8 Reasons To Leave The EU – 8 Raisons De Quitter L’UE – Brexit – _ 20_06_2016.

20-06-2016

 

8 Reasons To Leave The EU- 8 Raisons De Quitter L’UE – Brexit – _ 20_06_2016.

 

Huit raisons pour lesquelles la Grande-Bretagne devrait quitter l’UE

Eight reasons why Britain should leave the EU

 

‘8’ Raisons De Quitter L’UE 

The Alex Jones Channel 

*

Eight reasons why Britain should leave the EU

Prime Minister David Cameron helps to campaign for a 'Remain' vote in the forthcoming EU referendum at a phone centre in London today along with fellow pro EU campaigners, Lord Ashdown, Lord Kinnock, Tessa Jowell, Baroness Kinnock and Amber Rudd. ©Stefan Rousseau/PA Wire/Press Association Images

David Cameron at the headquarters of “Britain Stronger in Europe,” the official campaign for Britain to remain in the European Union. Here he mans the phones with fellow pro-EU campaigners Amber Rudd (far left), Tessa Jowell (third left), Paddy Ashdown (second right) and Neil Kinnock (far right) ©Stefan Rousseau/PA Wire/Press Association Images

Read more: Interview: Nicholas Soames—There’s no such thing as “Project Fear”

At times, radical action is the most prudent option. For Britain, leaving the European Union would be a safer course than staying in.

The vote on 23rd June to decide whether the United Kingdom should remain in the EU is the most important decision that the British people have faced in decades. Unfortunately, its significance is obscured by political gamesmanship, hysterical headlines and largely irrelevant assessments of short-term impacts.

Unless Britain votes to leave, the EU’s top-down governance by elites will be increasingly imposed on this country. The 21st-century world economy does not lend itself to the central planning and cozy relationships that are hallmarks of the European system. Within the EU, Britain is tied to a static economic system dominated by outdated social welfare structures and obsolete industries.

Of the larger EU member-states, Britain is the only one with a good shot at succeeding in the new world economy. This country has already set itself apart from the EU. We have a proven ability to attract talent and capital; we have a culture of entrepreneurship; we are open to talented immigration; our regulation is moderate; we have flexible labour markets; we have three of the world’s top five universities; and we have a competitive tax system. As a result, we are a vital global hub.

However, future success is not a given. It is dependent on Britain maintaining distance from the EU. We do not have such power and influence to halt the long-term drive to greater integration. So far, the European elites have pursued this goal regardless of cost or public support.

Remaining in the EU will result in the same soul-destroying conformity and intractable social problems found in most member-states. While the claim that the French have no word for entrepreneur may not be true (or said by George W Bush), there are few innovators in the EU. If anything, Europe is attempting to isolate itself from coming changes in technology and business structures.

Forbes magazine recently published its annual list of the 100 most innovative companies in the world. Eight of the top ten are in the United States. One (ARM) is in Britain. The next highest ranked EU company is at 22 (Hermes, the French luxury goods company). Nor is the EU home to the world’s technology giants (Apple, Google, Facebook, Samsung, Baidu to name just a few) or transportation pioneers (Uber, Tesla).


Read more on the EU referendum:

Europe divides the country into two tribes like no other issue

In praise of “Project Fear”

The end of sovereignty


The referendum is a choice between two irreconcilable visions of society; one fundamentally British and the other fundamentally European. The British vision rests on a conviction that decisions are best made by individuals or accountable representatives. The European vision rests on a conviction that decisions are best made by self-selected and unaccountable elites.

Of course, there are shades of grey. Britain has elites too, while the EU has a form of democracy. But the default positions of each vision are far apart. That difference is demonstrated by the elite’s reaction to the rejection of the European Constitution in 2005. Effectively, they implemented it anyway.

Thus far, Britain has been able to bounce back and forth between these two visions. The 1970s were a nadir; there was stagflation—high inflation, high unemployment and low economic growth—and industrial action. In 1979, voters chose a leader to address this situation: Margaret Thatcher. But the power to make such changes is fading. If Britain votes to remain in the EU, the imposition of the European vision may prove irreversible.

Many Britons understandably find the prospect of leaving the EU frightening. At the moment, people, professions and businesses know where they stand. They are not sure what follows Brexit. Actually, the immediate impact of a vote to leave is likely to be immaterial.

There would be life outside the EU. Britain would remain in the WTO and other trade alliances. At the same time, we would be able to build both on the strength of London as a global financial capital and on its many links beyond Europe. True, Britain would need to conform to EU regulations when exporting to the EU. However, Britain needs to conform to US and Chinese regulations when trading with these countries. Canada conforms to the regulations of its chief trading partner, the US, while resolutely independent.

From 1960 to 1980, Britain saw a sharp reduction in the level of trade barriers. Since 1980, there has been little further advance. Partly this is because barriers on manufactured goods are already low. Partly this is because exports of services still face considerable trade barriers, not only outside the EU but also within it. For Britain, reducing barriers to services is critical. However, progress is halting within the EU on such liberalisation. The EU also does not have trade agreements with the largest trading nations: China, India, Japan and the US. In contrast, Singapore has agreements with all these countries (and one awaiting ratification with the EU). Britain will do better on its own.

A pro-Brexit vote may turn out to be as momentous as the decision made by the American colonies in 1775 to separate from Britain. There are many similarities. The American economy was closely intertwined with that of Britain. Many colonists worried about losing British markets. They also feared the wrath of the Crown. Today, some commentators fear that if Brexit occurs, Brussels will retaliate through bureaucratic means.


Read more on the EU referendum:

Brexit would not damage UK security

BME voters could swing the referendum—why is Remain neglecting them?

The environmental case for the EU 


Before the 1770s, a break with Britain was unthinkable to the vast majority of Americans. There was growing concern over the authoritarian and intrusive nature of British governance, but the leaders of the colonies were level-headed gentry, farmers and merchants. They assumed an amicable resolution would be achieved through negotiation. America was not France. No overthrow was desired of the social order and none occurred.

It was only reluctantly and after considerable debate that many of the American colonists came to support a break. This had become apparent that the underlying vision of governance held by the Crown and its supporters was not subject to negotiation. This is true today with the EU. The underlying vision of the European elites is not going to change. Britain either accepts it as its future or goes its own way.

Another example from business casts a useful light on Brexit. For instance, Gordon Moore co-founded Intel in 1968 and built it into a company in which memory chips provided two thirds of revenues and almost all of profits. Yet in the 1980s he had the foresight to refocus the company on its nascent microprocessor operation. This action appeared high risk at the time, but it has proved to be the opposite. Intel’s microprocessor business has thrived and it is one of the world’s biggest tech companies.

There are eight main reasons why Britain should leave the EU.

First, as I have said, the stifling, top-down elite-led EU approach will come to dominate Britain. Britain cannot win the fight against conformity, and grinding and ineffective opposition is a terrible waste of energy. Rule by elites lies behind the loss of faith in the democratic process in many western countries. In America, it has fostered the rise of Trump. It does not work economically (slow growth, flat middle-class income, widening income disparity) or socially, with declining belief in institutions and commitment to shared values.

Second, there are irreconcilable differences between Britain’s view of the role of the state in the economy and the Union’s. This difference dates back to the Enlightenment. England adopted a distinctly empirical approach that focused on what worked in practice, fostering a vibrant and innovative culture. In contrast, the continent embraced Cartesian certainty based upon theory alone, and rule by Plato-style “philosopher kings” which gives the state a leading role in regulating the economy.

Third, Brexit would decrease the cultural and economic North-South divide in Britain. The shift in focus away from Europe can only benefit the North. Brexit would provide a restorative tonic for the British politic.

Fourth, once clear of the EU, Britain will more easily be able to connect with the more vibrant economies outside the continent. We will be a successful bastion of our unique form of capitalism and free trade, stationed off a declining Europe.

Fifth, the EU poses the greatest threat to London’s position as the world’s professional services and financial centre. Should Britain stay in Europe, London will lose ground to non-EU cities as unsympathetic regulation and hostility undermines its competitiveness. Should Britain exit the EU, Frankfurt or Paris will not replace London as a world or even the European financial capital. They do not have the human capital, openness, infrastructure, regulatory experience, and cultural amenities offered by London.

In addition, nowhere else in Europe outside non-EU Switzerland offers wealth holders the security of a centuries-old safe haven. Many of the world’s wealthy look to London to protect their capital and this appeal will be enhanced by Brexit. It is difficult to imagine money fleeing to a Europe with a recent history of wealth confiscation (see the raid on uninsured savings in Cyprus) and arbitrary imposition of taxes, let alone a recent history of default (Greece) and upheaval.

Sixth, Brexit would enhance our security ties with the US. America’s disgust at the unwillingness of most members of the EU to spend money or effort for their own protection does not spill over to Britain. The US military looks to Britain as a true partner. As one example, the RAF and US air forces have worked closely together in many operations including in Iraq and Afghanistan. This partnership is assisted by officer exchanges, interoperability of equipment and communications, joint training exercises and a shared history spanning 100 years.

Seventh, Brexit removes the danger that the inherently unstable EU governance model will spill over to Britain. The European model of rule-by-elites may be initially efficient and even beneficial to a country. However, it inevitably degenerates until those in power primarily serve themselves. These leaders do not then yield power gracefully. Following civil war and regime changes in the 17th century, Britain learned to peacefully accommodate massive shifts to its governing order. Europe never did.

Over time in an unresponsive system, tensions build. Periods of seeming stability are followed by sudden upheaval. In the past, this often took the form of blood-soaked revolutions and repressions. In the 20th century, they took the form of horrific regimes, wars and destruction. The builders of post-war Europe determined to ensure that the continent never again experienced such horrors. However, the system they adopted is likely to ensure continued instability.

Eighth and finally, Brexit would increase accountability in the British government. Within the EU it is not clear who is in charge, with opaque layers of government offering endless opportunities for obfuscation and dissembling. With Brexit, once again it will be clear who is responsible for what.

Brexit will, of course, have potential losers. These include farmers who will be left without EU agricultural subsidies. It may include workers in industries dependent on exports to the EU. However, should we want to continue various subsidies or provide workers with assistance in the transition, discontinuing the British contribution to the EU budget—approximately £13bn a year—will make available ample funds.

Access to the single market and freedom of travel are attractive benefits of EU membership. There is a legitimate fear that Brussels bureaucrats will punish Britain out of spite and impose onerous restrictions. Balancing this, Britain’s trade deficit with the EU translates into over 1m high-paying jobs in Germany alone. National leaders, who need to face their electorates, may be less inclined to support spiteful actions.

There is overwhelming consensus among economists that Britain must stay in the EU. But then, a consensus of economists supported Britain joining the euro. More recently, economists failed to predict the crash in 2008, the slowness of the recovery and the euro crisis. With a few notable exceptions such as Alan Budd, they have inaccurately predicted economic trends and the impact of monetary and fiscal policy.

The opinions of large business associations are no better. These associations almost always support the interests of established large companies that are not overall generators of new jobs or growth. They do not represent the views of the thousands of smaller and growing businesses that represent the economic future of Britain rather than its past.

The future is Britain’s to lose.

If we adopt protectionism, expand crony capitalism and limit competition. If we impose high regulatory and tax burdens. If we close our borders to talented immigrants. If we fail to strengthen our ties to the dynamic economies outside Europe. If we let our ties to America and to the old Commonwealth atrophy. Then, we will not become a world hub and a vibrant participant in the new economy. Then, we will not realise the economic opportunities from Brexit.

If we fail to adhere to our very British values of compassion, decency, fairness, integrity, democracy and rule of law (values that for centuries have lit the world). Then, the glue that binds us together as a people will weaken. Then, support for capitalism will be undermined.

Britain is tied to an anchor in the shape of the EU. It is time for us to sever the cable.

Now read: What are the chances of a Frexit? 

*

Huit raisons pour lesquelles la Grande-Bretagne devrait quitter l’UE

Le Premier ministre David Cameron aide à la campagne pour un vote «Rester» dans le prochain référendum sur l'UE dans un centre téléphonique à Londres aujourd'hui avec d'autres pro militants de l'UE, Lord Ashdown, Lord Kinnock, Tessa Jowell, la Baronne Kinnock et Amber Rudd.  © Stefan Rousseau / PA Fil / Press Association Images

David Cameron au siège de « la Grande-Bretagne plus forte en Europe, » la campagne officielle pour la Grande-Bretagne de rester dans l’Union européenne. Ici, il mans les téléphones avec d’autres pro-UE militants d’Amber Rudd (extrême gauche), Tessa Jowell (troisième à gauche), Paddy Ashdown (deuxième à droite) et Neil Kinnock (extrême droite) © Stefan Rousseau / PA Fil / Press Association Images

Lire la suite: Interview: Nicholas Soames-Il n’y a pas une telle chose comme « Project Fear »

Parfois, une action radicale est l’option la plus prudente. Pour la Grande – Bretagne, en laissant l’Union européenne serait un cours plus sûr que de rester dans.

Le vote le 23 Juin pour décider si le Royaume-Uni devrait rester dans l’UE est la décision la plus importante que les Britanniques ont fait face depuis des décennies. Malheureusement, sa signification est obscurcie par des jeux politiques, les titres hystériques et des évaluations largement non pertinentes des impacts à court terme.

À moins que la Grande-Bretagne vote à partir, la gouvernance de haut en bas de l’UE par les élites sera plus imposée à ce pays. L’économie mondiale du 21e siècle ne se prête pas à la planification centrale et les relations sont agréables caractéristiques du système européen. Dans l’UE, la Grande-Bretagne est liée à un système économique statique dominé par des structures de protection sociale obsolètes et les industries obsolètes.

Parmi les plus grands Etats membres de l’UE, la Grande-Bretagne est le seul avec un bon coup à réussir dans la nouvelle économie mondiale. Ce pays a déjà se démarquer de l’UE. Nous avons une capacité avérée à attirer des talents et des capitaux; nous avons une culture de l’entrepreneuriat;nous sommes ouverts à l’immigration de talent; notre réglementation est modérée; nous avons la flexibilité des marchés du travail; nous avons trois des cinq meilleures universités du monde; et nous avons un régime fiscal concurrentiel. En conséquence, nous sommes une plaque tournante mondiale vitale.

Cependant, le succès est pas donné. Elle dépend de la Grande-Bretagne le maintien de la distance de l’UE. Nous ne disposons pas un tel pouvoir et d’influence pour arrêter l’entraînement à long terme à une plus grande intégration. Jusqu’à présent, les élites européennes ont poursuivi cet objectif indépendamment du coût ou de soutien public.

Restant dans l’UE se traduira par la même conformité abrutissante et les problèmes sociaux insolubles trouvés dans la plupart des Etats membres. Bien que l’affirmation selon laquelle les Français ont pas de mot pour l’entrepreneur ne peut pas être vrai (ou dit par George W. Bush), il y a peu d’innovateurs dans l’UE. Si quoi que ce soit, l’Europe cherche à s’isoler des changements à venir dans la technologie et des affaires structures.

Le magazine Forbes a récemment publié sa liste annuelle des 100 entreprises les plus innovantes dans le monde. Huit des dix premiers sont aux États-Unis. Un (ARM) est en Grande-Bretagne. La société de l’UE le rang suivant est à 22 (Hermes, la société de produits de luxe français). Ni est la maison de l’UE aux géants de la technologie du monde (Apple, Google, Facebook, Samsung, Baidu pour ne citer que quelques-uns) ou pionniers de transport (Uber, Tesla).


En savoir plus sur le référendum sur l’UE:

L’Europe divise le pays en deux tribus comme aucune autre question

L’éloge de la « Projet Fear »

La fin de la souveraineté


Le référendum est un choix entre deux visions irréconciliables de la société; un fondamentalement britannique et l’autre fondamentalement européenne. La vision britannique repose sur la conviction que les décisions sont mieux prises par des individus ou des représentants responsables. La vision européenne repose sur la conviction que les décisions sont mieux prises par les élites auto-sélectionnés et irresponsables.

Bien sûr, il y a des nuances de gris. La Grande-Bretagne a élites aussi, tandis que l’UE a une forme de démocratie. Mais les positions par défaut de chaque vision sont éloignés. Cette différence est démontrée par la réaction de l’élite pour le rejet de la Constitution européenne en 2005. En effet, ils ont mis en œuvre de toute façon.

Jusqu’à présent, la Grande-Bretagne a été en mesure de rebondir et-vient entre ces deux visions. Les années 1970 ont été un nadir; il y avait stagflation forte inflation, le chômage élevé et une faible action sur la croissance industrielle et économique. En 1979, les électeurs ont choisi un chef de file pour faire face à cette situation: Margaret Thatcher. Mais le pouvoir de faire de tels changements se fane. Si la Grande-Bretagne vote de rester dans l’Union européenne, l’imposition de la vision européenne peut se révéler irréversible.

Beaucoup de Britanniques trouvent naturellement la perspective de quitter l’UE effrayant. À l’heure actuelle, les gens, les professions et les entreprises savent où ils se situent. Ils ne sont pas sûrs ce qui suit Brexit. En fait, l’impact immédiat d’un vote à quitter est susceptible d’être négligeable.

Il y aurait la vie en dehors de l’UE. Bretagne resterait à l’OMC et d’autres alliances commerciales. Dans le même temps, nous serions en mesure de construire à la fois sur la force de Londres en tant que capitale financière mondiale et sur ses nombreux liens au-delà de l’Europe. Certes, la Grande-Bretagne aurait besoin de se conformer aux règlements de l’UE lors de l’exportation vers l’UE.Toutefois, la Grande-Bretagne a besoin de se conformer aux réglementations américaines et chinoises lors de la négociation avec ces pays. Canada est conforme aux règlements de son partenaire commercial en chef, aux États-Unis, tandis que résolument indépendant.

De 1960 à 1980, la Grande-Bretagne a connu une forte réduction du niveau des barrières commerciales. Depuis 1980, il y a eu peu de nouvelles avances. Cela est en partie parce que les barrières sur les produits manufacturés sont déjà faibles. Cela est en partie parce que les exportations de services se heurtent encore à des obstacles commerciaux considérables, non seulement en dehors de l’UE, mais aussi en son sein. Pour la Grande-Bretagne, la réduction des obstacles aux services est essentielle. Cependant, des progrès sont interrompait au sein de l’Union européenne sur une telle libéralisation. L’UE n’a pas non plus d’accords commerciaux avec les plus grandes nations commerçantes: la Chine, l’Inde, le Japon et les États-Unis. En revanche, Singapour a conclu des accords avec tous ces pays (et une attente de ratification auprès de l’UE). La Grande-Bretagne fera mieux sur son propre.

Un vote pro-Brexit peut se révéler aussi important que la décision prise par les colonies américaines en 1775 de se séparer de la Grande-Bretagne. Il y a beaucoup de similitudes. L’économie américaine a été étroitement liée à celle de la Grande-Bretagne. De nombreux colons inquiets de perdre des marchés britanniques. Ils craignaient aussi la colère de la Couronne. Aujourd’hui, certains commentateurs craignent que si Brexit se produit, Bruxelles se vengera par des moyens bureaucratiques.


En savoir plus sur le référendum sur l’UE:

Brexit ne serait pas atteinte à la sécurité du Royaume-Uni

électeurs BME pourrait balancer le référendum, pourquoi est Remain les négliger?

Le cas de l’environnement pour l’UE 


Avant les années 1770, une rupture avec la Grande-Bretagne était impensable à la grande majorité des Américains. Il y avait une préoccupation croissante sur la nature autoritaire et envahissante de la gouvernance britannique, mais les dirigeants des colonies étaient gentry de niveau headed, les agriculteurs et les commerçants. Ils ont supposé une résolution à l’amiable serait réalisée par voie de négociation. L’Amérique était pas la France. Aucun renversement a été souhaité de l’ordre social et aucune a eu lieu.

Ce fut seulement à contre-coeur et après un débat considérable que beaucoup de colons américains sont venus pour soutenir une pause. Cela était devenu évident que la vision sous-jacente de la gouvernance détenu par la Couronne et ses partisans n’a pas été l’objet de négociations. Cela est vrai aujourd’hui avec l’UE. La vision sous-jacente des élites européennes ne va pas changer. La Grande-Bretagne soit l’accepte comme son avenir ou va son propre chemin.

Un autre exemple d’entreprise jette un éclairage utile sur Brexit. Par exemple, Gordon Moore a co-fondé Intel en 1968 et construit dans une société dans laquelle les puces de mémoire fourni deux tiers des revenus et la quasi-totalité des bénéfices. Pourtant, dans les années 1980, il a eu la prévoyance de recentrer l’entreprise sur son fonctionnement à microprocesseur naissant. Cette action est apparu un risque élevé à l’époque, mais il a prouvé être le contraire. microprocesseur affaires d’Intel a prospéré et il est l’une des plus grandes sociétés de technologie au monde.

Il y a huit principales raisons pour lesquelles la Grande-Bretagne devrait quitter l’UE.

Premièrement, comme je l’ ai dit, l’étouffement, approche descendante d’ élite dirigée par l’ UE viendra à dominer la Grande – Bretagne. La Grande – Bretagne ne peut pas gagner le combat contre leconformisme, et le broyage et l’ opposition inefficace est un terrible gaspillage d’énergie. Règle par lesélites qui se cache derrière la perte de la foi dans le processus démocratique dans de nombreux pays occidentaux. En Amérique, il a favorisé la montée du Trump . Il ne fonctionne pas sur le planéconomique (croissance lente, le revenu de la classe moyenne plat, l’ élargissement de la disparité des revenus) ou socialement, à la baisse de la croyance dans les institutions et l’ engagement à des valeurs communes.

Deuxièmement, il existe des différences irréconciliables entre le point de vue de la Grande-Bretagne du rôle de l’État dans l’économie et l’Union de. Dates Cette différence de retour aux Lumières.Angleterre a adopté une approche nettement empirique qui mettait l’accent sur ce qui a fonctionné dans la pratique, la promotion d’une culture dynamique et innovante. En revanche, le continent a embrassé la certitude cartésienne basée sur la théorie seule, et règle par Platon style «rois philosophe» qui donne à l’État un rôle de premier plan dans la régulation de l’économie.

Troisièmement, Brexit diminuerait le fossé culturel et économique Nord-Sud en Grande-Bretagne. Le changement d’orientation loin de l’Europe ne peut bénéficier du Nord. Brexit fournirait un tonique réparatrice pour la politique britannique.

Quatrièmement, une fois claire de l’UE, la Grande-Bretagne sera plus facilement être en mesure de se connecter avec les économies les plus dynamiques en dehors du continent. Nous serons un bastion réussie de notre forme unique du capitalisme et le libre-échange, stationné au large d’une Europe en déclin.

Cinquièmement, l’UE pose la plus grande menace à la position de Londres en tant que services professionnels dans le monde et le centre financier. Si la Grande-Bretagne rester en Europe, Londres perdra du terrain vers les villes non-UE que la réglementation antipathique et l’hostilité sape sa compétitivité. Si la Grande-Bretagne quitte l’UE, Francfort ou Paris ne remplacera pas Londres comme un monde ou même la capitale financière européenne. Ils ne disposent pas du capital humain, l’ouverture, l’infrastructure, l’expérience de la réglementation, et des équipements culturels offerts par Londres.

En outre, nulle part ailleurs en Europe en dehors de l’UE non-Suisse offre aux détenteurs de richesse la sécurité d’un séculaire refuge. Beaucoup de regard riche du monde à Londres pour protéger leur capital et cet appel sera renforcée par Brexit. Il est difficile d’imaginer l’argent fuyant vers une Europe avec une histoire récente de la richesse confiscation (voir le raid sur l’épargne non assurés à Chypre) et l’imposition arbitraire de taxes, et encore moins une histoire récente de défaut (Grèce) et de bouleversements.

Sixièmement, Brexit renforcerait nos liens de sécurité avec les États-Unis. Le dégoût de l’Amérique à la réticence de la plupart des membres de l’UE à dépenser de l’argent ou d’effort pour leur propre protection ne rejaillissent pas sur la Grande-Bretagne. L’armée américaine se tourne vers la Grande-Bretagne comme un véritable partenaire. À titre d’exemple, les forces aériennes de la RAF et des États-Unis ont travaillé en étroite collaboration dans de nombreuses opérations, notamment en Irak et en Afghanistan. Ce partenariat est assisté par des échanges d’officiers, l’interopérabilité des équipements et des communications, des exercices conjoints de formation et une histoire commune depuis plus de 100 ans.

Septièmement, Brexit supprime le danger que le modèle de gouvernance de nature instable de l’ UE se répercutera sur la Grande – Bretagne. Le modèle européen de la règle par les élites peut être initialement efficace et même bénéfique pour un pays. Cependant, elle dégénère inévitablement jusqu’à ce que ceux au pouvoir se servent principalement. Ces dirigeants ne donnent pas alors pouvoir avec élégance. Après la guerre civile et les changements de régime dans le 17 ème siècle, laGrande – Bretagne a appris à accueillir pacifiquement des changements massifs à son ordre de gouverner. L’ Europe n’a jamais fait.

Au fil du temps dans un système qui ne répond pas, les tensions construisent. Les périodes de stabilité apparente sont suivies par des bouleversements soudain. Dans le passé, cela a souvent pris la forme de révolutions et de répressions sanglantes. Dans le 20 ème siècle, ils ont pris la forme de régimes horribles, les guerres et la destruction. Les bâtisseurs de l’ après-guerre en Europe déterminés à faire en sorte que le continent jamais connu de telles horreurs. Cependant, le système qu’ils ont adopté est de nature à assurer l’ instabilité continue.

Huitième et enfin, Brexit augmenterait la responsabilisation au sein du gouvernement britannique. Au sein de l’UE, il ne sait pas qui est en charge, avec des couches opaques de gouvernement offrant des possibilités infinies pour l’obscurcissement et dissimulations. Avec Brexit, encore une fois il sera clair qui est responsable de quoi.

Brexit sera, bien sûr, avoir des perdants potentiels. Ceux-ci comprennent les agriculteurs qui seront laissés sans subventions agricoles de l’UE. Il peut inclure les travailleurs dans les industries qui dépendent des exportations vers l’UE. Cependant, si nous voulons continuer diverses subventions ou fournir aux travailleurs une assistance dans la transition, l’arrêt de la contribution britannique au budget de 13 milliards de l’UE-environ £ par année fera des fonds suffisants disponibles.

L’accès au marché unique et la libre Voyage sont des avantages attrayants de l’adhésion à l’UE. Il y a une crainte légitime que les bureaucrates de Bruxelles vont punir la Grande-Bretagne par dépit et imposer des restrictions onéreuses. Équilibrer cela, le déficit commercial de la Grande-Bretagne avec l’UE se traduit par plus de 1 million d’emplois bien rémunérés en Allemagne seulement. Les dirigeants nationaux, qui doivent faire face à leur électorat, pourraient être moins enclins à soutenir des actions malveillantes.

Il existe un consensus parmi les économistes écrasante que la Grande-Bretagne doit rester dans l’UE.Mais alors, un consensus des économistes soutenu Bretagne adhésion à l’euro. Plus récemment, les économistes ont échoué à prédire le crash en 2008, la lenteur de la reprise et la crise de l’euro. Avec quelques exceptions notables comme Alan Budd, ils ont tort prédit les tendances économiques et l’impact de la politique monétaire et fiscale.

Les opinions des grandes associations d’entreprises ne sont pas mieux. Ces associations soutiennent presque toujours les intérêts des grandes sociétés établies qui ne sont pas générateurs d’ensemble de nouveaux emplois ou de la croissance. Ils ne représentent pas les vues des milliers de petites entreprises en croissance qui représentent l’avenir économique de la Grande-Bretagne plutôt que de son passé.

L’avenir est la Grande-Bretagne à perdre.

Si nous adoptons le protectionnisme, développez capitalisme de copinage et de limiter la concurrence.Si nous imposons des charges réglementaires et fiscales élevées. Si nous fermons nos frontières aux immigrants talentueux. Si nous ne parvenons pas à renforcer nos liens avec les économies dynamiques hors d’Europe. Si nous laissons nos liens avec l’Amérique et à l’ancienne atrophie du Commonwealth. Ensuite, nous ne serons pas devenir une plaque tournante mondiale et un participant dynamique dans la nouvelle économie. Ensuite, nous ne pourrons pas réaliser les opportunités économiques de Brexit.

Si nous ne parvenons pas à adhérer à nos valeurs très britanniques de la compassion, la décence, l’équité, l’intégrité, la démocratie et l’État de droit (valeurs qui pendant des siècles ont éclairé le monde). Ensuite, la colle qui nous unit en tant que peuple va affaiblir. Ensuite, le soutien pour le capitalisme sera compromise.

La Grande-Bretagne est liée à une ancre dans la forme de l’UE. Il est temps pour nous de sectionner le câble.

Maintenant lisez: Quelles sont les chances d’un Frexit? 

¤

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s