the free live video feed link with your friends & family: http://www.infowars.com/show

Follow Alex on TWITTER – https://twitter.com/RealAlexJones
Like Alex on FACEBOOK – https://www.facebook.com/AlexanderEme…
Infowars on G+ – https://plus.google.com/+infowars/

*

WND VIDEO

SEE HILLARY’S LIBYAN JIHADI ATROCITIES

Graphic scenes of violence unleashed after U.S.-backed overthrow

WND VIDEO

VOIR LES ATROCITÉS DJIHADISTES LIBYENS D’HILLARY

scènes graphiques de violence déchaînées après renversement soutenu par les USA


NEW YORK – La brutalité extrême déclenchée par les mercenaires et les combattants islamiques qui ont rejoint les djihadistes libyens basés pour évincer chef Mouammar Kadhafi avec le soutien du Département d’Etat et de l’OTAN de Hillary Clinton est démontré dans trois vidéos publiées à WND.

*

WND VIDEO

SEE HILLARY’S LIBYAN JIHADI ATROCITIES

Graphic scenes of violence unleashed after U.S.-backed overthrow

Published: 5 days ago

image: http://www.wnd.com/files/2014/05/al-qaida-libya.jpg

al-qaida-libya
NEW YORK – The extreme brutality unleashed by the mercenaries and Islamic fighters who joined Libyan-based jihadists to oust leader Moammar Gadhafi with the backing of Hillary Clinton’s State Department and NATO is demonstrated in three videos released to WND.

The videos, obtained through a trusted source, were vetted by Libyan tribal parliamentary leaders who spoke to WND. The Libyans verified the videos were taken in Libya in the weeks after the U.S.-backed NATO bombing that began in 2011.

As WND has reported, Clinton’s State Department had decided to rebuff offers Gadhafi had made to abdicate peacefully and avoid a war. And, meanwhile, Politico reported Tuesday the Obama administration is moving to drop charges against an arms dealer who had threatened to expose Hillary Clinton’s determination to arm anti-Gadhafi rebels.

The Libyan tribal parliamentary leaders, in an exclusive Skype interview published by WND on Sept. 21, characterized Clinton as the “Butcher of Libya.” They contended her State Department was “behind the terrorist groups controlling Libya, Ansar al-Sharia, behind the militia in Misurata who destroyed a great part of Libya and displaced 2 million people from their lands because they were accused of being loyal to Gadhafi.”

The ‘Stop Hillary’ campaign is on fire! Join the surging response to this theme: ‘Clinton for prosecution, not president’

Readers are cautioned that the three videos published here are shockingly graphic.

The first video shows a group of unidentified foreign mercenaries and terrorists interrogating a half-naked soldier from Gadhafi’s army, who is lying prone on his stomach, with his arms and legs spread, while his interrogators simulate sodomy with a weapon and a boot.

Violent interrogation:

Violent interrogation:

Video: See Link at http://www.wnd.com/2016/10/see-hillarys-libyan-jihadi-atrocities/#obPHC0vQHwZjj3qd.99

The Libyans who viewed the 19 second video for WND were unable to identify the soldier or the people involved in the incident.

They translated the soldier repeatedly pleading, “I don’t know,” as his tormentors fired questions at him.

Radicals execute Gadhafi POWs:

Radicals execute Gadhafi POWs:

Video: see Lint  at http://www.wnd.com/2016/10/see-hillarys-libyan-jihadi-atrocities/#obPHC0vQHwZjj3qd.99

In the second video, about five minutes long, the opposition fighters interrogate a group of five or six soldiers of various ages and rank from Gadhafi’s military, most of whom are in military uniform, along with two prisoners wearing civilian sweaters. The civilians were apprehended because they were considered Gadhafi sympathizers, working with his military.

The captive Gadhafi soldiers sat on a couch while their interrogators stood above, peppering them with apparently accusatory questions.

The Libyan locals viewing the video for WND said the soldiers being interrogated repeatedly denied knowing anything. The interrogators complained the POWs were not cooperating.

In the final approximately 30 seconds of the video, the POWs are executed, apparently shot in the back of the head, lying prone on the ground with their hands tied behind their backs.

A notice at the end of the video indicates it was first broadcast on Alwannnews.com in Bahrain.

Mob violence in Benghazi prior to Sept. 11, 2011:

Mob violence in Benghazi prior to Sept. 11, 2011:

Video: See Link at http://www.wnd.com/2016/10/see-hillarys-libyan-jihadi-atrocities/#obPHC0vQHwZjj3qd.99

The third video, approximately three minutes in length, shows an anti-Gadhafi mob pulling a Gadhafi government official from a window.

VIDEO: HILLARY CLINTON’S BENGHAZI EMAILS
VIDEO: HILLARY CLINTON’S BENGHAZI EMAILS

Once pulled out of the window and possibly unconscious, the government official is stripped to the waist, with blood on his back suggesting he was beaten inside the building.

The government official, lying on his stomach on the ground, with his hands and arms outstretched and possibly bound, is stabbed to death by various members of the mob, who take turns stabbing his head, shoulders and back.

The video demonstrates that before the attack on Sept. 11, 2011, in Benghazi in which Ambassador Chris Stevens and three other Americans were killed, there was visual evidence the “protests” in Benghazi had become violent.

As attorney Victoria Toensing, formerly the chief counsel for the Senate Intelligence Committee and a deputy attorney general in the Reagan administration, pointed out in a Wall Street Journal commentary June 17, 2014, Secretary of State Hillary Clinton had personal responsibility under federal law to review the requests coming from Benghazi asking for additional security in the days prior to the attack.

Toensing noted that Hillary Clinton said in an interview with ABC ‘s Diane Sawyer, “I was not making security decisions” about Benghazi, claiming “it would be a mistake” for “a secretary of state” to “go through all 270 posts” and “decide what should be done.”

Toensing also noted that at a January 2013 Senate hearing, Clinton said that security requests “did not come to me.”

“I did not approve them. I did not deny them,” Clinton said.

Her answers did not take into consideration her responsibility under federal law, Toensing argued.

“Does the former secretary of state not know the law?” Toensing asked. “By statute, she was required to make specific security decisions for defenseless consulates like Benghazi, and was not permitted to delegate them to anyone else.”

Get the hottest, most important news stories on the Internet – delivered FREE to your inbox as soon as they break! Take just 30 seconds and sign up for WND’s Email News Alerts!

Toensing pointed out the Secure Embassy Construction and Counterterrorism Act of 1999, or Secca, was passed in response to the near-simultaneous bombings of U.S. embassies in Kenya and Tanzania on Aug. 7, 1998, in which thousands were injured and 220 people were killed, including 12 Americans.

“Mrs. Clinton either personally waived these security provisions as required by law or she violated the law by delegating the waiver to someone else,” Toensing concluded. “If it was the latter, she shirked the responsibility she now disclaims: to be personally knowledgeable about and responsible for the security in a consulate as vulnerable as Benghazi.”

Hillary rebuffed Gadhafi abdication

WND reported that as the allied bombing of Libya began in 2011, the Obama administration rejected an offer by Gadhafi to abdicate in a deal to be brokered by Rear Adm. Chuck Kubrick with AFRICOM in Stuttgart, Germany, in March 2011.

WND also reported the Obama White House and the State Department under the management of Hillary Clinton “changed sides in the war on terror” in 2011 by implementing a policy of facilitating the delivery of weapons to the al-Qaida-dominated rebel militias in Libya attempting to oust Gadhafi from power, the Citizens Commission on Benghazi concluded in a report.

The Obama administration also rebuffed the efforts of former Rep. Curt Weldon to negotiate with Moammar Gadhafi an offer to step down, WND reported.

Weldon, who served as vice-chairman of the Armed Services Committee and the House Homeland Security Committee, told WND of his private trip to Tripoli in April 2011.

“Was Gadhafi prepared to leave office?” Weldon asked rhetorically. “Absolutely, unequivocally, without any doubt in my mind, Gadhafi was ready to leave office. There were no other conditions except he wanted to leave Libya with what he called ‘dignity.’”

Video proof of arms transfer

WND published visual proof of Clinton’s State Department secretly provided weapons to radical Islamic jihadists in Libya in an effort to support the U.S.-backed NATO bombing in 2011.

In one of the videos published by WND, Moussa Ibrahim, Gadhafi’s information minister and official spokesman, displayed to reporters in 2011 a cache of weapons and ammunition seized from a ship from Qatar intercepted by the Libyan Coast Guard off Libya’s coast.

The video matched a report of Qatari military equipment seized in mid-April 2011. Anthony Bell and David Witter of the Institute for the Study of War, in their October 2011 publication “The Libyan Revolution: Stalemate & Siege, Part 3,” said the shipments “consisting of bulletproof vests, helmets and ammunition were bound for the rebels besieged in Misrata.”

“Though his shipment was unannounced, Qatari Prime Minister al-Thani alluded to arming the rebels just days before the crates appeared,” they wrote.

In the first meeting of the Libya Contact Group – an international collective formed to support the overthrow of Gadhafi and a transition government – al-Thani stated that assistance to the rebels could include “all other needs, including defense equipment.”

“It is time to help the Libyan people defend themselves and to defend the Libyan people,’” the Qatari leader said April 13, 2011.

The second video and the various still photographic evidence obtained by WND show a wide assortment of captured weapons that were being transported in crates clearly marked “State of Qatar, Qatar Armed Forces, Doha, Qatar.”

On Monday, Infowars.com reported Clinton “personally nixed a peace deal in Libya that would have led to free elections and prevented the country being seized by ISIS, because of a personal vendetta she had with Gadhafi, according to Dr. Kilari Anand Paul, a global peace ambassador originally from India who is now a naturalized U.S. citizen.”

The report said other Middle Eastern nations after the fall of Gadhafi “rushed to make substantial donations to the Clinton Foundation, fearful that they would be the next victims of Hillary’s wrath.”

Copyright 2016 WND

Read more at http://www.wnd.com/2016/10/see-hillarys-libyan-jihadi-atrocities/#obPHC0vQHwZjj3qd.99
Read more at http://www.wnd.com/2016/10/see-hillarys-libyan-jihadi-atrocities/#obPHC0vQHwZjj3qd.99

*

WND VIDEO

VOIR LES ATROCITÉS DJIHADISTES LIBYENS D’HILLARY

scènes graphiques de violence déchaînées après renversement soutenu par les USA

Publié: il y a 5 jours

image: http://www.wnd.com/files/2014/05/al-qaida-libya.jpg

al-qaida-libye
NEW YORK – La brutalité extrême déclenchée par les mercenaires et les combattants islamiques qui ont rejoint les djihadistes libyens basés pour évincer chef Mouammar Kadhafi avec le soutien du Département d’Etat et de l’OTAN de Hillary Clinton est démontré dans trois vidéos publiées à WND.

Les vidéos, obtenus par une source de confiance, ont été examinées par les dirigeants parlementaires tribaux libyens qui ont parlé à WND. Les Libyens ont vérifié les vidéos ont été prises en Libye dans les semaines après le bombardement de l’OTAN soutenue par les Américains qui a commencé en 2011.

Comme WND a signalé, du Département d’ Etat de Clinton avait décidé de repousser les offres Kadhafi avait fait à abdiquer pacifiquement et éviter une guerre. Et, pendant ce temps, Politico a rapporté mardi l’administration Obama se déplace à déposer des accusations contre un trafiquant d’armes qui avait menacé d’exposer la détermination de Hillary Clinton à armer les rebelles anti-Kadhafi.

Les leaders parlementaires tribaux libyens, dans une entrevue exclusive Skype publiée par WND le 21 septembre , caractérisé Clinton comme le «boucher de la Libye. » Ils ont soutenu son Département d’ Etat était «derrière les groupes terroristes qui contrôlent la Libye, Ansar al-Sharia, derrière le milice à Misurata qui a détruit une grande partie de la Libye et déplacé 2 millions de personnes de leurs terres parce qu’ils étaient accusés d’être fidèles à Kadhafi « .

La campagne ‘Stop Hillary’ est sur le feu! Joignez-vous à la réponse flambée à ce thème: «Clinton aux fins de poursuites, et non pas le président ‘

Les lecteurs sont avertis que les trois vidéos publiées ici sont scandaleusement graphique.

La première vidéo montre un groupe de mercenaires et des terroristes étrangers non identifiés interrogeant un soldat à moitié nu de l’armée de Kadhafi, qui est couché à plat ventre sur son ventre, ses bras et jambes écartés, tandis que ses interrogateurs simulent la sodomie avec une arme et une botte.

Violent interrogation:

Video: See Link at http://www.wnd.com/2016/10/see-hillarys-libyan-jihadi-atrocities/#obPHC0vQHwZjj3qd.99

Les Libyens qui ont consulté la deuxième vidéo 19 pour WND ont été incapables d’identifier le soldat ou les personnes impliquées dans l’incident.

Ils ont traduit le soldat plaidé à plusieurs reprises, «Je ne sais pas», comme ses bourreaux ont tiré des questions sur lui.

Radicaux exécutent les prisonniers de guerre Kadhafi:

Radicals execute Gadhafi POWs:

Video: see Link  at http://www.wnd.com/2016/10/see-hillarys-libyan-jihadi-atrocities/#obPHC0vQHwZjj3qd.99

Dans la deuxième vidéo, à environ cinq minutes, les combattants de l’opposition interrogent un groupe de cinq ou six soldats de différents âges et le rang de l’armée de Kadhafi, dont la plupart sont en uniforme militaire, ainsi que deux prisonniers portant des chandails civils. Les civils ont été appréhendés parce qu’ils étaient considérés comme des sympathisants de Kadhafi, travaillant avec son armée.

Les soldats de Kadhafi captifs assis sur un canapé tandis que leurs interrogateurs se tenaient au-dessus, les émaillant avec des questions apparemment accusatrices.

Les habitants libyens visionnant la vidéo pour WND a déclaré que les soldats interrogés à plusieurs reprises nié connaître quoi que ce soit. Les interrogateurs se sont plaints les prisonniers ne coopéraient pas.

Dans les derniers environ 30 secondes de la vidéo, les prisonniers de guerre sont exécutés, apparemment tiré dans le dos de la tête, couché à plat ventre sur le sol avec les mains attachées derrière le dos.

Un avis à la fin de la vidéo indique qu’il a été diffusé sur Alwannnews.com à Bahreïn.

Mob violence à Benghazi avant le 11 septembre 2011:

Mob violence in Benghazi prior to Sept. 11, 2011:

Video: See Link at http://www.wnd.com/2016/10/see-hillarys-libyan-jihadi-atrocities/#obPHC0vQHwZjj3qd.99

La troisième vidéo, environ trois minutes de longueur, montre une foule anti-Kadhafi tirant un fonctionnaire du gouvernement Kadhafi à partir d’une fenêtre.

VIDÉO: LES E-MAILS BENGHAZI HILLARY CLINTON

Une fois sorti de la fenêtre et peut-être inconscient, le fonctionnaire du gouvernement est dépouillé à la taille, avec du sang sur son dos suggérant qu’il a été battu à l’intérieur du bâtiment.

Le représentant du gouvernement, couché sur le ventre sur le sol, avec ses mains et les bras tendus et peut-être lié, est poignardé à mort par divers membres de la foule, qui se relaient poignardé sa tête, les épaules et le dos.

La vidéo montre que, avant l’attaque le 11 septembre 2011, à Benghazi où l’ambassadeur Chris Stevens et trois autres Américains ont été tués, il y avait des preuves visuelles des « protestations » à Benghazi était devenu violent.

Comme avocat Victoria Toensing, ancien conseiller en chef pour la commission du renseignement du Sénat et un procureur général adjoint à l’administration Reagan, a souligné dans un commentaire Wall Street Journal 17 Juin, 2014 , secrétaire d’Etat Hillary Clinton avait la responsabilité personnelle en vertu du droit fédéral à revoir les demandes en provenance de Benghazi demandant une sécurité supplémentaire dans les jours précédant l’attaque.

Toensing a noté que Hillary Clinton a déclaré dans une interview à l ‘ABC Diane Sawyer, «Je ne faisais pas des décisions de sécurité » à propos de Benghazi, affirmant «ce serait une erreur » pour « un secrétaire d’Etat » à « passer par tous les 270 postes » et « décider ce qui doit être fait. »

Toensing a également noté que lors d’une audience Janvier 2013 Sénat, Mme Clinton a déclaré que les demandes de sécurité « ne sont pas venus pour moi. »

«Je ne les ai pas approuve. Je ne les nie pas « , a déclaré Clinton.

Ses réponses ne prennent pas en considération sa responsabilité en vertu de la loi fédérale, Toensing soutenu.

« Est-ce que l’ancien secrétaire d’Etat connaît pas la loi?» Demanda Toensing. « Par la loi, elle était tenue de prendre des décisions de sécurité spécifiques pour les consulats sans défense comme Benghazi, et n’a pas été autorisé à les déléguer à quelqu’un d’autre. »

Obtenez les plus chaudes, les plus importantes histoires de nouvelles sur Internet – livré gratuitement à votre boîte de réception dès qu’ils cassent! Prenez seulement 30 secondes et vous inscrire pour Email WND Nouvelles Alertes!

Toensing a souligné la Loi Ambassade de la construction et le contre-terrorisme sécurisé de 1999, ou Secca, a été adoptée en réponse aux attentats quasi-simultanée des ambassades américaines au Kenya et en Tanzanie le 7 août 1998, dans laquelle des milliers ont été blessés et 220 personnes ont été tuées , dont 12 Américains.

« Madame. Clinton soit personnellement renoncé à ces dispositions de sécurité tel que requis par la loi ou elle a violé la loi en déléguant la renonciation à quelqu’un d’autre », a conclu Toensing. « Si elle était celle-ci, elle esquivée la responsabilité, elle décline maintenant: être personnellement informés sur et responsable de la sécurité dans un consulat aussi vulnérable que Benghazi. »

Hillary a repoussé Kadhafi abdication

WND a rapporté que les bombardements alliés de la Libye a commencé en 2011, l’administration Obama a rejeté une offre de Kadhafi à abdiquer en un accord pour être négocié par le contre – amiral. Chuck Kubrick avec AFRICOM à Stuttgart, en Allemagne, en Mars 2011.

WND a également rapporté la Maison Blanche d’ Obama et le département d’ Etat sous la direction de Hillary Clinton « changé de camp dans la guerre contre le terrorisme » en 2011 en mettant en œuvre une politique visant à faciliter la livraison d’armes aux milices rebelles al-Qaida dominés en Libye tenter pour évincer Kadhafi du pouvoir, la Commission des citoyens pour Benghazi a conclu dans un rapport.

L’administration Obama a également repoussé les efforts de l’ ancien Rep. Curt Weldon pour négocier avec Mouammar Kadhafi une offre de démissionner, WND rapporté .

Weldon, qui a servi comme vice-président du Comité des services armés et le Comité de sécurité Maison Homeland, a déclaré à WND de son voyage privé à Tripoli en Avril 2011.

« Est-Kadhafi prêt à quitter ses fonctions? » Weldon a demandé rhétoriquement. «Absolument, sans équivoque, sans aucun doute dans mon esprit, Kadhafi était prêt à quitter ses fonctions. Il n’y avait pas d’autres conditions, sauf qu’il voulait quitter la Libye avec ce qu’il appelait «la dignité.»

la preuve vidéo de transfert d’armes

WND a publié une preuve visuelle du Département d’ Etat de Clinton secrètement fourni des armes à des djihadistes islamistes radicaux en Libye dans un effort pour soutenir le bombardement de l’ OTAN soutenue par les Américains en 2011.

Dans l’une des vidéos publiées par WND, Moussa Ibrahim, Kadhafi du ministre de l’Information et porte-parole officiel, affiché à la presse en 2011 une cache d’armes et de munitions saisies à partir d’un navire en provenance du Qatar intercepté par la Garde côtière libyenne au large des côtes de la Libye.

La vidéo correspondait à un rapport de matériel militaire qatari saisi à la mi-Avril 2011. Anthony Bell et David Witter de l’Institut pour l’étude de la guerre, dans leur publication Octobre 2011 « La révolution libyenne: Stalemate & Siege, Part 3, » dit le expéditions « consistant en gilets pare-balles, des casques et des munitions ont été tenues pour les rebelles assiégés à Misrata. »

« Bien que son envoi a été à l’improviste, le Premier ministre qatari al-Thani a fait allusion à armer les rebelles quelques jours avant que les caisses sont apparus, » écrivent-ils.

Dans la première réunion du Groupe de contact sur la Libye – un collectif international formé pour soutenir le renversement de Kadhafi et un gouvernement de transition – al-Thani a déclaré que l’aide aux rebelles pourrait inclure « tous les autres besoins, y compris les équipements de défense. »

« Il est temps d’aider le peuple libyen à se défendre et à défendre le peuple libyen, » le leader du Qatar a déclaré 13 Avril 2011.

La deuxième vidéo et les divers éléments de preuve encore photographique obtenue par WND montrent un large assortiment d’armes capturées qui ont été transportés dans des caisses clairement marquées «État du Qatar, des Forces armées du Qatar, Doha, Qatar. »

Lundi, Infowars.com rapporté Clinton « personnellement nixed un accord de paix en Libye qui aurait conduit à des élections libres et a empêché le pays être saisi par ISIS, à cause d’une vendetta personnelle qu’elle a eu avec Kadhafi, selon le Dr Kilari Anand Paul, un ambassadeur de la paix mondiale originaire de l’ Inde , qui est maintenant un citoyen naturalisé américain.  »

Le rapport indique que d’autres pays du Moyen-Orient après la chute de Kadhafi « se sont précipités pour faire des dons substantiels à la Fondation Clinton, craignant qu’ils seraient les prochaines victimes de la colère de Hillary. »

Droit d’auteur 2016 WND


Read more at http://www.wnd.com/2016/10/see-hillarys-libyan-jihadi-atrocities/#rJess9diWvHHSJap.99

*

ADMIRAL: U.S. COULD HAVE OUSTED GADHAFI PEACEFULLY

Brokered deal but Obama chose to arm al-Qaida-linked ‘rebels’

Published: 01/22/2015 at 7:54 PM

Instead, the U.S. decided to provide weapons to “rebels” consisting of al-Qaida-related local Libyan militia and members of the Libyan Muslim Brotherhood, contends retired Rear Adm. Chuck Kubic.

Kubic began email and telephone contact March 21, 2011, between Tripoli and AFRICOM in Stuttgart, Germany, to broker an offer by Gadhafi to engage in talks with the U.S. under a white flag of truce, according to testimony he provided the Citizens’ Commission on Benghazi.

As WND reported Monday, the commission – comprised of 17 retired admirals and generals; former intelligence agents; active anti-terrorist experts; media specialists; and former congressmen – has been conducting its own investigation and working behind the scenes for the past year and a half to ensure Congress uncovers the truth of what happened in Benghazi and holds people accountable.

WND reported Tuesday the commission found in an interim report that the Obama White House and the State Department under the management of Secretary of State Hillary Clinton “changed sides in the war on terror” in 2011 by implementing a policy of facilitating the delivery of weapons to the al-Qaida-dominated rebel militias in Libya attempting to oust Gadhafi.

The commission’s April 2014 interim report said the war in Libya continued “and ultimately cost tens of thousands of lives.”

“The U.S. failure to even consider Gadhafi’s request for talks, and its determination to enter and pursue this war in support of al-Qaida-linked rebels, presents the appearance of a policy intent upon empowering Islamic forces with no measurable benefit to U.S. national security,” the report said.

The commission was organized in 2013 by Accuracy in Media Editor Roger Aronoff along with three retired military officers: Navy Adm. James Lyons, Army Maj. Gen. Paul Vallely and Air Force Lt. Gen. Thomas McInerney.

Their interim report said Gadhafi “expressed his willingness to abdicate shortly after the beginning of the 2011 Libyan revolt, but the U.S. ignored his calls for a truce, which led to extensive loss of life (including four Americans), chaos, and detrimental outcomes for U.S. national security objectives across the region.”

In the following days, the report said, Gadhafi “expressed interest in a truce, and possible abdication and exile out of Libya.”

“He even pulled his forces back from several Libyan cities as a sign of good faith.”

The report detailed the precise chain of communications with the U.S. government regarding the possibility Gadhafi would abdicate and obviate the need for the U.S. to join with NATO to back the al-Qaida-affiliated militia seeking to depose the dictator.

Kubic, according to the report, telephoned Lt. Col. Brian Linvill, the U.S. AFRICOM point of contact for all military matters regarding the Libyan situation, to “advise him of Gadhafi’s desire to enter into military-to-military discussions.”

Gen. Carter Ham was advised immediately on March 21, 2011, of the communications and conveyed them up his chain of command to the Pentagon.

The Obama administration, however, expressed no apparent interest in pursuing the possibility Gadhafi might step down from power in Libya, the report said.

After two days of communication with the Libyans, however, Ham had received no consent from Washington to pursue Gadhafi’s offer.

The consequences of rejecting Gadhafi’s offer to step down were dire, the interim report detailed, leading to the Obama administration “changing sides” in Libya to support and help arm the al-Qaida-related Islamic militia and Libyan Muslim Brotherhood members planning to launch a violent rebellion to oust Gadhafi.

Video: Obama says supporting Libya’s fight vs IS in U.S. interest

“About the time the bombing of Libya by U.S. and European forces under NATO started around March 19, 2011, I became aware through intermediaries that Gadhafi was ready to step aside and go into exile,” Kubic explained to WND in an exclusive interview. “I was talking through intermediaries to Gadhafi’s top military commanders and the command center at Stuttgart, but I never spoke directly with General Ham.”

Kubic explained he was trying to facilitate a 72-hour truce to conduct discussions between opposing battlefield commanders, Ham for AFRICOM and Gen. Abubaker Saad for the Libyans.

“I was concerned there were too many politicians and diplomats involved, but Gadhafi trusted his generals, and I thought that from a military perspective pursuant to the laws of war this would be the best way to do it,” Kubic continued.

Kubic explained what he was trying to achieve.

“This resonated with AFRICOM, so we drafted up proposal and there were phone calls between Tripoli and Stuttgartt,” he said.

“Under the 72-hour truce, the military commanders from both sides would meet either ashore at Tripoli or afloat, and there would be observers from the African Union to police the truce. The goal was to negotiate a cease-fire, and the purpose was to get Gadhafi’s abdication and his subsequent either internal or external exile.

Kubic said that as an expression of good faith, AFRICOM asked Gadhafi to pull back at Benghazi, “and AFRICOM was able to observe Gadhafi complying and pulling back.”

Kubic noted that part of the initial agreement was for Ham to make a public statement that the U.S. was not targeting Gadhafi.

The condition was partially met in a Department of Defense news briefing held by Vice Admiral Gortney in Washington on behalf of AFRICOM on March 20, 2011.

Gortney said he could “guarantee” that Gadhafi was not on a target list for the U.S. joint operation with European forces under NATO in Operation Odyssey Dawn, the U.S. military code name for the U.S. military involvement in Libya.

Then, also on March 21, 2011, in a televised news briefing from Germany, Ham, in response to reporters’ questions, stressed the U.S. military was not targeting Gadhafi.

“Everything seemed to be set and there was a lot of enthusiasm that we could stop this crisis in Libya before it got out of hand,” he continued.

Gadhafi had two conditions, Kubic explained.

“He wanted to ensure that there was a residual military force left in Libya to oppose the al-Qaida forces he knew were operating in Libya, and he wanted safe passage for his family and friends,” he said.

“The Libyan military, as part of the discussions, wanted to leave one or two of Gadhafi’s top generals who would continue to command the military forces to make sure Libya remained stable after Gadhafi abdicated and to insure al-Qaida didn’t take over the country.”

Suddenly, Kubic was informed the U.S. did not want to proceed with the discussions. The idea of a 72-hour cease-fire was “off,” and AFRICOM was ordered “to stand down” form truce talks.

“AFRICOM thought Gadhafi’s conditions were reasonable, and we were just in the process of settling where the truce talks would be held, when AFRICOM told me that everything had been called off,” Kubic said.

“I then asked to speak with Gen. Ham and was told the decision was reached above his head. I then asked who at the Pentagon I needed to see and was told the decision came from outside the Pentagon,” he continued.

“I found it hard to understand that we have a Nobel Peace Prize winner in the White House and President Obama was not willing to give peace a chance in Libya for 72 hours,” Kubic said.

“I don’t know if the decision came from the White House or from Hillary Clinton at the State Department,” he said, “but the advice for me from AFRICOM was to basically just leave everything alone, to simply stand down.”

Yet that was not the end of the story.

“I was told by an authoritative source in the U.S. government that an intelligence memorandum was prepared on the negotiations that went to President Obama in its raw form. And this was the document that basically gave the actual intelligence on the al-Qaida elements that were part of the Libyan revolution,” Kubic said.

“All these negotiations happened in the period of March 19-22, 2011, and the intelligence document given the president was created on March 24, 2011,” Kubic noted. “It was on March 29, 2011, that President Obama signed the finding authorizing the United States to arm the rebels.”

Confirming Kubic’s timeline, Reuters reported March 30, 2011, that Obama “has signed a secret order authorizing covert U.S. government support for rebel forces seeking to oust Libyan leader Muammar Gadhafi,” citing government officials.

Reuters further reported the “presidential finding” signed by Obama was “a principal form of presidential directive used to authorize secret operations by the Central Intelligence Agency.”

Did Obama administration brief GOP?

Former CIA agent Kevin Shipp, a member of the Citizens’ Commission on Benghazi, said he believes House Majority Leader John Boehner and other members of the “Gang of Eight” in Congress were briefed by the Obama administration on Ambassador Christopher Stevens’ involvement with the CIA was in Benghazi.

Shipp spent 17 years with the CIA counter-intelligence, counter-terrorism, human intelligence operations and internal security. He also was a program manager of the State Department’s Diplomatic Security, Anti-Terrorism Assistance global police training program.

Among his roles was working on the 7th floor at Langley conducting protective duties for then-CIA Director William Casey.

In his interview with WND, Shipp made clear he was speaking on the record for himself, not representing the views of the Citizens’ Commission on Benghazi or of any of the other members.

The “Gang of Eight” leaders in Congress, who are regularly briefed by the White House on intelligence matters, are the speaker of the House, the House minority leader, the Senate majority and minority leaders and the chairmen and ranking members of the House Permanent Select Committee on Intelligence and the Senate Select Committee on Intelligence.

In the 113th Congress from 2012-2014, the Republican members were House Speaker John Boehner; then-Senate Minority Leader Mitch McConnell; Rep. Mike Rogers, R-Mich., chairman of the House Permanent Select Committee on Intelligence; and Saxby Chambliss, R-Ga., ranking member of the Senate Select Committee on Intelligence.

“I think the GOP Gang of Eight, including Boehner, have guilty knowledge of everything the Obama administration and the State Department conducted in Libya,” Shipp said.

“Even when it got to the ultimate goal of Christopher Stevens diverting weapons up with the assistance of Qatar and Saudi Arabia of diverting weapons from Libya up through Turkey to the rebels in Syria, the GOP Gang of Eight, with security clearances, would have been briefed in advance of the operation.”

Shipp continued: “In my opinion Boehner and the other GOP members of the Gang of Eight would have been witting of the gun-running activities the CIA and State Department were conducting in Libya from the very beginning. When everything went wrong and Stevens was killed in the 9/11 terrorist attacks, it’s my belief Boehner and none of the other GOP members of the Gang of Eight wanted the American public to know they had anything to do with it.”

Kubic told WND he could not confirm the Gang of Eight had received an intelligence briefing on the presidential finding Obama signed March 29, 2011, authorizing the CIA to support the Libyan al-Qaida-affiliated rebels in their military efforts to oust Gadhafi.

“In this particular case, I don’t know whether the Gang of Eight was briefed, whether they were partially briefed and not given the whole story, or whether they were really not briefed at all,” Kubic cautioned.

“It makes a big difference,” he said. “The question is whether the Gang of Eight were accessories to Obama’s presidential directive of March 29, 2011, or were they unwitting accomplices. We don’t know, and it’s my personal opinion that it’s not proper to jump to conclusions.”

He said it’s a matter for the House Select Committee on Benghazi, headed by Rep. Trey Gowdy, R-S.C.

Did GOP leaders know of al-Qaida affiliation

On April 22, 2011, Sen. John McCain, R-Ariz., publicly called for support of Libya’s rebels in their rebellion to oust Gadhafi.

“They are my heroes,” McCain told reporters as he out of a hotel in Benghazi after having toured a rebel stronghold, NBC’s Richard Engel reported.

Engel said that McCain, “one of the strongest proponents in Congress of the U.S. military intervention in Libya, said he planned to meet with the rebel National Transition Council, the de-facto government in the eastern half of the country.”

NBC further reported McCain “said at a news conference Friday that all nations should recognize the council as the legitimate voice of the Libyan people.”

Engel quoted McCain saying: “I would encourage every nation, especially the United States, to recognize the Transitional National Council as the legitimate voice of the Libyan people.”

On May 2, 2011, after being informed privately by a phone call from the White House in advance of Obama’s nationally televised announcement that Osama Bin Laden had been killed by U.S. Special Forces operating in Pakistan, House Speaker John Boehner put out a statement.

“This is great news for the security of the American people and a victory in our continued fight against al-Qaida and radical extremism around the world,” Boehner said.

‘Papered silent with security agreements’

Shipp explained both Republican and Democratic White Houses require the Gang of Eight to sign secrecy agreements before receiving classified administration briefings on foreign policy and intelligence matters.

“The White House papers everybody briefed in Congress with secrecy agreements,” he said. “This agreement threatens the possibility of criminal prosecution if any classified information is leaked to the public in an unauthorized fashion.”

He noted a member of the House or Senate could be removed from office for violation of the agreement.

“These agreements are powerful instruments of persuasion.”

Shipp questioned whether the Benghazi gun-running operation was classified “above top secret,” meaning Boehner and the other GOP members would face severe penalties, including the possibility of criminal prosecution, if any leaked the information.

Or, he asked, was it possible the GOP leadership believed Obama signing of the Presidential Finding on March 29, 2011, authorizing the CIA to support the Libyan rebels would have implied his approval of the gun-running activities subsequently undertaken by the CIA in conjunction with the State Department?

Shipp acknowledged that a criminal or, even worse, a traitorous White House could use the secrecy agreements to ensure silence.

“Unfortunately, that could happen,” he said. “If the CIA wants to conceal an operation, they classify it at a very high level and they paper Congress with a secrecy agreement such that you are bound for life.”

Shipp emphasized how ironclad the CIA-executed secrecy agreements were.

“Any disclosure of information in an unauthorized fashion could result in prison time,” he said. “The document makes it clear that anyone who signs it can never mention the operation or any connection to the operation. Even if the information comes out in a public forum, you can’t so much as confirm a news report, because just confirming information can be considered a violation of the security agreement.”

A ‘de facto, third-party assassination’

Shipp discussed his concerns that the Obama administration shifted ground in Libya and refused to accept Gadhafi’s offer to abdicate.

“Gadhafi had established diplomatic relations with the United States and we had an embassy in Libya,” Shipp noted.

“One of the most astounding parts of this whole thing is that Gadhafi had destroyed his stash of WMDs (Weapons of Mass Destruction), and he was providing us with a steady stream of intelligence on al-Qaida movements in Libya,” he said.

Shipp said Gadhafi “was collaborating with us as an ally, so for the Obama administration, the White House national security team and the State Department to break off contact with Gadhafi was amazing, especially when he was asking to step down and seek asylum.”

Shipp expressed amazement the Obama administration stood by not only while Libyan rebel forces aligned with al-Qaida toppled Gadhafi but also killed him.

“It amounted to a de facto, third-party assassination committed ultimately by the United States, if you ask my opinion,” he concluded.

“Why would we completely destabilize Libya when the leader was trying to be our ally is a huge question that falls into a pattern of the Obama administration and his national security advisers supporting Islamic rebel movements, including now supporting the Free Syrian Army, over what could be a more stable solution.”

Shipp speculated on why the Obama administration began covering up the truth about Benghazi, attributing the attack to the reaction to a Youtube video that insulted Islam’s founder, Muhammad.

“What the Obama administration was terrified about, in my view, was the American public knowing the CIA and State Department were running guns secretly into Libya before Gadhafi was deposed, that the guns got into the hands of al-Qaida, and that the guns ended up bound for Syria,” he said.

“Those events put together could be looked at even as traitorous, in my opinion, if the facts ever came out to the American public.”

 

Read more at http://www.wnd.com/2015/01/admiral-u-s-could-have-ousted-gadhafi-peacefully/#rEgKKsBhQrfTovhA.99

*

ADMIRAL: US AURAIT PU ÉVINCÉ KADHAFI PACIFIQUEMENT

Brokered affaire, mais Obama a choisi d’armer Al-Qaïda liés « rebelles »

Publié: 22/01/2015 à 19:54

NEW YORK – Alors que les bombardements alliés de la Libye a commencé en 2011, l’administration Obama a rejeté une offre de Mouammar Kadhafi à engager des négociations à abdiquer, selon un officier de la marine américaine à la retraite qui dit qu’il était prêt à négocier l’accord. 

Au lieu de cela, les États-Unis a décidé de fournir des armes aux «rebelles» constitués de milice libyenne locale-Qaida liés al et les membres des Frères musulmans libyens, soutient le contre-amiral à la retraite. Chuck Kubic.

Kubic a commencé email et le contact du téléphone 21 Mars 2011, entre Tripoli et AFRICOM à Stuttgart, en Allemagne, pour négocier une offre de Kadhafi d’engager des pourparlers avec les Etats-Unis sous un drapeau blanc de trêve, selon le témoignage qu’il a fourni Commission des citoyens sur Benghazi.

Comme WND a rapporté lundi , la commission – composée de 17 amiraux et généraux à la retraite; anciens agents de renseignement; experts anti-terroristes actifs; spécialistes des médias; et les anciens membres du Congrès – a été mené sa propre enquête et travaillant dans les coulisses de la dernière année et demie pour assurer le Congrès découvre la vérité de ce qui est arrivé à Benghazi et tient les gens responsables.

WND a rapporté mardi la Commission a constaté dans un rapport intérimaire que la Maison Blanche d’ Obama et le département d’ Etat sous la direction du secrétaire d’Etat Hillary Clinton « changé de camp dans la guerre contre le terrorisme » en 2011 en mettant en œuvre une politique visant à faciliter la livraison d’armes à les milices rebelles al-Qaida dominés en Libye tenter d’évincer Kadhafi.

Avril 2014 rapport intérimaire de la commission a déclaré la guerre en Libye a continué « et , finalement , a coûté des dizaines de milliers de vies. »

« L’échec des États-Unis de même considérer la demande de Kadhafi pour des entretiens, et sa détermination à entrer et à poursuivre cette guerre à l’appui des rebelles d’Al-Qaïda liés, présente l’aspect d’un objectif de la politique sur l’autonomisation des forces islamiques sans bénéfice mesurable pour la sécurité nationale américaine », a déclaré le rapport.

La commission a été organisée en 2013 par Accuracy in Media Editor Roger Aronoff avec trois officiers militaires à la retraite:. Navy Adm James Lyons, Armée major-général Paul Vallely et Air Force Lt. Gen. Thomas McInerney..

Leur rapport intérimaire a déclaré Kadhafi « a exprimé sa volonté d’abdiquer peu après le début de la révolte libyenne 2011, mais les États-Unis a ignoré ses appels à une trêve, qui a conduit à une perte importante de la vie (y compris quatre Américains), le chaos, et les résultats néfastes pour US objectifs de sécurité nationale dans la région « .

Dans les jours suivants, selon le rapport, Kadhafi « exprimé son intérêt pour une trêve, et possible abdication et l’exil de la Libye. »

«Il a même tiré ses forces en arrière de plusieurs villes libyennes comme un signe de bonne foi. »

Le rapport détaillé de la chaîne précise des communications avec le gouvernement des États-Unis concernant la possibilité Kadhafi serait abdiquer et éviter la nécessité pour les États de se joindre à l’OTAN pour soutenir la milice al-Qaida affiliée cherchant à renverser le dictateur.

Kubic, selon le rapport, a téléphoné le lieutenant-colonel Brian Linvill, le point de contact pour toutes les questions militaires concernant la situation libyenne US AFRICOM, à «l’informer de la volonté de Kadhafi d’entrer dans des discussions militaires à militaires. »

Gen. Carter Ham a été informé immédiatement le 21 Mars 2011, des communications et les a transmis sa chaîne de commandement du Pentagone.

L’administration Obama, cependant, n’a exprimé aucun intérêt apparent dans la poursuite de la possibilité Kadhafi pourrait se retirer du pouvoir en Libye, selon le rapport.

Après deux jours de la communication avec les Libyens, cependant, Ham avait pas reçu le consentement de Washington à poursuivre l’offre de Kadhafi.

Les conséquences du rejet de l’offre de Kadhafi à démissionner étaient-dire, le rapport intérimaire détaillé, conduisant à l’administration Obama « changer de camp » en Libye pour soutenir et aider à armer la milice islamique Al-Qaïda liés et les membres libyens des Frères musulmans envisagent de lancer un rébellion violente pour évincer Kadhafi.

VIDÉO: OBAMA DIT SOUTENIR LE COMBAT DE LA LIBYE VS EST DANS L’INTÉRÊT DES ÉTATS-UNIS

« A propos du moment où le bombardement de la Libye par les forces américaines et européennes dans le cadre de l’OTAN a commencé à environ 19 Mars 2011, je suis devenu conscient par des intermédiaires que Kadhafi était prêt à se retirer et aller en exil, » Kubic a expliqué à WND dans une interview exclusive. «Je parlais à travers des intermédiaires aux commandants militaires de Kadhafi et le centre de commandement à Stuttgart, mais je ne parlais jamais directement avec le général Ham. »

Kubic a expliqué qu’il essayait de faciliter une trêve de 72 heures pour mener des discussions entre les commandants opposés du champ de bataille, Ham pour AFRICOM et le général Saad Abubaker pour les Libyens.

«Je craignais qu’il y avait trop de politiciens et de diplomates impliqués, mais Kadhafi fait confiance à ses généraux, et je pensais que, d’un point de vue militaire, conformément aux lois de la guerre, ce serait la meilleure façon de le faire », a poursuivi Kubic.

Kubic a expliqué ce qu’il cherchait à atteindre.

« Cela a résonné avec AFRICOM, donc nous avons rédigé des propositions et il y avait des appels téléphoniques entre Tripoli et Stuttgartt, » at-il dit.

« En vertu de la trêve de 72 heures, les commandants militaires des deux côtés se rencontrent soit à terre à Tripoli ou à flot, et il y aurait des observateurs de l’Union africaine à la police la trêve. L’objectif était de négocier un cessez-le-feu, et le but était d’obtenir l’abdication de Kadhafi et son exil interne ou externe ultérieure.

Kubic dit que comme une expression de bonne foi, AFRICOM a demandé Kadhafi à se retirer à Benghazi, « et AFRICOM a pu observer Kadhafi se conformer et en tirant en arrière. »

Kubic noter qu’une partie de l’accord initial était de Ham pour faire une déclaration publique que les Etats-Unis ne visons pas Kadhafi.

La condition a été partiellement atteint dans un département de la Défense nouvelles briefing organisé par le vice – amiral Gortney à Washington au nom de l’ AFRICOM , le 20 Mars 2011.

Gortney a dit qu’il pouvait «garantir» que Kadhafi ne figurait pas sur une liste de cibles pour l’opération conjointe des États-Unis avec des forces européennes dans le cadre de l’OTAN dans l’opération Aube de l’Odyssée, le nom de code militaire américain pour l’implication militaire américaine en Libye.

Ensuite, également le 21 Mars 2011, dans une conférence de nouvelles télévisées de l’ Allemagne , Ham, en réponse aux questions des journalistes, a souligné l’armée américaine ne visait pas Kadhafi.

« Tout semblait être réglé et il y avait beaucoup d’enthousiasme que nous pourrions arrêter cette crise en Libye avant qu’il est sorti de la main», at-il poursuivi.

Kadhafi avait deux conditions, Kubic expliqué.

« Il voulait faire en sorte qu’il y avait une force militaire résiduelle en Libye pour combattre les forces d’Al-Qaïda qu’il connaissait opéraient en Libye, et il voulait un passage sûr pour sa famille et ses amis, » at-il dit.

« L’armée libyenne, dans le cadre des discussions, a voulu laisser un ou deux des principaux généraux de Kadhafi qui continueraient à commander les forces militaires pour vous assurer que la Libye est restée stable après Kadhafi a abdiqué et pour assurer al-Qaida n’a pas repris la Pays. »

Tout à coup, Kubic a été informé des États-Unis ne voulait pas poursuivre les discussions. L’idée d’un 72 heures de cessez-le-feu était «off», et AFRICOM a été ordonné « de se retirer » pourparlers de trêve de formulaire.

« AFRICOM pensait les conditions de Kadhafi étaient raisonnables, et nous étions juste dans le processus de règlement où les pourparlers de trêve auraient lieu, quand AFRICOM m’a dit que tout avait été annulé », a déclaré Kubic.

« Alors je demandai à parler avec le général Ham et on m’a dit la décision a été prise au-dessus de sa tête. Je me suis alors demandé qui au Pentagone je devais voir et on m’a dit que la décision est venue de l’extérieur du Pentagone « , at-il poursuivi.

« Je l’ai trouvé difficile de comprendre que nous avons un lauréat du prix Nobel de la Paix à la Maison Blanche et le président Obama était pas disposé à donner la paix une chance en Libye pendant 72 heures », a déclaré Kubic.

«Je ne sais pas si la décision est venue de la Maison Blanche ou de Hillary Clinton au département d’Etat, » at-il dit, « mais les conseils pour moi de AFRICOM était fondamentalement juste laisser tout seul, simplement se retirer. »

Pourtant, cela n’a pas été la fin de l’histoire.

«On m’a dit par une source faisant autorité dans le gouvernement américain une note de renseignement a été préparé sur les négociations qui allaient au président Obama dans sa forme brute. Et ce fut le document que, fondamentalement, a donné l’intelligence réelle sur les éléments d’Al-Qaïda qui faisaient partie de la révolution libyenne « , a déclaré Kubic.

« Toutes ces négociations ont eu lieu dans la période de Mars 19-22, 2011, et le document du renseignement donné le président a été créé le 24 Mars 2011, » a noté Kubic. « Il a été le 29 Mars 2011, que le président Obama a signé la conclusion autorisant les États-Unis d’armer les rebelles. »

Confirmant la chronologie de Kubic, Reuters a rapporté 30 Mars 2011, que M. Obama « a signé un ordre secret autorisant le soutien du gouvernement des États – Unis secrète pour les forces rebelles qui cherchent à renverser le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi, » citant des responsables du gouvernement.

Reuters a également signalé la « constatation présidentielle » signée par Obama était «une forme principale de directive présidentielle utilisée pour autoriser des opérations secrètes par la Central Intelligence Agency. »

administration Obama a-t-brève GOP?

L’ancien agent de la CIA Kevin Shipp, un membre des citoyens de la Commission sur Benghazi, a dit qu’il croit chef de la majorité John Boehner et d’autres membres du «Gang des Huit» au Congrès ont été informés par l’administration Obama sur l’ambassadeur Christopher Stevens l’implication de la CIA était à Benghazi.

Shipp a passé 17 ans avec la CIA contre-espionnage, lutte contre le terrorisme, les opérations de l’intelligence humaine et la sécurité intérieure. Il a également été responsable du programme de la sécurité diplomatique du Département d’Etat, programme de formation policière mondiale anti-terroriste-assistance.

Parmi ses rôles travaillait au 7ème étage à Langley mener des droits protecteurs pour ensuite directeur de la CIA William Casey.

Dans son entretien avec WND, Shipp a précisé qu’il parlait au dossier pour lui-même, ne représente pas les vues de la Commission des citoyens sur Benghazi ou de l’un des autres membres.

Le « Gang des Huit » leaders du Congrès, qui sont régulièrement informés par la Maison Blanche sur les questions de renseignement, sont le président de la Chambre, le chef de la minorité House, les dirigeants majoritaires et minoritaires au Sénat et les présidents et le classement des membres de la Chambre permanente Sélectionnez Comité sur le renseignement et le Comité sénatorial sur le renseignement.

Dans le Congrès 113e 2012-2014, les membres républicains étaient président de la Chambre John Boehner; Leader alors la minorité du Sénat Mitch McConnell; . Rep Mike Rogers, R-Mich, président de la Chambre Select Comité Permanent sur le renseignement. et Saxby Chambliss, R-Ga., le classement membre du Comité sénatorial sur le renseignement.

« Je pense que le GOP Gang des Huit, y compris Boehner, avoir une connaissance coupable de tout ce que l’administration Obama et le Département d’Etat mené en Libye », a déclaré Shipp.

« Même quand il est arrivé à l’objectif ultime de Christopher Stevens détournant les armes avec l’aide du Qatar et de l’Arabie Saoudite de détourner les armes de la Libye à travers la Turquie aux rebelles en Syrie, le GOP Gang des Huit, avec les autorisations de sécurité, aurait été informé à l’avance de l’opération « .

Shipp a poursuivi: « Pour moi Boehner et les autres membres du GOP du Gang des Huit aurait été witting des activités d’armes à feu-exécution de la CIA et du Département d’Etat effectuaient en Libye depuis le début. Quand tout est allé mal et Stevens a été tué dans les attaques terroristes de 9/11, il est ma conviction Boehner et aucun des autres membres du GOP du Gang des Huit voulait que le public américain de savoir qu’ils avaient quelque chose à voir avec cela « .

Kubic dit WND qu’il ne pouvait pas confirmer le Gang des Huit avaient reçu un briefing de renseignement sur la constatation présidentielle Obama signé 29 Mars 2011, autorisant la CIA à soutenir les rebelles al-Qaida affiliés libyens dans leurs efforts militaires pour évincer Kadhafi.

« Dans ce cas particulier, je ne sais pas si le Gang des Huit a été informé, si elles ont été partiellement informés et ne reçoivent pas toute l’histoire, ou si elles ont été vraiment pas informés du tout, » Kubic mis en garde.

« Cela fait une grande différence», at-il dit. « La question est de savoir si la Bande des Huit étaient des accessoires de directive présidentielle d’Obama du 29 Mars 2011, ou étaient-ils complices involontaires. Nous ne savons pas, et il est mon opinion personnelle que ce n’est pas bon de sauter aux conclusions ».

Il a dit qu’il est une question pour le House Select Committee on Benghazi, dirigé par Rep. Trey Gowdy, RS.C.

Est-ce que les dirigeants du GOP savent d’al-Qaida affiliation

Le 22 Avril 2011, le sénateur John McCain, R-Ariz., A publiquement appelé à soutenir les rebelles de la Libye dans leur rébellion pour renverser Kadhafi.

«Ils sont mes héros », a déclaré McCain aux journalistes que lui sur un hôtel à Benghazi après avoir fait le tour d’ un bastion rebelle, Richard Engel de NBC a rapporté .

Engel dit que McCain, «l’un des plus ardents défenseurs au Congrès de l’intervention militaire américaine en Libye, a déclaré qu’il prévoyait de rencontrer le Conseil national de transition rebelle, le gouvernement de facto dans la moitié orientale du pays. »

NBC a également indiqué McCain « , a déclaré lors d’une conférence de nouvelles vendredi que toutes les nations devraient reconnaître le conseil comme la voix légitime du peuple libyen. »

Engel a cité McCain disant: «Je voudrais encourager tous les pays, en particulier aux États-Unis, à reconnaître le Conseil national de transition comme la voix légitime du peuple libyen. »

Le 2 mai 2011, après avoir été informé en privé par un appel téléphonique de la Maison Blanche à l’ avance de l’annonce à la télévision nationale d’Obama que Oussama Ben Laden avait été tué par les forces spéciales américaines opérant au Pakistan, président de la Chambre John Boehner a mis une déclaration.

«Ce sont d’excellentes nouvelles pour la sécurité du peuple américain et une victoire dans notre lutte continue contre Al-Qaïda et l’extrémisme radical dans le monde entier», a déclaré Boehner.

‘Tapissés silencieuse avec des accords de sécurité’

Shipp explique à la fois républicains et démocrates Maisons blanches exigent la Bande des Huit à signer des accords de secret avant de recevoir des séances d’information d’administration classées sur la politique étrangère et les questions de renseignement.

« La Maison Blanche papiers tout le monde a informé le Congrès des accords de secret», dit-il. «Cet accord menace la possibilité de poursuites pénales le cas échéant des informations classifiées est divulgué au public d’une manière non autorisée. »

Il a noté un membre de la Chambre ou du Sénat pourrait être démis de ses fonctions pour violation de l’accord.

«Ces accords sont de puissants instruments de persuasion. »

Shipp a demandé si l’opération gun-running Benghazi a été classé « top secret au-dessus», qui signifie Boehner et les autres membres du GOP feraient face à des sanctions sévères, y compris la possibilité de poursuites pénales, le cas échéant fuyait les informations.

Ou, il a demandé, est-il possible la direction GOP croit signature Obama de l’Finding présidentielle le 29 Mars 2011, autorisant la CIA à soutenir les rebelles libyens aurait impliqué son approbation des activités d’armes à feu-exécution par la suite entrepris par la CIA en conjonction avec le Département d’Etat?

Shipp a reconnu qu’un criminel ou, pire encore, la Maison Blanche traîtresse pourrait utiliser les accords de confidentialité pour assurer le silence.

« Malheureusement, cela pourrait se produire, » dit-il. « Si la CIA veut cacher une opération, ils classent à un niveau très élevé et ils document du Congrès avec un accord de confidentialité de sorte que vous êtes lié pour la vie. »

Shipp a souligné comment ironclad les accords sur le secret de la CIA exécutés étaient.

« Toute divulgation de renseignements d’une manière non autorisée peut entraîner une peine de prison, » dit-il. « Le document montre clairement que toute personne qui signe qu’il ne peut jamais parler de l’opération ou de toute connexion à l’opération. Même si l’information vient dans un forum public, vous ne pouvez pas autant que confirmer un rapport de nouvelles, parce que l’information vient confirmer peut être considérée comme une violation de l’accord de sécurité « .

A ‘de facto, un tiers assassinat « 

Shipp a discuté de ses préoccupations que l’administration Obama décalé sol en Libye et a refusé d’accepter l’offre de Kadhafi à abdiquer.

« Kadhafi avait établi des relations diplomatiques avec les États-Unis et nous avons eu une ambassade en Libye », a noté Shipp.

« Une des parties les plus étonnantes de tout cela est que Kadhafi avait détruit sa cachette d’armes de destruction massive (armes de destruction massive), et il nous a été fournir un flux régulier de renseignements sur les mouvements d’Al-Qaïda en Libye », at-il dit.

Shipp a déclaré Kadhafi « collaborait avec nous comme un allié, donc pour l’administration Obama, l’équipe de sécurité nationale de la Maison Blanche et le Département d’Etat de rompre le contact avec Kadhafi était incroyable, surtout quand il a été demandé de démissionner et de demander l’asile. »

Shipp a exprimé l’étonnement de l’administration Obama était non seulement alors que les forces rebelles libyennes alignées avec al-Qaida renversé Kadhafi, mais aussi l’ont tué.

« Il est élevé à un de facto, l’assassinat tiers commis en fin de compte par les États-Unis, si vous me demandez mon avis, » at-il conclu.

« Pourquoi devrions-nous déstabiliser complètement la Libye quand le chef essayait d’être notre allié est une question énorme qui tombe dans un modèle de l’administration Obama et ses conseillers de sécurité nationale pour soutenir les mouvements rebelles islamiques, notamment en soutenant maintenant l’armée syrienne libre, sur ce qui pourrait être une solution plus stable. « 

Shipp a spéculé sur les raisons de l’administration Obama a commencé à couvrir la vérité à propos de Benghazi, en attribuant l’attaque à la réaction à une vidéo Youtube qui a insulté le fondateur de l’Islam, Muhammad.

« Qu’est-ce que l’administration Obama était terrifié à propos, à mon avis, était le public américain connaissant le Département de la CIA et de l’Etat ont été en cours d’exécution des armes secrètement en Libye avant Kadhafi a été renversé, que les canons sont entrés dans les mains d’al-Qaida, et que les armes à feu a fini par borne pour la Syrie « , at-il dit.

« Ces événements mis ensemble pourraient être examinées même traîtresse, à mon avis, si les faits jamais sortis pour le public américain. »
Read more at http://www.wnd.com/2015/01/admiral-u-s-could-have-ousted-gadhafi-peacefully/#MC1Ske2JulBYeH9E.99

*

Nibiru_Final_Update.

*

*

Cliquez sur:

Nibiru

pour accéder à tous les Liens

*

*

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s