Partie III : Hillary Clinton poussé pour armer les rebelles liés à Al-Qaida au cours de la guerre en #Libye . 01-02-2015. Secret Benghazi report reveals Hillary’s Libya war push armed al Qaeda-tied terrorists.

02-02-2015

 

Partie III  :

Hillary Clinton poussé pour armer les rebelles liés à Al-Qaida au cours de la guerre en #Libye .  01-02-2015.

Partie III des articles et les fuites de Washington #fois au sujet de la guerre contre la Libye

Le Washington Times : Hillary Clinton pressé pour armer les rebelles à la base au cours de la guerre sur #Libye

 

Secret Benghazi report reveals Hillary’s Libya war push armed al Qaeda-tied terrorists

Rapport secret de Benghazi révèle la guerre d’Hillary Libye push pour armer terroristes d’al-Qaïda-attachés

 

02|10:47|Mises à jour / / /

Partie III des articles et les fuites de Washington #fois au sujet de la guerre contre la Libye

Le Washington Times : Hillary Clinton pressé pour armer les rebelles à la base au cours de la guerre sur #Libye

متابعات ///

الجزء الثالث من مقالات وتسريبات صحيفة واشنطن ‫#‏تايمز‬ بخصوص حرب 2011 على ليبيا

صحيفة الواشنطن تايمز : هيلاري كلينتون ضغطت لتسليح المتمردين ذوي العلاقة بالقاعدة اثناء الحرب علي ‫#‏ليبيا‬

Hillary Clinton Libye guerre push armés rebelles de Benghazi avec des liens d’al-Qaïda présumés

Hillary Clinton Libya war push armed Benghazi rebels with suspected al Qaeda ties

Libyan officials were deeply concerned in 2011, as Secretary of State Hillary Rodham Clinton was trying to remove Moammar Gadhafi from power, that…

Hillary Rodham Clinton est susceptible de rencontrer des questions sur la question de savoir si elle avait un plan adéquat pour la Libye en 2011 et si ses efforts ont conduit à la tragédie de Benghazi, un an plus tard. (Associated Press) plus >
Read more: http://www.washingtontimes.com/news/2015/feb/1/hillary-clinton-libya-war-push-armed-benghazi-rebe/#ixzz3QcQd04yM
Follow us: @washtimes on Twitter

Rapport secret de Benghazi révèle push de guerre d’Hillary Libye armés terroristes d’al-Qaïda-attaché

-Le Washington fois – dimanche 1er février 2015

Dernière des trois parties

Responsables libyens ont été profondément concernés en 2011, comme Secrétaire d’état Hillary Rodham Clinton essayait de retirer Mouammar Kadhafi du pouvoir, que les armes étaient étant canalisés à l’OTAN-soutenu rebelles ayant des liens avec al-Qaïda, craignant que des insurgés bien armés pourraient créer un refuge pour les terroristes, selon des rapports de renseignement secrète obtenues par le Washington Times.

Read more: http://www.washingtontimes.com/news/2015/feb/1/hillary-clinton-libya-war-push-armed-benghazi-rebe/#ixzz3QcQrEQPZ
Follow us: @washtimes on Twitter

Les rapports inclus une liste de 16 pages d’armes libyens soi-disant suivies aux rebelles de sources occidentales ou leurs alliés dans la région. Les notes de service ont été corroborés par un atout services de renseignement américains connaissent bien les documents ainsi que l’ancien régime de Kadhafi albums officiels Mohammed Ismael.


AUDIO : Asset intelligence Pentagone raconte QU’U.S. officiel libyen peut utiliser des fonds gelés de Kadhafi pour financer les rebelles de Benghazi


« L’OTAN a donné la permission à un certain nombre d’armes chargées des avions d’atterrir à l’aéroport de Benghazi et quelques aéroports tunisiens, » dit le rapport de l’intelligence, identification des masses d’armes, notamment des chars et missiles sol-air.

Que le rapport, qui a été rédigé en anglais, il pourrait être passé par un actif des services secrets américains à des membres clés du Congrès, identifié air spécifique et expéditions de mer observées par renseignement libyens se déplaçant des armes aux rebelles essayant de renverser le régime de Kadhafi.

« Il y a un lien étroit entre al-Qaïda, des organisations djihadistes et l’opposition en Libye », a mis en garde le rapport.

Read more: http://www.washingtontimes.com/news/2015/feb/1/hillary-clinton-libya-war-push-armed-benghazi-rebe/#ixzz3QcR7HPQ3
Follow us: @washtimes on Twitter

 


Voir aussi : Exclusif : bandes Secret sapent Hillary Clinton sur la guerre de Libye


Dans les documents et les conversations enregistrées séparément avec les émissaires américains, responsables libyens a exprimé des préoccupations particulières que les armes et la formation donnée les rebelles seraient répandus dans la région, tournant en particulier la ville de Benghazi dans un refuge de terroristes futur.

Ces craintes seraient réalisées un peu plus d’un an plus tard quand un groupe d’insurgés de djihadistes ont attaqué le poste diplomatique du département d’Etat à Benghazi et un CIA connexe composé, tuant quatre américains, y compris l’ambassadeur J. Christopher Stevens. Aujourd’hui, plus de trois ans après Kadhafi est tombé de puissance et a été tué, Benghazi et le reste de la Libye restent en chaos, criblé de violences entre tribus rivales et prospère des groupes djihadistes.

Mme Clinton, maintenant, compte tenu d’une course à la présidence, a été la force mobile à l’intérieur de l’administration Obama pour encourager l’intervention militaire américaine pour renverser Kadhafi en Libye. Les derniers documents et enregistrements audio sont susceptibles de donner ses critiques républicaines sur Capitol Hill munitions fraîches à la question si elle avait un plan adéquat et si ses efforts ont conduit à la tragédie à Benghazi , un an plus tard et l’anarchie générale et le chaos qui ont saisi la Libye depuis.

Le Times a rapporté la semaine dernière que les services de renseignement américains n’appuyait pas l’histoire que Mme Clinton l’habitude de vendre la guerre en Libye, surtout qu’il y avait un danger imminent d’un génocide à effectuer par le régime de Kadhafi. La communauté du renseignement, en fait, était venu à la conclusion contraire : que Kadhafi ne risquerait pas de l’indignation mondiale en tuant des civils massivement même alors qu’il tentait d’écraser la rébellion dans son pays.

Le Times a aussi rapporté que le Pentagone et une clé démocrate alors méfiance de prise de décision de Mme Clintonsur la Libye qu’ils ont ouvert leurs propres conversations diplomatiques secrètes avec le régime de Kadhafi, contournant le département d’Etat.

Dans une conversation enregistrée au cours de l’été 2011 entre responsables libyens et un actif de renseignement envoyé par le Pentagone comme un canal détourné, l’actif a dit M. Ismael, qui servait alors de Kadhafi, chef d’état-major, que les fonctionnaires américains envisageaient de prendre certains des avoirs gelés de l’argent du dictateur libyen et en l’envoyant aux rebelles.

« Je suis en contact avec certaines personnes plus à Benghazi et ils m’ont point blanc c’est de leur première utilisation de cet argent, est d’acheter la formation militaire, des armes et des mercenaires, « l’actif de renseignement du Pentagone , a dit M. Ismael le 24 juillet 2011.

Dans un entretien séparé avec Dennis J. Kucinich, une portion de démocrate de l’Ohio dans la maison, fils aîné de Kadhafi, Seif, a dit le membre du Congrès que renseignement libyens avait observé à Qatar, un allié majeur des États-Unis dans la région, facilitant les transferts d’armes. Qatar a fermement et à plusieurs reprises nié armer les rebelles.

« Les Qataris ont dépensé plus de $ 100 millions pour cela, et ils ont un accord avec les rebelles qui, au moment où vous règle Libye vous nous payer de retour, » Seif Gadhafi, a déclaré M. Kucinich lors d’une conversation enregistrée en mai 2011.

Histoire continue ?

Read more: http://www.washingtontimes.com/news/2015/feb/1/hillary-clinton-libya-war-push-armed-benghazi-rebe/#ixzz3QcRcvwWE
Follow us: @washtimes on Twitter

Hillary Rodham Clinton is likely to face questions over whether she had an adequate plan for Libya in 2011 and whether her efforts led to the Benghazi tragedy a year later. (Associated Press) more >
Read more: http://www.washingtontimes.com/news/2015/feb/1/hillary-clinton-libya-war-push-armed-benghazi-rebe/#ixzz3QcNewJgt
Follow us: @washtimes on Twitter

 By Jeffrey Scott Shapiro – The Washington Times – Sunday, February 1, 2015

Secret Benghazi report reveals Hillary’s Libya war push armed al Qaeda-tied terrorists

Last of three parts

Libyan officials were deeply concerned in 2011, as Secretary of State Hillary Rodham Clinton was trying to remove Moammar Gadhafi from power, that weapons were being funneled to NATO-backed rebels with ties to al Qaeda, fearing that well-armed insurgents could create a safe haven for terrorists, according to secret intelligence reports obtained by The Washington Times.

Read more: http://www.washingtontimes.com/news/2015/feb/1/hillary-clinton-libya-war-push-armed-benghazi-rebe/#ixzz3QcMcuMTB
Follow us: @washtimes on Twitter

The reports included a 16-page list of weapons that Libyans supposedly tracked to the rebels from Western sources or their allies in the region. The memos were corroborated by a U.S. intelligence asset familiar with the documents as well as former top Gadhafi regime official Mohammed Ismael.


AUDIO: Pentagon intelligence asset tells Libyan official U.S. may use frozen Gadhafi funds to finance Benghazi rebels


NATO has given permission to a number of weapons-loaded aircraft to land at Benghazi airport and some Tunisian airports,” the intelligence report said, identifying masses of weapons including tanks and surface-to-air missiles.

That report, which was prepared in English so it could be passed by a U.S. intelligence asset to key members of Congress, identified specific air and sea shipments observed by Libyan intelligence moving weapons to the rebels trying to unseat the Gadhafi regime.

“There is a close link between al Qaeda, Jihadi organizations, and the opposition in Libya,” the report warned.

Read more: http://www.washingtontimes.com/news/2015/feb/1/hillary-clinton-libya-war-push-armed-benghazi-rebe/#ixzz3QcN4iFgu
Follow us: @washtimes on Twitter

 

SEE ALSO: Exclusive: Secret tapes undermine Hillary Clinton on Libyan war


In the documents and separately recorded conversations with U.S. emissaries, Libyan officials expressed particular concern that the weapons and training given the rebels would spread throughout the region, in particular turning the city of Benghazi into a future terrorist haven.

Those fears would be realized a little over a year later when a band of jihadist insurgents attacked the State Department diplomatic post in Benghazi and a related CIA compound, killing four Americans including Ambassador J. Christopher Stevens. Today, more than three years after Gadhafi fell from power and was killed, Benghazi and much of the rest of Libya remain in chaos, riddled with violence among rival tribes and thriving jihadi groups.

Mrs. Clinton, now considering a run for president, was the moving force inside the Obama administration to encourage U.S. military intervention to unseat Gadhafi in Libya. The latest documents and audio recordings are likely to give her Republican critics on Capitol Hill fresh ammunition to question whether she had an adequate plan and whether her efforts led to the tragedy in Benghazi a year later and the general lawlessness and chaos that have gripped Libya since.

The Times reported last week that U.S. intelligence did not support the story that Mrs. Clinton used to sell the war in Libya, mainly that there was an imminent danger of a genocide to be carried out by the Gadhafi regime. The intelligence community, in fact, had come to the opposite conclusion: that Gadhafi would not risk world outrage by killing civilians en masse even as he tried to crush the rebellion in his country.

The Times also reported that the Pentagon and a key Democrat so distrusted Mrs. Clinton’s decision-making on Libya that they opened their own secret diplomatic conversations with the Gadhafi regime, going around the State Department.

In one conversation recorded in summer 2011 between Libyan officials and an intelligence asset dispatched by the Pentagon as a back-door channel, the asset told Mr. Ismael, who served then as Gadhafi’s chief of staff, that U.S. officials were considering taking some of the Libyan dictator’s frozen money assets and sending it to the rebels.

“I’m in contact with some of the people over in Benghazi and they’ve told me point blank that their first use of this money is, is to buy military training, weapons and mercenaries,” the Pentagon intelligence asset told Mr. Ismael on July 24, 2011.

In a separate conversation with Dennis J. Kucinich, an Ohio Democrat serving in the House, Gadhafi’s eldest son, Seif, told the congressman that Libyan intelligence had observed Qatar, a major U.S. ally in the region, facilitating weapons shipments. Qatar has steadfastly and repeatedly denied arming the rebels.

“The Qataris have spent more than $100 million on this, and they have an agreement with the rebels that the moment you rule Libya you pay us back,” Seif Gadhafi told Mr. Kucinich in a conversation recorded in May 2011.

Story Continues →

 
 

Read more: http://www.washingtontimes.com/news/2015/feb/1/hillary-clinton-libya-war-push-armed-benghazi-rebe/#ixzz3QcMDKbxM
Follow us: @washtimes on Twitter

Hillary Clinton – Susceptibilité d’exiger la reddition de comptes pour la guerre en Libye. 31-01-2015. Falsification des faits par Hillary Clinton . Le Renseignement ne recueilli aucune preuve d’un génocide imminent en Libye au printemps 2011.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :