The NY Times reports on Clinton’s war leadership don’t go far enough. Hillary’s disaster in Libya should haunt her. 02_03_2016.

15-04-2016

 

The NY Times reports on Clinton’s war leadership don’t go far enough. Hillary’s disaster in Libya should haunt her. 02_03_2016.

 

Even critics understate how catastrophically bad the Hillary Clinton-led NATO bombing of Libya was

The NY Times reports on Clinton’s war leadership don’t go far enough. Hillary’s disaster in Libya should haunt her

Même les critiques sous-estimeront comment catastrophiquement mauvais les bombardements de l’OTAN dirigée par Hillary Clinton de la Libye était

Les rapports du New York Times sur le leadership de guerre de Clinton ne vont pas assez loin. En cas de catastrophe d’Hillary en Libye devrait la hanter

https://t.co/6AOLk9IGUF

Rapport révèle duo émanation d’Hillary Clinton de la confrérie musulmane dans la pression sur Obama pour s’engager dans la guerre de l’Europe sur la Libye 2011
Rapport tente #Dr Saif al-Islam _ d’intervenir avec les États-Unis Administration pour trouver une issue à la crise, mais Clinton a donné des instructions pour le Pentagone et l’intelligence ne sont pas reliés au régime de Kadhafi et a insisté sur l’abandon du système et entrer dans le pays dans le chaos
Précédents rapports décrivent prolifération grave dans les pays voisins et les zones de conflit en la Levant et en Irak
-Écrivain étonné des Etats-Unis Scott wehleri kLinton, dans le Golfe, alors que les dictatures a prouvé que la plupart des rapports sur la répression des manifestants étaient fausse Kadhafi la dernière Human Rights Watch ont confirmé les rapports sur le génocide était fausse
– Et bien sûr enfin parlé de la situation actuelle et ce qui est arrivé en Libye du chaos et de déplacement, pillage, destruction et télécharger frederic Clinton comme responsabilité (commerçant)
#Salim ce lien rapport :

تقرير يكشف دوو هيلرى كلينتون المقربة من الاخوان المسلمين فى الضغط على اوباما للمشاركة مع اوربا للحرب على ليبيا 2011
تحدث التقرير عن محاولات ‫#‏للدكتور_سيف_الاسلام‬ للتدخل مع الادارة الامريكية لايجاد مخرج من الازمة ولكن كلينتون اعطت تعليماتها للبنتاغون والمخابرات بعدم الاتصال بنظام القذافى وأصرت على اسقاط النظام وادخال البلد فى فوضى
– وصفت تقارير سابقة عن خطورة انتشار السلاح الليبي فى الدول المجاورة ومناطق الصراع فى الشام والعراق
-استغرب الكاتب سكوت الولايات المتحدة وهليرى كلينتون عن دكتاتوريات الخليج فى حين اثبت اغلب التقارير عن قمع القذافى للمتظاهرين كانت كاذبه واخرها هيومن رايتس وتش التى اكدت ان التقارير الامريكية عن ابادة كانت كاذبة
– وطبعا تحدث بالختام عن الوضع اليوم وما وصلت له ليبيا من فوضى وتهجير ونهب ودمار وحمل هليرى كلنتون المسؤلية ووصفها (بتاجرة الحرب )
‫#‏سالم‬ هذا رابط التقرير للاطلاع :

https://t.co/6AOLk9IGUF 

Even critics understate how catastrophically bad the Hillary Clinton-led NATO bombing of Libya was

The NY Times reports on Clinton’s war leadership don’t go far enough. Hillary’s disaster in Libya should haunt her

 

Even critics understate how catastrophically bad the Hillary Clinton-led NATO bombing of Libya was

The NY Times reports on Clinton’s war leadership don’t go far enough. Hillary’s disaster in Libya should haunt her

Topics: Hillary Clinton, Libya, NATO, New York Times, War, , ,

Even critics understate how catastrophically bad the Hillary Clinton-led NATO bombing of Libya was

The New York Times published two lengthy pieces this week detailing Hillary Clinton’s role in the 2011 NATO bombing of Libya. Both are important documents, and provide much insight into how, as secretary of state for the Obama administration, Clinton played a uniquely hands-on role in the war.

Sec. Clinton pressured a wary President Obama to join France and the U.K. in the war, the Times reported. Vice President Biden, National Security Adviser Tom Donilon and Defense Secretary Robert Gates, among others, opposed the war effort. Numerous government officials recalled that her hawkish enthusiasm was decisive in the “51-49 decision.”

The Times spoke of “Clinton’s deep belief in America’s power to do good in the world,” but did not stress that this belief is rooted in an aggressive militarism. It did quote French President Sarkozy, who fondly remembered how the secretary of state “was tough, she was bullish,” but the Times’ reporting understated Clinton’s belligerence.

At 13,000 words in length combined, the articles are important contributions to the historical record. Yet although they are critical of Clinton and her leadership in the conflict, they fail to acknowledge the crimes of U.S.-backed rebel groups, and ultimately underestimate just how disastrous the war was, just how hawkish Hillary is and just how significant this will be for the future of the United States — not to mention the future of Libya and its suffering people.

The U.S. president does not have as much control over economic and social issues as many pundits, analysts and even voters often insist. One must not forget that the head of state does not control the Congress or the judiciary. But the president does have enormous power when it comes to international affairs, diplomacy and war. This makes foreign policy one of the most crucial issues in any presidential campaign.

Clinton’s leadership in the catastrophic war in Libya should ergo constantly be at the forefront of any discussion of the presidential primary.

Throughout the campaign, Clinton has tried to have her cake and eat it too. She has flaunted her leadership in the war as a sign of her supposed foreign policy experience, yet, at the same moment, strived to distance herself from the disastrous results of said war.

Today, Libya is in ruins. The seven months of NATO bombing effectively destroyed the government and left behind a political vacuum. Much of this has been filled by extremist groups.

Millions of Libyans live without a formal government. The internationally recognized government only controls the eastern part of the country. Rivaled extremist Islamist groups have seized much of the country.

Downtown Benghazi, a once thriving city, is now in ruins. Ansar al-Sharia, a fundamentalist Salafi militia that is designated a terrorist organization by the U.S., now controls large chunks of it. ISIS has made Libya home to its largest so-called “caliphate” outside of Iraq and Syria.

Thousands of Libyans have been killed, and this violent chaos has sparked a flood of refugees. Hundreds of thousands of Libyan civilians have fled, often on dangerous smuggling boats. The U.N. estimates more than 400,000 people have been displaced.

A disjointed peace process, mediated by the U.N. and other countries, drags on, with no signs of the war ending anytime soon.

Hillary has, understandably, said little of these consequences. Yet, in debate after debate, with her call for more aggression on Syria and Iran, Clinton has only continued to demonstrate that she is an unabashed war hawk.

Perhaps unsurprisingly, then, looking back, the facts show that she did not just push for and lead the war in Libya; she even went out of her way to derail diplomacy.

Little-discussed secret audio recordings released in early 2015 reveal how top Pentagon officials, and even one of the most progressive Democrats in Congress, were so wary of Clinton’s warmongering that they corresponded with the regime of Libyan dictator Muammar Qaddafi in hopes of pursuing some form of diplomacy.

Qaddafi’s son Seif wanted to negotiate a ceasefire with the U.S. government, opening up communications with the Joint Chiefs of Staff. Clinton later intervened and asked the Pentagon to stop talking to the Qaddafi regime.

Rep. Dennis Kucinich wrote a letter to Clinton and Obama in August 2011, warning against the war. “I have been contacted by an intermediary in Libya who has indicated that President Muammar Gadhafi is willing to negotiate an end to the conflict under conditions which would seem to favor Administration policy,” the Democratic lawmaker said. His plea was ignored.

A Pentagon intelligence official told Seif Qaddafi that his messages were falling on deaf ears. “Everything I am getting from the State Department is that they do not care about being part of this,” he explained.

“Secretary Clinton does not want to negotiate at all,” the U.S. intelligence official added.

And not negotiate is indeed what she did. In fact, after Qaddafi was brutally killed — sodomized with a bayonet by rebels — Clinton gloated live on TV, “We came, we saw, he died!”

The Pentagon’s correspondence with Libya before and during the war has rarely been mentioned in media reports (it is not discussed in either of the two New York Times pieces) since the Washington Times originally reported it.

The irony in the media coverage of Libya is that the right-wing media, which tends to be more pro-war, has actually been more careful and diligent in its assessment of Clinton’s legacy in Libya. In a dogmatic bipartisan political system, perhaps these kinds of double standards have come to be expected.

Those to the left of the Democratic Party certainly took notice too, nonetheless. Jacobin, a firmly leftist magazine, published one of the most careful and scathing critiques of Clinton’s role in the war. Journalist and author David Mizner meticulously detailed the uncomfortable facts in a piece appropriately titled “Worse Than Benghazi.”

Hillary’s war in Libya is the real Benghazi scandal. As Salon has previously reported, mere hours after Clinton’s day-long Benghazi interrogation by Republicans in October, at least six Libyans were killed and dozens more were wounded when militants in Benghazi fired rockets at a protest against a U.N. proposal for a unity govemment.

Hillary’s war in Libya is the real Benghazi scandal. As Salon has previously reported, mere hours after Clinton’s day-long Benghazi interrogation by Republicans in October, at least six Libyans were killed and dozens more were wounded when militants in Benghazi fired rockets at a protest against a U.N. proposal for a unity government.

¤

Benghazi the city remains roiled in violence, and, in the words of the Associated Press, “shattered.”

In “Worse Than Benghazi,” Mizner shows how many of the excuses, especially the allegation — spread forcefully by Clinton — that Qaddafi was on the verge of carrying out genocide against his people, were largely baseless.

U.S. intelligence officials told The Washington Times that the government had “gathered no specific evidence of an impending genocide in Libya in spring 2011, undercutting Secretary of State Hillary Rodham Clinton’s primary argument for using the U.S. military to remove Col. Moammar Gadhafi from power, an event that has left his country in chaos.”

The New York Times’ lengthy stories do call “into question whether the intervention prevented a humanitarian catastrophe or merely helped create one of a different kind.” They do also point out that Human Rights Watch reports later showed that media claims about Qaddafi’s repression of protesters, which were used to sell the war to the public, were grossly exaggerated, by an order of magnitude.

Yet the two articles devote little attention to what they acknowledge were “the rebels’ human-rights abuses.” U.S.-backed militants committed their own share of atrocities. In particular, Libyan rebels targeted dark-skinned, sub-Saharan Africans and minority groups.

Human Rights Watch warned in 2013, in the wake of the Clinton-led war, of “serious and ongoing human rights violations against inhabitants of the town of Tawergha, who are widely viewed as having supported Muammar Gaddafi.”

Tawergha’s inhabitants were mostly descendants of black slaves, and were very poor. Rebels ethnically cleansed the city of the black Libyans. Human Rights Watch reported that militant groups carried out “forced displacement of roughly 40,000 people, arbitrary detentions, torture, and killings are widespread, systematic, and sufficiently organized to be crimes against humanity.”

Moreover, there were reports that rebels put black Libyans, whom they accused of being mercenaries for Qaddafi, in cages, forcing them to eat flags and calling them “dogs.”

These horrific, racist crimes were not mentioned in the prolix New York Times pieces on Clinton’s legacy in Libya. Yet the U.S. backed many of the rebels who would go on to commit atrocities like this.

Other rebels groups who were at least indirectly supported by the U.S. have gone on to become its present enemies.

Many liberals simply assumed Clinton’s Libya escapade was a success because it led to the fall of a despot, to regime change. Qaddafi was certainly a repressive dictator. But so was Saddam Hussein, and we see few liberals eager to defend Bush’s war in Iraq. The ruins left of both countries is hard to overstate.

Removing a dictator is the easy part. The proof of the pudding is in the eating, and the proof of the abject failure of the NATO war in Libya is what we can see today: the chaos that reigns across much of the North African nation.

The war in Libya is often depicted by both Democrats and Republicans as an ostensible act of American benevolence. NATO, the putative preserver of democracy, violently overthrew a dictator, with Clinton at the helm. What is rarely ever interrogated about this trite trope, however, is the fact that the U.S. is simultaneously aligned with some of the most authoritarian countries in the world, in neighboring Saudi Arabia, Bahrain, Qatar, Oman, Kuwait and the United Arab Emirates.

¤

If the U.S. was truly so concerned with overthrowing a dictatorship and bringing democracy to the Middle East, why doesn’t it start with the planet’s most dictatorial nations? That is to say, its own allies in the Gulf.

Could the fact that Libya has enormous oil reserves, and was one of the world’s largest oil producers before the bombing, be a factor? Or its billions of dollars in gold reserves? Or Qaddafi’s history of supporting militant left-wing and anti-imperialist movements?

Many Americans are not very interested in international affairs. This could be due to a variety of factors (e.g., widespread acceptance of the notion that foreign policy does not directly influence one’s life, or the U.S.’s uniquely narcissistic demeanor, exemplified by the prevalence of “American exceptionalism”), but, regardless of why this is the case, poll after poll shows that foreign policy is frequently low on the list of average Americans’ concerns.

Clinton’s disastrous history in Libya shows precisely why this is folly, and why it is so dangerous to give short shrift to foreign policy.

The U.S. government spends an enormous amount of tax dollars on the military. The U.S. is responsible for more than one-third of the entire world’s military expenditure— even while it has just one-twentieth of the global population — and spends more on the military than the planet’s next nine-largest militaries combined.

Critics histrionically ask where the government would possibly get funds for social programs like universal health care, free higher education or social security (while ignoring the fact that every other country in the industrialized world already has universal health care and it works just fine, not to mention the widespread incidence of free or very cheap public higher education), yet look over this Brobdingnagian elephant in the room: military spending.

If Americans are concerned with these problems, they should be equally concerned with the prospect of a Clinton presidency. A vote for Hillary is a vote for war. Or, as economist Jeffrey Sachs put it in a recent article, Clinton “is the candidate of the military-industrial complex” and “the war machine.”

If Americans do not want to be marched toward more and more war, if Americans do not want the majority of their tax dollars spent on death and destruction, they should be very suspicious of Clinton and her record.

The destruction of Libya is the capstone of Hillary Clinton’s foreign policy record. And this singular symbol of her legacy is one of abject failure, indefensible atrocities and tragic destruction

Ben Norton is a politics staff writer at Salon. You can find him on Twitter at@BenjaminNorton.

https://t.co/6AOLk9IGUF

Même les critiques sous-estimeront comment catastrophiquement mauvais les bombardements de l’OTAN dirigée par Hillary Clinton de la Libye était

Les rapports du New York Times sur le leadership de guerre de Clinton ne vont pas assez loin. En cas de catastrophe d’Hillary en Libye devrait hanter

Même les critiques sous-estimeront comment catastrophiquement mauvais les bombardements de l’OTAN dirigée par Hillary Clinton de la Libye était

Les rapports du New York Times sur le leadership de guerre de Clinton ne vont pas assez loin. En cas de catastrophe d’Hillary en Libye devrait hanter

Sujets : Hillary Clinton, Libye, OTAN, New York Times, guerre, , ,

Even critics understate how catastrophically bad the Hillary Clinton-led NATO bombing of Libya was

Le New York Times a publié deux longs morceaux cette semaine, détaillant le rôle d’Hillary dans les bombardements de l’OTAN de 2011 de la Libye. Les deux sont des documents importants et permettent de bien mieux comprendre comment, Secrétaire d’Etat à l’administration Obama, Clinton a joué un rôle particulièrement bien pratique lors de la guerre.

S. Clinton fait pression sur un Obama président méfiant à rejoindre la France et le Royaume-Uni dans la guerre, selon le Times. Vice-président Biden, conseiller de sécurité nationale Tom Donilon et Secrétaire à la Défense Robert Gates, entre autres, s’oppose à l’effort de guerre. Plusieurs représentants du gouvernement a rappelé que son enthousiasme belliciste a été déterminante dans la « décision de 51 / 49 ».

Le parle de fois de « La conviction profonde de Clinton au pouvoir de l’Amérique pour faire le bien dans le monde, » mais n’a pas souligné que cette croyance est enracinée dans un militarisme agressif. Il a cité le Président Français Sarkozy, qui affectueusement rappeler comment le Secrétaire d’État « a été difficile, elle était hausse », mais les temps rapports sous-estimé la belligérance de Clinton.

À 13 000 mots de longueur combinée, les articles sont d’importantes contributions à l’enregistrement historique. Pourtant, bien qu’ils soient critiques de Clinton et de son leadership dans le conflit, ils ne parviennent pas à reconnaître les crimes des groupes rebelles soutenus par les États-Unis et finalement sous-estimer désastreux à quel point la guerre était, à quel point belliciste Hillary est et ce sera juste quelle est l’importance pour l’avenir des États-Unis — pour ne pas mentionner l’avenir de la Libye et son peuple qui souffre.

Le Président américain n’a pas autant de contrôle sur les questions économiques et sociales autant les experts, les analystes et les électeurs même souvent insister. Il ne faut pas oublier que le chef de l’Etat ne contrôle pas le Congrès ou la magistrature. Mais le Président a un pouvoir énorme en ce qui concerne les affaires internationales, diplomatie et guerre. Cela rend la politique étrangère une des questions plus cruciales dans n’importe quelle campagne présidentielle.

Direction de Clinton dans la guerre catastrophique en Libye devrait être ergo constamment à l’avant-garde de toute discussion de la primaire présidentielle.

Tout au long de la campagne, Clinton a essayé d’avoir son gâteau et le manger aussi. Elle a affichait son leadership dans la guerre comme un signe de son expérience de prétendus politique étrangère, pourtant, au même moment, s’est efforcé de distancier, d’après les résultats désastreux de ladite guerre.

Aujourd’hui, la Libye est en ruines. Les sept mois de bombardements de l’OTAN a effectivement détruit le gouvernement et laissé derrière lui un vide politique. Beaucoup de ceci a été comblé par des groupes extrémistes.

Des millions de libyens vivent sans un gouvernement formel. Le gouvernement internationalement reconnu ne contrôle que la partie orientale du pays. Rivalisant avec les groupes islamistes extrémistes ont saisi une grande partie du pays.

Du centre Benghazi, une ville jadis prospère, est aujourd’hui en ruines. Ansar al-charia, une milice fondamentaliste salafiste est considérée une organisation terroriste par les Etats-Unis, contrôle désormais les gros morceaux de celui-ci. ISIS a fait la Libye abrite à sa plus grande que l’on appelle « califat » à l’extérieur de l’Iraq et la Syrie.

Des milliers de libyens ont été tués, et ce chaos violent a suscité un flot de réfugiés. Des centaines de milliers de civils libyens ont fui, souvent sur les bateaux de contrebande dangereuses. L’ ONU estime plus de 400 000 personnes ont été déplacées.

Un processus de paix disjoints, médié par l’ONU et d’autres pays, s’éternise, avec aucun signe de la guerre finissant n’importe quand bientôt.

Hillary, c’est compréhensible, peu parlé de ces conséquences. Pourtant, en débat après débat, avec son appel à plus d’agressivité sur la Syrie et l’Iran, Clinton a seulement a continué de démontrer qu’elle est un faucon de guerre éhontée.

Peut-être sans surprise, puis, regardant en arrière, le spectacle de faits qu’elle ne pas seulement pousser pour et mener la guerre en Libye ; elle est même sorti de sa façon de faire dérailler la diplomatie.

Secret peu discuté des enregistrements audio publiés en début 2015 révéler combien de hauts responsables du Pentagone et même celui des plus progressistes démocrates au Congrès, étaient donc Méfiez-vous des bellicistes de Clinton qu’elles correspondaient avec le régime du dictateur libyen Muammar Qaddafi dans l’espoir de poursuivre une forme quelconque de la diplomatie.

Fils de Kadhafi que Seif a voulu négocier un cessez-le-feu avec le gouvernement des États-Unis, ouverture des communications avec le Joint Chiefs of Staff. Clinton plus tard est intervenue et a demandé au Pentagone de cesser de parler pour le régime de Kadhafi.

Rép. Dennis Kucinich a écrit une lettre à Clinton et Obama en août 2011, mettant en garde contre la guerre. « J’ai été contacté par un intermédiaire en Libye, qui a indiqué que le Président Muammar Gadhafi est disposé à négocier une fin au conflit dans des conditions qui seraient semblent favoriser la politique de l’Administration », a déclaré la député démocrate. Son plaidoyer a été ignoré.

Un agent de renseignement du Pentagone a dit Seif Qaddafi que ses messages ont été tomber sur l’oreille d’un sourd. « Tout ce que je me fais du département d’État est qu’ils ne se soucient pas de faisant partie de cette », a-t-il expliqué.

« Mme Clinton ne veut pas négocier du tout », a ajouté le responsable du renseignement américain.

Et pas négocier est en effet ce qu’elle faisait. En fait, après Qaddafi a été brutalement tué — sodomisé avec une baïonnette par les rebelles — Clinton jubila direct à la télévision, « nous sommes arrivés, nous avons vu, il est mort! »

Correspondance du Pentagone avec la Libye avant et Pendant la guerre a rarement été mentionnée dans les médias Rapports (il n’est pas abordée dans une des deux pièces New York Times) depuis le Washington Times a rapporté initialement.

L’ironie dans la couverture médiatique de la Libye, c’est que les médias de droite, qui tend à être plus favorables à la guerre, a en fait été plus prudent et diligent dans son évaluation du legs de Clinton en Libye. Dans un système politique bipartisan dogmatique, peut-être ces sortes de doubles standards sont venus à s’attendre.

Ceux à la gauche du parti démocrate certainement le remarquèrent aussi, néanmoins. Jacobin, un magazine fermement gauchiste, un des critiques les plus soigneux et cinglants du rôle de Clinton publié lors de la guerre. Journaliste et écrivain David Mizner méticuleusement détaillé des faits mal à l’aise dans une pièce convenablement intitulé « pire que Benghazi. »

Guerre d’Hillary en Libye est le vrai scandale de Benghazi. Comme Salon a précédemment rapporté, quelques heures après l’interrogatoire de Benghazi de journée de Clinton par les républicains en octobre, au moins six libyens ont été tués et des dizaines d’autres ont été blessés lorsque des militants à Benghazi ont tiré des roquettes lors d’une manifestation contre une proposition de l’ONU pour un gouvernement d’unité.

Guerre de Hillary en Libye est le vrai scandale de Benghazi. Comme Salon a déjà a signalé, simple heures après journée Benghazi interrogatoire Clinton par les républicains en octobre, au moins six libyens ont été tués et des dizaines d’autres ont été blessés lorsque des militants à Benghazi ont tiré des roquettes lors d’une manifestation contre une proposition de l’ONU pour un gouvernement d’unité.

¤

La ville de Benghazi reste roiled dans la violence et, selon les termes de l’Associated Press, « brisé« .

« Pire que Benghazi, » Mizner montre combien des excuses, en particulier l’allégation — répandre avec force par Clinton — qui Qaddafi était sur le point de mener à bien le génocide contre son peuple, étaient en grande partie sans fondement.

Responsables du renseignement américain dit le Washington Times, que le gouvernement n’avait « recueilli aucune preuve d’un génocide imminent en Libye au printemps 2011, sous-cotation argument principal Secrétaire d’État Hillary Rodham Clinton pour l’utilisation de l’armée américaine pour éliminer le colonel Moammar Gadhafi du pouvoir, un événement qui a quitté son pays dans le chaos ».

Appellent des histoires longues le New York Times « en question si l’intervention a empêché une catastrophe humanitaire ou simplement aidé à créer un de nature différente. » Ils également remarquer que Human Rights Watch signale plus tard que médias allégations exagérées concernant la répression des manifestants, qui ont été utilisés pour vendre la guerre au public, de Kadhafi ont été grossièrement, par un ordre de grandeur.

Pourtant les deux articles consacrent peu d’attention à ce qu’ils reconnaissent, étaient des « violations des droits de l’homme des rebelles. » Soutenu par les Etats-Unis des militants engagés leur propre part d’atrocités. En particulier, rebelles libyens ciblé africains sub-saharienne, peau foncée et les groupes minoritaires.

Human Rights Watch a mis en garde en 2013, dans le sillage de la guerre Clinton, des « graves et continues des droits de l’homme violations contre les habitants de la ville de Tawarga, qui sont généralement considérés comme ayant soutenu Muammar Gaddafi. »

Les habitants de Tawarga étaient pour la plupart descendants des esclaves noirset étaient très pauvres. Rebelles ethniquement nettoyé la ville des Libyens noirs. Human Rights Watch a signalé que les groupes militants effectués « forcé le déplacement d’environ 40 000 personnes, meurtres, tortures et détentions arbitraires sont suffisamment organisés comme des crimes contre l’humanité, systématique et généralisée. »

En outre, il y avait rapports que les rebelles mettent libyens noirs, qu’ils accusaient d’être des mercenaires pour Kadhafi, dans des cages, les obligeant à manger les drapeaux et qualifiant de « chiens ».

Ces horribles crimes racistes ne figuraient pas dans les pièces de New York Times prolixes sur le legs de Clinton en Libye. Encore les États-Unis soutenu bon nombre des rebelles qui allument commettre des atrocités comme ça.

Autres groupes de rebelles qui étaient au moins indirectement soutenus par les Etats-Unis ont continué pour devenir ses ennemis présents.

Beaucoup de libéraux a simplement supposé séjour Libye de Clinton a été un succès parce qu’elle conduit à la chute d’un despote, changement de régime. Kadhafi était certainement un dictateur répressif. Mais alors était Saddam Hussein, et nous voyons quelques libéraux désireux de défendre la guerre de Bush en Irak. La gauche des ruines des deux pays est difficile d’exagérer.

Enlever un dictateur est la partie la plus facile. La preuve du pudding est quand on le mange, et la preuve de l’échec lamentable de la guerre de l’OTAN en Libye, c’est ce que nous pouvons voir aujourd’hui : le chaos qui règne dans la majeure partie de la nation d’Afrique du Nord.

La guerre en Libye est souvent représentée par les démocrates et les républicains comme un acte apparent de la bienveillance américaine. L’OTAN, le préservateur putatif de la démocratie, a violemment renversé un dictateur, avec Clinton à la tête. Ce qui est rarement jamais interrogé sur ce trope bien établi, cependant, est le fait que les États-Unis est simultanément aligné avec certains des pays plus autoritaires au monde, dans le pays voisin l’Arabie saoudite, Bahreïn, Qatar, Oman, Koweït et les Émirats Arabes Unis.

¤

Si les Etats-Unis étaient vraiment tellement préoccupés par renverser une dictature et d’apporter la démocratie au Moyen-Orient, pourquoi n’il commence avec des nations plus dictatoriales de la planète ? C’est à dire ses propres alliés dans le Golfe.

Pourrait le fait que la Libye a des réserves énormes de pétrole et était l’un des plus grands producteurs de pétrole du monde avant l’attentat, un facteur ? Ou ses milliards de dollars en réserves d’or? Ou l’histoire de soutenir les mouvements militants de gauche et anti-impérialistes de Kadhafi ?

Beaucoup d’américains n’est pas très intéressé dans les affaires internationales. Cela pourrait être dû à une variété de facteurs (p. ex., l’acceptation généralisée de l’idée que la politique étrangère n’influence pas directement la vie, ou comportement narcissique unique des Etats-Unis, illustrée par la prévalence de le « Exceptionnalisme américain »), mais, peu importe pourquoi c’est le cas, sondage après sondage montre que la politique étrangère est souvent faible sur la liste des préoccupations des Américains moyens.

L’histoire désastreuse de Clinton en Libye montre précisément pourquoi c’est une folie, et pourquoi il est si dangereux de donner peu de cas de politique étrangère.

Le gouvernement américain dépense énormément d’argent des contribuables sur les militaires. Les Etats-Unis sont responsables de plus de un tiers des dépenses militaires du monde entier— même s’il a seulement un vingtième de la population mondiale — et dépense plus pour l’armée que prochaine neuf plus grand forces armées de la planète combinées.

Les critiques histrionically demandent où le gouvernement serait probablement obtenir des fonds pour des programmes sociaux comme l’enseignement supérieur de la santé, libre universel ou de sécurité sociale (tout en ignorant le fait que tous les autres pays dans le monde industrialisé a déjà des soins de santé universels et il fonctionne très bien, pour ne pas mentionner l’incidence répandue de gratuit ou très bon marché public de l’enseignement supérieur), encore regarder par-dessus cette faramineuse éléphant dans la pièce : les dépenses militaires.

Si les Américains sont concernés par ces problèmes, ils devraient être tout aussi préoccupés par la perspective d’une présidence Clinton. Un vote pour Hillary est un vote pour la guerre. Ou, comme l’économiste Jeffrey Sachs mis dans un article récent, Clinton « est le candidat du complexe militaro-industriel » et « la machine de guerre ».

Si les Américains ne veulent pas être marcha vers une guerre de plus en plus, si les Américains ne veulent pas de la majorité de l’argent des contribuables, consacré à la mort et la destruction, ils devraient être très soupçonneux de Clinton et de son enregistrement.

The destruction of Libya is the capstone of Hillary Clinton’s foreign policy record. And this singular symbol of her legacy is one of abject failure, indefensible atrocities and tragic destruction

Ben Norton is a politics staff writer at Salon. You can find him on Twitter at@BenjaminNorton.

https://t.co/6AOLk9IGUF

¤

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s