UE Était Une Création De La CIA Pour Déclencher La Guerre Avec la Russie. _ 19_06_2016.

20-06-2016

 

Dr. Paul Craig Roberts reveals: UE Était Une Création De La CIA Pour Déclencher La Guerre Avec la Russie. _ 19_06_2016.

 

UE Était Une Création De La CIA Pour Déclencher La Guerre Avec la Russie

EU Was A CIA Creation To Trigger War With Russia

The Alex Jones Channel 

Ajoutée le 19 juin 2016

Dr. Paul Craig Roberts reveals that in 2000, it was released that the EU was a CIA invention as a control mechanism as well as another bond between NATO countries.
http://www.paulcraigroberts.org/
[Perhaps Russians Are Finally Learning That Washington Cannot Be Trusted]
http://www.paulcraigroberts.org/2016/…
Help us spread the word about the liberty movement, we’re reaching millions help us reach millions more. Share the free live video feed link with your friends & family: http://www.infowars.com/show

Follow Alex on TWITTER – https://twitter.com/RealAlexJones
Like Alex on FACEBOOK – https://www.facebook.com/AlexanderEme…
Infowars on G+ – https://plus.google.com/+infowars/

*

WHAT PUSHES THE US TOWARDS WAR WITH RUSSIA?

Facebook VK blogger LiveJournal Twitter Google+ Email Print Partager

09.06.2016

Paul Craig Roberts, American journalist and economist explains why the US media writes increasingly about war with Russia.

First of all the US does not have a media. It has a ministry of propaganda.  The media in the US is a function of the military security complex and of neoconservatives, and their ideology is world hegemony. That means American control of the entire world includes Russia and China. The neoconservative ideology says that history chose America to be the empire to rule the world. That is why they say that the United States is an indispensable country, and that the American people are the exceptional people. So, what you have here is the same ideology as Adolf Hitler. No one else matters.

There are the efforts of neoconservatives to destabilize Russia. This is the reason for Georgia and Ukraine. This is the reason for military activities on the part of the US and NATO on the Russia’s borders. This is an effort in part to destabilize the Russian government, but the neoconservatives are preparing to take this all away to war.

There are reasons behind this desire for war, for example the military industrial complex needs to be fed with the government’s budget, because it entirely dependent on budget for its profit. So it needs an enemy and in the Cold War it had a great enemy. So they see here an effort to recreate the Cold War. They become part of the pressure against Russia.

Washington uses fear in Europe: Oh look, Russians are going to attack you, we have to protect you! This creates more fear on the part of those countries and they fall into this muddle.

We also have a neoliberal part of  the American establishment. They think if they put enough pressure on Russia, Moscow will submit and agree to being some sort of vassal state.

They have the view that “if we can force Russia to use its resources to build up its military, the domestic economy of Russia will suffer”

All of these things are conducted, all of them are dangerous because they all lead to war, but the most dangerous is this neoconservative ideology. Their doctrine states clearly that the principle goal of US foreign policy is to prevent the rise of Russia.

HideRelated links

*

QU’EST-CE QUE LA POUSSE US VERS LA GUERRE AVEC LA RUSSIE?

Facebook  VK  blogger  LiveJournal  Twitter  Google+  Email  Imprimer  Partager

09/06/2016

Paul Craig Roberts, journaliste et économiste américain explique pourquoi les médias américains écrit de plus en plus sur la guerre avec la Russie.

Tout d’abord aux États-Unis n’a pas de médias. Il a un ministère de la propagande. Les médias aux Etats-Unis est une fonction du complexe de la sécurité militaire et des néo-conservateurs, et leur idéologie est l’hégémonie mondiale. Cela signifie que le contrôle américain du monde entier comprend la Russie et la Chine. L’idéologie néoconservatrice dit que l’histoire a choisi l’Amérique d’être l’empire de gouverner le monde. Voilà pourquoi ils disent que les États-Unis est un pays indispensable, et que le peuple américain sont les gens exceptionnels. Donc, ce que vous avez ici est la même idéologie que Adolf Hitler. Personne d’autre questions.

Il y a les efforts des néo-conservateurs pour déstabiliser la Russie. Ceci est la raison de la Géorgie et de l’Ukraine. Ceci est la raison pour laquelle les activités militaires de la part des États-Unis et de l’OTAN sur les frontières de la Russie. Ceci est un effort dans le cadre de déstabiliser le gouvernement russe, mais les néo-conservateurs se préparent à prendre ce tout loin à la guerre.

Il y a des raisons derrière ce désir de guerre, par exemple, le complexe militaro-industriel a besoin d’être nourri avec le budget du gouvernement, car il dépend entièrement de budget pour son bénéfice. Donc, il a besoin d’un ennemi et dans la guerre froide, il a eu un grand ennemi. Donc, ils voient là un effort pour recréer la Guerre froide. Ils font partie de la pression contre la Russie.

Washington utilise la peur en Europe: Oh regarde, les Russes vont vous attaquer, nous avons pour vous protéger! Cela crée plus de peur de la part de ces pays et ils tombent dans cette confusion.

Nous avons aussi une partie néolibérale de l’establishment américain. Ils pensent que si l’on met suffisamment de pression sur la Russie, Moscou présentera et accepter d’être une sorte d’état vassal.

Ils ont estimé que «si nous pouvons forcer la Russie d’utiliser ses ressources pour construire son armée, l’économie nationale de la Russie va souffrir »

Toutes ces choses sont menées, elles sont toutes dangereuses parce qu’elles mènent tous à la guerre, mais le plus dangereux est cette idéologie néoconservatrice. Leur doctrine stipule clairement que le but principal de la politique étrangère des États-Unis est d’empêcher la montée de la Russie.

Cacher Liens connexes

*

OBAMA READY TO START WORLD WAR III TO NEUTRALIZE TRUMP

Facebook VK blogger LiveJournal Twitter Google+ Email Print Partager

27.05.2016

On May 26th, 2016, at the G7 summit in Japan, Obama spoke about the danger of nuclear war, which has become more of a reality today. On the same day, US media said that Donald Trump, the main troublemaker in the presidential race, gained the required number of delegates in order to become the official candidate of the Republican Party. At first glance, these events are not linked. However, recent actions and symbolic gestures of the US leadership demonstrate that the Obama administration has committed itself to exacerbate relations with geopolitical opponents, primarily with Russia, including the possibility of « hot war ». The Donald Trump factor plays an important role in this policy.

The Northern Front

In the last few months, the United States has demonstrated increased attention to Northern and Eastern Europe. In this region, almost every month since 2014, joint exercises to repel a common « threat » are held. The “threat” means Russia. On May 25th neutral Sweden approved a law authorizing the deployment of NATO troops on its territory. The leadership of Finland is planning to hold a similar solution. On May 20th, Obama personally discussed an anti-Russian strategy with the heads of Norway, Sweden, Finland, Iceland, and Denmark.

The Eastern-European front

A few weeks ago in Eastern Europe, the United States opened a base in the Romanian city of Deveselu, where elements of the missile defense system are formally placed. It is planned to open a similar base in Poland. The launch trajectory that extends over the new US base in the Artic would not protect them from Russian nuclear missiles. The nuclear deal with Iran also makes this setting unnecessary. North Korea has nothing to do with it due to the issue of geography. However, the same installation can be used to host and launch Tomahawk cruise missiles with nuclear warheads to hit the territory of Russia. In July, the Warsaw NATO summit will be held, where an announcement will be made on an increase of the US military group in Eastern Europe. The US plans to expand its permanent military presence in Europe in the New Year and deploy two additional divisions on a permanent basis (Armor and Airborn). Also, the US military presence in Georgia will increase. Obviously, US military pressure on Russia in Eastern Europe is increasing, as well as the possibility of a direct confrontation.

Syrian Front

The US also tightened its position in Syria. Last week, Labib Al-Nahhas – leader of the terrorist group « Ahrar al-Sham », which was created by former members of Al-Qaeda – visited Washington. US also declared on May 25th that they are not interested in peace in Syria, but in the resignation of Bashar al-Assad. This means that they have entered the final course of the war against Russia and Iran in the region.

Ukrainian Front

In Ukraine, despite the concessions of Russia, the United States continues to accuse Russia of disrupting and not fulfilling the Minsk agreements. In fact, the Russian side reached the limit on compromise. Kiev, endorsed by the US, refuses to grant special status to the disputed territory of Donbass. Failure to make any compromises serves to aggravate the situation in the region. The United States requires Russia to admit its defeat and give Donbass to Ukraine, something Russia will not do – ever. The likelihood of a new outbreak of conflict thus increases.

The situation in the South Caucasus is also unstable, where the United States is pushing Armenia and Azerbaijan into a new conflict. The Obama administration pressures European countries to ensure that sanctions against Russia are extended at the June EU summit. The US still tries to hit oil prices to put economic pressure on Russia.

At the G7 summit, Obama plans to achieve a consolidated anti-Russian stance on sanctions and force Tokyo to rethink their attempts at rapprochement with Russia. At the same time, pro-Russian political activists in Eastern Europe were arrested. The most notorious event was the arrest of the leader of the Polish Party Zmiana Mateusz Piskorski with several activists on May 18th. It seems that the US is preparing a hot or hybrid war against Russia on the aforementioned fronts. At the same time, the possibility of a candidate coming to power who wants to fundamentally change American foreign policy only urges the current US administration to start this war.

1. Scenario №1. Neutralize Trump

Donald Trump has unveiled his foreign policy program. It would radically change the attitude of America towards the world. The main themes are the rejection of interventionism and a “promotion of democracy” policy, realism and the protection of national interests of the United States as a national power and not a global hegemon, the output of the Trans-Pacific Partnership, and the suspension of the signing of the Trans- Atlantic Partnership and a goal to find a compromise with Russia on the basis of shared interests. Implementation of this program will mean a blow to the interests of the beneficiaries of the current hegemonic US policy.

To avoid these changes, the Obama administration artificially intensifies conflict with Russia (as well as in the South China Sea with China) in order to make the transition to a policy of isolationism impossible in any case. Their task is to make a confrontation with Russia so sharp and irreversible that if Trump wins the election in November, he will be unable to change anything, and will become a hostage to the trend pledged under the previous administration. A properly configured public opinion, as well as elite factions of Democrats and Republicans in Congress controlled by globalists, will make any reset in relations between the US and Russia impossible, even in the event of a Trump victory. The new president will be forced to continue the previous policy. Thus, through a confrontation with Russia he will be biased by hegemonism and its conductors will remain in power.

2. Scenario №2. Place a trump card in the hands of Hillary

In the event of a victory for warmonger Hillary Clinton in the next presidential elections, the current policy of deterioration of relations with Russia will receive a logical continuation. Already pumped up with anti-Russian propaganda, society is prepared for the aggressive policies of Hillary. The very « Russian threat » as a factor in the media can contribute to the victory of the militant Clinton, not Trump. However, in the future, Hillary can either continue the confrontation with Russia, under the pressure of non-conservative lobby, or if Obama’s aggravation reaches a critical point, he will defiantly offer a « reset », but will ask for concessions. For example, Hillary may request that President Putin refuse to run for another presidential term.

3. Scenario №3. Third Term of Obama

Finally, the radical and catastrophic scenario. Obama can remain in the chair of the president in the event of a declaration of war. This is the least likely scenario, but given the fact that groups of influence behind Obama and Clinton are ready for any blood, if only to preserve their power, it cannot be discounted.

In the case of this scenario, the factor of Trump will naturally disappear from internal American politics. The most likely scenario is the first, but in any case, for the entire world, all of them will mean new rivers of blood.

HideRelated links

*

OBAMA PRÊT À COMMENCER LA TROISIÈME GUERRE MONDIALE POUR NEUTRALISER TRUMP

Facebook VK blogger LiveJournal Gazouillement Google+ Email Impression Partager

27/05/2016

Le 26 mai, 2016, lors du sommet du G7 au Japon, Obama a parlé du danger de guerre nucléaire, qui est devenu plus d’une réalité aujourd’hui. Le même jour, les médias américains a déclaré que Donald Trump, le fauteur de troubles principal dans la course présidentielle, a gagné le nombre requis de délégués pour devenir le candidat officiel du Parti républicain. À première vue, ces événements ne sont pas liés. Cependant, les récentes actions et des gestes symboliques de la direction des États-Unis montrent que l’administration Obama se soit engagé à exacerber les relations avec les adversaires géopolitiques, principalement avec la Russie, y compris la possibilité de « guerre chaude ». Le facteur Donald Trump joue un rôle important dans cette politique.

Le Front du Nord

Au cours des derniers mois, les États-Unis ont démontré une attention accrue dans le Nord et en Europe orientale. Dans cette région, presque tous les mois depuis 2014, des exercices conjoints pour repousser une «menace» commune sont tenues. La «menace» signifie la Russie. Le 25 mai Suède neutre a approuvé une loi autorisant le déploiement de troupes de l’OTAN sur son territoire. La direction de la Finlande prévoit d’organiser une solution similaire. Le 20 mai, Obama personnellement discuté d’une stratégie anti-russe avec les chefs de la Norvège, la Suède, la Finlande, l’Islande et le Danemark.

Le front de l’Est européen

Il y a quelques semaines en Europe, aux États-Unis ont ouvert une base dans la ville roumaine de Deveselu, où les éléments du système de défense antimissile sont officiellement placés. Il est prévu d’ouvrir une base similaire en Pologne. La trajectoire de lancement qui se prolonge sur la nouvelle base américaine dans l’Arctique ne serait pas les protéger contre les missiles nucléaires russes. L’accord nucléaire avec l’Iran fait également ce paramètre inutile. La Corée du Nord n’a rien à voir avec elle en raison de la question de la géographie. Cependant, la même installation peut être utilisée pour accueillir et lancer des missiles de croisière Tomahawk d’ogives nucléaires pour frapper le territoire de la Russie. En Juillet, le sommet de Varsovie de l’OTAN aura lieu, où une annonce sera faite sur une augmentation du groupe militaire américain en Europe orientale. Les États-Unis prévoit d’étendre sa présence militaire permanente en Europe dans la nouvelle année et de déployer deux divisions supplémentaires sur une base permanente (Armor et Airborn). En outre, la présence militaire américaine en Géorgie va augmenter. De toute évidence, la pression militaire des États-Unis sur la Russie en Europe orientale augmente, ainsi que la possibilité d’une confrontation directe.

Façade syrienne

Les États-Unis a également resserré sa position en Syrie. La semaine dernière, Labib Al-Nahhas – chef du groupe terroriste « Ahrar al-Sham », qui a été créé par d’anciens membres d’Al-Qaïda – a visité Washington. Américain a également déclaré le 25 mai qu’ils ne sont pas intéressés par la paix en Syrie, mais la démission de Bachar al-Assad. Cela signifie qu’ils sont entrés dans le dernier cours de la guerre contre la Russie et de l’Iran dans la région.

front d’Ukraine

En Ukraine, malgré les concessions de la Russie, les États-Unis continuent d’accuser la Russie de perturber et ne remplissant pas les accords de Minsk. En fait, la partie russe a atteint la limite sur le compromis. Kiev, approuvé par les États-Unis, refuse d’accorder un statut spécial au territoire contesté du Donbass.Le défaut de faire des compromis sert à aggraver la situation dans la région. Les États-Unis exige que la Russie d’admettre sa défaite et de donner à l’Ukraine Donbass, quelque chose la Russie ne fera pas – jamais. La probabilité d’une nouvelle flambée de conflits augmente donc.

La situation dans le Caucase du Sud est également instable, où les États-Unis pousse l’Arménie et l’Azerbaïdjan dans un nouveau conflit. Les pressions de l’administration Obama pays européens pour assurer que les sanctions contre la Russie sont étendues au sommet UE Juin. Les États-Unis essaie toujours de frapper les prix du pétrole pour faire pression économique sur la Russie.

Lors du sommet du G7, Obama prévoit d’atteindre une position anti-russe consolidée sur les sanctions et forcer Tokyo à repenser leurs tentatives de rapprochement avec la Russie. Dans le même temps, des militants politiques pro-russes en Europe de l’Est ont été arrêtés. L’événement le plus notoire était l’arrestation du chef du Parti polonais Zmiana Mateusz Piskorski avec plusieurs militants le 18 mai. Il semble que les États-Unis de préparer une guerre chaude ou hybride contre la Russie sur les fronts précités. Dans le même temps, la possibilité d’un candidat arrivée au pouvoir qui veut changer fondamentalement la politique étrangère américaine exhorte seulement l’administration américaine actuelle pour commencer cette guerre.

1. Scénario №1. Neutraliser Trump

Donald Trump a dévoilé son programme de politique étrangère. Cela changerait radicalement l’attitude de l’Amérique envers le monde. Les thèmes principaux sont le rejet de l’interventionnisme et une «promotion de la démocratie » politique, le réalisme et la protection des intérêts nationaux des États-Unis en tant que puissance nationale et non pas un hégémon mondial, la sortie du Partenariat Trans-Pacifique, et la suspension de la signature du partenariat transatlantique et un objectif de trouver un compromis avec la Russie sur la base des intérêts communs. La mise en œuvre de ce programme se traduira par un coup aux intérêts des bénéficiaires de la politique américaine hégémonique actuelle.

Pour éviter ces changements, l’administration Obama intensifie artificiellement conflit avec la Russie (ainsi que dans la mer de Chine du Sud avec la Chine) afin de faire la transition vers une politique d’isolationnisme impossible dans tous les cas.Leur tâche est de faire une confrontation avec la Russie si forte et irréversible que si Trump remporte l’élection en Novembre, il sera incapable de changer quoi que ce soit, et deviendra un otage à la tendance engagée sous l’administration précédente. Une opinion publique correctement configuré, ainsi que les factions d’élite des démocrates et des républicains au Congrès contrôlé par globalistes, fera tout reset dans les relations entre les Etats-Unis et la Russie impossible, même dans le cas d’une victoire de Trump. Le nouveau président sera obligé de poursuivre la politique précédente. Ainsi, à travers une confrontation avec la Russie, il sera sollicité par l’hégémonisme et ses conducteurs restera au pouvoir.

2. Scénario №2. Placez une carte maîtresse dans les mains de Hillary

Dans le cas d’une victoire pour belliciste Hillary Clinton lors des prochaines élections présidentielles, la politique actuelle de la détérioration des relations avec la Russie recevra une suite logique. Déjà pompée à la propagande anti-russe, la société est prête pour les politiques agressives de Hillary. La « menace russe » très en tant que facteur dans les médias peut contribuer à la victoire de la Clinton militant, pas Trump. Cependant, à l’avenir, Hillary peut soit poursuivre la confrontation avec la Russie, sous la pression du hall non-conservatrice, ou si l’aggravation d’Obama atteint un point critique, il sera défi d’offrir un «reset», mais demandera des concessions. Par exemple, Hillary peut demander que le président Poutine refuse de briguer un nouveau mandat présidentiel.

3. Scénario №3. Troisième terme d’Obama

Enfin, le scénario radical et catastrophique. Obama peut rester dans le fauteuil du président en cas d’une déclaration de guerre. Ceci est le scénario le moins probable, mais compte tenu du fait que les groupes d’influence derrière Obama et Clinton sont prêts pour tout le sang, si seulement pour préserver leur pouvoir, il ne peut pas être écartée.

Dans le cas de ce scénario, le facteur de Trump va naturellement disparaître de la politique intérieure américaine. Le scénario le plus probable est le premier, mais en tout cas, pour le monde entier, chacun d’eux se traduira par de nouvelles rivières de sang.

CacherLiens connexes

*

NATO’S FUTURE BLITZKRIEG AGAINST RUSSIA: THE BATTLE FOR AIR SUPREMACY

Facebook VK blogger LiveJournal Twitter Google+ Email Print Partager

10.05.2016

All of the Pentagon’s investments are limited to offensive weapons designed to execute the invasions of other countries. For example, who needs stealth aircraft to defend their territory? Washington is the only owner of nuclear aircraft carriers escorted by dozens of cruisers, destroyers, amphibious assault ships, and nuclear attack submarines capable of attacking any point on the globe. The US also wields a huge fleet of over 500 heavy cargo planes specifically designed to carry armored divisions tens of thousands of kilometers away from the American continent. Russia, surrounded by NATO military bases, is seen by Washington as a huge booty given its huge territory on which 60% of the Earth’s mineral resources, drinking water, land suitable for agriculture, and forests are located.

After the collapse of the USSR, when the United States was left as the only superpower in the world, the cliché was established whereby Washington proposes a military invasion of another country. First it creates a psychosis among public opinion that the given country is on the verge of attacking and occupying its neighbors.  When in fact the US military is invading the target country, this process of psychological warfare conducted intensively by subservient media presents US military aggression as eliminating the threat of the neighbors’ target state. As for the US, in reality the « cold war” never ended, and over the past two years has triggered a psychological war against Russia and managed to oblige the EU and other vassal states to impose economic sanctions.

In order to prevent Russian influence from expanding following success in Syria, the US will need to accelerate its preparations to attack Russia. Yet Barack Obama, the lame duck, cannot decide anything, and assumes that the next US president will make the decision.

Where could the United States attack?

The US does not target a landing in Russia’s Far East. Instead, just like Napoleon or Hitler, the US intends to occupy Russia’s strategically objective capital, Moscow. The initial plan was that the US-backed « Euromaidan » would draw Ukraine into its sphere of influence, and that the Russian naval bases in Crimea would be transferred to the US Navy, as Ukraine becomes a NATO member. The invasion of Russia was set to start from the territory of Ukraine. It should be taken into consideration that Lugansk, for example, is only 600 km from Moscow. The initial plan was overturned by the successful referendum that decided Crimea’s re-unification with Russia and, subsequently due to the civil war in Donbass, the Americans can no longer launch any military aggression against Russia from Ukraine.

Therefore, the US’ plan was revised, and the Baltic states were designated to be the new offensive starting zone. For this reason, the US has recently put pressure on Sweden and Finland to join NATO, whose territory could be used for maneuvers in the challenge against Russia. Moscow is only 600 km from the border with Latvia and is not protected by any natural barriers that could put obstacles in the path of any invasion from a military point of view.

Allegedly for « deterring » Russia, the Pentagon has enlarged military spending for the anti-Russian campaign in European countries bordering Russia. The US has even deployed yet another armored brigade in the Baltic states and Poland, thereby violating the Founding Act of the Russia-NATO Treaty of 1997 in addition to decisions to increase the US’ military fleet from 272 to 350 battleships. Therefore, the Pentagon’s strategic plan might include a Blitzkrieg military invasion taken under NATO command, with classic weapons, starting from the Baltic States and Poland directly aimed for Moscow.

The defeat of Russia would be followed by a change in the political leadership represented by Vladimir Putin and a gradual withdrawal of forces while leaving pieces of Russian territory occupied by Latvia, Estonia, and Ukraine. Russia’s western border would be fixed along the line stretching from St. Petersburg to Veliky Novgorod, Kaluga, Tver, and Volgograd.

Due to the rapid modernization of the Chinese army, which is now capable of posing serious problems for the US and its allies in the Western Pacific, which would mean that the Pentagon would not deploy all available combat equipment in Europe. Up to 1/3 of the US military forces would be kept in reserve in the case of a surprise attack by China.

What would be the time window?

Any military invasion of Russia could be executed successfully by USA only before 2018, after which the chances of success drop dramatically given the Pentagon’s loss of technological superiority in many fields compared to the Russian Army and the possibility of the conflict turning into a global one involving the use of nuclear weapons.

Winning air supremacy

Russia’s army is focused on defense. It has high-performing aircraft interceptors and highly mobile AA missile systems capable of detecting and destroying even 5th generation US aircraft. Therefore, the US military, backed by its allies in NATO, will not be able to win air supremacy. With great effort, it could achieve partial air superiority for short periods of time on certain zones around the Russian border with a strip with a depth of 300 km. To create safe flight zones in areas where Russian anti-aircraft systems are active, the Americans would be forced to send a first attack wave of 220 aircraft (including 15 B-2 bombers, F-160’s, F-22A’s and 45 F-35’s). With two streamlined compartments, a  B-2 can carry either 16 GBU-31 laser-guided bombs (900 kg), 36 CBU-87 cassette bombs,  (430 kg) or 80 GBU-38 bombs (200 kg). F-22A aircraft can be armed with two JDAM bombs (450 kg) or eight 110 kg bombs.

A major obstacle is that the Americans’ AGM-88E anti-radar missiles, with a radius of action of 140 km, are too large to fit into F-22A’s and F-35’s (length 4.1 m, 1 m tail) and if they are attached to the wing’s pylons, they instantly compromise the « invisibility » of these planes. The predominant targets of the first wave will be Russian airfields and systems in A2 / AD bubble exclusion zones.

As for the F-22A, the Pentagon reports show that they were pleased with the results of F-117 (first aircraft generation 5-a) in the first campaign of the Gulf and in Yugoslavia. The Pentagon thus originally ordered 750 F-22A’s to replace the F-16 in the Air Force, but once American military intelligence discovered that Russia has successfully tested the 96L6E anti-stealth radar on F-117’s, the Pentagon reduced the order to 339 F-22A’s. While the Americans were developing and testing the F-22A project, the Russians had already created the antidote to this plane, i.e., the S-400 missile system that uses multiple-component detection equipment, including the 96L6E. In the end, only 187 F-22A’s came to be produced.

To complicate the task of Russian air defense in addition to dealing with 5th generation planes, 500-800 cruise missiles from US ships and submarines deployed in the Baltic Sea would be launched. The chances of these cruise missiles reaching their targets are small, as Russia has about 250 MiG-31 long-range fighters that can reach a speed of Mach 2.83 (3500 km/h) which are specialized in intercepting E-3 Sentry (AWACS) plane and cruise missiles. The MiG-31s’ aircraft radar can discover incoming projectiles at a range of 320 km and follow 24 targets at once, eight of which can be simultaneously attacked with R-33/37 missiles with a range of 300 km and Mach 6 velocity.

At the same time, US F-18, F-15E, B-52, and B-1B planes can fire without approaching the Russian border (and even without entering the range of action of S-400 missiles), which also concerns the AGM-154 or AGM-158 mini cruise missiles with a range of action of between 110 and 1,000 km. They can hit battleships of the Russian Baltic Fleet and Russia’s 9K720 Iskander (distance 500 km) and OTR-21 Tochka (distance 180 km) Iskander surface-to-ground missile batteries. In the best case scenario, the effectiveness of this first wave might mean the neutralization of 30% of Russia’s surveillance aerial radar system’s network, 30% of the S-300 and S-400 battalions deployed between Moscow and the border with the Baltic countries, 40% of the components of the automated C4I systems (especially radar-jamming components), as well as blocking airfields home to 200 planes and helicopters, thus damaging Russian operative management, etc.

However, the expected loss of the Americans and their allies can reach 60-70% of aircraft and cruise missiles entering the Russian airspace during the first wave alone.

But what is the largest obstacle to conquering air supremacy?

Around the cities of St. Petersburg and Kaliningrad, the Russians have established two automated C4I systems (featuring automated Command, Control, Communications, Computers, Intelligence and Interoperability) to obtain supremacy in preventing radio-electronic war (Electronic warfare -EW) waged by American land-based, air, and cosmic surveillance systems. Among others, the C4I equipment includes the Krasukha-4 SIGINT and COMINT type (which can intercept all communication networks). The Krasukha-4 can also prevent radar surveillance from American Lacrosse and Onyx military satellites – military radars based on the soil of neighboring states of the AWACS and E-8C type, and those mounted on US RC-135 reconnaissance aircrafts or the unmanned Northrop Grumman RQ-4 Global Hawk. The Russian military is equipped to jam the enemy’s electron-optical sensors for laser-guided, GPS-directed, and infrared seeking bombs and missiles. Such systems are relatively few in number but in position to ensure the deflection of important enemy objectives.

The deployment of Russian C4I systems also allows for the establishment of two exclusion zones (Anti-access / A2 Area Denial / AD Bubble) impenetrably by NATO forces. Moreover, the C4I are integrated into two battalions with S-400 long-range anti-aircraft missiles and several mobile batteries with short-range Tor-M2 and Pantsir-2M systems.

In order to completely deter a Western invasion, Russia would have to begin to develop the continuity of C4I automated systems with the EW, A2/AD bubbles around St. Petersburg, along the border with the Baltic States, and in Kaliningrad.

The S-400 system can track and attack up to 80 air targets with speeds of up to 17,000 km/h at a distance of 400 km using radar information from multispectral satellite-based sensors. Russia now has 20-25 battalions with 8 x 40 launch systems each for S-400 missiles (approximately 180 S-400 launch installations). Eight S-400 battalions are located around Moscow and one was in Syria. Russia could bring the other S-400 battalions up to the border with the Baltic states or position them in Belarus with 130 S-300 battalions equipped with approximately 1,100 S-300 launch installations (with an operating range of 200 km) which, although older than the S-400, are resistant to jamming, can feature upgraded PMU-1/2’s, and can be equipped with the 96L6E radar.  The S-500, a more honed model of the S-400, is now in testing and will begin to equip the Russian army in 2017.

Because of Russia’s highly efficient SIGINT and COMINT radar jamming and anti-electron-optical and anti-GPS equipment, which Russia has many of, NATO will not be able to gain supremacy in any kind of radio-electronic war (Electronic warfare – EW). It should be remembered how in Syria Russia’s C4I, EW, and A2/AD automated systems prevented the American anti-ISIS coalition from discovering rebels’ objectives before they were attacked by Russian bombers. In the case of a NATO attack on Russia, in the first wave the US is expected to hit 60 – 70% false targets on Russian territory.
EF-18 jamming aircrafts and US Navy ships stationed in the Baltic Sea would secure the next wave of US air attacks. But, due to the weak air supremacy from the first wave, the next waves of the NATO attack would feature increasingly heavy losses. The US air group composed of 5,000 aircraft and helicopters belonging to the Air Force, Navy, and Marines would have to be joined by their NATO allies’ 1,500 aircraft.

The author is a Romanian military analyst, former deputy commander of Otopeni Airport (Romania). Translated by Katehon.com from Romanian

HideRelated links

*

L’AVENIR DE L’OTAN BLITZKRIEG CONTRE LA RUSSIE: LA BATAILLE POUR AIR SUPRÉMATIE

Facebook  VK  blogger  LiveJournal  Twitter  Google+  Email  Imprimer  Partager

05/10/2016

Tous les investissements du Pentagone sont limitées à des armes offensives conçues pour exécuter les invasions des autres pays. Par exemple, qui a besoin d’avions furtifs pour défendre leur territoire? Washington est le seul propriétaire des porte-avions nucléaires escortés par des dizaines de croiseurs, destroyers, navires d’assaut amphibies, et les sous-marins nucléaires d’attaque capables d’attaquer un point quelconque du globe. Les États-Unis exerce également une immense flotte de plus de 500 avions cargo lourds spécialement conçus pour le transport blindé divisions des dizaines de milliers de kilomètres du continent américain. Russie, entourée par des bases militaires de l’OTAN, est considéré par Washington comme un énorme butin donné son immense territoire sur lequel 60% des ressources minérales de la Terre, l’eau potable, les terres propices à l’agriculture, et les forêts sont situées.

Après l’effondrement de l’URSS, lorsque les États-Unis a été laissé comme la seule superpuissance dans le monde, le cliché a été établi, selon lequel Washington propose une invasion militaire d’un autre pays. D’abord, il crée une psychose dans l’opinion publique que le pays donné est sur le point d’attaquer et d’occuper ses voisins. Quand en fait l’armée américaine envahit le pays cible, ce processus de guerre psychologique menée intensivement par les médias serviles américain présente l’agression militaire en éliminant la menace de l’état cible des voisins. En ce qui concerne les États-Unis, en réalité, la «guerre froide» n’a jamais pris fin, et au cours des deux dernières années, a déclenché une guerre psychologique contre la Russie et a réussi à obliger l’UE et d’autres Etats vassaux d’imposer des sanctions économiques.

Afin d’éviter l’influence russe de l’expansion succès suivante en Syrie, les Etats-Unis ont besoin d’accélérer ses préparatifs pour attaquer la Russie. Pourtant, Barack Obama, le canard boiteux, ne peut pas décider quoi que ce soit, et suppose que le prochain président des États-Unis prendra la décision.

Où pouvait les Etats-Unis attaque?

Les États-Unis ne cible pas un atterrissage en Extrême-Orient russe. Au lieu de cela, tout comme Napoléon ou Hitler, les Etats-Unis ont l’intention d’occuper le capital stratégique objective de la Russie, Moscou. Le plan initial était que les Etats-Unis soutenu par «euromaïdan» attire l’Ukraine dans sa sphère d’influence, et que les bases navales russes en Crimée seraient transférés à la Marine des États-Unis, que l’Ukraine devient membre de l’OTAN. L’invasion de la Russie a été configuré pour démarrer à partir du territoire de l’Ukraine. Il doit être pris en considération que Lugansk, par exemple, est à seulement 600 km de Moscou. Le plan initial a été annulé par le succès du référendum qui a décidé la réunification de la Crimée avec la Russie et, par la suite en raison de la guerre civile en Donbass, les Américains ne peuvent plus lancer une agression militaire contre la Russie de l’Ukraine.

Par conséquent, le plan des États-Unis »a été révisé, et les Etats baltes ont été désignés pour être la nouvelle zone de départ offensive. Pour cette raison, les États-Unis ont récemment fait pression sur la Suède et la Finlande à adhérer à l’OTAN, le territoire duquel pourrait être utilisé pour des manoeuvres dans le défi contre la Russie. Moscou est à seulement 600 km de la frontière avec la Lettonie et ne sont pas protégés par des barrières naturelles qui pourraient mettre des obstacles sur le chemin d’une invasion à partir d’un point de vue militaire.

Prétendument pour «dissuader» Russie, le Pentagone a élargi les dépenses militaires pour la campagne anti-russe dans les pays européens riverains de la Russie. Les USA ont même déployé une autre brigade blindée dans les Etats baltes et la Pologne, violant ainsi l’Acte fondateur du traité Russie-OTAN de 1997, en plus des décisions pour augmenter la flotte militaire des Etats-Unis « de 272 à 350 cuirassés. Par conséquent, le plan stratégique du Pentagone pourrait inclure une invasion Blitzkrieg militaire menée sous le commandement de l’OTAN, avec des armes classiques, en commençant par les pays baltes et la Pologne visant directement pour Moscou.

La défaite de la Russie serait suivie par un changement dans la direction politique représentée par Vladimir Poutine et un retrait progressif des forces tout en laissant des morceaux de territoire russe occupé par la Lettonie, l’Estonie et l’Ukraine. la frontière occidentale de la Russie serait fixée le long de la ligne qui va de Saint-Pétersbourg à Veliky Novgorod, Kaluga, Tver et Volgograd.

En raison de la modernisation rapide de l’armée chinoise, qui est maintenant capable de poser de sérieux problèmes pour les États-Unis et ses alliés dans le Pacifique occidental, ce qui signifierait que le Pentagone ne serait pas déployer tous les équipements de combat disponibles en Europe. Jusqu’à 1/3 des forces militaires américaines seraient gardés en réserve dans le cas d’une attaque surprise par la Chine.

Quelle serait la fenêtre de temps?

Toute invasion militaire de la Russie pourrait être exécuté avec succès par les USA seulement avant 2018, après quoi les chances de succès baisse spectaculaire compte tenu de la perte du Pentagone de la supériorité technologique dans de nombreux domaines par rapport à l’armée russe et la possibilité du conflit se transformer en un global impliquant l’utilisation des armes nucléaires.

Gagner la suprématie de l’air

l’armée russe se concentre sur la défense. Il a intercepteurs d’avions de haute performance et des systèmes de missiles AA très mobiles capables de détecter et de détruire les avions américains, même 5e génération. Par conséquent, l’armée américaine, soutenue par ses alliés de l’OTAN, ne sera pas en mesure de gagner la suprématie aérienne. Avec un grand effort, il pourrait atteindre la supériorité aérienne partielle pour de courtes périodes de temps sur certaines zones autour de la frontière russe avec une bande d’une profondeur de 300 km. Pour créer des zones de vol sûres dans les zones où les systèmes anti-aériens russes sont actifs, les Américains seraient obligés d’envoyer une première vague d’attaque de 220 avions (dont 15 B-2 bombardiers, de F-160, F-22A’S et 45 F-35 ). Avec deux compartiments rationalisés, un B-2 peut transporter soit 16 GBU-31 bombes guidées par laser (900 kg), 36 CBU-87 bombes à cassettes, (430 kg) ou 80 GBU-38 bombes (200 kg). avions F-22A peut être armé avec deux bombes JDAM (450 kg) ou huit 110 kg de bombes.

Un obstacle majeur est que AGM-88E missiles anti-radar des Américains, avec un rayon d’action de 140 km, sont trop volumineux pour tenir dans F-22A de et F-35 (longueur de 4,1 m, 1 m queue) et si elles sont fixés aux pylônes de l’aile, ils compromettent instantanément la «invisibilité» de ces avions. Les cibles prédominantes de la première vague seront aérodromes russes et les systèmes A2 / AD zones d’exclusion de bulles.

Comme pour le F-22A, les rapports du Pentagone montrent qu’ils étaient satisfaits des résultats de F-117 (premier avion génération 5-a) dans la première campagne du Golfe et en Yougoslavie. Le Pentagone ainsi à l’origine commandé 750 F-22A de remplacer le F-16 de la Force aérienne, mais une fois que l’intelligence militaire américaine a découvert que la Russie a testé avec succès le 96L6E radar anti-furtivité sur le F-117 de, le Pentagone a réduit l’ordre de 339 F -22A de. Alors que les Américains développer et tester le projet F-22A, les Russes avaient déjà créé l’antidote à ce plan, à savoir le système de missiles S-400 qui utilise l’équipement de détection à plusieurs composants, y compris le 96L6E. En fin de compte, seulement 187 F-22A de vint à être produite.

Pour compliquer la tâche de la défense aérienne russe en plus de traiter avec des avions de 5ème génération, 500-800 missiles de croisière à partir de navires et sous-marins américains déployés dans la mer Baltique seraient lancés. Les chances de ces missiles de croisière atteindre leurs objectifs sont de petite taille, que la Russie compte environ 250 MiG-31 à longue portée des combattants qui peuvent atteindre une vitesse de Mach 2,83 (3500 km / h) qui sont spécialisés dans l’interception E-3 Sentry (AWACS) avion et des missiles de croisière. avions radar de MiG-31s peut découvrir les projectiles à une distance de 320 km et suivre 24 cibles à la fois, dont huit peuvent être attaqués simultanément avec R-33/37 missiles d’une portée de 300 km et Mach 6 vitesses.

Dans le même temps, des avions américains F-18, F-15E, B-52 et B-1B peuvent tirer sans approcher la frontière russe (et même sans entrer dans le champ d’action de S-400 missiles), qui concerne également les AGM-154 ou AGM-158 missiles mini croisière avec un rayon d’action entre 110 et 1000 km. Ils peuvent frapper cuirassés des batteries de missiles Flotte de la Baltique et 9K720 Iskander Russie (Distance 500 km) et OTR-21 Tochka (distance 180 km) Iskander-sol-sol russe. Dans le meilleur des cas, l’efficacité de cette première vague pourrait signifier la neutralisation de 30% du réseau d’antenne du système radar de surveillance de la Russie, 30% de la S-300 et S-400 bataillons déployés entre Moscou et la frontière avec les pays baltes, 40% des composants des systèmes C4I automatisés (composants en particulier de brouillage radar), ainsi que les aérodromes de blocage à domicile pour 200 avions et hélicoptères, ainsi endommager la gestion opérationnelle de Russie, etc.

Cependant, la perte attendue des Américains et leurs alliés peuvent atteindre 60-70% des avions et des missiles de croisière qui entrent dans l’espace aérien russe au cours de la première vague seul.

Mais ce qui est le plus grand obstacle à la conquête de la suprématie aérienne?

Autour des villes de Saint-Pétersbourg et de Kaliningrad, les Russes ont mis en place deux systèmes C4I automatisés (avec commande automatique, contrôle, communications, informatique, renseignement et interopérabilité) pour obtenir la suprématie dans la prévention de la guerre radio-électronique (-EW de guerre électronique) menée par systèmes de surveillance cosmiques terrestres américain, l’air, et. Entre autres, l’équipement C4I comprend le Krasukha-4 SIGINT et COMINT de type (qui peut intercepter tous les réseaux de communication). Le Krasukha-4 peut également empêcher la surveillance radar des satellites militaires Lacrosse américain et Onyx – radars militaires basés sur le sol des Etats voisins du type AWACS et E-8C, et ceux montés sur US RC-135 avions de reconnaissance ou sans pilote Northrop Grumman RQ-4 global Hawk. L’armée russe est équipé pour brouiller les capteurs électro-optiques de l’ennemi pour guidage laser, GPS dirigée et infrarouge cherchant des bombes et des missiles. De tels systèmes sont relativement peu nombreuses mais en mesure d’assurer la déflexion des objectifs importants de l’ennemi.

Le déploiement de systèmes C4I russes permet également la création de deux zones d’exclusion (Anti-accès / A2 Area Denial / AD Bubble) impénétrablement par les forces de l’OTAN. En outre, le C4I sont intégrés dans deux bataillons avec S-400 à longue portée des missiles antiaériens et plusieurs batteries mobiles avec courte portée Tor-M2 et Pantsir-2M systèmes.

Afin de dissuader complètement une invasion occidentale, la Russie devrait commencer à développer la continuité des systèmes automatisés C4I avec EW, A2 / AD bulles autour de Saint-Pétersbourg, le long de la frontière avec les États baltes et à Kaliningrad.

Le système S-400 peut suivre et attaquer jusqu’à 80 cibles aériennes avec des vitesses allant jusqu’à 17.000 km / h à une distance de 400 km en utilisant les informations radar provenant de capteurs à base de satellites multispectrales. La Russie a maintenant 20-25 bataillons avec 8 x 40 systèmes de lancement pour chaque S-400 missiles (environ 180 S-400 installations de lancement). Huit S-400 bataillons sont situés autour de Moscou et un était en Syrie. La Russie pourrait amener les autres S-400 bataillons à la frontière avec les Etats baltes ou les positionner en Biélorussie avec 130 S-300 bataillons équipés d’environ 1100 S-300 installations de lancement (avec une plage de fonctionnement de 200 km) qui, bien que plus âgé que le S-400, sont résistants au brouillage, peuvent être mises à niveau PMU-1/2 de, et peut être équipé avec le radar 96L6E. Le S-500, un modèle plus poli du S-400, est maintenant dans les essais et commencera à équiper l’armée russe en 2017.

En raison de SIGINT et COMINT brouillage radar et anti-optique électronique et anti-GPS équipement très efficace de la Russie, dont la Russie a beaucoup de, l’ OTAN ne sera pas en mesure d’obtenir la suprématie dans toute forme de guerre radio-électronique (guerre électronique – EW) . Il faut se rappeler comment , dans C4I, EW, et A2 / AD systèmes automatisés de la Syrie Russie a empêché la coalition anti-ISIS américain de découvrir les objectifs des rebelles avant qu’ils ont été attaqués par les bombardiers russes. Dans le cas d’une attaque de l’ OTAN sur la Russie, dans la première vague est attendue aux Etats – Unis pour frapper 60 -. 70% de fausses cibles sur le territoire russe
EF-18 avions de brouillage et navires américains stationnés dans la mer Baltique assurerait la prochaine vague de attaques aériennes américaines. Mais, en raison de la faiblesse de la suprématie de l’ air de la première vague, les prochaines vagues de l’attaque de l’ OTAN seraient en vedette de plus en plus lourdes pertes. Le groupe aérien américain composé de 5.000 avions et des hélicoptères appartenant à l’Armée de l’ Air, la Marine et les Marines devrait être rejoint par 1.500 avions de leurs alliés de l’ OTAN.

L’auteur est un analyste militaire roumain, ancien commandant adjoint de l’aéroport d’Otopeni (Roumanie). Traduit par Katehon.com Roumain

Cacher Liens connexes

*

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s